Practicas

Ensenhar la civilizacion en licèu

Gilles Arbousset

"Réduire notre métier à la transmission d'une langue de communication immédiate, tenter en d'autres termes de faire l'économie d'une réflexion sur la société dont on enseigne la langue, c'est commettre une grave erreur1".
Dins son article de 1990, totjorn d'actualitat, Bruno Halff ditz qu'es impossible d'ensenhar sens se pausar la question del contenut de çò ensenhat, lo problèma de la civilizacion dins l'ensenhament de las lengas es al còr de las preoccupacions de totes los ensenhaires de lenga. Encara mai verai dins una lenga coma la nòstra.

Que ditz lo CECRL (Cadre europèu comun de referéncia per las lengas2) quand s'agís d'ensenhar la civilizacion en cors de lenga ?

Es del costat de las LVE (anglés, espanhòl, italian...) que me calguèt cercar las recomandacions europèas recentas pertocant l'ensenhament de la cultura-civilizacion en cors de lenga. Çò interessant foguèt de constatar la libertat daissada a l'ensenhaire dins la causida de sos supòrts e de son espleitacion dins la mesura qu'inscriu sas sequéncias dins lo tèma e las nocions, distinctas e complementàrias, que constituisson lo programa per cada nivèl.

Sufís d'agachar aquelas nocions, dins lo tablèu çai sota, per comprene que ganhariam a organizar, a problematizar, lo nòstre ensenhament en seguir aquestas dralhas. Elaborèssem de sequén­cias per respondre a las orientacions del CECRL per las LVE, auriam tanben, en LVR, ne dobti pas, de causas plan interessantas de dire als liceans sus lor territòri, son passat, son present, son identitat.

Document (format PDF) :Las nocions al programa LVE

Clarificar la distinccion cultura e civilizacion

Es pas aisit... sovent los ensenhaires fan pas la diferéncia. Dins son obratge Les dimensions culturelles des enseignements de langue J.-C. Beacco (2000) prepausa una distinccion entre civilizacion (universala) e culturas (nacionalas) e suggerís doas orientacions pedagogicas possiblas : l'una fondada sus las valors universalas d'un ensemble cultural, l'autra sus las caracteristicas especificas a un Estat-nacion o a un pòble.

A cada nivèl del licèu, de dralhas especificas...

De nocions clarament ordenadas per cada nivèl : s'apèla una progression. La sabèm, per las foncions lengatgièras, pels elements de gramatica o de conjugason, pel lexic, l'urgéncia de l'elaboracion d'una progression. Lo manual Òc-ben ! es l'otís, plan eficaç per respondre a aquela obligacion. Cresi que nos balhan los programas de LVE l'escasença de pensar una progression (de bastir !) culturala. S'agirà de causir per cada tèma important los documents textuals e iconografics per permetre als liceans de "bastir" la lor competéncia culturala.

Una mesa en garda... lo cors de lenga viva es pas un cors d'Istòria... "L'existence d'un contenu culturel ne doit donc, en aucun cas, être un prétexte à un cours de civilisation." ditz lo programa LVE de Terminala. Rampelem-nos que lo cors d'occitan en licèu es un cors de LV. L'objectiu es l'interaccion, e pas lo cors magistral.

Ont ne sèm dels programas d'occitan pel licèu ?

Lo programa d'occitan pels licèus es ancian. Es estat publicat en 1988 (Arrêté du 15 avril 1988 ; J.O. du 30 avril 1988 : Programmes de langues régionales des lycées), festejarem lèu los vint ans ! Segur meritariá que foguèsse représ. S'agiriá mai que tot d'armonizar los biaisses de determinar los objectius del professor e las competéncias lengatgièras que los liceans an de desvolopar. L'essencial èra ja ben present. Quand espepissam de pròche particularament los elements culturals prepausats mancam pas de remarcar la riquesa de l'espaci occitan que farà la riquesa d'un cors pas coma los autres. Retrobam tanben los principis meses en relèu de longa pels professors : l'afirmacion de l'unitat d'un espaci e de la lenga, tot daissant la paraula a las diversitats "regionalas" e als dialèctes.

Quin sens donar a l'ensenhament d'aqueles punts de civilizacion al programa ?

Coneissèm la polemica. Sèm nosautres segur dins l'urgéncia d'ensenhar "lo local", de donar als joves la consciéncia d'apartenir a una comunautat, de transmetre los elements que nos pareisson fondamentals per que prengan lenga amb son espaci. "Du point de vue idéologique, deux réflexes très enracinés... surdéterminent les refus, au-delà des arguments d'apparence rationnelle qu'ils peuvent mobiliser. Le débat est vécu sur le mode binaire. Pas de compromis possible : on l'a dit, si les langues régionales progressent, c'est le français qui perd. Pour que le français survive, il faut que les langues régionales finissent enfin par mourir, et plonger définitivement dans ce passé qui est leur seul domaine. On note l'enchevêtrement des binômes qui structurent nos discours : français/ patois, avenir/passé, national/local, public/privé, République/communautarisme3..."

D'efièch d'unes veiràn probable puntejar lo dangièr de "luòcs de memòria" menaçant per la Republica. Es lo vejaire de l'istorian Pierre Nora que nòta e denóncia la naissença de "mémoires particulières" que s'opausan, de còps, a l'Istòria ensenhada tota al servici de l'Etat-nacion. Serà pas solet sus aquesta dralha. D'autres diràn lor oposicion a "ces explosions de mémoires". D'autres encara se dreiçaràn contra "le devoir de mémoire", e metràn en relèu çò qu'apèlan "les dangers des trop-pleins de mémoire..." argumentant de las "difficiles relations entre l'impératif de vérité (historique) et celui de fidélité (mémoriel )" per refusar a un grop lo drech de s'interrogar sus son passat e de ne revendicar sa quita interpretacion.

Per astre, d'autres, e serà nòstra posicion, saludaràn la possibilitat d'un ensenhament d'una Istòria rica de sas memòrias crosadas e de sas identitats pluralas. Citi aquí l'istoriana Suzanne Citron, que faguèt paréisser jol títol "Quelle histoire pour quelle nation ?" (sit del jornal Libération, 30 mars 2007) un article que sembla respondre a la question que se pausan los professors d'occitan : perqué podèm ara, devèm ara ensenhar la cultura locala ?

"L'Histoire républicaine et nationale a refoulé dans le non-dit les mémoires des vaincus et des blessés de l'Histoire. Elle a ignoré, dans son récit, les héritages spécifiques des Français alsaciens, bretons, corses, occitans, basques, des descendants d'immigrés, de colonisés, d'esclaves.

Mise en cause par le réveil des mémoires, elle (l'Histoire) l'est aussi par les travaux conjugués des historiens, des archéologues, des anthropologues, des préhistoriens. Ils re-problématisent le passé en fonction d'éclairages neufs. Les nouveaux matériaux, les (re)lectures d'archives, l'interrogation sur le sens différent d'un même mot selon les moments, les lieux et les personnes, permettent de questionner le passé, de déconstruire les postulats nationalistes et scientistes du XIXe siècle, de faire tomber les cloisons artificielles qui emprisonnent les recherches et brident les fulgurances. Ils amorcent le chantier d'une Histoire pour demain, celle d'une France ouverte et multiple, dans une Europe à repenser, dans un monde chahuté, dans une terre en danger. L'Histoire dont les Français ont besoin comme support d'une identité nationale aux mille couleurs doit être mondiale et européenne pour être vraiment nationale, parce que les Français d'aujourd'hui ont des racines dans la planète entière. Tissée de mémoires croisées et d'identités plurielles, cette Histoire sera le support d'une citoyenneté commune des droits et des devoirs, une citoyenneté de combat contre toutes les inégalités, lucide sur les enjeux écologiques, tournée vers l'avenir."

Conciliar l'apròchi comun a totas las LVE e la nòstra volontat de trasmetre
una cultura forçadament ancorada

Un exemple d'aplicacion pedagogica : la nocion de conflite en Terminala per bastir "le rapport au monde". Lo supòrt causit : un detalh de la predèla del retaule "Le couronnement de la Vierge4" de Fra Angelico, musèu del Lovre, Paris, presentat dins Òc-ben ! tòm 2, p. 122.

Le contenu culturel
p. 27 : La notion de conflit englobe non seulement les expressions les plus violentes, telles les guerres locales, la colonisation, l'impérialisme, les guerres entre États et les guerres d'indépendance, mais aussi les désaccords frontaliers, religieux, commerciaux et culturels...
La crosada contra los albigeses
Es un moment dels importants per nosautres. Lo debat serà ric que los mots an un sens. L'estudi d'aquesta question permetrà un agach diferent sul mond actual. Guèrra locala ? colonializacion ? guèrra entre Estats ? problèma territorial, religiós ?
Serem encara mai eficaces amb de documents sorga, de documents autentics.
Les compétences de communication
Compréhension de l'oral ; Expression orale ; Compréhension de l'écrit ; Expression écrite
En prepausant a la classa un dorsièr de documents variats, l'objectiu de l'ensenhaire es la practica de la lenga, valent a dire lo desvolopament de totas las competéncias de comunicacion : compreneson de l'oral (escotar), expression orala (parlar = dire e comunicar), compreneson de l'escrich (legir), expression escricha (escriure). Las activitats mesas en plaça respondràn a aquelas competéncias.
Le contenu linguistique
Le lexique et la grammaire
Caldrà, en foncion de las progressions lexicala, gramaticala... en foncion del contengut dels documents, programar de moments explicits d'aprendissatge de la lenga.
Transversalitat dels aprendissatges p. 28 : Les relations avec les autres disciplines
Outre l'évident bénéfice intellectuel de la mise en convergence des enseignements, ces rapprochements permettent un gain de temps et d'efficacité : l'élève comprend et assimile mieux lorsque le thème abordé en classe de langue a déjà été étudié dans une autre discipline ; il peut d'autant mieux participer à l'activité linguistique s'il peut mobiliser les connaissances acquises à cette occasion. Inversement, l'éclairage apporté par le cours de langue sera un adjuvant précieux pour l'étude de la notion ou du thème abordé par d'autres disciplines ; dans les deux cas, l'élève gagne en plus large perspective.
Descriure un quadre (es una activitat que practican los liceans en cors d'Istòria, de LVE o de francés) es aquesir (descrubrir, reactivar) de competéncias metodologicas transversalas, mas es tanben, primièr benlèu, far l'experiéncia d'un rescontre sensible amb las òbras portairas de cultura. Las Tice nos ajudaràn per rendre aqueste rescontre encara mai marcant.

Çò novèl dins los programas de LVE es, d'abòrd, la volontat de problematizar l'ensenhament. Puèi es clarament dicha la proposicion de programar los rescontres amb los elements culturals fòrts sus las tres annadas del licèu. Fin finala, ausissi la risca denonciada de transformar lo cors de LV en cors d'Istòria. O tornam dire, competéncias de comunicacion e coneissenças culturalas son ligadas, non ierarquisadas.

Aquelas orientacions las podèm acceptar. Devèm, sens esperar lo programa novèl de LR pel licèu, nos apropriar los tèxtes oficials qu'organizan l'ensenhament de la LVE per respondre amb d'eficacitat a l'enjòc bèl de la transmission de la lenga e de la cultura occitanas.

Trobaretz sul sit del rectorat de Montpelhièr los documents prepausats pendent l'exposat e citats dins aqueste compte rendut :
http://www.crdp-montpellier.fr/languesregionales/occitan/ressources/dossiers_enseignants.html

(1) Bruno Halff, Inspecteur général de l'éducation nationale (honoraire), Institut national de recherche pédagogique - Actes de colloque - octobre 1990, INRP - 1991. http://pedagogie.ac-montpellier.fr/disciplines/arabe/publications/civil_cours%20LV.htm

(2) Per telecargar lo CECRL - http://eduscol.education.fr/D0067/cecrl.htm

(3) Philippe Martel, L'Ecole française et l'occitan, UPV 2007 (voir page 89) .

(4) http://www.louvre.fr/... oeuvre... rechercher... Fra Angelico.

Lenga e país d'òc, n°47, page 61 (12/2007)
Lenga e país d'òc - Ensenhar la civilizacion en licèu