Editorial

Editorial du numéro 53 ("Amour et littérature")

Entre la publicité affichée sur les murs, les courts métrages diffusés sur le net et les images transitant via les portables high tech, les jeunes sont en permanence sollicités par des images se référant à la sexualité. Cependant, bien que cet environnement médiatique semble banaliser les discours sur la sexualité, aborder l'étude de ces discours peut poser problème aux enseignants et médiateurs du livre et de l'écrit, voire les inquiéter. La littérature, y compris celle de jeunesse, la presse pour les jeunes, les bandes dessinées et les ouvrages graphiques, parlent d'amour et d'émois sexuels. De fait, il paraît donc inévitable pour les passeurs de livres et d'histoires que nous sommes de réfléchir à la manière d'aborder ces scènes et ces discours : comment les lire en classe ? Quelle est leur fonction narratologique ? Comment construire leur interprétation et dégager le sens qu'ils suggèrent sur l'amour et les relations humaines ? Une large part du dossier que nous proposons ici prend appui sur des expériences menées en classe. Tout d'abord l'étude d'une BD comportant une scène explicite indispensable à l'économie du récit (Sur la route de Selma), puis celle d'une nouvelle de Tahar Ben Jelloun (L'amour fou), suivie d'entretiens individuels avec quelques élèves, menés par Marie-Cécile Guernier : comment ont-ils reçu ce travail, comment réagissent-ils ? Le dossier donne aussi la parole à des experts d'autres disciplines scientifiques : la philosophe Michela Marzano exprime son point de vue sur les enjeux de ce type d'étude ; des bibliothécaires et des documentalistes de lycée professionnel se demandent que faire de ces livres qui dérangent parce qu'ils parlent de sexe... Une bibliographie regroupant des oeuvres présentant une scène d'amour explicite conclut ce dossier, ainsi qu'un panorama historique de la représentation de la femme dans la BD. Avec ce dossier nous espérons apporter aux professeurs, documentalistes et bibliothécaires des éléments pour réfléchir sur ce sujet délicat. Bien évidemment, il ne s'agit pas pour nous d'inciter ni d'interdire : chacun, dans le contexte particulier où il s'efforce de promouvoir la lecture sait ce qu'il peut et doit faire ou ne pas faire.

Lire au lycée professionnel, n°53, page 1 (03/2007)

Lire au lycée professionnel - Editorial du numéro 53 ("Amour et littérature")