Estudis

Dei mots òc, occitan, occitania...

Josiane Ubaud

Presentam aicí un trocet de nòstra Introduction à la lexicographie occitane, que figura en primiera partida de nòstra Diccionari Ortografic a man d'èstre acabat.

L'usatge d'aquelei mots es ara sovent cargat de connotacions politicas, ideologicas, negativas de còps (per lei provençalistas per exemple, que li venon en òdi). Nos sembla interessant de restituir de testimònis d'usatge a travèrs l'istòria, que mòstran au còntra que foguèron emplegats per çò que son e qu'aurián jamai degut quitar d'èstre: d'iperonims per designar la lenga d'oc dins son ensems e lo territòri ont se parla aquesta lenga. De provençalistas assajan despuei longtemps de lei presentar coma d'invencions relativament recentas, "per quauqueis enrabiats tolosans anti-felibres que vòlon envasir Provença", per resumir d'un biais caricatural.

Se quauqueis exemples de lingua occitana o patriae linguae occitanae son ja coneguts dins dei tèxtes dau poder centrau francés a partir dau sègle 13en, volem restituir aicí d'exemples d'emplecs mai modèrnes. Mai aquest estudi lexicau se vòu pas exaustiu, tant se ne manca: es simplament la resulta de nòstrei lecturas a l'azard. Evidentament, donarem pas aicí d'exemples d'usatges lexicaus dau costat lengadocian, valent a dire dau costat dei convinçuts.

"Voici quelques exemples1, connus et moins connus, de "occitan", "Occitanie", "oc", "occitanien", ou d'idées exprimant la collectivité du territoire, la notion d'un espace élargi:

  • Poésies Occitaniques, Fabre d'Olivet, 1803, et chez Florian, poésies au sujet desquelles Yvan Gaussen rappelle dans son Anthologie des écrivains du Gard que l'auteur "emploie ce mot, après Florian, pour exprimer à la fois le provençal et le languedocien". Nous reviendrons plus loin sur le Salut à l'Occitanie, pastiche de Florian.
  • Parnasse Occitanien, Rochegude, 1819.
  • Mélanges Occitaniques, L'Occitanique, gazettes publiées à Montpellier dans les années 1831-1835, citées par P. Azéma:
  • Dictionnaire de Frédéric Mistral: ("óucitan, ano. Terme littéraire. Occitanin, aine. Ouccitanien, languedocien, ienne. Méridional, ale.", "Óucitanio, óucitanié (m), Ouccitanìo (lg;). Occitanie, nom par lequel les lettrés désignent quelquefois le Midi de la France et en particulier le Languedoc"),définition au sujet de laquelle P. Azéma faisait remarquer que: "Mistral l'a pas fougnat, ni fourviat - ni desvirat d'un sens qu'aviè, dounc, sèns countèsta, en 1876, e qu'a pas fach dempioi que s'espandi e s'afourti."
  • dans différents statuts du Félibrige à partir de 1878 qui parlent des différentes maintenances; "mantenènço courrespondènto is anciàni prouvinço de l'Oucitanio"; et d'une A. G. annuelle qui se tiendra "dins uno vilo diferènto de l'Oucitanio", jusqu'à ceux de 1911 évoquant "la Nacioun Oucitano",
  • comme titre d'une revue, Occitania, publiée dans les années 1880 par la Maintenance du Languedoc où il est rendu compte et publié des oeuvres de tous les dialectes.
  • dans la publication à Montpellier en 1886 d'un Salut à l'Occitanie, pastiche d'un texte du languedocien Florian écrit par le provençal Fortuné Pin en 1820, traduit en 107 idiomes différents de la langue d'oc, à l'occasion du premier centenaire de l'abbé Fabre (et dont un exemplaire a été déposé dans son tombeau à cette occasion).
  • sous la plume de Folco Baroncelli qui parle de "raço d'oc", qui a par ailleurs créé le drapeau de la Nacioun Gardiano aux couleurs rouge et or de la Catalogne, du Languedoc et de la Provence, portant d'un côté la barque des Saintes Maries, de l'autre la croix des comtes de Toulouse, avec le cri de guerre des ancêtres de la Croisade albigeoise: "Toulouso, Prouvènço e Avignoun".
  • Dans le titre du dictionnaire de Louis Piat Dictionnaire français-occitanien (1894), donnant l'équivalent des mots français dans tous les dialectes de la langue d'oc moderne, et dans la préface où il explique son choix de "occitanien",
  • Dans un numéro du Félibrige Latin de 1898, sous la plume de Charles Brun: "l'asart a vougut que seguesse la Prouvença la premiera à se boulegà e que faguesse espelí una grelhada de troubaires qu'un d'eles es, sembla, lou retrach de l'ama aucitana";
  • Dans divers numéros de L'Armana Prouvençau ou de l'Aiòli, cités justement par P. Azéma, sous la plume de F. Mistral qui louange: "lou valerous Roque-Ferrier, l'infatigable empuradou de la sciènci oucitano", sous la plume de M. André pour lui dénier un succès possible: ("La paraulo Ouccitanio a dóu mau de la cavalo de Rouland: a tóuti li qualita em'un soul defaut, lou d'èstre morto [...] Poudias pas chausi plus malurousamen, car es impoussible que devèngue poupulàri"); ou sous celle de P. Dévoluy pour la louanger: ("la magnanimo Ouccitanio que se destressouno")2;
  • Sous la plume de J. Anglade en préface d'une Anthologie de l'Amour Provençal publiée en 1909, en évoquant la poésie provençale des Troubadours: "le mot le plus exact, - et d'ailleurs il a été souvent employé-, serait occitanique ou occitanien. L'Occitania comprendrait linguistiquement tous les pays de langue d'oc, comme la Romania désigna pendant longtemps les pays de langue "romaine" ou latine:
  • Dans la Revue des Langues Romanes de 1911, qui édite la Grammaire Générale Populaire des Dialectes Occitaniens de L. Piat, qui illustre ses propos avec des exemples gascons, béarnais, languedociens, provençaux, niçois, auvergnats, comme dans son dictionnaire;
  • Dans Lou Cartabèu de Santo Estello de 1912, 1913, 1914, qui rappelle un des statuts du Félibrige: "la toco dóu Felibrige es toujour de garda longo mai a la nacioun óuccitano sa lengo, sis us, soun gàubi, e tot ço que constituïs soun èime naciounau. Sa dóutrino es caupudo dins lis obro de F. Mistral e de si disciple",
  • En préface d'un recueil de poésies du languedocien P. Albarel, La Vouès de la Pinedo, 1914, sous la plume du capoulier marseillais Valèri Bernard, parlant du pin de nos collines: "testard, estaca... coumo nosto vièio lengo oucitano amigo di pouèto e di pastre", ou encore "Ah! li pinedo seculari! Se poudien parla! (...) Soun restado drecho coumo la raço oucitano";
  • Dans ce même recueil de poésies, sous la plume de l'auteur lui-même: "Lou Dius v'a vol ardit a tindat a Malhano/S'escarralhant pertout a travès mount e plano/Boulegant lou pople ouccitan";
  • Dans l'Armana Prouvençau de 1917 sous la plume du capoulier Valèri Bernard à propos des bulletins en langue d'oc envoyés par les poilus à leur famille: "Jamai courrespoundènci felibrenco fuguèron autant sabourouso, autant pleno de preoccupacioun óucitano e patrioutico"3;
  • Dans les Armana Marsihés des années 30 écrits en graphie mistralienne: "en aquelo annado 1930 que si festejo lou centenàri de la neissènço de Frederi Mistral, avèn vist tout lou pople óucitan ei manifestacien ourganisado pèr lou Felibrige en l'ounour de l'engèni poutènt dóu poueto inmourtau...";
  • En couverture de la revue littéraire Le Feu (numéros des années 1933 et suivantes), fondée par Joseph D'Arbaud, qui s'intitule en sous-titre "Revue Occitane, Revue des Pays d'Oc";
  • Dans le Florilègi de la Nacioun Gardiano de 1932: "Paul-Louis Mercanton, enfant de La Vaux (Suisse), a bu dès sa prime enfance à la source occitane, dans le parler, maintenant presque éteint de ce vieux terroir. Ainsi s'accoutuma-t-il à la langue d'oc, et spécialement au provençal.";
  • Dans la Revue des Pays d'Oc (juillet-septembre1933), où Bogomir Dalma rend compte du Troisième Salon des Artistes Occitans à Paris: "Une trentaine d'artistes y ont pris part et leurs oeuvres lumineuses nous ont transportés dans le Roussillon, le Languedoc et la Provence [...] J'ai visité l'exposition avec le grand et noble régionaliste Charles Brun [...] et sa dialectique fleurie, incisive [...] fait aimer l'Occitanie. [...] Et présidant toute cette exposition, la très noble et belle figure de l'immortel Mistral, très harmonieusement peint par D. Valverane. [...] Nous espérons que le quatrième Salon des Artistes Occitans réunira un plus grand nombre d'artistes et montrera aux Parisiens et étranger ravis le visage immortel de l'Occitanie, berceau de génies clairs"4;
  • Dans l'hommage rendu à Nourat Valentin5, fondateur en 1934 avec un autre marseillais Vic Daumas, de la Societat d'Art Occitan. On y restitue plusieurs de ses conférences sur l'art, on rappelle que "coumènço d'escriéure d'article sus l'art dins lei publicacien felibrenco", sa volonté de faire un musée des peintres provençaux au château de l'Empèri, pour ériger Salon en "capitalo d'art óucitan" (projet avancé puisque la salle était accordée), et on y déplore que "sa mouert nous privo de l'escrivan d'art que manco encaro au Felibrige";
  • Dans la collection Encicloupedio Prouvençalo, publiée à Aix-en-Provence, où le poète provençal Eugène Martin évoque "la sèuvo d'Ouccitanio" (1943);
  • Dans l'Armana Prouvençau de 1948 sous la plume de Marius Jouveau, qui rend compte des activités domaine par domaine et notamment pour l'art, où il signale: "Pèr Nouvé, la Soucieta d'Art Oucitan, à Marsiho, a fa d'espousicoun d'art calendau" :
  • Dans la revue varoise Lou Liame (1972), Revisto de culturo prouvençalo qui reprend un article de la revue Lou Païs: "Le majoral Pierre Miremont écrit en graphie occitane. De vieux félibres, grands lettrés pourtant, bronchent encore en lisant cette orthographe des troubadours, qui fut abandonnée pendant plusieurs siècles, jusqu'au jour où un chanoine limousin, nommé Roux, la ressuscita, vrai miracle".

On pourrait certainement multiplier les témoignages et citations, dans l'espace et dans le temps6, où les mots "occitan", "Occitanie" n'étaient pas des pestiférés éliminés des revues en graphie mistralienne du Félibrige provençal. Certaines deviendront ensuite "occitanistes", notamment toutes les publications et activités du cercle marseillais Lou Calèn/Lo Calen, fondé
en 1925 par A. Conio et J. Reboul7. Contrairement donc aux idées reçues et n'en déplaise aux sourcilleux mais bien réducteurs gardiens du temple, les "Occitanistes" sont tout autant les dignes héritiers de Mistral que les "Mistraliens", et en sont eux aussi les continuateurs: les premiers partisans de la graphie classique en Languedoc étaient aussi des fidèles disciples de Mistral (ce que leur dénégaient bien sûr les féroces gardiens du temple), et la graphie classique ne fait pas bondir tous les membres actuels du Félibrige, tant s'en manque. Il en est même de nombreux qui l'emploient outre Rhône... Et si Valère Bernard était président de la SEO, la majorale Marcelle Drutel était membre de l'IEO."

Evidentament, donam tanben dins nòstra introduccion dei citacions deis enemics ferotges dau "vocable occitan", que P. Dévoluy. Mai nos semblava mai que mai interessant de restituir aqueleis exemples d'usatge neutre, e pas solament per lei joinas generacions: bèla primiera, aviam pas consciéncia d'aquestei fachs lexicaus tant ancorats dins l'usatge, largament avant la creacion de la SEO en 1935. Se ne'n jutjam per lei reaccions ausidas ai jornadas de Larraset (81), ont avèm presentat aquest estudi, eriam pas soleta d'èstre un pauc dins aquesta ignoréncia istorico-lexicala... Es que pòt qu'ajudar a redusir la fractura entre dos camps suspausats opausats?

(1) Laissam lo tèxte en francés tau coma es dins nòstre manescrich

(2) Ces deux derniers ont ensuite évolués de façon divergente: P. Dévoluy se fera un ennemi acharné "du vocable occitan", Marius André emploiera sur le tard la graphie occitane.

(3) Au printemps de 1935, le cercle Lou Calen de Marseille a fait d'ailleurs apposer sur la maison de Valèri Bernard, sur le Vieux Port, l'hommage suivant:
("Eici l'aguent soun oubradou lou mestre V. Bernard pintre gravaire poueto roumansié capoulié dóu Felibrige travaie per la Prouvenço e per la reneissenço oucitano", "Ici en son atelier le maître V. Bernard peintre poète romancier capoulier du Félibrige travailla pour la Provence et pour la renaissance occitane".

(4) Cette revue trimestrielle, dirigée par F. Mistral neveu, était publiée à Avignon et comprenait entre autre dans son comité plusieurs majoraux du Félibrige (P. Azéma, P. Fontan, M. Jouveau, C. Grando), et des professeurs de langues romanes des facultés de Bordeaux (G. Guillaume) et d'Aix (E. Ripert). Elle rendait bien sûr compte de toutes les productions en langue d'oc... d'est en ouest et du nord au sud.

(5) Lou souveni de Nourat Valentin, Couleicien de l'Araire, Marsiho, 1940.

(6) En plus bien sûr des témoignages du côté languedocien, avec A. Perbosc et P. Estieu (et leur revue Occitania créée en 1879) pour ne parler que des plus célèbres, qui ont aidé à son expansion dans l'usage. Ou des autres publications ayant eu pour titre Occitania, ou des revues comme le Gay Saber ou Oc et qu'il n'y a bien sûr pas lieu de citer ici. Si ce n'est, en exemple parmi tant d'autres, cet hommage à Roumanille à l'occasion du cinquantenaire de sa mort, qui dit clairement la filiation Félibrige/Occitanisme qu'il y avait dans les esprits: "J. Roumanille peut être considéré comme le Père du Félibrige, le promoteur de la Renaissance occitane au XIXe siècle"; (Canounge Avril, in Gay Saber n° 194, Mai-Juin1941).

(7) Dont une photo restée célèbre, le montrant transportant dans une brouette la tête en bronze (sauvée de la guerre) de Mistral, pour qu'elle soit réinstallée dans les jardins du palais Longchamp à Marseille. Acte éminemment anti-mistralien comme on peut le constater...

Lenga e país d'òc, n°43, page 19 (10/2005)
Lenga e país d'òc - Dei mots òc, occitan, occitania...