Editorial

Editorial du numéro 61 (Stratégies de lecture, II)

Jean-Pierre Sautot

Le travail de l'enseignant n'est pas, ou pas seulement, de faire le programme. Il s'agit plus surement de faire passer le programme. " Face à des élèves réticents pour diverses raisons, qu'il s'agisse de difficultés linguistiques (l'élève ne parle pas assez bien le français pour comprendre le texte), qu'il s'agisse du peu de goût pour la lecture (que l'élève a déjà maintes fois exprimé), le professeur se doit de chercher la solution adaptée."

Une stratégie, pour contrer sans violence celle de l'élève, peut être l'amadouer. Plier dans le sens du vent fait parfois faire un long détour, mais qu'importe, si l'élève qui ne lisait pas, lit désormais... Il ne s'agit pas de démagogie ! Il s'agit d'entendre le message, parfois fort explicite, qu'envoie l'élève. Et d'y répondre. Le but n'est pas de lui apprendre à lire mais de lui apprendre qu'il peut lire. Donc de le faire passer au-delà de la représentation qu'il a de lui-même en non lecteur. Nous parlons ici d'expérience de "déblocage d'élèves". La stratégie du professeur se construit en miroir de celle de l'élève. C'est ce que nous conte Judith Rosenfeld.

En SEGPA, on trouve bien souvent des élèves que bientôt l'on rencontrera au LP. "Je ne lis pas" disent-ils. En fait, ils lisent, brièvement, des textes courts, mais ils lisent. Là encore tout est affaire de stratégie. Claudie Péret nous en offre quelques-unes qui permettent d'amener des élèves en grande fragilité face à la lecture, à la "vraie" lecture, celle des "vrais beaux textes littéraires". Certes il convient de rester modeste. L'intégrale de Madame Bovary en SEGPA ? Non ! Mais une réelle lecture littéraire avec ses difficultés, ses attraits et ses pièges pédagogiques pour le professeur. Celle-là, oui !

Quand on donne un outil aux élèves, ils s'en servent. La recherche documentaire sur Internet commence par une accumulation de données dans lesquelles il faudrait ensuite piocher pour construire un nouvel objet textuel. L'histoire littéraire est truffée de plagiats ... On se demande pourquoi les élèves échapperaient à la tentation... De fait, ils développent une tactique d'économie basée sur l'autorisation donnée par le professeur d'aller chercher l'information en ligne. Le copier coller fonctionne alors à plein rendement. Face à pareille tactique, que faut-il faire ? Réprimer ou contrecarrer ? L'article de Nadine Travacca propose de développer une contre offensive intelligente qui vise à donner aux élèves des stratégies adaptées.

Et bien entendu, nous retrouvons la rubrique Livres en Vrac.

Bonne lecture à tous.

Lire au lycée professionnel, n°61 (11/2009)

Lire au lycée professionnel - Editorial du numéro 61 (Stratégies de lecture, II)