Dossier : Théâtre aujourd'hui

La BD, une représentation graphique du théâtre

Ou comment la bande dessinée adapte le théâtre classique

Gérard Belle-Pérat

Si la BD, depuis ses débuts, a utilisé le roman comme source d'inspiration scénaristique, elle a peu exploité le texte théâtral. Le théâtre, dont le but premier est d'être vu par les spectateurs sur une scène, ne se prêterait-il pas à une mise en images ? C'est une question que l'on peut se poser ; en effet, un nombre restreint de dessinateurs a utilisé le texte théâtral comme scénario de BD. Cependant, à la fin des années 70, quelques pièces de Shakespeare ont été adaptées par Giani di Luca (Hamlet, Roméo et Juliette), Anne Bellec et Philippe Marcelé (Macbeth) ou parodiées, détournées par Gotlib dans les célèbres Rubrique à brac et Cinémastock (Shakespeare via Trifouillis les Oies, Hamlet). Cependant, depuis le début des années 2000, il semble que l'association théâtre-bande dessinée connaisse un certain renouveau.

Une collection chez Vents d'ouest

Les éditions Vents d'Ouest viennent de lancer une collection de textes théâtraux en BD ; ainsi sont parus, successivement Les précieuses ridicules, La farce du cuvier, Le médecin malgré lui, L'avare, George Dandin, essentiellement des pièces de Molière, et doivent suivre Les fourberies de Scapin, Dom Juan.

Cette collection présente un intérêt dans la mesure où les textes sont rigoureusement respectés : les répliques sont rendues dans les bulles, les didascalies comme récitatifs ou dans l'expression et les gestes des personnages. En outre, à partir de L'avare, le texte de la pièce est publié en fin d'album. Cette expérience peut être considérée positivement. En effet, aborder le théâtre par l'image présente un certain nombre d'avantages :

  • visualiser le texte théâtral,
  • montrer les différentes situations dans lesquelles se débattent les personnages,
  • permettre de replacer les actions dans leur environnement,
  • découvrir dans le dessin une vision des personnages (physique, vêtements, expressions, sentiments...),
  • conserver le texte.

Si cette collection remplit parfaitement ce rôle, elle appelle cependant un certain nombre de réserves. D'une part les albums ne sont que l'illustration linéaire des différentes pièces (apportent-ils vraiment un plus au texte ?), d'autre part, l'examen des différents volumes montre une ressemblance certaine entre eux, ce qui se conçoit pour une série BD, avec des héros récurrents qui justifient une publication suivie et régulière d'albums. Par contre, ici, les oeuvres ne constituent pas des suites, les personnages sont différents et, pourtant, certains d'entre eux sont des copies dessinées, conformes d'une pièce à l'autre.

Ainsi les dessins de Magdelon (Les précieuses ridicules), Elise (L'avare), Angélique (George Dandin) et Lucinde (Le médecin malgré lui), présentent des ressemblances plus que troublantes ; même remarque avec Dandin (George Dandin) et Gorgibus (Les précieuses ridicules), ou Cléante (L'avare) et Clitandre (George Dandin), ou Jacquinot (La farce du cuvier), Lubin (George Dandin), La Grange (Les précieuses ridicules) et Perrin (Le médecin malgré lui).

En outre, la construction des planches et vignettes est fortement simplifiée ; la majorité des cases ne comporte que les personnages, sans aucun arrière-plan ni décor, avec seulement un fond uniformément coloré (par exemple, pour Les précieuses ridicules, pages 22 à 26, succession de vingt-deux cases dont seulement six présentent, en arrière-plan, un rideau, le cadre d'une fenêtre, d'une porte..., alors que la scène développée se déroule dans le même lieu ; remarque identique à propos du Médecin malgré lui, pages 16 à 21, trente-deux cases, dont seulement deux montrent des éléments de décor, alors que la scène se déroule entièrement dans une cour de ferme, lieu qui, en principe, présente de nombreux objets, bâtiments, éventuellement animaux dont la représentation enrichirait le contenu des vignettes)...

Autre faiblesse concernant la mise en page : les auteurs ont peu utilisé les différentes possibilités de découpage, de mise en scène, les variations de plans, d'angles de prise de vue ; on retrouve dans les cases, essentiellement, le plan poitrine et le plan américain, pratiquement aucune utilisation du champ contre-champ qui aurait permis, entre autres, de dynamiser la représentation des dialogues entre les personnages ; très peu de panoramiques, plongées, contre-plongée... qui donneraient force, vigueur et mouvement au dessin.

De ce fait, ces albums sont des BD de qualité très moyenne ; cependant, les dernières parutions connaissent une amélioration qualitative par la multiplication de l'utilisation de plans différents (plan d'ensemble, gros plan...), angles de vue plus variés (plongées), cases plus fouillées.

L'uniformité de l'ensemble des albums est renforcée par la conception de la collection. Dessinée et dirigée par Simon Léturgie avec la participation ou l'entière responsabilité du Studio Kawaï, cette série a fait l'objet d'une parution extrêmement rapide (cinq volumes entre aout 2005 et aout 2006), alors qu'on considère qu'une année, en moyenne, est nécessaire pour la création d'un album. Il est impossible de ne pas y voir une production à la chaine...

Pourtant, cette collection parait correspondre à une attente : la bibliothèque de Seyssinet (ville de l'agglomération grenobloise) relève l'intérêt manifeste des élèves de collège, en relation avec les programmes, pour ce théâtre dessiné ; de même la librairie de BD, Collines, à Grenoble, reconnait une demande régulière des jeunes collégiens. Mais quid de nos élèves de lycée professionnel ?

Adaptations aux éditions Petit à petit

Autre sélection possible, Le Cid, aux éditions Petit à Petit, connues pour la publication d'ouvrages BD collectifs concernant les textes classiques (Hugo, Maupassant, Baudelaire, Rimbaud, Flaubert...) ou les chansons d'auteurs contemporains (Lavilliers, Higelin, Vian, Gainsbourg, Brel, Barbara...).

Cet album, en noir et blanc, respecte l'intégralité du texte de Corneille. Il se lit facilement car les auteurs ont décliné une vraie mise en page BD. La construction de l'album permet d'entrer pleinement dans le texte de Corneille et de suivre aisément le déroulement de l'action. Le dessin, avec son côté simplifié, schématique, s'apparente à celui des fanzines petit format, comme Zembla, Akim..., mais en même temps, il apporte un dynamisme à l'album, donnant une ambiance particulière aux scènes de dialogue, ainsi qu'aux monologues. Les dessinateurs, Jean-Louis Mennetrier et Christophe Billard, ont utilisé toutes les variétés de plans et d'angles de prise de vue possibles, ce qui donne une impression de fluidité et allège la succession des alexandrins. Les gros plans, plans poitrine, plongées et contreplongées accentuent la dramatisation ; les plans d'ensemble mettent en valeur les lieux qui constituent les décors imposants du drame (châteaux moyenâgeux, tours crénelées, cours intérieures, jardins luxuriants : tout est possible en BD). L'album propose un dossier pédagogique : biographie de Pierre Corneille, thèmes abordés, contexte historique, l'adaptation en BD avec exemple de découpage et story board... Cette démarche éditoriale semble donc particulièrement intéressante. Deux autres titres s'adressent aux lycéens : Cyrano de Bergerac et Phèdre. Cyrano, adapté par Fanch Juteau, bénéficie d'un dessin au trait et d'une mise en page claire, parfois au prix de quelques acrobaties typographiques, mais toujours au service de la lisibilité du texte. Quant à Phèdre, dans une adaptation d'Armel assortie d'un dossier pédagogique et de la reprise du texte intégral (ce qui s'avère parfois fort utile), c'est une réussite. La représentation graphique donne ici pleine mesure, par exemple acte V, scène 6, lorsque Théramène raconte à Thésée la mort d'Hippolyte : le combat de ce dernier contre le monstre atteint en lyrisme les pages d'heroic fantasy les plus échevelées, et la tirade est littéralement mis en images. Notons que tous ces albums fournissent clairement en bas de page les notes indispensables aux élèves (équivalences lexicales, explications, reformulations).

Ubu roi

Ubu roi est proposé aux éditions Petit à petit dans une adaptation de Luc Duthil avec un dessin d'Aurore Petit : trait stylisé en accord avec l'absurdité du personnage, dessin dynamique, cadrage varié et lisibilité toujours assurée pour cet album clairement découpé en actes et scènes.

On pourra se livrer à un intéressant travail de comparaison avec Ubu roi dessiné par Daniel Casanave, grande réussite BD. Le dessin, au trait qui se rapproche de la caricature, correspond, parfaitement au côté parodique de la pièce de Jarry. Le noir et blanc permet au dessinateur de créer des ambiances contrastées, de renforcer l'aspect grotesque, comique des personnages et des situations. Mais le format est plus grand et l'adaptation plus libre : le précédent conserve un côté scolaire, tandis que celui-ci transpose avec une vigueur iconoclaste l'univers ubuesque. Parmi de multiples possibilités, la scène 4 de l'acte I (pages 26-27 pour Aurore Petit et page 8 pour Casanave) permettra de comparer les choix de cadrage, la représentation des personnages ainsi que la plus ou moins grande fidélité au texte.

Le texte théâtral adapté en BD n'est pas encore une pratique courante, contrairement à l'utilisation du roman comme scénario. L'exercice semble particulièrement difficile, dans la mesure où un point parait rédhibitoire, le respect intégral du texte. Cependant, les pièces de théâtre étant écrites pour être présentées à des spectateurs, il n'y a pas de raisons qu'elles ne puissent donner des représentations graphiques. Et preuve est faite que l'album BD peut être texte théâtral de qualité...

  • L'avare. Molière / Toto Brother's company ; Kawaï Studio. Vents d'Ouest, 2006.
  • Le Cid. Corneille / Mennetrier, Jean-Louis ; Billard, Christophe ; Oliv'. Petit à petit, 2006.
  • Cinémastock. Gotlib, Alexis / Shakespeare. Dargaud, 1974.
  • Cyrano de Bergerac. Rostand, Edmond / Juteau, Fanch. Petit à petit, 2007.
  • La farce du cuvier. Léturgie, Simon ; Adam, Eric. Vents d'Ouest, 2005.
  • George Dandin. Molière / Léturgie, Simon ; Di Martino, Richard. Vents d'ouest, 2006.
  • Hamlet. Shakespeare / Di Luca, Giani. Humanoïdes associés, 1980.
  • Macbeth. Shakespeare / Bellec, Anne ; Marcélé, Philippe. Dargaud, 1979. (Collection Pilote).
  • Le médecin malgré lui. Molière / Cady, Virginie ; Percelay, Laurent ; Kawaï Studio. Vents d'ouest, 2005.
  • Phèdre. Racine / Armel. Petit à petit, 2006.
  • Les précieuses ridicules. Molière / Léturgie, Simon. Vents d'ouest, 2005.
  • Roméo et Juliette. Shakespeare / Di Luca, Giani. Humanoïdes associés, 1981.
  • Rubrique à brac. Gotlib / Shakespeare. Dargaud, 1974.
  • Ubu roi. Jarry, Alfred / Casanave, Daniel. Les 400 coups, 2001.
  • Ubu roi. Jarry, Alfred / Petit, Aurore ; Duthil, Luc. Petit à petit, 2007.

Lire au lycée professionnel, n°57, page 49 (11/2008)

Lire au lycée professionnel - La BD, une représentation graphique du théâtre