Dossier : Le langage comme outil de création

La magie des mots et des images, le pouvoir de l'imaginaire

Jany Sanfilippo, lycée professionnel hôtelier de Saint Chamond (42),
Nedjma Benahmed, lycée professionnel Ayguerande à Belleville sur Saône (69).

Projet didactique

Cette séquence permet de répondre à la deuxième question de l'objet d'étude "Du côté de l'imaginaire" : "Comment l'imaginaire joue-t-il avec les moyens du langage à l'opposé de sa fonction utilitaire et référentielle ?".

Nous avons fait le choix de travailler sur le thème du rêve car celui-ci occupe une place prépondérante chez les surréalistes. Il était, en effet, perçu comme un "matériau" présent au sein de chaque individu, révélant nos pensées intimes et surtout une pensée libre qui engendrerait une écriture "libre de tout contrôle", riche en images. Pour ce faire, notre fil directeur de séquence, s'articule autour de la problématique générale : "En quoi l'expression des rêves permet-elle de donner au réel une autre dimension ? En quoi, l'onirisme est déterminant dans l'écriture poétique ?".

Notre projet didactique et pédagogique a donc pour but de permettre aux élèves de découvrir que le rêve, l'imaginaire sont sources de création artistique et que le langage littéraire et pictural sont les matériaux qui permettent à chaque individu de s'exprimer sur le réel. Il s'agit, à travers des jeux d'écriture et de mise en voix, de stimuler l'imaginaire des élèves et, en goûtant à la puissance des mots, de leur faire découvrir les ressources du langage.

Nous avons choisi, dans la séquence de viser la compétence "entrer dans l'échange écrit" et nous nous sommes fixés comme objectif de réaliser un entraînement final à la certification intermédiaire tout en poursuivant l'apprentissage de l'autonomie en lecture pour permettre aux élèves de réutiliser les connaissances dans la mise en oeuvre des deux capacités visées, à savoir, interpréter le discours tenu sur le réel à travers le discours sur l'imaginaire et réaliser une production faisant appel à l'imaginaire. Par conséquent, la séance n° 3 propose, comme stratégie didactique, en vue de les préparer à cet entraînement final, un exercice à la lecture analytique d'un poème surréaliste. Nous avons fait ce choix de présentation pour dire comment nous envisageons l'apprentissage de cette démarche avec la lecture du poème de Robert Desnos, J'ai tant rêvé de toi.

Fil conducteur annuel

Notre fil conducteur annuel est le suivant : "En quoi l'appel à l'imaginaire permet-il à la fois évasion, réflexion, lutte et enrichissement de la réalité ?".

Place de la séquence dans la progression annuelle

Cette séquence est la quatrième de l'année, après deux séquences sur l'objet d'étude "Les philosophes des Lumières et le combat contre l'injustice" (une oeuvre longue et un groupement de textes) et une séquence sur l'objet d'étude "Du côté de l'imaginaire."

Document (format PDF) : Tableau synoptique de séquence

Observations sur la séquence

Cette séquence a été menée dans trois classes de 1res Bac pro, deux classes Restauration et une classe Pâtisserie.

Les séances 1 et 2 ont été réalisées en co-animation avec la professeure d'arts appliqués (nécessité d'un aménagement de l'emploi du temps des élèves et des professeurs), ce qui a permis aux élèves d'entrer d'une manière différente dans la séquence. Les élèves ont été immédiatement intéressés par les jeux d'écriture surréaliste autour du "rêve", ils ont joué volontairement avec les mots, les phrases et les images et ont donné libre cours à leur imagination. Au début, certains élèves ont été déstabilisés par l'écriture automatique : la création d'images surprenantes, les rapprochements étonnants, sans contraintes syntaxiques et sémantiques, et pourtant ces écrits pouvaient donner des émotions, des effets de surprise, sans nécessairement les comprendre et les expliquer complètement.

Finalement, on a pu constater que l'ensemble des activités ont "désacralisé" l'écriture et ont permis aux élèves d'être moins inhibés dans leur production écrite, ils étaient alors disposés à étudier dans la séquence des supports exigeants (textes et images surréalistes). L'étude du groupement de textes et d'images a suscité réflexion et interrogations des élèves sur le fonctionnement de la langue (syntaxe, lexique, orthographe), donnant lieu à des échanges d'interprétation très intéressants, les élèves en difficulté étant très actifs et créatifs tant à l'oral qu'à l'écrit. De ce fait, la séance n° 3 propose, comme stratégie didactique en vue de préparer nos élèves à cet entraînement final, un exercice à la lecture analytique d'un poème surréalisme afin que les élèves s'approprient la démarche de cette lecture en donnant du sens au poème de Robert Desnos, J'ai tant rêvé de toi. Ce poème a permis d'aborder des notions grammaticales en menant une progressivité des apprentissages en partant des acquis des élèves comme les types de phrases et les valeurs des temps verbaux en expliquant leur utilisation. Cette démarche a mis en confiance les élèves et a permis par la suite d'analyser et interpréter des procédés d'écriture plus complexes, comme l'alternance entre phrase simple et phrase complexe. Le plus difficile a été de donner du sens à ces phrases complexes et de mettre en lumière les effets des procédés syntaxiques ; d'où le choix d'aborder cette séance en deux heures pour laisser le temps aux élèves de s'approprier ces notions.

Par ailleurs, la scène onirique supervisée par Dali dans le film d'Alfred Hitchcock, La Maison du docteur Edwardes, a captivé les élèves et l'écriture d'invention a donné des résultats très intéressants, ils ont su faire parler leur imaginaire tout en respectant les consignes données et les contraintes du récit filmique.

Enfin, il ne faut pas oublier que la séquence était à dominante écriture et l'objectif était aussi de réaliser un entraînement à la certification intermédiaire afin de permettre aux élèves de remobiliser toutes les connaissances en vue des deux compétences visées - interpréter le discours tenu sur le réel à travers le discours sur l'imaginaire et réaliser une production faisant appel à l'imaginaire. Les résultats de l'évaluation (dernière séance) ont montré que les élèves avaient su réinvestir les compétences et connaissances travaillés dans la séquence. Par ailleurs, certains d'entre eux ont choisi d'utiliser des tableaux surréalistes pour leur dossier CCF d'arts appliqués, ce qui montre l'intérêt porté à l'ensemble de la séquence.

Texte associé : Annexe 1 - Lecture analytique : Paul Éluard, "Je rêve que je ne dors pas"

Texte associé : Annexe 2 - Évaluation certificative et correction

Lire au lycée professionnel, n°73 (03/2014)

Lire au lycée professionnel - La magie des mots et des images, le pouvoir de l'imaginaire