Libres pels joves

Des contes en classe? Pour apprendre l'occcitan ?

Florian Vernet

Des contes en classes, pour apprendre l'occitan, oui, s'ils sont adaptés aux objectifs et aux élèves.

Oui s'ils sont abordés après que les éléments qu'ils contiennent ont été manipulés au préalable au cours d'une unité didactique.

Oui s'ils s'inscrivent dans un projet pédagogique global dont ils peuvent devenir le moteur.

Pour les débutants, on peut utiliser des livres pour enfants (dont le texte peut être en français et qu'on adapte) : ceux-ci présentent l'avantage d'être accompagnés d'images qui peuvent aider dans les diverses phases d'utilisation pédagogique.

On utilisera une langue courante, dans des actes de communication simples : dialogue familier, récit simple. Priorité sera donnée à l'oral, à la grammaire implicite. On fera jouer les acquisitions réflexes, la répétition...

Rappelons les phases d'une unité didactique :

  1. Présentation
  2. Explications éventuelles
  3. Répétition
  4. Appropriation
    a) exploitation
    b) fixation
    c) transposition.

Dans le cas qui nous intéresse les phases 1 / 2 / 3 / 4 (a / b) seront abordées.

Nous allons prendre l'exemple de l'adaptation simplifiée d'un album de jeunesse : La brouille, de Claude Boujon, L'école des loisirs, 2003.

On réfléchira à l'utilisation pédagogique de cette version abrégée pour l'apprentissage d'une langue seconde.

On présentera ensuite une version glosée de la même histoire, permettant d'enrichir le discours, de le nourrir de segments dialogués pour développer d'autres types de compétences dans des activités d'oralisation ou de théâtralisation de l'histoire.

1. La garrolha : version abrégée de l'histoire (Florian VERNET)

p. 2Dins dos traucs vesins, dos lapins, un marron, un gris, an fach son ostal. Lo marron, li dison Monsur Brun, e lo gris, Monsur Griset.
p. 4A la debuta, son plan collègas. Lo matin, se saludan atal : "Bonjorn, Monsur, Brun", "E bonjorn Monsur Griset" .
p. 6Mas, un jorn, aquela amistat finís. Monsur Brun s'embufa : "Quin porcàs, aquel Griset, es encara ieu que vau escobar las bordilhas : es una vergonha !"
p. 8Puèi, es lo torn de Griset : "Siás pas caluc ! baissa un pauc la ràdio que m'ausissi plus rosegar mas carròtas !"
p. 9E cada jorn, recomençan a se garrolhar. "Ve, aqueste linge d'estirat. Leva-lo que m'escond lo païsatge e que i vèsi res pus !"
p. 12"D'acòrdi, d'acòrdi. E tu, aganta lo sabon per te lavar, que pudisses !"
p. 14Monsur Brun pren alara una granda decision : "Bastirai un mur per plus lo veire, Adieu, Griset !"
p. 16Mas Monsur Griset aganta la colèra : lo mur, ne fa d'esclapas.
p. 18Aprèp, començan a se carpinhar a de bon "Marcamal !", crida l'un. "Bogre d'ase !", brama l'autre.
p. 20Puèi, n'arriban a se tustar dessús : "Aganta aquela castanha dins l'uèlh !". "E tu, pren-te aquela pinha sus lo morre !" "Mèfi que vas morflar" "Ten, vaqué ma drecha sul nas !".
p. 22Mas arriba un rainal, afamat, se ditz : "Vaquí mon desjunar en tren de se carpinhar, la caça serà aisida."
p. 23Urosament, los lapins l'avisan : s'entraucan dins lo meteis trauc, per escapar.
p. 26"Esperatz, es pas encara acabat, ne vau agantar un a l'azard : marron o gris, es parièr, los lapins an lo meteis gost !"
p. 28Del temps que chaspa al fons del trauc, los dos lapins, ensems, cavan una galariá cap al trauc vesin.
p. 30Lo rainal tròba pas res, e los lapins s'escapan, en passant de l'autre costat.
p. 32Lo rainal es colhonat. Los lapins, eles, son plan luènh.
p. 34A partir d'aqueste jorn, son amics, tornar Se garrolhan pas tròp, just çò que cal. An gardat la galariá, atal, quand plòu, se pòdon garrolhar coma vòlon.

Quelques pistes didactiques

Prérequis

Les premières leçons ont été assimilées : discrimination des personnes verbales au présent de l'indicatif., prononciation des phonèmes spécifiques, vocabulaire de base (questions), phrase négative. Les élèves savent demander (cossí se ditz ?) les éléments dont ils ont besoin.

Objectifs

Acquisitions lexicales. Approche de l'impératif. Pratique de la conjugaison ("étre", verbes réguliers aux trois personnes du singulier). Débloquage de la parole personnelle.

Démarche

  1. Le texte est raconté (joué !) par le Professeur, en montrant chaque séquence illustrée, et en expli-cant éventuellement les mots indispensables, comme escobar, bordilhas, rosegar, garrolhar, faire d'esclapas, carpinhar, chaspar... si nécessaire en les mimant, en les traduisant.
  2. Il est ensuite reconstitué à l'aide de questions fermées (qui contiennent les éléments de réponse sans modification). Ex.: Quant i a de lapins ? Cossí lor dison ? Ont an fach son trauc? Cossí es Monsur Brun ? Que son totes dos ? Cossí son a la debuta ? Qué dison per se saludar ? Dura aquela amistat ? (NB: emploi de la phrase négative attendu). Es content Monsur Brun ? etc.
  3. La partie dialoguée est ensuite reprise par les éléves séquence par séquence. On donne la consigne et on désigne les élèves à tour de rôle.
  4. Transposition. Pour jouer sur les personnes. Ex.: Que ditz Mansur Griset ? (passage à la première personne: on fournit le premier modèle ("m'entendi plus rosigar"). Que ditz Monsur Brun ? Faire raconter l'histoire à la première personne. Ex.: Rèsti dins un trauc, me dison Mònsur Brun, soi un lapin, mon vesin li dison Griset, es un porcàs ...
  5. Eventuellement, mise au point. (opposition des 3 premières personnes: -i, -s, -zéro) intégrée à un exercice, sous forme de jeu de communication si possible. Ex.: formation de l'impératif. (à partir de baissa, leva-lo, aganta, pren, esperatz.)
  6. Réemploi. Lavar: lava-te, lavatz-vos. Saluda ton vesin, salu-datz vòstres vesins. Chaspa al fons del trauc, chaspatz... Pren aquela castanha, prenètz aquelas castanhas... En fonction de la classe, du moment dans l'année.
  7. Lecture par les élèves d'une partie du texte (silencieuse d'abord avec explications et aide à la demande). Explication éventuelle du code graphique utilisé (accent tonique, prononciation, etc).

2. La garrolha : version glosée de l'histoire (Gilles ARBOUSSET)

p. 21Dins dos traucs vesins, dos lapins, un marron, un gris, an fach son ostal. Lo marron, li dison Monsur Brun, e lo gris, li dison Monsur Griset.
p. 4A la debuta, tot va plan. Son plan collègas. Lo matin, se saludan aital : "Bonjorn, Monsur Brun !", "E bonjorn Monsur Griset !" "Va plan, Monsur Brun ?", "Va plan, va plan, Monsur Griset !" "Vos desiri una bèla jornada Monsur Brun !", "Ieu tanben vos desiri una bèla bèla jornada Monsur Griset !" A la debuta, tot va plan. Son plan collègas Monsur Brun e Monsur Griset !
p. 6Mas, un jorn, Marcamal se passeja, aquela amistat granda finís. Es Monsur Brun que s'embufa / que se met en colèra... lo primièr : "Quin porcàs, aquel Griset, soi ieu, encara, que vau escobar las escobilhas : es una vergonha ! Quin porcàs, aquel Griset ! As pas vergonha de daissar rebalar tas bordilhas de pertot ! Es pas possible !"
p. 8Puèi, ven lo torn de Griset : "Sès pas caluc ! baissa-me un pauc la ràdio que m'au sissi pas pus rosegar mas carròtas ! Sès sord ? Es pas possible !"
p. 9E cada jorn, cada jorn, tròban un subjècte novèl de garrolha. "Ve, aqueste linge d'estirat... Es pas possible de veire aquò !... Lèva-lo aqueste linge que m'escond lo païsatge... Lèva-lo ton linge que i vesi pas pus res !"
p. 12"D'acòrdi, d'acòrdi. Mas tu, aganta lo sabon per te lavar, que pudisses !"
p. 14Monsur Brun pren alara una granda decision : "Bastirai una muralha, entre tu e ieu, per pus te veire ! Adieu, Griset !"
p. 16Mas Monsur Griset aganta la colèra negra : la muralha, ne fa d'esclapas, la destrusís, la chapla.
p. 18Alara, començan de se carpinhar a de bon. E es una brava garrolha ! "Marcamal ! Sès un Marcamal !", crida Monsur Griset. "Bogre d'ase ! Sès un ase !", brama Monsur Brun.
p. 20Coma se compren, n'arriban a se tustar dessús, a se picar sul nas ! E plan coma cal ! PINGA PANGA ! "Aganta aquela castanha dins l'uèlh." "E tu, pren-te aquela pinha sus lo morre." "Mèfi ! que vas morflar encara." "Ten, vaquí ma drecha sul nas." Se pican sul nas sens se mesfisar de res !
p. 22Per malastre, arriba un rainal, afamat... un rainal ventrevuèg. "Vaquí mon desjunar en tren de se carpinhar, la caça serà aisida, uèi." se ditz lo rainal.
p. 23Urosament, los lapins l'avisan : se ronçan dins lo meteis trauc, per escapar a la bèstia afamada.
p. 26"Esperatz un pauc, es pas encara acabat, vos vau agantar l'un o l'autre, a l'azard : marron o gris, es parièr, los lapins an lo meteis gost !"
p. 28Del temps que lo rainal palpa al fons del trauc, los dos lapins, ensems, cavan una galariá cap al trauc vesin per fugir.
p. 30E lo rainal tròba pas res dins lo trauc. Los lapins s'escapan, a totas cambas, en passant de l'autre costat, per l'autre trauc.
p. 32Lo rainal ventrevuèg es plan colhonat. Los lapins, eles, son plan luènh.
p. 34A partir d'aqueste jorn, Monsur Brun e Monsur Griset son amics, tornarmai. De còps se garrolhan... mas pas tròp, just çò que cal. An gardat la galariá, aital, quand plòu, se pòdon garrolhar coma vòlon.

E cric e crac... es acabat !
E cric e crac... e lo lapin es pas manjat.
E cric e crac... nimai banhat.

(1) Les numéros indiquent le numéro de la page de ralbum La Brouille, Claude BOUJON, L'école des loisirs, 2003. On peut raconter Fhistoire en s'aidant des dessins.

Lenga e país d'òc, n°43, page 71 (10/2005)
Lenga e país d'òc - Des contes en classe? Pour apprendre l'occcitan ?