Zoom sur...

"Mythologie et littérature dans la peinture" au Musée de Grenoble : parcours thématique pour le second degré

Propos recueillis par Virginie Chavant, lors d'un entretien accordé à la Revue par Dany Philippe-Devaux, chargée de la formation des enseignants et des projets pédagogiques (Service des publics au Musée de Grenoble), le jeudi 19 avril 2012.

Le Service des publics du Musée de Grenoble - Musée des beaux-arts et des antiquités de la ville de Grenoble - a pour mission première de favoriser la découverte des collections et des expositions afin de sensibiliser et d'initier tous les publics à l'histoire de l'art et aux arts plastiques.

De nombreux parcours et ateliers dans les collections du Musée ont ainsi été mis en place, s'adressant à différents types de publics : de la petite enfance (dès la crèche) au second degré.

Si les classes du primaire représentent plus de la moitié des publics scolaires1 participant à ces différents parcours et ateliers, on note une réelle augmentation des élèves du second degré depuis la mise en place de l'histoire des arts dans les programmes. Et notamment en lycée professionnel, avec la réforme du baccalauréat professionnel.

Les enseignants sont, en effet, très demandeurs de formation à l'histoire des arts (le Musée assure cette formation par le biais d'un professeur-relais), se sentant bien souvent démunis dans ce domaine. Le Musée de Grenoble constitue donc pour eux une réelle opportunité pour aborder cette histoire des arts.

Concernant les collèges et les lycées, ces parcours s'organisent dans la collection selon deux axes :

  • les parcours dans le temps qui constituent une initiation à l'histoire de l'art (du Moyen Âge au XXe siècle) ;
  • les parcours autour d'un thème, qui étudient plus précisément l'évolution des formes et la place de l'artiste dans la société.

D'une durée d'1h30, les parcours proposés par le Musée de Grenoble permettent aux jeunes d'avoir un rapport nouveau à l'oeuvre d'art. Grâce à une quinzaine de médiateurs chargés d'accueillir les publics, les élèves vont travailler sur une véritable lecture de l'image : les formes, les couleurs, la lumière... : les invariants plastiques sont analysés. Puis est abordée la représentation proprement dite du sujet. Des textes viennent parfois enrichir les propos (par exemple la lecture d'extraits de l'Iliade et de l'Odyssée pour l'étude de Homère mendiant de Jules-Jean Antoine Lecomte de Noüy (1881)). Bien évidemment, la période artistique dans laquelle se situe l'oeuvre, ainsi que la biographie de l'auteur sont évoquées. Pour qu'un véritable échange puisse s'instaurer entre les élèves et le médiateur, les classes (à gros effectifs) sont scindées en deux groupes.

Une quinzaine d'oeuvres peuvent ainsi être étudiées : les enseignants, au préalable, peuvent indiquer leurs choix aux médiateurs du Musée, en privilégiant notamment telle ou telle oeuvre, en fonction de leurs priorités.

Citons quelques exemples.

  • La sculpture en bronze d'Hercule (anonyme, XVIe siècle) : étude de la matière (le bronze), puis de la figure du héros antique (les douze travaux...).
  • Diane au bain et Actéon (Hendrick van Balen, XVIIe siècle) ou encore Diane et ses nymphes au bain (Dirck van der Lisse, XVIIe siècle) : parallèle avec les Métamorphoses d'Ovide.
  • Le châtiment de Callisto (Bartholomeus Breenbergh, XVIIe siècle).
  • Enlèvement de Proserpine (Joseph-Marie Vien, XVIIIe siècle) : l'histoire de Proserpine, ainsi que la lecture de l'oeuvre (très riche), séduisent beaucoup les élèves.
  • Danaé (Gaspare Diziani, XVIIIe siècle).
  • Hercule et Lycas (Jean-Bapiste Mauzaisse, 1820) : inspiré par un passage des Métamorphoses d'Ovide.
  • Flore caressée par Zéphyr (François Gérard, 1802).
  • Phryné (James Pradier, 1845).

À la demande des enseignants, dans le cadre des programmes et en lien avec leurs enseignements, l'accent peut être mis sur certaines oeuvres, en particulier. La préoccupation principale du Musée est de mettre les jeunes face à une oeuvre d'art, un "vrai" tableau, une "vraie" sculpture.

Si les parcours 38 et 39 peuvent sembler difficiles d'accès pour les élèves, le Musée a su s'adapter aux nouveaux programmes du secondaire, en s'inscrivant de plus en plus dans l'histoire des arts proprement dite : ainsi est étudié le statut du peintre dans son époque, la lecture de l'image s'intéresse à l'étude du corps, des formes..., ce qui est plus parlant pour les adolescents.

Le Musée de Grenoble travaille actuellement à l'enrichissement de son site Internet ; une partie "Ressources" devrait voir le jour, avec entre autres choses la création de dossiers sur les grandes périodes de la collection, offrant ainsi de véritables outils pédagogiques aux enseignants pour préparer sereinement leur visite.


(1) En 2010, 56 000 élèves, de la maternelle à la terminale ont visité le Musée avec leurs enseignants : 55% venaient du primaire, 18% de maternelle, 15% du collège et 12% du lycée.
Pour cette année scolaire, le parcours 38 est consacré à "Mythologie et littérature dans la peinture du XVIe au XIXe siècle" ; signalons également le parcours 39, consacré à "La figure du héros", qui aborde également certaines figures mythiques.

Lire au lycée professionnel, n°68 (06/2012)

Lire au lycée professionnel - "Mythologie et littérature dans la peinture" au Musée de Grenoble : parcours thématique pour le second degré