Tèxtes

Bibliografia critica dels estudis mistralencs

Philippe Gardy

Publicam lo cors que Felip Gardy donèt a l'Universitat Paul Valéry de Montpelhièr per lo modul de licéncia de "Literatura occitana modèrna e contemporanèa" al primier e segond semèstres 2008/2009. S'agís d'una bibliografia comentada de Mirèio. Lo cors pòrta mai que mai sus los cants VII a XII del poèma que son al programa del CAPES. Las paginas que seguisson representan una introduccion rasonada a una lectura e una analisi un pauc aprigondidas de Mirèio e son per interessar tot public socitós d'aquesir una bòna coneissença dau poèma de Mistral. Senhalam la publicacion d'un numero de la Revue des Langues Romanes, t CXIII, 2009, n°1, qu'a per títol : "Mirèio lampo, e lampo, e lampo ! - Étude des chants VII à XII de Mirèio de Frédéric Mistral" (*) .

Mirèio, coma lo demai de l'òbra mistralenca, representa una mena d'excepcion dins la literatura occitana modèrna e contemporanèa, per lo solet fach que la bibliografia, tan primària coma segondària, n'es fòrça abondosa. De tau biais qu'ordenar e espepidar, tan pauc coma siá, aquesta bibliografia pòt èstre una intrada perfiechament legitima dins l'òbra de Mistral.

Es pasmens d'afortir aitanlèu lei limits d'aquela intrada : la bibliografia primària mistralenca manca pron sovènt dei aparelhatges critics que se podrián esperar per una òbra d'aquela auçada ; per quant a la bibliografia segondària, nombrosa e diversa, demòra per una bòna part siá agiografica, siá illustrativa de quicòm mai que l'òbra de Mistral, e, dins un cas tant coma dins l'autre, la màger part dau tèmps repetitiva fins qu'au sadolitge... Sa part melhora n'es la part erudita, documentària. Leis estudis vertadiers, biografics ò literaris, demòran ailàs de raretats dins aquela mar de repapiatges.

Mirèio, bibliografia primària

Destriarem doas menas d'edicions.

Primier lei que, publicadas sota lo contraròtle de Mistral, permeton de seguir lei cambiaments portats au tèxt (= lo tèxt eu + lei nòtas en francés que ne'n son lo complement per lo lector + la traduccion francesa qu'a totjorn acompanhat lo tèxt provençau). Valènt a dire l'edicion princeps de 1859 (Avinhon, Roumanille), puèi leis edicions de 1860 (París, Charpentier), 1883 (París, Hachette), 1886 (París, Lemerre) e per acabar 1900 (Marburg, Alemanha, dicha "edicion Koschwitz"). Aquesta sèmbla bèn que represente lo darrier estat dau tèxt occitan de Mirèio aprovat per l'autor.

Puèi leis edicions paregudas après la mòrt de Mistral (1914), que reproduson l'un ò l'autre d'aquélei tèxts, mai ò mens fidelament. D'entre d'aquéleis edicions modèrnas, son de destriar lei que se dònan d'un biais ò d'un autre coma criticas.

Dins aquela categoria, fau botar bèu primier l'edicion dicha "Koschwitz" ja mençonada, que compòrta de nòtas pron nombrosas de l'editor en bas de pagina (mai que laissa de caire lei nòtas dau quite Mistral) e que s'acaba per un glossari ; lo tot sènsa traduccion.

I fau apondre, mai recentament, l'edicion alestida per Pierre Rollet (Oeuvres poétiques complètes. Ais de Provènça, Librairie Sources / Edicioun Ramoun Berenguié ; représ e ara disponible, en totalitat ò per fascicles ais edicions CPM (Marcel Petit), 13200 Raphèle-lès-Arles). Per l'establiment dau tèxt, aquesta es, e de luenh, la mai "critica", puèi que permet d'aver, a partir dau tèxt de 1859-60 reproduch tau coma, lei variantas dei manuscrits coneguts e dei principaleis edicions imprimidas. Se i tròba tanbèn : lei nòtas de Mistral ; de nòtas novèlas de l'editor e mai una mesa au ponch preciosa sus "la genèsi de Mirèio". Tot aquò representa un dorsier util, que demandariá pasmens d'èstre représ dins lo detalh, mai que mai per tot çò que tòca la presa en còmpte dau manuscrits.

Assenhalarem mai, practica e bèn facha, l'edicion de Charles Rostaing (París, Garnier-Flammarion, 1978), amb una bòna introduccion generala e de documents sus la recepcion de l'òbra. (sei tòcas, diferentas d'aquélei de l'edicion Rollet, ne'n fan una edicion de lectura de qualitat) ; e, un pauc mai anciana, l'edicion alestida per Louis Bayle e publicada ais edicions Rencontres (Lausanne) e Fasquelle (Paris) en 1960 e 1968 : lo tèxt de Mistral i es estat acordat ai principis de l'ortogràfia felibrenca, e mai unificat (veire la nòta dei paginas XXXIX-XL), çò que pòt pausar problema ; lo prefaci de L. Bayle (p. IX-XXV), i pòt constituir una primiera introduccion a la lectura dau poèma mistralenc.

Es de mençonar tanben lei "morceaux choisis" de Mirèio (introduccion e nòtas de C. Rostaing) publicats sènsa revirada per l'associacion pedagogica "Lou prouvençau à l'escolo", segonda edicion revista e corregida, 1971, 141 p., amb de tròç dei cants VI, VII e VIII ai pp. 87-115).

A l'ora d'ara doas edicions de Mirèio es de bòn trobar dins lei librariás :

  • la qu'es pareguda en 2007 dins la colleccion "de pòcha" dicha "Les Cahiers rouge", en cò de l'editor Grasset, a París. S'agís en fach d'una represa de l'edicion "Louis Bayle" ja assenhalada.
  • la qu'es pareguda en junh de 2008, "présentation et annexes de Claude Mauron" (Montfaucon (30150), Librairie contemporaine), que dona lo tèxt de Koschwitz, que Mistral aviá verificat, e la revirada francesa de Mistral. Lei variantas, segon leis edicions e lei manuscrits conservats, i son generalament pas donadas. Mas tot un ensems de paginas permeton de dintrar dins lo mond de Mirèio, que se trache de l'elaboracion dau poèma ò de son contengut e de sa situacion literària.

Bibliografia segondària

Dins la massa deis estudis (que sovènt ne'n son pas...), destriarai aicí, per tèmas dessenhats a la gròssa, quauquei títols d'obratges ò d'articles que mesclan, a de gras diferènts, una erudicion qualitadosa e una volontat vertadiera d'analisi e de compreneson de l'òbra e de son environament.

Generalitats

Se trobarà de sintèsis cortas mai ja pron suggestivas dins lei manuaus d'istòria de la literatura occitana Mai que mai Robert Lafont/Christian Anatole, Nouvelle histoire de la littérature occitane, París, PUF, 1970, II, pp. 569-625 ; Fausta Garavini, La Letteratura occitanica moderna, Firenze/Milano, Sansoni/ Accademia, 1970, p. 111-131 (en italian). Demest lei notícias d'enciclopedias o de diccionaris que pòdon rendre de servicis, la mai recènta, bèn informada e escricha amb vòlha, es la de Philippe Martel, "F. M.", Les Prix Nobel de littérature, (collection "Nobel" dirigée par Régis Boyer), París, L'Alhambra, 1992, pp. 77-87.

Lei biografias de Mistral, nombrosas, son mai que mai utilas per lei documents que i pòdon caupre. La mens marrida - ò la melhora, coma voudretz - es estada pendent longtemps lo libre de Robert Lafont Mistral ou l'illusion, París, Plon, 1954, maugrat leis ondadas de repròchis que manquèron pas de se desencadenar a sa sortida. Normalament, aquest obratge s'es envielhit, a mai d'un ponch de vista. Mai la "segonda edicion", publicada en 1980 (Énergues, Vent Terral), maugrat son "prefaci nòu" e lei cinc "nòtas" botadas en tèsta de cada partida (en occitan dau tèmps que lo demai dau libre demòra en francés), compensa pas que per part aquest envielhiment : de capítols, jutjats tròp despassats, son estats supremits, que leis apondons actualizan pas vertadierament.

Mai recentament, es pareguda la soleta bibliografia - lo libre de Lafont n'es una que per part, son objècte èra mai larg - de Mistral a l'encòp precisa e detalhada : la de Claude Mauron, Frédéric Mistral, Paris, Fayard, 1993. Aqueu libre es malastrosament de mau trobar dins lo comèrci a l'ora d'ara. Vos conselhe pasmens de lo consultar e de i legir en particular lei paginas sus Mirèio, e totei lei que venon abans : i veiretz coma lo primier grand libre de Mistral es la resulta de seis "originas", e de son itinerari, de sa naissença a Malhana fins a la publicacion dau libre, en 1859.

S'i apondrà, publicat en 2004, lo libre important de Jean Yves Casanova, Frédéric Mistral. L'enfant, la mort et les rêves, Canet, Trabucaire, 2004, qu'es una reflexion fòrça noirida de documents e d'orientacions novèlas sus la vocacion d'escrivan de Mistral e sus sa vocacion linguistica. Mantunei paginas i son preciosas per comprene d'ont vèn Mirèio e coma lo poèma s'es pauc a cha pauc bastit, entre autobiografia e ficcion.

Dins un genre d'a fons desparier, se pòt tanbèn legir lo libret de Sully-André Peyre, F.M., París, Seghers, 1959 e reed. (dins la famosa colleccion dei "Poètes d'aujourd'hui", n° 68). Amb lei tissas de tota mena de son autor, sa volontat de simplificar e d'estilizar, aquel obratge pòt desagradar. Mai leis idèas luminosas e lei suggeriments de còps que i a descabestrats e de tèmps en autre d'un conformisme espantant, ne'n fan una lectura tonica e rica.

Apondrai un darrier títol, classic, en mençonant l'estudi d'Albert Thibaudet, Mistral ou la République du Soleil, París, NRF, 1930.

Sus Mirèio

Son aquí de destriar lei presentacions d'ensems e leis estudis que pòrtan sus tal ò tal aspècte dau poèma. Tot aquò fin finala, es pas bèn important en quantitat de paginas, se ne levam lei contribucions eruditas ponctualas e lei tèxts convenguts, sènsa oblidar lei passatges tocant Mirèio dins lei libres ja mençonats.

a. Lo contèxt

Mirèio es la primiera òbra realament importanta de Mistral. Se pòt dire d'ela qu'es una òbra de joinessa. Es donc per part decisiu de bèn conéisser lei condicions qu'an permés ò mai favorizat son escritura. Sus lo contèxt larg, lo libre vièlh d'Emile Ripert, La Renaissance provençale, Aix/Paris, Dragon/Champion, 1918 (existís un reprint) demòra util. Mas tant vau d'anar veire dins lei dos libres mai recènts, amb una problematica e une informacion renoveladas d'a fons, de René Merle : L'Ecriture du provençal de 1775 à 1840, Besièrs, CIDO, 1990 (dos volums, e... 1027 paginas) ; e, dins una autra amira, e mai sintetic, Une mort qui n'en finit pas ? L'écriture de l'idiome natal de la fin de l'Ancien Régime à la naissance du Félibrige, Nimes, MARPOC, 1990.

Sus lo contèxt de proximitat, la cronologia e de documents son mes en òrdre dins lo primier volum de René Jouveau, Histoire du Félibrige, Aix, l'auteur, 1984 (ai paginas 9-116 mai que mai). Una documentacion remirabla e d'analisis d'una bèla clartat dins René Dumas, Les années de formation de Joseph Roumanille. Romantisme. Préfélibrige. 1818-1848, Avignon, Librairie Roumanille, 1969.

Sus lo processus d'escritura de Mirèio, un ensag de cronologia dins Lafont (Mistral ou l'illusion, prefaci) e dins Rollet (ed. critica dau tèxt). Son lei correspondéncias, uèi pron bèn conegudas, qu'esclairan lei divers moments d'aquela madurason, entre 1850 e 1859 (per exemple correspondéncia Mistral-Roumanille [1847-1860], publicada per P. Rollet en 1981 ; correspondéncia Mistral-Adolphe Dumas [1856-1861], publicada en 1970 per Charles Rostaing, Annales de la Faculté des Lettres d'Aix).

Vau la pena d'espiar coma lo poèma de Mistral es estat recebut a sa sortida. En defòra de la lectura dau famós Quarantième entretien de Lamartine (in Cours familier de littérature, VII, 1859, mai d'un còp reeditat), se trobarà dins l'edicion de Charles Rostaing un pichòt "dorsier de premsa". Per una analisi d'aquélei reaccions, se legirà per exemple l'estudi de Philippe Martel, "Le mas de l'oncle Frédéri. L'attitude de la critique face à Mirèio (1859)", Créer dans une langue minorée, Université de Paris VIII à Saint-Denis, 1989, pp. 35-60.

Lo quite Mistral a fach lo racònte de sa vida, en gròs de sa naissença fins au moment que foguèt publicada Mirèio. Aqueu libre, Moun espelido. Memòri e raconte, coneguèt sa primiera edicion en 1906. P. Rollet n'a balhat una edicion critica. Es tot clar que sa lectura, pron que prenga en còmpte lei capacitats de reformulacion dau sovenir, es tras que preciosa per comprene la continuïtat de l'entrepresa literària mistralenca, que Mirèio ne demòra la fondamenta màger.

Se'n tròba ara una edicion recenta, pas qu'en francés : Mes origines. Mémoires et récits, préface, notes et dossier de Martine Reid, Arles, Actes Sud (Babel, n° 875), 2004.

Se trobarà una lectura a mai d'una votz d'aqueu libre de sovenirs dins leis actes de la jornada d'estudi de Tolosa (1er de fébrier de 2003), L'autobiographie en occitan. Moun espelido. Memòri e raconte de Frédéric Mistral (n° 55, 2004, de Lengas revue de sociolinguistique, Presses universitaires de la Méditerranée, Montpellier) ; e une documentacion sus leis originas e la madurason de l'autobiografia de Mistral dins lo numero 2, 2005, de la Revue des Langues Romanes (Presses universitaires de la Méditerranée, Montpellier), De Jasmin à Mistral : écriture autobiographiques occitanes.

b. Dau contèxt a l'òbra

Valènt a dire : dei moments de madurason a l'òbra escricha, dins sa complexitat estetica. Una sintèsi ja anciana mai clara e, subretot, dubèrta : Robert Lafont, "Mireille 1859-1959", Europe, 360, avril 1959, pp. 3-29 (interessanta "Chronologie mistralienne" dins lo meteis numero, p. 47-54). (Lo centenari de Mirèio foguèt l'escasença de nombrósei publicacions, de còps que i a d'un grand interés, pron sovènt d'una pauretat un pauc esfraiosa...)

Un agach tot au còp istoric e d'analisi estetica dins dos tèxts complementaris de Fausta Garavini : lei capítols II ("Tradizione provenzale (e provinciale)") e III ("Mistral : funzione e arte") de L'Empèri dóu soulèu. La ragione dialettale nella Francia d'oc, Milano/Napoli, Riccardo Ricciardi, 1967 ; aquò en italian ; en francés : "Le pari mistralien", Romantisme, 33, 1981, pp. 60-73.

Un assag de lectura de Mirèio a travers quàuqueis uns dei modèls literaris e ideologics que Mistral teniá a posita per bastir son poèma : Robert Lafont, "Mirelha coma Arcàdia", Actes du VIe Congrès international de langue et littérature d'oc, Montpellier, Centre d'estudis occitans, 1971, I, pp. 143-152.

c. Lecturas de l'òbra

Leis estudis mençonats dins la rubrica precedenta prepausan ja de direccions de lectura sovènt pron bèn dessenhadas. Mai son pas, d'evidéncia, lei soletei possiblas, maugrat la granda pauretat deis estudis mistralencs dins aqueu domeni.

Dau costat dei recercas que vòlon s'entrevar dei fondamentas e dei bastisons de la psichè mistralenca, l'òbra majora - e quasiment unenca - es la de Charles Mauron, lo fondator de la psicocritica. Mauron elaborèt per part son metòde dins una lectura metodica dei grands tèxts de Mistral. Un libre mai recènt reculhís la totalitat deis analisis ansin menadas entre 1952 e 1964 : Études mistraliennes, Saint-Remy de Provence, 1989. En mai deis Estùdi mistralen, ja publicats en volum en 1954, e que son sènsa ges de dobte lo centre nerviós de l'òbra, se legirà en prioritat dins aqueu volum lei tèxts recampats entre lei paginas 208 e 294, que pertòcan Mirèio.

Una introduccion ai recercas de Ch. Mauron dins l'article pron detalhat de Claude Mauron, "Introduction aux recherches mistraliennes de Charles Mauron", La France latine, n° 84-85, 1980-1981 ("Mistral et ses exégètes"), pp. 61-91. Notem que lei contribucions recampadas dins aqueu numero mòstran pron bèn l'orientacion generala de la critica mistralenca, mai socitosa d'exegèsi que non pas de recerca.

d. La versificacion

L'estudi d'Émile Ripert (La versification de Frédéric Mistral, Paris / Aix, Champion / Dragon, s.d. = 1918) demòra de bòn legir. I fau apondre l'estudi mai recènt e mai fons sus d'unei ponchs importants de Robert Lafont, "Nòtas sus l'estròfa mistralenca", Mélanges pour le Centenaire de Mireille, Paris, PUF, 1959, pp. 121-133). E, sus leis originas e lei caracteristicas de l'estròfa mistralenca, tala coma apareis dins Mirèio, Claude Mauron, "Pour en finir avec la strophe de Mirèio et de Calendau ?", La France latine, n° 129, 1999, pp. 301-316.

Jòc de citacions

"La majeure partie des études consacrées à Mistral ou à Mirèio ont été faites moins pour éclairer ou approfondir une oeuvre que pour illustrer une thèse défendue par l'auteur même de la critique.".

Émile Bonnel, "Note sur le dernier chant de Mireille",
Revue de langue et littérature provençales, n° 1, 1960, p. 49

1. Mirèio, lo contèxt francés e occitan : situacion sociolinguistica de la Provènça dins la primiera mitat dau sègle XIX ; l'escritura de l'occitan dins aqueu periòde.

"L'inventaire chronologique nous a permis de mettre en évidence dans le triangle fondateur Montpellier-Avignon-Toulon un rythme ternaire renouvelé par les scansions de l'histoire. Alors que l'écriture de l'idiome, raréfiée, désabusée, assure l'échéance de la mort, l'événement national la relance en délégation de parole populaire. Ainsi en 1789, 1814, 1830. Aventurée sur un terrain peu porteur, elle ne marque que le début du processus politique et se raréfie dès 1792, 1820, 1835. Sans être vraiment sollicitée, cette écriture sert, dans des registres identiques, tous les courants politiques. Nombre d'intervenants sont novices, les anciens boudant une pratique dont ils ont mesuré le peu d'impact. Puis sa relative reconnaissance redonne confiance aux amateurs, l'atténuation des tensions autorise la publication désengagée. Les lettres d'oc pointent dans le retour à l'ordre consulaire, s'affirment après les retrouvailles royalistes, autour de 1820, s'organisent après 1835. Ses poussées éditoriales n'affaiblissent pas les contraintes diglossiques, les espérances s'achèvent en déréliction, comme si la stabilité (Empire, Restauration d'après 1820, Monarchie d'après 1835) consolidait les barrières un moment mises en cause. L'inanité de cette écriture est proclamée, jusqu'à ce que d'autres voix s'élèvent, inattendues, dans la relance par un autre événement.".

René Merle, Une mort qui n'en finit pas ? L'écriture de l'idiome natal de la fin de l'Ancien Régime à la naissance du Félibrige, Nîmes, MARPOC, 1990, pp. 9-10

2.A l'entorn de Mirèio : lei trobaires ; leis ideologias linguisticas e literàrias ; lo contèxt avinhonenc : formacion de Mistral ; J. Roumanille ; la fondacion dau Felibritge ; la grafia novèla dau provençau ; l'Armana prouvençau.

"Après la poussée d'écriture des premières années 1850, alors que l'ultime phase du cycle est réanimée, la gloire mistralienne occultera la déréliction. Le cycle ne sera plus relancé, jusqu'en 1968 peut-être. Cette déprise de l'événement aurait pu, en situation de prise sur la société civile, être signe de santé, elle n'est que signe de mort.

Nous arrêtons cet essai au moment où l'affirmation littéraire et identitaire est prise en charge par un mouvement organisé, et laissons apprécier, par la masse de textes, documents, études, etc, aisément accessibles, le destin de l'entreprise. Désormais les textes peuvent être lus en textes d'auteurs, débarrassés des contraintes diglossiques les plus prégnantes. Le tournant des années 1850 marque ainsi une coupure qui, tout en installant définitivement l'écriture de l'idiome dans une marge, permet aussi à certains de se saisir de l'outil linguistique en expression littéraire totale.".

René Merle, Une mort qui n'en finit pas ? L'écriture de l'idiome natal de la fin de l'Ancien Régime à la naissance du Félibrige, Nîmes, MARPOC, 1990, p. 120

"Le Félibrige est donc l'expression d'une des multiples composantes du Romantisme : de celle de ces composantes qui exprime l'inquiétude, les illusions de certains milieux bourgeois qui considéraient la réalité comme provisoire et caduque, changeante et fugace, impassible et hostile, et dont la position éthico-culturelle était la fuite dans l'idéal, l'illusion ou l'irrationnel. De plus, les thèmes, les formes, les goûts des premiers félibres furent purement bourgeois et romantiques. La bourgeoisie méridionale, terrienne et conservatrice, avait pris conscience de son patrimoine idéologique et sentimental, fait de traditions, de sensibilité, de goût. La terre, le travail, la vie domestique, les chants et les légendes, les coutumes et les superstitions populaires, la civilisation passée et l'assujettissement qui vint ensuite, sont découverts et révérés, car la bourgeoisie reconnaît, dans ce patrimoine, le chemin de sa dure ascension en même temps que la consécration de sa condition actuelle, témoin d'un passé glorieux et emblèmes d'un présent solide, plein de dignité, qu'il s'agit de défendre et de conserver. [...] Mais conclure avec trop de simplicité que Mireille reflète une semblable position serait pour le moins hâtif. [...] Les thèmes introduits dans l'oeuvre concrète n'ont pas gardé leur sens autonome : ils en on acquis au contraire un différent au fur et à mesure du développement et selon l'inspiration du poète qui les renouvelle.".

Del Monte, "La position de Mireille",
Revue de langue et littérature provençales, n° 1, 1960, pp. 67-68

3. Mistral escrivan abans Mirèio : escritura en francés, escritura en occitan ; tèmas e fòrmas. Mirèio coma convergéncia e orquestracion en major dei ensags anteriors.

"... nous pouvons constater que, dès sa première oeuvre, Mistral dirigeait ses préoccupations dans quatre directions : souci d'expressivité et d'effet stylistique, souci de précision du vocabulaire, souci d'éviter les gallicismes trop flagrants, enfin, désir d'arracher son vocabulaire à un parler trop particulier et trop restreint sans pour cela tomber dans une koinè.".

Jean-Claude Rivière, "Remarques sur les variantes des "Meissoun"",
Actes du VIe Congrès international de langue et littérature d'oc,
Montpellier, Centre d'estudis occitans, 1970, I, p. 197

4. Veire mai luènh : l'elaboracion de Mirèio, dei primiers suggeriments a la publicacion, 1848-1859 : cronologia, intertextualitats, bastisons .

5. Veire mai luènh : lei causidas de Mistral escrivan amb l'escritura de Mirèio : rompeduras e continuïtats amb la tradicion escricha occitana e la literatura francesa dei sègles XVIII e XIX .

6. Mirèio : estructuras e bastison dau poèma. L'idilli, l'epopèa, lo roman...

"... per la simplicetat e l'unita de l'acioun, la varieta dis episòdi, lou biais à la fes particulié e tipi di persounage, la noublesso di sentimen, l'impourtanço e la counvenènço de l'element meravihous, Mirèio acampo tóuti li caratèro essenciau de l'epoupèio.".

Pierre Azéma, Mistral, pouèto epi, Montpellier, ed. Calendau, 1933, p. 13

"Mirèio est un poème de vie rustique et familière, mais il y a un intermède de sorcellerie et une fin mystique, et Vincent est un héros faible condamné d'avance. [...] Ses grands travaux sont tout chimériques : chercher la Chèvre d'Or et l'amener à Mireille, décrocher pour elle une étoile du firmament ; "dépeupler de fauvettes ma Crau entière jusqu'en Arles"! Tout cela est assez puéril et Vincent perd Mireille.".

Sully-André Peyre, Frédéric Mistral, Paris, Seghers, 1959, pp. 50-51

"Geograficament, l'univers de Mirèio es fach d'un nogau de patz, d'armonia, de beutat, lo mas dau Jutge e si terras. Es lo "recatadou", lo "nis", lo "pijounié". A sis entorns un mond, comprés dins lo cercle barrat d'espaci e de tèmps, mai que caup lis amenaças de l'exterioritat : li bòrds dau Ròse, la Crau, la Camarga. Per aquí vènon lis òmes de camins, Vincenç e son paire, li demandaires, li porcatiers qu'aduson Vincenç amalugat. Aquí se fai lo malastre, de toti a un moment ò a un autre.

Temporalament s'inscrivon dos movements : de l'exterior devers l'interior, qu'es recampament, benaurança, intrada en Arcàdia ; de l'interior devers l'esterior, qu'es destraviar d'Arcàdia. Lo racònte es generat segon aquela temporalitat : li "boclas" successivas son donadas monotonament primier per "venguè", "venguèron", significats espaciòtemporaus représ en litania dins lo cant IX, "que vèngon m'atrouba". Per antitèsi, i a li "boclas" de partènças successivas : Orriàs, Mirèlha, Ramon, Vincenç, que son de partènças devers la mòrt.".

Robert Lafont, "Mirèlha coma Arcàdia",
Actes du VIème Congrès international de langue et littérature d'oc, Montpellier, Centre d'estudis occitans, 1971, I, p. 149

7. Mirèio : lenga, lengatge, esteticas.

"Mistral est un véritable magicien du verbe, qui tire parti de toutes les ressources de sa langue et qui emboîte vocables techniques, syntagmes impressionnistes, éléments phonosymboliques dans la structure d'une strophe où la répercussion des sonorités est encore renforcée par leur mise en relief à la fin du vers et souvent soulignée par l'enjambement, ainsi que peut le montrer ce dernier exemple que nous tirons de Mirèio (VII, 254), où tous ces procédés se trouvent concentrés :

De vibre, long de la lauseto,
Rousigavon de la sauseto
La rusco amaro ; alin, à travèrs lou cristau
De la calamo countinuio
Apercevias li brùni luio
Barrula dins li founsour bluio,
A la pesco di pèis, di bèu pèis argentau.".

Fausta Garavini, "Le pari mistralien", Romantisme, n° 33, 1981, p. 72

8. Mirèio : traversada tematica.

[a prepaus de Mirèio] "En vérité, il s'agit d'une marche de l'enfance à la mort, tenue pour une vie nouvelle, par une sorte de raccourci aérien, évitant les méandres de la vie réelle. Mireille passe d'un seuil à l'autre, simplement colorée au passage par les reflets lumineux ou sombres de l'univers qu'elle traverse. Bien entendu, il s'agit d'une ascension aux paliers douloureux, donc d'une initiation ou d'une "passion". Trois grands dépouillements la jalonnent : Mireille abandonne les richesses et choisit la pauvreté de Vincent - elle abandonne sa famille, sa maison et son enfance, pour s'engager dans la nuit obscure - elle abandonne enfin son bonheur terrestre et son corps même.".

Charles Mauron, "Mirèio en devenir", Études mistraliennes, Saint-Rémy de Provence, 1989, p. 235

"Au grand dialogue mythologique du feu et de l'eau qui sous-tend la simple histoire d'un vannier et d'une fille de mas correspondent, dans l'économie de l'oeuvre, deux vastes ensembles narratifs placés bout à bout. Deux élévations successives, la première vers la flambée solaire de la Saint-Jean, l'autre vers la mort et Dieu. Du coup la structure dramatique de l'épopée est assise au plus profond de l'intuition poétique et le poème acquiert une admirable simplicité. Mistral a tenu à nous instruire de sa façon de composer : il n'a jamais fait de plan, affirme-t-il. Ses personnages vivaient devant son regard. Nous pouvons concevoir qu'en effet un plan n'était pas nécessaire. L'ordre existait, non dans un classement des épisodes, mais dans une dualité de la sensibilité poétique, d'où s'évadent les épisodes en deux gerbes liées d'elles-mêmes.".

Robert Lafont, Mistral ou l'illusion, Paris, Plon, 1954, 2na ed. revista,. Enèrgas, Vent Terral, 1980, p. 60

9. Lei cants VI, VII e VIII : situacion dins lo poèma ; analisi detalhada.

"La polarisation dramatique de Mirèio oppose deux groupes de personnages : d'une part Ramon-Ourrias, d'autre part Ambroise-Mireille-Vincent. Comme le prouve l'étude du vocabulaire affectif, le premier concentre en lui presque toute la haine, le second tout l'amour. Le deux maxima d'agressivité se trouvent au chant V (Ourrias contre Vincent) et au chant VII (Ramon contre Ambroise-Mireille). Chacun de ces chocs est suivi d'une fuite régressive vers la guérison, physique ou spirituelle, en un lieu magique ou saint : Grotte des Fées pour Vincent (chant VI), pèlerinage aux Saintes pour Mireille (chants VIII et suivants). Nous situons ainsi exactement le chant VIII [...] sur la courbe affective du poème total. Sa position correspond analogiquement à celle du chant VI dans la première partie du poème. Il s'oriente toutefois vers d'autres développements, d'autres conclusions.".

Charles Mauron, "Mirèio, chant VIII", Études mistraliennes, op. cit., p. 257

10. Motius, personatges, accions, obsessions tematicas e artisticas.

"... pour quelles raisons Mistral, champion du traditionnalisme et de l'enracinement, a-t-il donné une telle sûreté de jugement, une telle largeur de vue, de telle qualités humaines à un simple bohémien (les Vallabréguais sont d'anciens bohémiens fixés à Vallabrègues par décret de Louis XIV), alors qu'il a refusé une bonne partie de ces qualités à maître Ramon ?"

Émile Bonnel, "Note sur le dernier chant de Mireille",
Revue de langue et littérature provençales, n° 1, 1960, p. 56

"Orguelh et Cobeitat dans Mirèio sont incarnés dans l'orgueil de la richesse. Mistral retrouve le ton des troubadours, tout naturellement, quand il personnifie le plus simplement du monde Pauvreté et Richesse dans la réponse que le père de Vincent fait à son fils, lorsque celui-ci lui a donné comme argument suprême pour qu'il aille parler au père de Mireille :

"Richesso e paureta, foulas, te respoundran" (str. 52)

Le chant VII est tout entier rempli de cette opposition à l'Amour faite par Cobeitatz. Malgré toute la sympathie de Mistral pout le personnage de Meste Ramoun, celui-ci ne laisse pas d'incarner dans le poème la "folie du siècle" dont parle Cardenal. L'homme pauvre de Cardenal, c'est Meste Ambroi, et c'est son fils auquel seul sont permis les cris de désespoir.".

Charles Camproux, "Mirèio poème d'amour",
Mélanges pour le Centenaire de Mirèio, Paris, PUF, 1959, pp. 116-117

"Mistral a déjà bien du mal à faire vivre plus de quatre personnages : Mireille, Vincent, les deux pères. Tavèn est surtout un type ou un symbole. Jeanne-Marie n'échappe pas au schématisme. Vincenette et Ourrias, Alàri, Véran sont des comparses plus colorés qu'animés. Il en sera toujours ainsi : Mistral a peint des centaines de visages ; il n'a su approcher que deux ou trois âmes, celle de fille de quinze ans (Mireille, Nerte, l'Anglore) surtout".

Robert Lafont, "Mireille 1859-1959", Europe, n° 360, 1959, pp. 22-23

"... les références culturelles -surtout celles qui émergent du patrimoine des légendes populaires- assument dans la trame du texte une fable mythique, voire mystique, et agissent de façon dynamique. C'est de cette façon que la faille culturelle peut se colmater, les deux mondes interférant et se synthétisant dans la saisie mythifiante du réel spatial et de la nostalgie historique. La faculté de faire vivre les légendes du pays, d'évoquer à l'horizon de la Provence tout un monde de symboles et de figurations lyriques est la véritable force poétique nouvelle que Mistral met en oeuvre : cette "traduction totale du monde matériel en termes d'âme, cette affabulation intime en paysages", Robert Lafont l'appelle "géopoétique"1. Par là le poète "va apoderant-se en un moviment únic, i tot plegat, de la seva realitat interior i de l'exterior, és a dir de si mateix i de la seva terra"2. Il suffit de feuilleter Mirèio pour trouver nombre d'exemples représentatifs de cette heureuse fusion des fantasmes aux paysages, dans un tissu de liens analogiques ouvrant dans le texte les marges de l'irréel.".

Fausta Garavini, "Le pari mistralien", Romantisme, 33, 1981, pp. 63-64

11. Lo vers e l'estròfa (mesa en plaça dei grandei dominantas)

"Mistral tròba dins l'estròfa sieuna un ritme octosillabic continuós que pòrta de relargs d'alexandrins. Ne fai lo dinamisme de sa votz, un dinamisme perseguit sens flaquiera. Quora a de besonh d'animar lo racònte li basta de jogar di copas e di vers : es l'estròfa que s'en tròba borrotlada, fins a disparèisser quasi. Mai, coma aqueli jòcs de copas son rars, l'estròfa serva sa monotonia majestuosa : martelejar (ò marcha), repaus, martelejar, repaus. L'ensèms balha l'impression d'una anada que s'acabarà qu'en son terme previst ; e que vos demanda que se seguir. Lo dinamisme de l'epopèia es lo de la marcha pasibla, e lis estròfas son de pas.".

Robert Lafont, "Nòtas sus l'estròfa mistralenca",
Mélanges pour le Centenaire de Mireille, Paris, PUF, 1959, pp. 128-129

"Antau, nos fasèm de l'estròfa [de Mirèio] una idèa totala, ara per ara. Tres novèus de ritme :

  • un ritme organic, fach de l'engimbrament en octosillabs e alexandrins ; aqueu ritme dins sa monotonia balha a la poësia son respir fons, de basa, una pulsacion.
  • un jòc ritmic de copas, que s'escriu per en subre la pulsacion, e balha au racònte de movements essenciaus : martelejar dau contaire, caminar di personatges, animacion di batèstas, calama di païsatges, etc.
  • de pausas sintaxicas que fan alenar lo recitaire e fan recórrer sus l'estròfa un ritme mai larg e mai sople que non pas li dos autres.

Aqueli tres auçadas correspondon au mètre, is accènts, a la frasa.".

Robert Lafont, "Nòtas sus l'estròfa mistralenca",
Mélanges pour le Centenaire de Mirèio, Paris, PUF, 1959, p. 131

12. Lo cant VI : Mirèio / Vincèn / Taven. Fonccions e modalitats de la davalada au país dei legèndas e dei cresenças popularas.

"... Mistral a accumulé dans son Sixième Chant les descriptions et les incantations magiques.Il a d'ailleurs reconnu, dans sa lettre à Saint-René Taillandier, du 27 octobre 1859, que son intention intime "d'arriver aux paysans" lui a fait accorder une trop grande place "aux superstitions poétiques de nos campagnes et aux croyances vives de nos populations". Et il ajoutait : "Je croyais parfaitament que ma Masco et mes Saintes-Maries n'étaient qu'un hors-d'oeuvre dans cette histoire d'amour qui, pour moi, n'était qu'un fil et je m'y serais pris autrement, si je n'avais visé qu'à plaire aux artistes."

Il n'en reste pas moins que cet épisode ultra-romantique qui remplit tout le chant sixième est loin d'être le meilleur de Mireille et il court le risque de rebuter plus d'un lecteur.

Nous n'insisterons pas sur les longueurs évidentes que constituent et le transport de Vincent, qui n'a été blessé, dans l'Antre des Fées et son invraisemblable excursion, en compagnie de Mireille et de la singulière sorcière Tavèn, dans les excavations de la Montagne au cours d'une nouvelle nuit de Walpurgis.

Mistral, que les légendes provençales ont toujours attiré, ne nous en épargne aucune. Finalement, Tavèn charme la blessure de Vincent, et, après une dernière prophétie, les amants remontent au soleil. Nous respirons.

Avec le chant Septième : Li Vièi (Les Vieillards), nous allons reprendre le "fil" de la belle histoire d'amour, revenir à la réalité et toucher au sommet du poème.".

Paul Souchon, Mistral, poète de France, Paris, Tallandier, 1945, pp. 69-70

13. Lo cant VII : Ambròsi / Ramoun, ai fondamentas dau poèma.

"Mistral a voulu, en réalité, peindre comment le pauvre devenu riche à la faveur des bouleversements de la Révolution et grâce à un travail opiniâtre voit ses sentiments étouffés par cette richesse mal assimilée et son âme tuée par la soif de l'argent qu'une relative facilité à s'enrichir, provoquée par les événements, a déclenchée. Mistral a voulu être non seulement de son pays, mais aussi de son temps, et Ramon est comme l'inflexion provençale à la fois du père Grandet et du nouveau riche américain.".

Émile Bonnel, "Note sur le dernier chant de Mireille",
Revue de langue et littérature provençales, n° 1, 1960, p. 50

"L'aire du Mas des Micocoules était depuis les premiers vers du poème promue à ce rôle d'autel. Ce peuple d'hommes et de femmes y est enfin réuni pour le grand choral que l'on attendait. Il s'y réunira encore le lendemain, avec bien de la splendeur, dans l'odeur de l'été, pour répondre à l'appel de Maître Ramon. Mais demain le sacrifice sera consommé.

Car il y a sacrifice. De cette fête de la fécondité, de l'amour satisfait dans la maternité, Mireille a été exclue. Elle est là, derrière la vitre de sa chambre illuminée d'éclairs rougeoyants, qui inaugure sa nouvelle destinée, son ascèse, promise à la mort par-delà les déserts.".

Robert Lafont, Mistral ou l'illusion, Paris, Plon, 1954, p. 59

14. Lo cant VIII : lo viatge de Mirèio, primier moment. De l'espaci dau mas a l'espaci cravenc. Un movement pregond de l'imaginari mistralenc.

"Dans Mirèio, le drame se noue à la fontaine, où Mireille refuse Ourrias, et s'achemine après la Crau, vers la mer au long du Rhône ; et cette eau, le plus mystérieux des éléments, larmes, rosée, lenteur fluide, amertume, avenue du Paradis, semble attirer Mireille plus encore que ne le font les Saintes fallacieuses [...] Thème de l'eau, thème du soir, de la fuite éternelle vers les ombres.".

Sully-André Peyre, Frédéric Mistral, Paris, Seghers, 1959-1974, pp. 90-91

"Reste la mère de Mireille., elle se manifeste à peine, sinon d'une façon odieuse, au chant VIII, dans ses invectives de commère, lorsque Mireille avoue son amour pour Vincent. Cela est tellement brutal et vulgaire que les librettistes de l'opéra ont préféré tuer cette mère...".

Sully-André Peyre, Frédéric Mistral, Paris, Seghers, 1959-1974, pp. 162-163

"Andreloun, c'est encore Vincent retrouvé, ou plutôt, l'espoir de le retrouver, mais un espoir devenu dérisoire, enfantin et comme étranger dans sa familiarité. Mireille le suit et l'écoute, mais demeure pensive. Autrement dit, elle pense à autre chose. Elle abandonne son espoir pour la connaissance de son destin.

Le crescendo de la chaleur le lui révèlera au chant X, de l'autre côté du Rhône.".

Charles Mauron, "Mireille et son destin",
Revue de langue et de littérature provençales, 1, 1960, p. 109

15. Lo cant IX

"... retour du poète au mas, grande fresque géorgique...".

Robert Lafont, Mistral ou l'illusion, Paris, Plon, 1954, p. 65

16. Lo cant X

"... Mistral a conçu la Camargue comme le portique qui précède un temple. Cette utilisation du pays pour une signification mystique est encore une des constantes de la vision épique [...] Des Baux, contrée rocheuse et douce à la fois, jusqu'au Vaccarès, c'est la dégradation de la terre dans le soleil et l'eau que suit le poète. Il l'identifie à la mort de la chair brûlée et à l'avènement de l'âme.".

Robert Lafont, Mistral ou l'illusion, Paris, Plon, 1954, p. 66

17. Lo cant XI

"... si Mistral souffre de son poème, soit qu'il l'ait vécu avant de l'écrire, soit qu'il le vive dans l'acte passionné d'écrire, il faut bien qu'il se délivre de sa souffrance. Le christianisme l'accueille comme il accueille Mireille. Et pour cela ne peut être que consolateur, complice un peu de l'amour si l'amour est heureux, soudain ruisselant de charité si l'amour est douteux [...] Il est même le seul dénouement possible au drame social que le réalisme expose. Si les Saintes n'accueillaient pas Mireille, il n'y aurait plus pour achever l'oeuvre que la malédiction de Vincent à Maître Ramon et à Jeanne-Marie. L'épopée serait un acte de guerre au monde des Mas. Ce que ne permet pas l'ambiguïté des sentiments du poète. Il faut donc inscrire l'injustice elle-même dans un ordre, quelque part. Le poème doit finir en ordre."

Robert Lafont, "Mireille 1859-1959", Europe, n° 360, 1959, pp. 20-21

18. Lo cant XII

"... au chant XII Mistral regroupe tout son poème, ses acteurs et ses émotions dans une confrontation générale avec la mort. À l'aire du Mas correspond antithétiquement une autre esplanade, le toit de l'église où l'on hissera l'agonisante [...] ... à parler justement, Mireille n'est pas morte dans cette église de l'extrême Camargue, au lendemain de la Saint-Jean, saintement immolée. Elle est morte aussi en Mistral...".

Robert Lafont, Mistral ou l'illusion, Paris, Plon, 1954, pp. 67 ; 69

"Mirèio est une pauvre histoire d'amour malheureux, sur la fin de laquelle un christianisme très conventionnel, très conformiste, et, disons-le, un christianisme de folklore (au sens péjoratif du mot), étend son linceul.".

Sully-André Peyre, Frédéric Mistral, Paris, Seghers, 1959-1974, pp. 52-53

Per completar la reflexion...

1. Abans Mirèio

L'elaboracion de Mirèio es una causa complexa, que fai intervenir d'elements pron divers, que se recampan dins la personalitat de Mistral entre 1850 e 1859. Per ne seguir lei grands moments, siá dins la cronologia, siá dins l'elaboracion dei grands tèmas de la poësia de Mistral, es possible de faire referéncia uèi a quatre menas de documents :

  • la correspondéncia de Mistral fins a 1859 (mai que mai sa correspondéncia amb J. Roumanille, editada per P. Rollet, e utilizada per eu dins son edicion critica de Mirèio) ;
  • leis "òbras de joinessa" de Mistral, publicadas en volum collectiu contemporanèus de son escritura (Li Prouvençalo recampadas per Roumanille, lo Roumavagi deis troubaires de Gaut mai que mai) ;
  • leis "òbras de joinessa" demoradas longtèmps ineditas (mai que pus lo grand poèma en tres cants titolat Lei Meissoun, editat solament après la mòrt de Mistral per P. Dévoluy ; mai tanbèn de poèmas d'ample mai cortet, esparpalhats en revistas ò recentament editats per P. Rollet dins son edicion critica recapitulativa deis "òbras completas" de Mistral).
  • lei Memori e raconte de Mistral, que nòsan tardierament la garba dei remembranças, entre "poësia" e "vertat", segon la formula ben coneguda de Goethe, e per aquesta rason demòran un tèxt tras que preciós per agantar, a travers una escritura embelinaira, lei mecanismes prigonds de la pensada mistralenca e sei grandei "categorias" esteticas e mentalas.

A travers la lectura d'aquel ensems ric e variat, se pòt a la gròssa destriar, raportat a la biografia de Mistral, un processus creator que la bastison de Mirèio n'es tot au còp l'abotiment e lo despassament (lo poèma de 1859 es "anonciat" per tot çò que vèn abans ; mai despassa tot aquò dins un tèxt d'una auçada incomparabla). Leis elements essenciaus d'aquela madurason lènta e segura serián donc :

  • una enfança a l'encòp païsana (una cultura populara occitana aquesida amb sa maire, e tanbèn au contacte deis obreirs agricòlas dau mas, permanènt o sasoniers : lei meissoniers venguts dei montanhas) - es lo costat "Malhana" - e noirida de cultura sabènta aquesida aqueste còp a la vila (Avinhon, puèi Ais au moment deis estudis universitaris de drech). Cultura sabènta de l'epòca : lei Grecs e lei Latins (mai que mai Virgili, Oraça...) ; lei Francés, de la primiera mitat dau sègle XIX e d'abans ; leis escrivans "a la mòda" (lei romantics, francés ò alemands, lei poëtas dau fantastic noirit de saba populara) ;
  • entre una cultura e l'autra, un sentiment complex de desseparacion, ligat a l'itinerari personau de Mistral (Malhana, es l'enfança ; la vila, lei pensions avinhonencas puèi la vida d'estudiant as Ais, es un autre univers). Entre lei dos, pauc a cha pauc : descubèrta de la literatura occitana, presènta ò passada. Mistral i posarà fòrça (La Fare-Alais, Diouloufet, per exemple) ; i trobarà tanbèn de modèls repulsius (lei "troubaires" provençaus : son ton, per eu, es pas lo d'una literatura vertadiera, mai d'una sotaliteratura, e mai d'una literatura vergonhosa). D'aquí un jòc dificil de nostalgias e de pivelatge, un sentiment mesclat de paradís enanat, de pèrdias indefugiblas e de plagas que fau garir, d'un biais ò d'un autre) ;
  • lei primiers moments d'escritura - Mistral comença d'ora, amb de pichòtei poësias, de reviradas de l'antic ò d'adaptacions, de pèças romanticas, negras ò riserèlas, puèi de poèmas mai personaus, de nostalgia intima - dison tot aquò. Fins qu'ai primiers grands poèmas, sota l'agachada de Roumanille, que Mistral remira per se'n diferenciar : Lei Meissoun, La mort dóu meissounier mai que mai, doas òbras que viran a l'entorn dau tèma que serà lo quite còr de Mirèio : lei meissons, lei fuòcs de la Sant-Joan d'estiu ;
  • un estacament a la lenga provençala e la cultura populara ligada a aquesta lenga. Estacament ancian, que lo rescòntre amb Roumanille revèla e noirís, e que, fins au projècte de Mirèio, se bastís entre voler d'aparament e de renaissença, e sentiment de mòrt e de desfacha anonciadas. Una mena de ciclotimia ont se rejonhon lei sentiments personaus e lei trantalhs ideologics. Grands moments d'aquel itinerari penós : lei garrolhas graficas (amb Roumanille e leis àutreis escrivans provençaus), de còps que i a ferotjas ; la fondacion dau Felibritge, en 1854 ; la creacion de l'Armana prouvençau. Lo projècte provençalista nais dins lei dolors, leis estrifaments ;
  • aqueleis estrifaments, d'àutrei i fan companha : estrifaments sentimentaus, ara un pauc mielhs coneguts ; estrifaments familhaus. La decision de Mistral de s'establir a Malhana dins lo mas pairenau. La mòrt dau paire, Francés Mistral, en 1855. La necessitat per encausa d'eiretatge, de quitar lo mas per s'establir dins un ostau dau vilatge. Un sentiment de fòrabandiment, donc, ja ancian, e que finís pas d'èstre multiplicat e aprigondit ;
  • de totei aquelei pèrdias amolonadas, un voler de cordurar lei plagas : renosar amb un tèmps plen, una lenga plena, una totalitat provençala e personala que l'adolescéncia e lo tèmps d'òme an pas quitat de l'estrifar e de l'esparpalhar. Enquistas linguisticas e etnograficas a Malhana e a l'entorn de Malhana ; lecturas dei grands tèxts occitans dau passat ; reconstitucion fervorosa de tot aqueu mond (dins Lei Meissoun per exemple), amb au mitan, la mòrt, l'abandon, la trencadura, l'impossible patz de l'arma e de l'amor. Lei Memòri e raconte ne dison fòrça aquí dessús, en clar ò en pus escondut.

2. Per cavar la lectura : quauqueis orientacions

Aquò son pas de que de direccions complementàrias, siá per illustrar, siá per precisar lei gràndeis orientacions prepausadas dins la part 1 dau cors ("Jòc de citacions").

Legir Mirèio coma l'enfrontament (e l'orquestracion) dei tendéncias qu'avèm vistas encaminadas dins leis ans de formacion de Mistral e dins sei primiereis òbras provençalas : la reconstitucion d'un univers dos còps perdut (separacion d'amb lo tèmps de l'enfança ; separacion d'amb la lenga ; impossibilitat sociala de l'amor ; consciéncia de l'existéncia de "costats" de la vida qu'es pas possible de lei metre ensems, encara mens de lei "maridar") ; un projècte de renaissença (lo Felibritge) que se bastís a l'entorn d'aqueleis estrifaments, sènsa lei faire desaparéisser.

Seguir dins lo poèma lei temptacions de Mistral escrivan dins lo periòde 1840-1855 : gost romantic per lo fantastic, lo jòc dau presènt e dau passat (lo segond estènt coma "legible" dins lo presènt, a travers leis uelhs dau poèta) ; lo pivelatge dei separacions, dei fendasclas, deis oposicions sènsa remèdi ; la fòrça de scènas constitutivas de l'imaginari, a la crosada de "causas vistas" (lei meissons...) ò "ausidas" (lei legèndas) e de trevanças qu'impausan sei colors, seis estructuras narrativas, sei leiçons terriblas (de racòntes de paurs, ont l'astrada es sèmpre victoriosa deis volontats individualas).

D'aquí una primiera tiera possibla de reflexions sus la composicion dau poèma : composicion "musicala" (segon lo títol d'un article de R. Jouveau) que sap passar d'una tematica a l'autra e mesclar la faula narrativa (leis amors de Mirèio e Vincèn) amb d'àutrei faulas, que son faulas de l'arma e dau mond, aitant de secrets que ritmes, colors, pichòts quadres e làrgueis seguidas de motius cordurats dins cada cant e d'un cant a l'autre teisson coma una tapissariá.

L'orquestracion epica de Mirèio es bastida a l'entorn de sistèmas antagonistas bèn clars, que lei personatges i jògan una fonccion essenciala. Personatges "anonims" (lei meissoniers, lei trabalhaires dau mas di Falabrego...) Personatges ben individualizats e desseparats per tota una tiera d'oposicions :

  • Vièlhs / joines (Ramoun, Ambròsi ; Jano Mario / Mirèio, Vincèn) ;
  • Paures / rics (Ambròsi, Vincèn / Ramoun, Mirèio) ;
  • Presènt / passat (Mirèio, Vincèn / Ramoun, Ambròsi) ;
  • Terra / aiga (Ramoun, Jano Mario, Mirèio / Ambròsi, Vincèn) ;
  • Enrasigats / caminaires (Ramoun, Mirèio / Vincèn, Ambròsi), etc.

En notant ben qu'aquelei oposicions, que pòdon semblar coïncidèntas, o son pas totjorn, se'n manca. I a aquí tot un jòc de diferéncias intèrnas que fa la riquesa dau poèma, e qu'empacha leis interpretacions tròp simplassas. Dau biais : poèma sociau qu'opausa lei rics e lei paures ; es pas faus, e se retròba aquí lei simpatias dau joine Mistral per lei revolucionaris de 1848 ; mai fau téner còmpte de çò que reünís ò dessepara Ambroi e Ramoun ; entre arquetips (Vincèn es cargat de tot un fais d'imatges simbolics, qu'acompanhan e reformulan sa pauretat ; e Mirèio, çò parier, pren son sens dins la fòrça simbolica de son itinerari, dau mas fins ai Santas).

Religar tot aquò a l'alenar fons dau poèma : caminaments antitetics a l'entorn dei fuòcs de Sant-Joan, vers lo mas e luènh dau mas (la fugida de Mirèio) ; caminaments estilistics, entre dialògs, monològs, pausas descriptivas, refranhs, acceleracions e alentiments dau ritme estrofics ; "colors" diferèntas deis estròfas (deis grops d'estròfas) segon lei moments dau poèma ; mobilizacions dei possibilitats linguisticas dau provençau (amolonaments lexicaus ; jòcs dei sufix verbaus, adjectivaus ò nominaus ; emplec dei diminutius e assimilats ; construccions dei frasas ò dei verbs ; esquèmas sintaxics reproduchs en mena de leitmotiv, etc.).

L'estròfa de Mirèio, tan sovènt lausada, es una creacion d'una granda originalitat : apareis coma una forma-sens, que dins ela son recampadas, realizadas ò pas que potencialas, lei fòrças, lei contradiccions e lei "sintèsis" que fan lo còr bategant e la carn viva dau poèma. De mòda que sèmbla pas possible de percórrer lo tèxt e de ne seguir leis endevenenças narrativas ò tematicas sènsa faire de contunha referéncia ai ritmes e ai sons. Es aquela coïncidéncia perfiecha, a l'encòp una e diversa, que, per part assegura la coheréncia de Mirèio coma òbra poëtica majora. Dins cada estròfa, i a, en ritmes e e significacions suggerits ò realament presènts, la totalitat de l'òbra. E cada ensems d'estròfa, grop dins un cant, cant entier, grop de cants e totalitat dei dotze cants, es desenvolopament e modulacion a l'entorn d'aquela forma-sens qu'enclaus la matèria dau tèxt mistralenc. Un forma sens que Mistral tornarà crear dins d'àutreis òbras màgers coma Calendau ò Lou Pouèmo dóu Rose. Per contraponch, lei formas que defugisson aquela forma (lei cançons, coma la "dóu Baile Sufren", ò la de "Magali") ne meton en evidéncia la fonccion sobeirana : es bèn dins l'estròfa coma sistèma que se rejonhon lei vias e lei votz que sei rescòntres e sei desseparacions fan Mirèio. Aqueu "ton just", ò quicòm coma aquò, que Mistral pensava qu'èra pas'ncara bèn capitat dins Lei Meissoun (per aquò lei vouguèt pas publicar) e que passèt tot un lòng tèmps d'escritura per lo trobar e ne perfeccionar lo mecanisme.

Enfin : s'interrogar sus lei questionaments implicits que travèrsan lo poèma. La mòrt e la vida. Lo possible e l'impossible. Lo provençalisme mes en tèxt dins un poèma que son tèma màger es la mesa a mòrt de son eroïna, a travers d'un itinerari qu'es traversada d'un territòri amb son paradís (lo mas), son desert (la Crau) e sei parts infernalas (leis abís de la terra ò deis aigas, la Camarga mai que mai, que Mistral sembla de se n'èstre totjorn mesfisat, e que representa per eu un "entre-dos-monds", un luòc de passatge devers l'en-delà, la mòrt, lo nonren...), sei flumes perilhós, e son cèu (l'immensitat celestiala dei Santas, entre l'aiga, la sau e la mar esbleugissènta de solèu). Passion, suplici, espròva, solitud e vida sociala, dau cèntre ai limits e au "defòra". Tot aquò que son leis espacis de Mirèio.

(*) Estudis de J.-C. Forêt, P. Gardy, J.-Y. Casanova, M.-J. Verny, J. Larzac, P. Martel, R. Gasiglia, reculhits per M.-J. Verny.

(1) Europe, 1959, p. 26.

(2) "La visió panoràmica i la seva transcendència dins de la geopoètica de Verdaguer", Òc, 208, juin 1958, p. 59-65.

Lenga e país d'òc, n°48, page 91 (06/2009)
Lenga e país d'òc - Bibliografia critica dels estudis mistralencs