Dossier : Enseigner la poésie !

Vous avez dit poésie en lycée professionnel : des réponses encourageantes de nos élèves.

Khadija Ben Brahim, professeure de Lettres,
Carine Miletto, professeure-documentaliste.

Cet article fait suite à une enquête menée en Lycée Professionnel afin de connaître le point de vue des élèves et ainsi mieux cerner leurs attentes et comprendre les réactions suscitées par l'annonce d'une séquence sur la poésie. Comment la poésie étudiée en classe est-elle perçue par nos élèves ? Que signifie-t-elle pour eux, y sont-ils sensibles, y a t-il parmi eux des poètes en herbe et pour ces derniers ont-ils des "idoles" ? Vibrent-ils en entendant les vers de Baudelaire, de Rimbaud ou préfèrent-ils des auteurs contemporains comme Bastien Mopomé, Grand Corps Malade et autres virtuoses du slam ? Le bateau ivre de la poésie "saoule-t-il" les adolescents ou au contraire serait-ce pour eux une échappatoire à leur quotidien et une façon d'exprimer leurs sentiments ?

A l'heure où les scènes ouvertes slam fleurissent dans toutes les bonnes salles de spectacle mais aussi "hors les murs", il est intéressant de connaître et d'analyser le point de vue des jeunes de Lycée Professionnel sur ce phénomène.

Cet article s'appuie par conséquent sur 40 questionnaires soumis en décembre 2009 aux élèves de trois classes différentes du lycée André Argouges à Grenoble (CAP prêt à porter, première année BAC PRO comptabilité, et deuxième année BEP métiers de la Mode).

Les questionnaires établis par la documentaliste et la professeure de lettres ont été distribués en classe dans la continuité d'une séquence sur la poésie. Les élèves âgés de 15 à 20 ans ont répondu à quinze questions portant sur trois thèmes différents :

  • Définition de la poésie et connaissances des élèves
  • Lecture et écriture poétique
  • Poésie actuelle : le slam

Définition de la poésie et connaissance des élèves

La poésie étant omniprésente dans les programmes scolaires, les élèves la découvrent dès leur plus jeune âge et approfondissent cette connaissance au fil de leur scolarité. Au vu de leurs réponses au questionnaire, il est clair que les élèves ne retiennent de cet enseignement que des caractéristiques assez générales :

  • un poème est écrit en vers
  • un poème contient des rimes

De la même manière, à l'annonce d'une séquence sur la poésie, la classe répond spontanément et fièrement "A/B/B/A".

On peut alors s'interroger sur le pourquoi de cette vision caricaturale et réductrice. La forme versifiée et rimée est peut-être la caractéristique le plus simple à retenir. Si c'est le cas, est-il vraiment judicieux de travailler autant sur le schéma des rimes ? La poésie moderne et contemporaine, plus libre dans sa forme et apparemment plus difficile d'accès, est peut-être moins étudiée et moins mise en valeur. Ou bien est-ce simplement parce que rimes et versification imposent un rythme, une musique dont les élèves se souviennent d'autant plus qu'ils ont souvent appris ces poèmes par coeur à l'école primaire.

Par ailleurs, les poètes connus et cités révèlent également une connaissance classique : Jean de la Fontaine dont les fables doivent être apprises et récitées dès le cycle trois ou Victor Hugo, figure emblématique de la poésie française, classique s'il en est.

On peut déduire de cela que la poésie reste associée au cours de français et à des savoirs fondamentaux ou bien à une certaine nostalgie du primaire. Tout comme pour la grammaire et l'orthographe, les élèves retiennent des règles à appliquer de façon automatique, sans réellement imaginer les implications sémantiques et stylistiques de ces règles.

Les termes associés à la poésie par les élèves ("beau", "doux", "mignon" ou encore "romantique") sont eux aussi révélateurs d'une vision parcellaire et caricaturale de ce genre littéraire.

Lecture et écriture poétique

La poésie que côtoient les élèves est cependant en adéquation avec leurs préoccupations d'adolescents. 40% d'entre eux disent lire de la poésie. Ils recherchent des poèmes dans lesquels ils retrouvent ce qu'ils ressentent et n'arrivent pas à extérioriser. L'accès à Internet permet à 50% des lecteurs de poèmes d'en lire sur des blogs de jeunes, d'adolescents qui exposent leurs états d'âme. Les poèmes lus portent essentiellement sur le sentiment amoureux, le chagrin d'amour, l'aventure amoureuse. D'autres utilisent les manuels scolaires de français, mais aucun ne lit ni n'emprunte de recueils. Le support "scolaire" les rassure, c'est à leur portée contrairement aux recueils qui leur paraissent plus inaccessibles. Mais si l'élève recherche seul des poèmes sur différents supports, il ne demande pas pour autant à en étudier davantage en classe. Faut-il déduire de cela que pour l'adolescent la poésie relève de l'intime ou que la transmission du savoir leur paraît incompatible avec la notion de plaisir ? Ou bien que les thèmes retenus par les enseignants ne sont pas toujours pertinents et en rapport avec les attentes des élèves ? Au vu des réponses des élèves, il apparaît que les élèves distinguent et différencient clairement la poésie de la sphère scolaire de celle qui relève de leur intimité.

20% des élèves interrogés écrivent des poèmes et le thème de l'amour est prépondérant. Ils sont souvent tristes et leur permettent "de soulager leur esprit", d'exprimer ce qu'ils ressentent, de dire ce "qu'ils ont sur le coeur". Seulement 10% des adolescents interrogés font lire leur production à des membres de leur entourage proche (un meilleur ami, une soeur, une cousine, ou encore un petit ami). Dans tous les cas quelqu'un de leur âge. De ce fait, ils ne publient pas leurs poèmes, sauf un élève qui les diffuse sur son blog, sous couvert d'anonymat mais exposés cependant aux commentaires des visiteurs.

La "poésie" actuelle

Nous avons fait le choix de clore notre questionnaire par quatre interrogations sur le slam, dans le but de connaître l'avis des élèves sur ce phénomène qui se définit lui-même comme de la poésie. En effet, "le slam de poésie est un art d'expression orale de la poésie sous forme de tournoi. Les scènes de slam poésie réunissent des poètes d'origine, d'inspiration et de styles variés. En anglais, slam poetry signifie chelem de poésie, comme on parle de petit chelem et de grand chelem dans les tournois de rugby" (voir http://www.ffdsp.com : fédération française de slam poésie). Le slam peut être vu comme de la poésie contemporaine puisque les scènes ouvertes slam proposent des oeuvres originales de poètes contemporains. 25% des élèves interrogés ne connaissent pas le slam. 25% ont déjà assisté à une scène ouverte slam et seulement 10% des élèves y ont participé. 45% des adolescents considèrent le slam comme de la poésie, néanmoins les réponses sont nuancées, ils assimilent le slam à de la poésie mais avec des réserves. Pour eux, le slam c'est "presque de la poésie" ; "pas vraiment" de la poésie ; "du même genre" que la poésie ; ou de la poésie mélangée à quelque chose. Pour eux, slam et poésie, s'ils ont des liens évidents, n'en appartiennent pas moins à des sphères différentes. La poésie par son "statut" et sa place dans le domaine scolaire bénéficie d'une haute considération. Elle relève de l'art et dans l'esprit des élèves, elle vient ainsi naturellement se placer en haut d'une hiérarchie. Le slam, souffre t-il de "son jeune âge" ? Ses origines populaires le dévalorisent-ils aux yeux des adolescents ? Cependant, l'école l'intègre dans le cursus scolaire en encourageant de multiples projets, ce qui pourrait le valoriser davantage.

Conclusion

Nous pouvons conclure de cette enquête que, si la poésie étudiée en classe ne remporte pas toujours un franc succès auprès de nos élèves, elle est néanmoins présente dans leur vie et contribue à l'expression de leurs sentiments. Contrairement à d'autres arts (comme le cinéma ou la musique) il n'y a pas de star poétique qui exerce un attrait mais plutôt une sensibilité aux thèmes évoqués qui font écho à leurs préoccupations d'adolescents. Pour une bonne part d'entre eux, ils lisent de la poésie, ils écrivent de la poésie mais comment faire pour que tombent les frontières entre leur poésie de l'intime et la poésie "officielle" et donc scolaire afin que cette dernière ne se résume plus pour eux à "A/B/B/A" ? Au vu des nombreux projets slam ou reliant la poésie aux arts plastiques, à la musique etc., il semblerait que la réponse soit dans le contournement...

Lire au lycée professionnel, n°62 (03/2010)

Lire au lycée professionnel - Vous avez dit poésie en lycée professionnel