Dossier : L'exploration poétique

Écrire en atelier de poésie

Vincent Massart-Laluc

Le dispositif s'intitule "Vagabondage". Il procède de plusieurs étapes dont chaque enseignant est invité à disposer à sa guise selon son tempérament et sa connaissance du public auquel il s'adresse. Je n'indique pas ici de classe, ni de niveau, c'est à chaque enseignant d'ajuster en fonction de ses élèves et du contexte dans lequel il se trouve.

Première étape

"Balade de visage en visage", dans un groupe d'élèves qui se connaissent bien, l'enseignant propose un tour de visages... Il s'agit de prendre une minute pleine pour se regarder en silence, se "dévisager" au sens fort du terme. Chaque élève s'expose au regard d'autrui et lui-même effectue une plongée dans les visages de ses camarades. La consigne est d'accepter ce face-à-face. L'enseignant est garant de la durée de l'exercice et du silence.

Ce travail est très souvent une expérience forte qui ne peut être initiée en début d'année, mais qui en fin d'exercice scolaire s'appuie sur les relations et connivences d'une année vécue ensemble.

Seconde étape

"Les mots se baladent", consiste à élaborer une liste de mots. L'enseignant demande à ses élèves de noter en un temps limité - 1 ou 2 minutes - tous les mots qui caractérisent un visage et entrent dans sa description. Au tableau, l'enseignant effectue la reprise et note l'intégralité des mots. "Fossettes, lèvres, grain de beauté, rides, taches de rousseur, cheveux, frange, lobe, oreilles, etc."

A ce stade, tous s'aperçoivent du volume de mots à disposition pour qualifier et évoquer un visage.

Troisième étape

Elle s'intitule "Déambulation en poèmes" et voit l'enseignant proposer, ici, des textes poétiques issus d'un recueil écrit par le poète libanais Adonis1 Célébrations, publié aux Éditions de la Différence, en 1991. Le recueil est constitué de textes brefs, sortes d'aphorismes poétiques sur le temps, le vent, l'espace ou la poussière... L'enseignant propose à ses élèves réunis en groupes de quatre ou cinq des liasses regroupant une quinzaine de textes sélectionnés au préalable dans le recueil. Les élèves sont invités à les lire, à se balader dans les textes. A un moment déterminé par l'enseignant, chaque élève choisit un texte. Au sein du groupe, les élèves à tour de rôle lisent le texte retenu à voix haute. Encouragé, sollicité par l'enseignant, chacun peut, s'il le souhaite, expliquer les raisons de son choix.

Expliquer son choix, c'est tenter de mettre des mots sur des critères qui peuvent être de l'ordre de l'émotion, du ressenti ou du plaisir, que ceux-ci soient du domaine esthétique, sémantique ou thématique. C'est l'occasion pour les élèves de construire un rapport au texte, de se donner les moyens - trouver les mots - d'avoir prise sur le texte poétique qui pour certains peut paraître d'un abord lointain...

Quatrième étape

L'étape suivante du dispositif est une consigne d'écriture qui établit le lien entre toutes ces "balades"... Il s'agit d'écrire "à la façon de...". Ici, à la façon d'Adonis. L'enseignant demande à chaque élève de choisir dans la liste des mots écrits au tableau, trois mots en évitant que ce soit les mêmes pour tous... C'est à l'enseignant de trouver la méthode pour cela. Il peut biffer chaque terme au fur et à mesure du choix des élèves par exemple.

Ensuite chaque élève dispose de 20 minutes pour rédiger un court poème sur une partie du visage en en donnant une définition poétique, imagée, métaphorique, etc.

A la fin, les productions sont lues par les élèves sans commentaires autres que ceux énoncés par l'enseignant sous forme d'encouragements bienveillants.

Exemple de texte d'élève :

Le lobe d'oreille

Arrondi de l'oreille

Qui arrondit les angles de l'écoute

              ***

Paupières

Se battent pour mieux faire

Chavirer les coeurs

              ***

Les yeux

Miroir du monde

Ou

Bandeau pour mieux se voiler la face

Cinquième étape

Il s'agit de transformer ces textes en calligrammes. Par groupe (cinq maximum, à mon avis), sur une feuille A3, les élèves recomposent un visage en remplaçant les éléments du visage par le texte du poème correspondant et calligraphié de façon à épouser les traits évoqués. L'enseignant peut s'il le souhaite fournir un contour...

Ce peut être une bonne idée de valoriser les productions ainsi réalisées sous la forme d'affichage ou sous la forme d'un recueil à diffuser dans l'établissement.

L'efficacité du dispositif réside dans la succession des activités proposées qui alternent différentes approches du texte (ou du fait) poétique, mais ceci étant dit, les étapes ont leur propre cohérence et chacune supporte d'être travaillée pour elle-même et qui ne se sent pas de passer par la première étape, par exemple, peut enclencher sur la seconde... S'il fallait justifier l'intérêt d'une telle proposition sur le plan didactique, je m'arrêterais sur la question de la poésie comme étant un regard posé sur... j'évoquerais la découverte d'un poète contemporain et engagé dans son temps, je soulignerais le travail sur la structure du texte court et l'usage de la métaphore... et enfin j'interpellerais le lecteur sur l'importance de fixer une finalité à ce type de projet d'écriture, en clignant de l'oeil du côté des pédagogies actives... Mais, ce n'est pas mon propos de tenter de trouver une légitimité à cette proposition d'atelier d'écriture. Il suffira de dire que les élèves ont tous écrit et que leurs productions finales affichées dans le hall du CDI avaient de l'allure !

Trois conseils pour l'enseignant :

  • L'enseignant doit se soumettre à l'ensemble du dispositif avant de le proposer à ses élèves.
  • Les différentes consignes doivent être les plus limpides possibles.
  • Chaque consigne est accompagnée d'une durée annoncée dont l'enseignant est garant. (Cela a un effet sécurisant pour les élèves.)

(1) Sur le site : http://www.espritsnomades.com/sitelitterature/adonis/adonis.html - 3 se trouve une présentation de l'écrivain et de son oeuvre. Adonis, de son nom Ali Ahmad Saïd Esber, est né le 1er janvier 1930 dans le village de Kassabine, près de Lattaquié, en Syrie. Il est aujourd'hui citoyen libanais. Mais il a dû se réfugier en France en 1985, sa vie étant menacée.

Lire au lycée professionnel, n°63 (02/2011)

Lire au lycée professionnel - Écrire en atelier de poésie