Dossier : Construction de l'information / 4. L'écriture journalistique

Lecture de la presse en ligne

De l'élève "butineur" à l'élève "constructeur" de l'information

Roxane Obadia, professeur Documentaliste. Chargée de mission CLEMI. Académie de Nice

Aujourd'hui, la majorité des entreprises de presse possèdent une version numérique de leurs publications, certaines abandonnant même leurs éditions papier au profit d'éditions en ligne moins coûteuses, plus réactives, dynamiques et surtout interactives. Et avec le développement des tablettes numériques et autres liseuses, les titres uniquement numériques (comme The Daily, de R. Murdoch, pour Ipad) vont se développer, laissant peut-être aux internautes une part plus importante dans la construction de l'information. L'idée est séduisante, encore faut-il posséder les clés - matérielles et intellectuelles - permettant de se construire un parcours d'information réfléchi.

Ainsi, lorsqu'on aborde la lecture de l'information avec les élèves on ne peut pas faire l'impasse sur la lecture de la presse en ligne. Et qui dit lecture de la presse en ligne, dit tout d'abord lecture sur écran, avec toutes les caractéristiques qu'elle suppose (accès, dynamisme, non linéarité, hypertextualité, modes de recherche, etc.).

Pourtant, l'enseignement de la lecture sur écran reste encore marginale, ces écrans étant vécus, au mieux, comme des supports ludiques, pratiques et attractifs, mais plus rarement comme des objets d'enseignement. Avec la Semaine de la Presse et des Médias à l'École, un projet autour de la lecture de la presse en ligne permet d'aborder la question du rapport des élèves à l'information (quels modes d'information privilégient-ils ?) et d'articuler lecture de la presse en ligne et lecture sur écran.

La séquence proposée ici, expérimentée avec des élèves de 3ème mais facilement transposable au Lycée Professionnel, a pour objectif d'améliorer la pratique de la lecture numérique et de réfléchir aux enjeux méthodologiques et cognitifs qu'elle induit. L'étude d'un article de presse, choisi de manière concertée par les trois professeurs impliqués, permettra également d'aborder les spécificités du discours journalistique et la place prépondérante des médias dans la construction de l'opinion publique.

Un constat initial surprenant : "sur Internet, on ne lit pas !"

Je suis toujours étonnée lorsque les élèves arrivent au CDI et, me demandant la permission de faire une recherche simple, arborent une mine dégoûtée lorsque je les oriente vers les dictionnaires et encyclopédies. "Non, on n'a pas envie de lire ! On préfère aller sur Internet ! ", et lorsque je rétorque que sur Internet, il faut lire aussi, ils me sidèrent d'un : "c'est pas pareil, sur Internet, on ne lit pas !".

Ainsi, les élèves opèrent une réelle distinction entre la lecture sur papier (celle qui est prescrite, parfois fastidieuse, linéaire) et le fait d'"aller" sur Internet - le verbe utilisé implique d'ailleurs un engagement corporel, une immersion totale du corps et de l'esprit dans l'univers de la Toile.

L'entremêlement entre lecture et écriture, la dématérialisation du texte et l'abondance d'images et autres animations font d'Internet un support de lecture bien plus attractif que le papier. Mais pas forcément plus facile à utiliser, et au vu du résultat de certaines de leurs recherches (un fouillis de copier-coller abscons), on se dit qu'il est plus que nécessaire de les éduquer à la recherche et à la lecture sur écran.

Partant de ce constat, j'ai donc initié des séances de Webquests avec mes élèves (activité venant du Canada : on distribue aux élèves un questionnaire accompagné d'une sitographie guidée afin qu'ils trouvent les réponses sur les sites prescrits), mais l'exercice fut plus laborieux que ce que j'escomptais. Bien que nos élèves soient de gros consommateurs d'écrans, ils naviguent sans méthode et perdent parfois un temps fou pour trouver une information qui ne se trouve pourtant pas loin. Ils butinent et picorent des éclats d'informations et ont toutes les difficultés à les relier pour construire un parcours cohérent.

J'ai donc élaboré une séquence interdisciplinaire portant sur l'identification des caractéristiques structurelles d'un site : son schéma interne en arborescence (les menus) et sa projection en étoile (liens hypertextes pointant vers l'extérieur). Afin d'ancrer (inter)disciplinairement cette séquence, j'ai travaillé avec un professeur de Lettres et un professeur d'Éducation civique sur le thème des médias et plus particulièrement autour d'un sujet de société : le réseau social Facebook.

Une séquence d'éducation aux médias intrinsèquement interdisciplinaire

La France, au contraire de certains autres pays européens, a fait le choix d'une éducation aux médias transversale, inscrite aux programmes de pratiquement toutes les disciplines scolaires. Ce choix à double tranchant possède l'avantage de pouvoir fédérer plusieurs professeurs autour de séquences interdisciplinaires et le risque que personne ne s'en préoccupe vraiment ! Sans vouloir faire de corporatisme, les professeurs documentalistes ont souvent un rôle prépondérant à jouer, au moins en initiant des partenariats et projets, et la Semaine de la Presse et des Médias à l'École est le moment opportun pour jeter les bases d'une éducation aux médias pluri et transdisciplinaire sur l'ensemble de l'année scolaire.

Cette séquence d'éducation aux médias (tant sur la forme : la navigation sur un site d'information en ligne, que sur le fond : l'étude d'un article traitant de Facebook) permet d'aborder des notions du programme de Lettres (en CAP "S'insérer dans la cité", en 2de Bac Pro "La construction de l'information"), d'Éducation civique ("Le citoyen et les médias") et de recherche documentaire (connaître et utiliser les différentes sources d'information, comprendre les avantages comparés des sources papiers et numériques, acquérir des compétences de lecture multi-modale) et permettra de valider certains items du B2i.

Elle est basée sur une lecture exploratoire du site d'information et de débat sur l'actualité Rue89, que nous avons choisi en raison de son interface attractive, du ton et du niveau plutôt simple de ses articles et de sa rubrique "Médias" bien fournie.

Les objectifs méthodologiques sont transversaux et permettent de travailler sur les trois dimensions de la lecture : la forme matérielle du texte, les objectifs ou tâches de lecture, le contexte.

Les élèves seront donc amenés à : rechercher et organiser l'information, savoir repérer les organisateurs textuels afin de devenir les "architectes" de leurs parcours, être capable de raisonner, argumenter, communiquer et collaborer à un travail collectif.

Déroulement de la séquence

Cette séquence s'articule autour d'une problématique volontairement restreinte : comment construire un parcours de lecture autonome, raisonnée et réfléchi sur un site d'information ? Elle doit permettre d'appréhender avec les élèves la structure d'un site, ses différents strates et les choix stratégiques à opérer afin de construire son parcours d'information.

Elle se déroule sur six heures : quatre heures dans une salle multimédia équipée d'un vidéoprojecteur et de postes informatiques et, en parallèle, une heure en cours de Lettres et une heure en cours Éducation civique, afin de travailler plus précisément sur la forme et le fond de l'article choisi.

Séance 1 - Déambulation libre sur le site Rue89

Espace classe : Accroche

Exposition virtuelle de la BNF " Agence France Presse : 1944-2004 " - 10 mn

http://expositions.bnf.fr/afp/index.htm

L'exploration de cette exposition photographique, via le poste informatique de l'enseignant et le vidéoprojecteur, permet d'amorcer le thème des médias avec la classe entière (Qui fabrique l'information ? Comment ? A quelle destination ?) et de vérifier que tous les élèves sont à l'aise avec la navigation sur Internet (utilisation des menus, des liens hypertextes, construction en arborescence).

Espace de TD (2 élèves par postes) : naviguer librement

On propose aux élèves d'explorer à leur guise le site d'information Rue89 pendant 20 minutes (2 x 10 minutes : un élève qui navigue et l'autre qui prend des notes, puis inversion des rôles).

Ils doivent utiliser les menus et les liens hypertextes et n'ont qu'une seule contrainte : noter sur feuille le parcours emprunté.

Fig. 1 : Page d'accueil du site rue89 (http://www.rue89.com)

Espace classe : comparer les parcours

Faire s'interroger les élèves : où sont-ils arrivés au terme de leur 10 mn de navigation ? Sont-ils toujours à l'intérieur du site ou en sont-ils sortis par l'emprunt de " passages hypertextes " ? Combien de pages ont-ils " visités " ? Ont-ils lus des articles en entier, ou seulement parcourus les titres ?

Les élèves retiennent de cet échange qu'il y a autant de type de cheminement qu'il y a d'élèves et que leur parcours reflète leurs intérêts et leur posture de lecteur.

On peut leur faire chercher et noter les définitions de multimédia, hypertexte, serendipité (Découverte, par chance ou par sagacité, d'informations qu'on ne cherchait pas exactement), interactivité, lisibilité (cf. par exemple dicofr.com, dictionnaire en ligne des termes de l'informatique et de l'internet).

Séance 2 - Navigation guidée et réalisation d'une cartographie du site

La démarche utilisée à pour but de montrer aux élèves qu'une bonne connaissance préalable de la structuration d'un site web, et de la structure hypertexte d'une page web, améliore la lecture, la compréhension et l'efficacité d'une recherche sur Internet. On peut insister sur l'importance de travailler avec des feuilles de brouillon et un stylo, même devant un ordinateur !

Espace classe : explorer systématiquement le site Rue89

A l'aide du vidéoprojecteur, le professeur explore le site de la manière la plus exhaustive possible.

Les élèves doivent en réaliser la cartographie en même temps au brouillon (sous forme d'arborescence par exemple).

Fig. 2 : Zoom sur les rubriques du site (http://www.rue89.com)

On leur fait alors identifier et noter la typologie des médias rencontrés (textes, photos, vidéos, sons) et des liens empruntés. On peut se référer à la typologie d'Hélène Godinet (hypertexte définitionnel, littéraire, narratif, documentaire, éducatif) - Hypertexte, vous avez dit hypertexte ? IUFM de Grenoble.

Espace TD : cartographier un article

Les élèves doivent réaliser en binôme la cartographie d'un article de Rue89 en explorant tous ses liens hypertextes. Deux possibilités : les élèves choisissent l'article de leur choix ou bien travaillent tous sur le même article choisi par les professeurs.

Il pourra servir de support à une séance traditionnelle en cours de français (la spécificité du discours journalistique) et en cours d'éducation civique (Le citoyen et les médias).

L'article présenté ici à été choisi par les professeurs pour son actualité et son caractère polémique, sur un sujet bien connu des élèves, Facebook.

Il a permis, outre l'étude de sa forme, d'engager le débat sur leur pratique personnelle d'internaute.

Fig. 3 : Article " Aux Etats Unis, la fronde anti-Facebook prend de l'ampleur " -Alexis Buisson
(http://www.rue89.com/2010/05/29/aux-Etats-Unis-la-fronde-anti-facebook-prend-de-lampleur-152680)

Après une dizaine de minutes de travail en binôme, le professeur sélectionne quelques travaux d'élèves et les projète à la classe entière. Les élèves comparent et complètent les cartographies et en réalisent une commune. Le professeur veille à ce que les élèves aient correctement identifié les types de liens, de médias et les sources.

Fig. 4 - Correction de la cartographie de l'article réalisée en classe entière

Séances 3 et 4 - Écriture d'un article et de son appareil hypertextuel

Afin de clore la séquence sur un exercice de pratique, les élèves vont devoir écrire un article de presse sous forme numérique. Ils peuvent travailler seul ou en groupe, en classe ou chez eux, sur les sujets de leurs choix ou sur des sujets imposés.

Il est possible de prolonger la séquence en regroupant les articles pour constituer un journal numérique de la classe ; on pourra alors travailler sur la structure du journal et ses rubriques en définissant au préalable une arborescence.

Les professeurs, selon leurs moyens horaires, techniques et l'environnement local de l'établissement, peuvent choisir la forme qui convient le mieux à cette fin de séquence.

Séance 3

Espace classe : simuler une mini conférence de rédaction

Les élèves choisissent de manière concertée les sujets sur lesquels ils vont devoir écrire un article et se répartissent les rôles (les journalistes, les infographistes, les iconographes, etc.). Leur texte devra obligatoirement contenir une illustration (photographie, vidéo, bande son) et des liens hypertextes de différentes natures (cf. la typologie réalisée lors de la séance 2).

On peut aborder quelques notions relatives au droit de l'information et au code de la propriété intellectuelle pour éviter les copier-coller et l'utilisation abusive d'images protégées.

Espace TD : écrire son article de presse

Les élèves commencent l'écriture sur papier de leur texte et définissent les liens qui viendront enrichir leur article et les médias qui viendront l'illustrer. Ils appliquent ainsi les spécificités du discours journalistique étudiées en cours de français (le choix de l'angle, la titraille, la règle de la pyramide inversée, le " QQCOQP ", etc.).

Séance 4

Espace TD : finaliser l'article

Les élèves retranscrivent leurs articles sur ordinateur en utilisant un logiciel de traitement de texte et naviguent sur Internet pour trouver les informations complémentaires dont ils ont besoin pour créer leurs liens hypertextes.

On fait attention à leur faire utiliser une charte graphique commune pour donner de la cohérence à l'ensemble des textes.

Espace classe : finaliser le journal numérique

Les articles sont réunis et structurés pour créer un journal numérique qui peut être mis en ligne soit sur le site de l'établissement, soit sous forme de blog : la création d'un blog est rapide (quelques minutes), gratuite et sans publicité (sur la plateforme "overblog" notamment), il permet une structuration en arborescence et autorise plusieurs niveaux d'accès (administrateurs, rédacteurs) facilitant ainsi une modération des contenus par le professeur.

Enjeux et perspectives

Cette séquence, menée pour la première fois au collège, a été organisée trop tard dans l'année scolaire pour que l'on puisse se rendre compte des éventuels bénéfices pour les élèves qui sont ensuite partis au lycée. Pourtant, quelques limites et atouts ont vite été identifiés par les professeurs, permettant d'envisager des perspectives stimulantes d'amélioration et de développement.

La gestion du temps est une des principales difficultés rencontrées : l'autonomie de navigation accordée aux élèves (indispensable pour susciter la réflexion et l'analyse de leur pratique), la grande diversité des parcours empruntés, le risque de se perdre dans le dédale de l'information sur le web, peut être chronophage. Une troisième heure de navigation permettrait aux élèves d'explorer le site et l'article plus en profondeur et aux professeurs d'analyser et de commenter le travail de chacun des binômes. De même pour la réalisation du journal numérique qui a du être finalisé par les élèves du club journal du collège.

En outre, il est difficile de s'assurer du degré d'attention porté à la lecture et du niveau de compréhension des informations ; d'autant plus que la consigne était ici d'expérimenter au maximum une lecture de "balayage", de zapping de liens en liens. Un questionnaire sur l'article pourrait être distribué aux élèves à la fin de la deuxième séance afin qu'ils prennent le temps, chez eux, de revenir sur le contenu, en amont des deux séances disciplinaires.

Enfin, cette séquence n'aborde qu'une toute petite facette de la problématique de la lecture numérique, à savoir la connaissance et l'appropriation de la structuration et de l'arborescence d'une site d'information. Elle devra être complétée par des séquences portant sur d'autres aspects de la lecture d'écran (dynamisme de la page, multi-modalité, etc.) et des enjeux de l'information, afin d'amener les élèves à construire leur propre parcours de lecture, autonome et raisonné.

Pour autant, les élèves (et leurs professeurs) ont trouvés de nombreux aspects intéressants à ce projet, son caractère interdisciplinaire facilitant la création de liens entre les disciplines, l'association de savoirs et de compétences lors de la réalisation d'un travail collectif et la prise de conscience de la complémentarité des outils papiers et numériques. Le sujet de l'article a passionné les élèves et a permis aux professeurs d'engager la discussion sur une pratique d'utilisation des réseaux sociaux qui ne doit pas rester confinée "à la maison" si on veut promouvoir certaines règles essentielles de bonne conduite et de vigilance.

Cette séquence permet aux élèves d'identifier les spécificités de la lecture numérique et des moyens de l'améliorer (connaissance de la structuration de la page, travail avec le papier, limitation de l'utilisation des liens hypertextes trop nombreux). A son terme, ils doivent avoir acquis une méthode personnelle, transposable à tout type de lecture numérique, assortie d'une posture réflexive sur leur pratique d'internaute.

De plus, la démarche proposée favorise la mise en activité des élèves, leur autonomie et leur créativité et incite à s'ouvrir à plus d'interactions entre maîtres et élèves. C'est d'ailleurs l'une des trois propositions de Pierre Fastrez, chercheur en Sciences de l'Information à l'Université Catholique de Belgique, qui conseille également de diversifier les conduites sociales médiatisées et de stimuler les compétences méta (apprendre à apprendre) afin de construire un parcours d'éducation aux médias cohérent et efficace.

Émerge alors ce paradoxe : la lecture hypertexte permet une approche constructiviste de l'information (l'élève se construit lui-même son parcours de lecture) mais déconstruite des savoirs (il passe d'un article à un autre, sans pour autant qu'il y ait une cohérence ou une continuité).

L'enjeu est de démontrer aux élèves que l'immédiateté et la transparence de l'information sur le net sont illusoires ; les enseignants vont devoir pour cela créer des liens, mettre en perspective les informations éclatées (d'où l'importance du caractère interdisciplinaire du projet) et aider les élèves à trouver, structurer, indexer et archiver les informations afin de gérer la surabondance et l'incertitude. Car la lecture de la presse en ligne n'est pas qu'une simple opération de lecture, elle est une opération de construction nécessitant méthode et outils et avec pour objectif l'acquisition de l'autonomie et de l'esprit critique nécessaire à l'utilisation raisonnée et citoyenne des médias en ligne.

Lire au lycée professionnel, n°64 (02/2011)

Lire au lycée professionnel - Lecture de la presse en ligne