Dossier : Mythes et figures mythiques dans les arts et la littérature au XXe siècle

Une séquence autour du mythe de Robinson

Agnès Liesse, PLP lettres histoire (académie de Lille)

Pourquoi le personnage de Robinson est-il devenu mythique ? Telle est la problématique qui guide cette séquence s'inscrivant dans l'objet d'étude "L'homme et son rapport au monde". C'est à partir de la question "Les mythes appartiennent-ils au passé ?" que l'étude du mythe de Robinson s'est décidée. Après lecture de plusieurs robinsonnades, des oeuvres et des textes se sont imposés : Vendredi ou la vie sauvage de Michel Tournier, Suzanne et le Pacifique de Jean Giraudoux, Sa majesté des mouches de William Golding et des extraits ciblés du film Seul au monde de Robert Zemeckis. Cette séquence invite à réfléchir sur la condition de l'homme face à sa solitude, face à une situation a priori insurmontable en comparant des extraits d'oeuvres dans lesquels des différences se dessinent.

Les capacités préconisées par le référentiel des nouveaux programmes visées ici sont "Interpréter la dimension symbolique d'un personnage" et "Repérer en quoi une situation ou des personnages de fiction peuvent représenter des questions humaines universelles".

Concernant les connaissances, ont pu être vus mythes et figures mythiques, la notion de symbole, le lexique de la nature, de la culture, de la société, la distinction entre individuel, collectif et singulier, sans oublier le vocabulaire des émotions.

"S'interroger sur la condition humaine" et "S'intéresser à l'expérience d'autrui comme élément de l'expérience universelle" sont les deux principales attitudes visées dans cette séquence.

Compte tenu de l'apport de documents certes variés mais nombreux, cette séquence est construite de sorte à faire travailler les élèves en groupe, tout en aménageant des temps de travail en autonomie.

Afin de faire entrer les élèves dans cette problématique, à la manière de la captatio benevolentiae, j'ai procédé à une lecture de l'incipit de Vendredi ou la vie sauvage en guise de lancement. Ils pénètrent ainsi dans un univers imaginaire mais qui leur parle. Ensuite, je leur ai demandé de produire un travail d'écriture ayant pour consigne : "Robinson vient de faire naufrage et d'échouer sur une île. Imaginez que cette mésaventure vous arrive. Quelles seraient vos premières réactions ? Quelles seraient vos premières actions ?". Les travaux furent très pertinents pour la plupart et une mise en commun a pu être effectuée par la suite. Les copies plébiscitées par l'ensemble de la classe ont été photocopiées et distribuées à chacun. J'ai ensuite lu la suite de ce récit afin de voir ce que le protagoniste avait fait : Robinson pense qu'on va forcément lui venir en aide et met tous ses efforts dans l'élaboration de torches géantes. Mais très rapidement, il se résigne et oeuvre plutôt pour sa survie. Les élèves ont pu ici s'exprimer tant à l'écrit qu'à l'oral, ont présenté leur opinion et se sont impliqués dans leurs propos. De plus, cette mise en situation a permis de faire émerger la problématique de la séquence.

S'en est suivie la première séance intitulée : "L'île, enfer ou paradis ?" dont l'objectif majeur était de demander aux élèves de comparer les différents points de vue et de les interpréter. Les supports sont au nombre de trois : plusieurs extraits de Vendredi ou la vie sauvage dans lesquels l'accent est mis sur la dangerosité, l'inhospitalité des lieux (les vampires, les pieuvres et les araucans). Robinson décide de construire une embarcation qu'il baptise symboliquement "Évasion" ; des extraits du film Seul au monde dans lesquels le protagoniste prend tout d'abord conscience de l'immensité des lieux, de la difficulté pour se nourrir, pour faire du feu, pour se soigner. Face à ce qu'il vit devant nous, nous nous rendons compte de notre dépendance à la modernité, au confort. Il est difficile pour l'homme de faire table rase du passé. Puis un extrait de Suzanne ou le Pacifique dans lequel le personnage principal donne une vision poétique et paradisiaque de l'île sur laquelle elle se trouve, non sans un certain plaisir. La classe est divisée en 3 groupes. Chacun prend en charge un support.

Le travail en groupe suit l'organisation suivante : dans un premier temps chaque élève lit son ou ses supports, puis un échange d'impressions de lecture a lieu, pour donner suite à une réflexion collective guidée par le questionnement suivant : Comment l'île est-elle présentée ? Comment cela est-il suggéré, évoqué, souligné ? Quelle dimension symbolique peut-on percevoir dans ces extraits ? Pour la mise en commun devant la classe, un élève lit ou présente les supports, un autre donne le point de vue du groupe, l'interprétation de l'ensemble du groupe après avoir au préalable questionné ses camarades. S'ensuit une trace écrite commune qui souligne que les personnages en présence sont devenus mythiques car ils ont su surmonter leurs difficultés, surpasser leur peur, de la solitude, de l'inconnu.

Afin de préparer les élèves à l'examen, la consigne suivante leur est donnée à tous : "Présentez le corpus, en 3 à 6 lignes, en montrant les points communs et les différences dans l'évocation de l'île".

La deuxième séance, intitulée "La vie s'organise", dont la dominante est la lecture analytique et l'échange oral, veut faire parvenir les élèves à la conclusion que les personnages sont devenus mythiques car ils ont pu, par la maîtrise de certaines techniques et, grâce à leur force de caractère, survivre, pour le moment. L'homme civilisé ne peut apparemment pas se passer de la modernité. Pour ce faire, les élèves ont travaillé sur d'autres extraits des mêmes supports que précédemment. Ils ont pu de la sorte repérer en quoi une situation ou des personnages de fiction peuvent représenter des questions universelles. Ils ont une fois de plus travaillé en groupe, en veillant à ne pas étudier le même support qu'antérieurement.

Une guidance a été également donnée : Comment le protagoniste occupe-t-il ses journées ? Dans quel but ? Quelle dimension symbolique peut-on percevoir dans ces extraits ? Les élèves devaient répondre à ces questions en veillant à toujours justifier leurs réponses et en citant le texte ou en ciblant des éléments concrets du film. Les réponses devaient être prises en notes par l'ensemble de la classe et constituer ainsi une ébauche de la trace écrite de la séance. Ils ont pu constater que l'homme moderne a une tendance à reproduire le modèle de société dont il est issu. Sans ce modèle, il semble perdu. C'est aussi dire que celui-ci est forcément le bon comme le laisse entendre la charte de l'île élaborée par Robinson. De manière évidente, le retour aux sources semble laborieux pour lui comme pour Chuck Noland. Par contre, Suzanne, quant à elle, éprouve un réel plaisir face à cette vie bucolique, une réelle plénitude à vivre en osmose avec la nature. Pour les uns, le travail, l'occupation, est une échappatoire, pour l'autre, l'oisiveté est un bonheur.

La troisième séance, intitulée "La vie solitaire", ayant donc pour thématique la solitude, sera l'occasion pour chaque élève de se pencher seul sur les supports proposés et d'être d'ailleurs évalué. Elle aura trois objectifs majeurs : comparer deux visions opposées d'une même situation, s'impliquer dans un débat, et présenter son opinion. Pour ce faire, ils étudieront des extraits de Vendredi ou la vie sauvage et de Suzanne et le Pacifique. Le questionnement sera le suivant : Comment le personnage principal vit-il sa solitude ? Quelle dimension symbolique peut-on percevoir dans ces extraits ? Et vous, dans la même situation, comment réagiriez-vous ?

Ce travail doit mener à la conclusion suivante : chaque personnage appréhende à sa manière la solitude : soit par le travail, soit en se réfugiant dans une grotte symbolisant le ventre maternel comme le fait Robinson, qui sent poindre la folie ; soit en profitant de la nature, de manière épicurienne, de sa beauté et de toutes les libertés engendrées par l'absence de toutes contraintes, comme le fait Suzanne.

La quatrième séance, "La vie en communauté", sera effectuée en groupe et sera l'occasion de travailler plus particulièrement le brouillon, la prise de notes et la prise de parole. Elle permettra d'analyser le comportement de l'homme et d'appréhender le rapport de domination inhérent à ce type de situation. En effet, l'homme, par réflexe, ou a priori de manière innée veut dominer autrui mais il demeure capable de réflexion et même d'auto-analyse. C'est ce que justement vont prouver les extraits choisis : Vendredi ou la vie sauvage et Sa majesté des mouches. La classe est divisée en 4 groupes et leur est donnée la guidance suivante : Comment peut-on qualifier les rapports entretenus par les protagonistes en présence ? Peut-on y percevoir une évolution ? Quelles leçons peut-on tirer de ces récits ?

Ce questionnement permettra aux élèves de se rendre compte que les rapports humains sont complexes, et d'autant plus en situation de confinement. Robinson va vouloir dominer Vendredi et lui imposer ses règles de manière autoritaire. Il se rendra compte, par le biais de l'inversion des rôles, de jeux de rôles qui nous font penser aux coutumes carnavalesques, que sa façon de faire ne peut engendrer que discorde. Le rapport de force, la domination va laisser place à la complicité, à la connivence et donc au partage entre les deux personnages. En ce qui concerne les protagonistes du roman Sa majesté des mouches, il en est tout autrement : en effet, la soif de pouvoir et les rivalités ne pourront que mener au drame, inéluctable. Le lecteur le ressent, de manière oppressante. Le retournement de situation n'a pas sa place ici. Seul importe le rapport de force.

Aussi, toujours dans la perspective de la préparation au baccalauréat et de préparation aux nouvelles modalités d'examen, le travail suivant est donné aux élèves.

Analyser et interpréter

  1. Extrait de Vendredi ou la vie sauvage, p. 68-69. Par quels procédés d'écriture Michel Tournier met-il en scène le rapport de domination ?
  2. Extrait de Sa majesté des mouches, p. 216-219. William Golding choisit ici de nous faire assister au décès de Simon. Expliquez en quoi ce choix est délibéré.

La cinquième séance, bilan, va permettre aux élèves de réinvestir les diverses lectures et analyses des supports proposés. Elle consiste à répondre à la question suivante : Pourquoi ce personnage, est-il devenu mythique ? J'attends des élèves une production écrite sous forme de synthèse comportant une introduction, un développement structuré (contenant au moins deux idées majeures, c'est-à-dire deux parties illustrées d'exemples issus du corpus de documents de la séquence) et une conclusion. Les critères de réussite leur sont explicitement livrés. On attend des élèves qu'ils puissent conclure que ces protagonistes, issus des robinsonnades, nous aurons enseigné plusieurs leçons sur la vie, en se surpassant, en travaillant d'arrache-pieds afin de survivre. Ce retour à l'homme originel fascine et engendre l'admiration.

Pour finir, la séquence se clôt sur une évaluation de type baccalauréat constituée d'un corpus de deux documents : un extrait de Suzanne et le Pacifique et un poème de Saint-John Perse, "La Ville", dans Images à Crusoé (Éloges, 1911). Le questionnement est le suivant :

Évaluation des compétences de lecture (10 points)

  • Présentation du corpus
    1) Présentez le corpus, en 3 à 6 lignes, en mettant les textes 1 et 2 en relation (3 points)
  • Analyse et interprétation
    2) Par quels procédés d'écriture Saint-John Perse donne-t-il une dimension poétique à l'évocation de Robinson ? (4 points)
    3) Comment pourriez-vous dépeindre le personnage de Suzanne, au travers du portrait qu'elle dresse de Robinson ? (3 points)

Compétences d'écriture (10 points)

Selon vous, le personnage mythique, qui doit sa notoriété à une certaine admiration, mérite-t-il d'être "maudit", "affaibli" ? Vous répondrez à cette question dans un développement argumenté d'une quarantaine de lignes, en vous appuyant sur les textes du corpus, sur vos lectures de l'année et sur vos connaissances personnelles.

Tableau récapitulatif de la séquence

SéancesSupportsDominanteConnaissances et objectifsCapacitésAttitudes
Lancement
2 h.
Vendredi ou la vie sauvage, Folio-Gallimard, p. 9-14.Écoute.
Travail d'écriture.
Faire émerger la problématique.S'interroger sur la condition humaine. 
1) L'île : enfer ou paradis ?
2 h.
Vendredi ou la vie sauvage, p. 20, 32-33 et 39.
Extraits du film Seul au monde, de 30'05-40'36, 40'43-1h05, 1h12-1h15.
Extraits de Suzanne ou le Pacifique, Grasset, p. 72-73.
Lecture.
Synthèse.
Comparer des points de vue et les interpréter.
Symbole, lexique des émotions.
Interpréter la dimension symbolique d'un personnage et d'une situation. 
2) La vie s'organise
2 h.
Vendredi ou la vie sauvage, p. 21-24, 32-33, 38 et 51-52.
Suzanne et le pacifique, p. 94.
Seul au monde, 59'38-1h03, 1h05-1h09.
Lecture analytiqueDonner du sens à sa lecture.
Interpréter un texte littéraire, un extrait de film.
Confronter des points de vue.
Lexique : nature/culture/société.
Symbole.
Repérer en quoi une situation ou des personnages de fiction peuvent représenter des questions humaines universelles. 
3) La vie en solitaire
2 h.
Vendredi ou la vie sauvage, p. 25-27, 44, 55 et 58.
Suzanne et le pacifique, p. 80-82 et 83-85.
Lecture, expression écrite.Comparer deux visions opposées d'une même situation.
S'impliquer dans un débat, présenter son opinion.
Élaborer une synthèse de documents. 
4) La vie en communauté
2 h.
Vendredi ou la vie sauvage, p. 68-69, 85, 89, 91, 95-97, 98-99 et 110.
Sa Majesté des mouches, Folio-Gallimard, p. 212-219.
Lecture analytique.Analyser le comportement de l'homme, appréhender le rapport de domination.
Le retournement de situation.
Le rapport de force.
S'interroger sur la condition humaine. Organiser sa pensée dans un débat d'idées à l'oral. 
5) Pourquoi ce personnage est-il devenu mythique ?
"Séance bilan"
1 h.
Tous les supports + les traces écrites produites à l'issue de chaque séance.Synthèse.
Expression écrite.
Réinvestir ce qui a été vu durant la séquence.
Mythes et figures mythiques.
Symbole, allégorie. Lexique : nature/culture/société ; individuel/collectif/singulier ; les émotions.
Interpréter la dimension symbolique d'un personnage et d'une situation.S'intéresser à l'expérience d'autrui comme élément de l'expérience universelle.
ÉvaluationUn extrait de Suzanne et le Pacifique et un poème de Saint-John Perse, "La Ville", dans Images à Crusoé (Éloges, 1911).  Préparation aux modalités de l'examen. 

Lire au lycée professionnel, n°68 (06/2012)

Lire au lycée professionnel - Une séquence autour du mythe de Robinson