Pistes de lecture

Livres en Vrac

Notre sélection de lectures en tous genres

Romans

Déroute sauvage
Guillaume Gueraud.
Editions du Rouergue, 2009 (doàdo noir), 141p.

Adulés ou détestés les romans de Guillaume Guéraud suscitent toujours des interrogations et des réactions variées. Celui-ci n'échappera pas à la règle. L'auteur excelle cette fois-ci dans le registre littéraire de l'horreur. Un scénario catastrophe. Un voyage scolaire en Espagne qui tourne mal. Des personnages qui évoluent dans un contexte de dangers où l'imprévu plonge le lecteur dans l'horreur absolue. Une intrigue qui monte crescendo. Des élèves de la 4e du collège Paul-Eluard basculent dans le cauchemar de la nuit espagnole. Après avoir survécu à l'accident de car, Elias, Claire et les autres sont pris en chasse par des créatures assoiffées de chair et de sang qui n'hésitent pas à commettre le pire sous les yeux ébahis des collégiens terrorisés. Cette construction originale met en parallèle le déroulement de l'intrigue ainsi que les écrits administratifs qui ont contribué à la préparation du voyage mais aussi les multiples annotations des professeurs sur les élèves. Ainsi l'histoire est régulièrement interrompue par un bulletin de notes, un mot sur le carnet ou encore l'autorisation de sortie du territoire. Un roman qui interpellera sans nul doute nos élèves.

Horreur/jeunes/Aventure

Carine Miletto.

Le sabre sacré
Yves Marie Clement.
Editions du Seuil, 2009, 138 p.

C'est une histoire d'amour entre deux jeunes qui sont au lycée (quasiment l'université car l'histoire se déroule au Japon).Lui n'a pas de chance : orphelin, aveugle, mais champion de judo malgré sa cécité. Elle a eu le coup de foudre mais ne lui a encore rien dit : elle n'ose pas !

L'histoire se développe comme un thriller et s'arrête rapidement. En fait il n'y a pas vraiment de suspense. Alors quel est l'intérêt de l'ouvrage ? Il réside dans la focalisation du récit qui se joue comme un dialogue. La narration se focalise tour à tour sur les deux personnages principaux : Jigoro, le garçon et Ochika, la fille. Les personnages se construisent donc au travers du point de vue qu'ils livrent sur les évènements. Cette écriture rend la lecture agréable en dépit d'une fiction un peu plate et convenue. Au final, l'ouvrage est facile à lire mais pas trop. Les chapitres sont courts et l'écriture nerveuse ... Une sorte de thriller doux pas désagréable.

Amour/handicap

Jean-Pierre Sautot.

Un clandestin aux Paradis
Vincent Karle.
Actes Sud Junior, 2009 (D'une seule voix), 91 p.

Matéo Leduc, élève de lycée, fils d'un policier et d'une professeure, se prend d'amitié pour Zaher Arash, jeune afghan, qu'il surnomme "Taliban".Après s'être cherchés des noises, ils deviennent amis. Jusqu'au jour où la police débarque au lycée et les embarque. Après une démonstration de violence pour asseoir leur autorité auprès des jeunes et du personnel du lycée, la police conduit les deux adolescents au poste et les place en détention provisoire. Matéo découvre alors l'injustice qui se cache derrière le statut de clandestin en écoutant l'histoire de Zaher. Vite lu, des personnages jeunes et attachants, une réalité qui se dévoile et des propos qui marquent les esprits. La violence qui émane du livre montre l'atmosphère lourde d'un commissariat autour du sujet sensible de la clandestinité. En relation avec l'actualité, ce thème est abordé dans toute sa complexité et laisse la porte ouverte à des interprétations différentes.

Clandestin/violence relations jeunes-police

Carine Miletto.

Le monde attend derrière la porte
Pascale Maret.
Thierry Magnier, 2009, 195p.

Sarah se rebelle contre l'emprise de la Communauté des Rigoristes à laquelle toute sa famille est soumise. Habituée à des règles strictes depuis son enfance, elle aspire à une vie plus libre, plus ouverte sur le monde. Courageuse, elle se lance dans la bataille, quitte à faire voler en éclats la sphère familiale. Un pari risqué sans aucune demi-mesure. L'aliénation par la religion est un sujet peu abordé et l'auteur le traite de manière satisfaisante même si la conclusion se révèle bien idéalisée. On ressent parfaitement la révolte de la jeune fille et l'instrumentalisation menée par cette prétendue communauté.

Révolte/fanatisme/relation enfant-adulte

Robert Roussillon.

On s'est juste embrassés
Isabelle Pandazopoulos.
Gallimard Jeunesse, (Scripto), 2009,.155p.

Les tourments d'Aïcha commencent le jour où elle embrasse, sans penser à mal, le frère de Sabrina, sa meilleure amie. Les ragots vont bon train dans la cité miteuse. Sabrina la rejette et l'insulte. Le frère ne s'intéresse plus à elle, on comprend alors le jeu auquel il s'est livré. Dégoûtée, Aïcha ne trouve même pas de réconfort auprès de sa mère qui sombre dans la dépression et la laisse seule se débattre. Son père est parti depuis longtemps, parler de lui est tabou. Elle sèche les cours, se cache pour ne pas être placée en famille d'accueil. En fait, son histoire personnelle se rapproche peu ou prou de celle de sa mère, exclue par les siens. Et maintenant, comment maintenir la tête hors de l'eau ? Roman dur, bouleversant, dont le contenu s'inspire sûrement du vécu de nombreuses filles issues de l'immigration. La rage au ventre, l'héroïne lutte pour garder sa dignité, rétablir la vérité et quérir une échappatoire. Le thème n'est pas nouveau mais l'auteur a l'intelligence d'éviter les poncifs et les stéréotypes.

Révolte/relation avec la mère/banlieues/respect-tolérance

Robert Roussillon.

Roman épistolaire

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates
Annie Barrows.
Nil éditions, 2009. 396p.

Célèbre pour ses chroniques humoristiques, publiées pendant la Seconde Guerre Mondiale, sur les bombardements de la capitale anglaise, Juliet Ashton, journaliste londonienne de 33 ans, cherche une idée de roman. Le Times lui commande une série d'articles sur "les vertus pratiques, morales et philosophiques de la lecture".Nous sommes en 1946 et Juliet reçoit la lettre d'un inconnu, un fermier de Guernesey lui apprenant l'existence d'un "Cercle des amateurs de littérature et de tourte aux épluchures de patates". Une bande d'amis, habitants de Guernesey, sous l'Occupation allemande des îles Anglo-Normandes, sont devenus lecteurs pour tromper les soldats allemands et les empêcher d'arrêter, un soir après le couvre-feu, les convives d'un repas de cochon rôti, dont l'élevage était formellement interdit. Leurs réunions culturelles les aident à supporter l'Occupation et au fil du temps ils s'intéressent vraiment aux belles-lettres. Séduite et intriguée, Juliet cherche à en savoir plus sur ces petites gens hors du commun. Une correspondance va s'établir entre eux. Ces gens sont aussi excentriques qu'attachants; il y a ce fermier qui ne supporte pas que Catulle ait écrit des poèmes de jalousie après avoir vu sa dulcinée câliner un moineau. Et ce valet qui n'a jamais lu que Sénèque, avec l'impression que ses remarques mordantes ne s'adressent qu'à lui ... Du point de vu de la perfide commère du village, il ne s'agit que d'un chiffonnier, d'un aliéniste alcoolique, d'un porcher bègue, d'une quasi-sorcière et d'un valet de pied qui se prend pour un lord et ne peut prétendre à la respectabilité. Pour elle, ce club est un scandale, une mascarade. Au fil de ce roman, sous la forme épistolaire, nous découvrons un lieu, Guernesey, et ses habitants, son histoire, et nous réalisons à quel point leur île a été meurtrie par la guerre sous l'Occupation allemande. A travers cet échange de lettres des protagonistes, l'humour, l'absurdité des situations l'autodérision se mélangent, et donne à ce roman une profonde humanité. Il apporte un rythme soutenu et une facilité de lecture. C'est aussi un hommage à la lecture démontrant qu'elle n'est pas qu'un plaisir solitaire. Sa couverture attrayante et son titre mystérieux et savoureux devraient attirer favorablement nos élèves.

Lecture/humour/Seconde Guerre Mondiale

Laurence Esmenjaud.

Documentaire

Le changement climatique
Shelley Tanaka.
Actes Sud Junior, 2009,.170p.

Un documentaire sur un thème d'actualité qui se lit comme une fiction. Divisé en sept chapitres le changement climatique est expliqué de façon simple et précise. L'auteur propose de multiples exemples qui interpellent le lecteur et rendent concret un thème dont la signification reste encore trop vague pour la majorité de nos élèves. Au format d'un livre de poche cet essai documentaire allie les avantages d'une découverte sérieuse et instructive au plaisir d'une lecture fictionnelle.

Carine Miletto.

Bande Dessinée

La petite fille Bois Caïman (Les passagers du vent, tome 6)
François Bourgeon.
12bis, 2009, 84p.

Le retour d'Isa. Vingt-cinq ans après la parution du premier tome des Passagers du vent, Bourgeon revient enfin sur le destin d'Isa, personnage principal de la série. Le récit débute en 1863 à la Nouvelle Orléans, avec le départ de la jolie Zabo, après le décès de sa mère et l'assassinat de son père qui avait refusé de prêter allégeance aux Etats de l'Union. Elle veut rejoindre le domaine de Lananette, près de Bâton Rouge où se trouve son jeune frère confié à la garde d'Isabeau, grand-mère de Zabo qui ne l'a jamais rencontrée. Elle finira par arriver à destination mais aura dû affronter les soldats, les déserteurs, les bandits nordistes aussi bien que sudistes, les dangers de la route et des marécages. Mais, aidée par Quentin Coustans, photographe français, la jeune fille surmontera les obstacles.C'est au milieu de l'album que Zabo fait connaissance avec Isa, cette aïeule de 98 ans, au caractère bien trempé. Isa fait le récit à Zabo (de son vrai prénom Isabeau, comme Isa) des événements qui ont marqué sa vie depuis la fin du tome cinq des Passagers du vent. Les deux femmes se ressemblent fortement, rebelles aux contraintes, éprises de liberté, amoureuses de la vie, personnalités affirmées, femmes émancipées ; elles n'aiment ni subir, ni dominer. Le récit est magnifique et il faudra attendre début 2010, pour en connaître la fin. Le dessin de Bourgeon est toujours aussi exceptionnel ; les paysages traversés par les personnages sont somptueux, le fleuve Mississippi et les bayous, prennent vie sous le pinceau de l'auteur ; on peut même sentir l'odeur des marais, des fleurs, et des arbres de cette région. Pour le retour d'Isa, François Bourgeon a produit un album de très grande qualité qui était espéré depuis longtemps et comble toutes les attentes.

Histoire/Louisiane/Guerre de Sécession

Gérard Belle-Pérat.

Sandokan, le Tigre de Malaisie
Milo Milani et Hugo Pratt.
Casterman, 2009, 69 p.

Cet album, oeuvre inconnue d'Hugo Pratt, constitue un événement ; en effet, l'adaptation par Milo Milani et Hugo Pratt du roman d'aventures Les Tigres de Mompacem d'Emilio Salgari relevait de la légende. Pratt avait confié, lors d'entretiens en 1996 avec Dominique Petitfaux (De l'autre côté de Corto) l'existence d'un Sandokan,commandé par l'éditeur du Corriere dei Piccoli (principale revue de bande dessinée en Italie), au début des années 70 mais on pensait les planches perdues. Ce sont les copies photographiques des planches, retrouvées 40 ans après, qui ont permis de reconstituer l'album incomplet, Hugo Pratt n'avait pas terminé l'adaptation.

Sur une île perdue de la mer de Malaisie, Mompacem, en 1849, un homme s'interroge sur son destin ; l'ouragan, au dehors, est-il plus terrible que lui, Sandokan, le pirate le plus redouté d'Extrême Orient qui combat le pouvoir colonial anglais. Il mène la vie dure aux soldats de Lord Guillouk, aventurier sans scrupules et représentant du pouvoir. Mais dès qu'il entend vanter la beauté de Lady Marianne, nièce de son ennemi, Sandokan n'a qu'une idée en tête, la rencontrer ; il bravera tous les dangers pour le faire et en tombera amoureux.

En découvrant les planches, on est frappé par la ressemblance de certains personnages avec ceux de la saga de Corto Maltese. Ainsi, Yannez, barbu, présente-t-il toutes les caractéristiques du marin Corto, Marianne est quant à elle le sosie d'Anne de la Jungle ; et quant à Sandokan, il ressemble étrangement au personnage de Cush dans La macumba du gringo. Le dessin de Pratt laisse présager les magnifiques vignettes, planches des grands espaces, des tempêtes, des océans, des bateaux... caractéristiques de la saga de Corto Maltèse. Cet album annonce la force, la puissance, les qualités des récits et des dessins qui font de Hugo Pratt un auteur majeur de la Bd mondiale.

Gérard Belle-Pérat.

Black op 5
Labiano Desberg.
Black op 5

La CIA a magouillé avec la mafia russe pour agacer le régime soviétique... Du grand classique de guerre froide. Cette époque est révolue mais il est l'heure de régler les comptes. Cet album est presque le dénouement. Les auteurs tirent un peu sur le récit et le scénario pourrait être plus nerveux (ça pourrait être fini avec ce numéro de la série !). Pourtant la lecture reste agréable et les flashes backs perpétuels, qui plus est à plusieurs époques différentes, construisent des personnages complexes et, malgré les apparences, relativement stables dans le temps. L'intérêt est là chez ces gens qu'on a cru sympathiques mais qui ne le sont pas tant que cela ! Tous les personnages sont revisités, c'est assez décapant sur le plan psychologique. A ce stade on se dit que tous méritent de mourir d'une balle bien placée. La fusillade approche, c'est pour le 6 !!!

Policier/espionnage

Jean-Pierre Sautot.

Nouvelles

La botte secrète
Eric Boisset.
Editions Thierry Magnier ,2009.

Eric Boisset, l'auteur de la fameuse Trilogie d'Arkandias, fait un retour sur son enfance et raconte dans ce petit livre onze anecdotes, souvenirs, bêtises de jeunesse qui semblent tout à fait authentiques et nous rendent l'auteur bien sympathique. Des histoires d'amitié, de bandes de copains, de solidarité. Ces textes sont courts, vivants, bien campés dans un univers de jeunes curieux de tout et avides d'expériences. Eric et ses potes ne sont pas à court d'idées et ne manquent pas d'imagination mais ils sont souvent dépassés par leurs initiatives ! Leur appétit de vivre leur fait occulter les risques et les dangers (fabrication de bombes artisanales dans 'les bombes"), mais tout finit bien. Ils n'ont parfois comme seul échappatoire que la fuite (La tombola du Paraguay) ou sont pris à leur propre piège (La flaque d'huile) mais quelquefois les histoires ont des chutes inattendues qui sont un rappel à la justice et la morale est sauve ! Certains récits sont franchement drôles (La Mercedes de l'expert), et tous sont alertes et toniques. Beaucoup de dialogues, le ton est léger, le vocabulaire très imagé. Lecture facile, suspense, humour, tous les ingrédients y sont pour faire de la lecture de ce recueil un beau moment de fraicheur et de plaisir.Ce recueil s'adresse plus particulièrement à des garçons, à des adolescents mais aussi aux plus âgés à qui il rappellera peut être de bons souvenirs !

Amitié/humour/enfance

Christine Rivoire.

Totale angoisse
Brigitte Aubert.
Editions Thierry Magnier, 2009, 185p.

Une série de récits à suspense où l'on passe d'un clandestin à un psychopathe, sans oublier Keira, Gauthier et les autres. Des nouvelles toutes plus surprenantes les unes que les autres, des personnages attachants victimes de rebondissements dramatiques au sein d'une intrigue originale. Brigitte Aubert excelle dans le genre. A retenir une nouvelle policière sur les personnages de contes de fées où l'on retrouve Pinocchio, la Belle au Bois Dormant, Blanche Neige mais aussi Oui-Oui. Tous ces héros font leur rentrée scolaire, Oui Oui à la maternelle et les autres au collège.

Des récits courts et actuels qui interpelleront sans nul doute nos élèves!

Carine Miletto.

Lire au lycée professionnel, n°60 (11/2009)

Lire au lycée professionnel - Livres en Vrac