Editorial

Editorial du numéro 51 (Adolescents en difficulté de lecture)

Le lecteur trouvera ici rassemblées les contributions proposées à Grenoble, le 17 mai 2006, lors d'une journée professionnelle organisée par le CRDP de l'académie de Grenoble, les bibliothèques de la ville de Grenoble et Médiat, avec le soutien de la DRAC Rhônes-Alpes, sous l'intitulé : "Que proposer aux adolescents et jeunes adultes qui n'aiment pas lire ? ". Destinée à un public varié : enseignants du second degré, documentalistes de CDI, formateurs, professionnels et médiateurs du livre, animateurs socioculturels, étudiants..., cette journée se voulait accompagnement de la publication Attention livres : des idées pour ados qui n'aiment pas lire, réalisée en partenariat par le CRDP de Grenoble et la Bibliothèque municipale de Grenoble.

Passant au crible les pratiques culturelles adolescentes aujourd'hui, Jean-François Hersent interroge la notion d'adolescence et met en évidence l'éclectisme de la culture d'une génération multimédia fascinée par l'image, pour laquelle le livre n'est qu'un média parmi tant d'autres. A la question de savoir si l'école peut quelque chose pour les jeunes qui n'aiment pas lire, Marie-Cécile Guernier répond oui, à condition de distinguer entre savoir lire et aimer lire. La lecture littéraire (d'un roman, le plus souvent) est survalorisée au détriment d'un travail dans la dimension cognitive de la lecture, pour apprendre à maitriser les nombreuses opérations qui constituent l'acte de lire. Quant au goût de lire... Il semblerait qu'il soit bien difficile à cerner et à transmettre... Et pourtant c'est bien à cette notion que se réfèrent Véronique-Marie Lombard et Jean-Noël Blanc. L'une file d'ailleurs la métaphore sensuelle : si lire a un goût, alors lire fait l'objet d'une envie plus ou moins gourmande, certains tombent en anorexie et le médiateur doit stimuler leur appétence... Elle relate ici diverses propositions d'ateliers et de bibliographies pour amener les jeunes à lire. Quant à Jean-Noël Blanc, il plaide en faveur d'une littérature authentique, car ce n'est pas avec des livres fabriqués ou édifiants que l'on réconciliera les jeunes et la lecture, faisant état d'ateliers d'écriture, voie selon lui la plus directe pour faire accéder des non lecteurs à la lecture. Enfin Annie Vuillermoz explique quelle démarche a présidé à la réalisation de la bibliographie Attention livres ! : remise en cause des présupposés et des implicites dans la pratique du médiateur, écoute et échange avec les jeunes, ouverture vers leurs univers culturels et, pour finir, un bel effort de clarté dans la rédaction des notices bibliographiques !

Lire au lycée professionnel, n°51, page 1 (06/2006)

Lire au lycée professionnel - Editorial du numéro 51 (Adolescents en difficulté de lecture)