Dossier : le manga

Les élèves de LP lisent-ils des mangas ?

Les résultats de notre enquête

Marie Guelpa,
Claire Lachaize,
Christiane Podymski,
Gaelle Sallaberry,
Nadine Travacca.

Pourquoi une enquête ?

C'est dans la logique de notre numéro sur la BD que s'est posée la question du manga. Mais à cette époque, notre dossier était déjà bien étoffé, ce qui nous a conduits à reporter le manga au numéro suivant, au sein d'un dossier spécifique. Nous nous sommes fixé deux objectifs : découvrir nous-mêmes le manga par des lectures personnelles et essayer de mieux connaitre les pratiques de lecture des élèves de lycée professionnel. D'où l'idée de questionnaires - qui ne sont pas forcément exempts des présupposés de leurs auteurs - pour dépasser ce qui se dit autour du manga et mieux appréhender des pratiques de lecture.

Comment les réponses sont venues...

Deux questionnaires ont été publiés dans le n° 49 : l'un à l'attention des documentalistes, l'autre pour les élèves. Il s'est avéré que nous recevions beaucoup plus de réponses venant de garçons que de filles, ce qui n'a pas manqué de nous poser problème et nous a conduit à des relances dans les sections féminines, en vue d'équilibrer notre échantillon. Les garçons seraient-ils plus nombreux dans l'enseignement professionnel ? Oui, en effet, selon les chiffres du Ministère : 55 % de garçons. Cela n'explique pourtant pas le déséquilibre de nos réponses (pratiquement 2 fois plus de garçons...). Il faut donc chercher d'autres explications : la plus probable est que les lycées à sections masculines sont plus représentés dans notre équipe de rédaction. Mais cela n'explique pas pour autant que, parmi nos abonnés qui ont eu la gentillesse de proposer le questionnaire à leurs élèves, on trouve essentiellement des réponses provenant de lycées à dominante masculine... Nous en sommes bien sûr réduit aux conjectures, car rien dans cet échantillon n'est de nature à apporter une réponse. Nous formulerons donc des questions : pourquoi les documentalistes de lycées masculins ont davantage répondu ? Est-ce aléatoire ? Ces personnes sont-elles davantage sensibles à l'essor de la BD japonaise ? Si oui, est-ce parce qu'elle ont remarqué que le manga suscite l'attention de leurs élèves (voir le témoignage p. 4) ? Ou parce que, ces garçons étant peu lecteurs, elles font assaut d'imagination et de créativité pour les amener au CDI et à la lecture ?

Texte associé : Les élèves de LP lisent-ils des mangas ? les réponses des documentalistes

Alors, lecteurs ?

Les lecteurs de mangas représentent environ 1/3 de notre échantillon.

Lecteur ou lectrice ?

Le phénomène manga ne provoque pas de raz de marée en lycée professionnel. Si 41 % des garçons en lisent, il n'intéresse que 22,45 % des filles interrogées.

Répartition par sexe des 442 réponses

Des mangas au CDI ?

Le fonds manga du CDI reste majoritairement inconnu des non lecteurs, mais aussi mal connu des adeptes du manga. Voici leurs réponses à la question "Ton CDI possède-t-il des mangas ?".

Les non-lecteurs

Environ 43 % des filles et 30 % des garçons n'ont pas répondu à la question : "Pourquoi tu ne lis pas de mangas ?". Pour les autres, voici les raisons qu'ils ont invoquées :

Répartition par sexe des réponses à la question : "Pourquoi ne lis-tu pas de mangas ?"

Boulimiques ?

Les lecteurs de mangas sont-ils boulimiques ? Pas tant que ça ! On constate que plus de la moitié de nos lecteurs en lisent moins de 5 par mois.

Répartition des lecteurs de mangas selon le nombre de mangas lus par mois

Leurs thèmes préférés

Parmi les rubriques proposées, l'héroïc-fantasy vient largement en tête pour plus de 2/3 des élèves. Dans la rubrique "autres", les élèves ont cité dans cet ordre et dans ces termes : combat, passé/futur, musique, robots, magie, imaginaire, baston, historique, aventures, érotiques, comique, science-fiction, fantastique, voiture, action, ninja.

Pourcentage de réponses par thème par rapport à l'ensemble des lecteurs. Les élèves pouvaient choisir plusieurs thèmes.

Leurs titres préférés

Pourcentage de réponses citant le titre

Ces titres cités autant par les filles que les garçons sont tous des shônen (des mangas pour les garçons) publiés en série. Ce sont des oeuvres très connues, au hit parade des ventes. Notre libraire manga a cité en tête des séries les plus vendues : Naruto et Fullmetal alchemist, puis Fruit basket (un shôjo conseillé par nos filles). Voici quelques indications complémentaires sur ces best-sellers.

  • Dragon ball. Toriyama Akira. Glénat. Série en cours.
    Sangoku est un petit garçon avec une queue de singe qui se retrouve orphelin. Mais déjà il veut devenir le guerrier le plus puissant. Accompagné de ses amis, il commence un long chemin pour combattre les ennemis de la planète Namek
  • Naruto. Kishimoto Masashi. Kana. 31 vol. (en cours).
    Naruto est toujours seul et son caractère fougueux ne l'aide pas vraiment à se faire apprécier dans son village. Malgré cela, son ambition est de devenir un maître Hokage, la plus haute distinction dans l'ordre des ninjas, et obtenir ainsi la reconnaissance de ses pairs...
    Naruto est publié en France depuis 2002. Ce manga est le plus vendu en France ces 4 dernières années (110 000 exemplaires pour le tome 20).
  • GTO (Great Teacher Onizuka). Fujisawa Toru. Pika. 25 vol. (fini).
    Eikichi Onizuka, 22 ans, décide de devenir enseignant après qu'une jeune fille lui a préféré son professeur gros et chauve. Dès ses premiers stages, il ne se laisse pas marcher sur les pieds par ses élèves et mate les plus voyous d'entre eux. Et pourtant, il commence à déchanter quand il essuie un deuxième revers avec une lycéenne...
  • Samourai deeper kyo. Kamijyo Akimine. Kana. 25 vol. (en cours).
    1604, l'ère Edo. Les samourais encore en vie ont endossé l'habit de nomades errants. Ils parcourent le pays à la recherche d'un sens à accorder à leur existence. Kyô, l'un d'eux, mène une vie d'errance sans réel but jusqu'au jour où le hasard place sur son chemin une charmante chasseuse de prime. Elle n'a de cesse de trouver un certain samourai nommé Kyô, un être sanguinaire et impitoyable...
  • Gunnm. Kishiro Yukito. Glénat. 9 vol. (fini).
    Ido, un cybernéticien, découvre dans une décharge le buste d'une cyborg, qu'il nomme Gally. Même après sa réparation, elle reste toujours amnésique. Un premier combat lui révèle des aptitudes de guerrière et la puissance de son Panzer Kunst, une ancienne technique martienne de combat. Elle décide alors de devenir Hunter Warrior pour retrouver sa mémoire et son passé grâce aux combats.
  • Fullmetal alchemist. Arakawa Hiromu. Kurokawa. 7 vol. (en cours)
    En voulant ressusciter leur mère, Edward et Alphonse Elric vont utiliser une technique interdite relevant du domaine de l'alchimie : la transmutation humaine. Mais l'expérience tourne mal : Edward perd un bras et une jambe et Alphonse son corps, son esprit se retrouvant prisonnier d'une armure...

Les informations proviennent de deux sites :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Accueil et http://www.manga-news.com/

Les titres conseillés

En ce qui concerne les titres cités par moins de 5 % des lecteurs, nous remarquons qu'il s'agit majoritairement de shônen. Les filles ont conseillé quatre shôjo (manga fille) : Appare Jipangu, Ayashi no ceres, Fruit basket et Imadoki ; deux shônen (manga garçon) : Daigo et Yuyu Hakusho ; ainsi que Tombeau des lucioles, sans doute un dessin animé. En effet certains élèves semblent regrouper sous l'appellation manga aussi bien les livres que les animes. C'est du moins ce que laisse entendre cette réponse relevée deux fois : "Moi, les mangas, je les lis pas, je les regarde".

Du côté des garçons, un seul shôjo : Angel sanctuary, des shônen, comme on pouvait s'y attendre (Angio Onshi, Beck, Bleach, Capitaine Tsubasa, Olive et Tom, Cowboy be bop, Devil Devil, Evangelion, Eye Shield 21, Flamme of Recca, Get backers, Guns smith cats, Hunter X Hunter, Katsuo, Kenshin le vagabond, Love Hina, Mar, Peace maker, Satan 666) ; mais aussi des seinen (manga adulte) : Akira , Battle royale, Coq de combat, Ghost in the shell, Hellsing, ainsi que trois autres titres, Henshem, Nicky Larson, Ynereka. Nous citons ces titres tels qu'ils nous ont été proposés, mais nous ne garantissons pas leur contenu...

Portrait moyen d'un lecteur de mangas

Ce qui est remarquable, c'est l'homogénéité des réponses tous sexes confondus.

Le lecteur moyen ne lit pas plus de 5 mangas par mois (69,1 %). Il se les échange avec des amis (51.7 %) ou se les procure en librairie (49 %). Il a d'autres lectures, principalement des BD (71,1 %). Dans le manga, il apprécie surtout le graphisme (81,9%) et l'histoire (75,2 %). En relation avec l'univers manga, il apprécie les séries dont il attend la suite avec impatience et sans se lasser (75,2 %). Ses thèmes de prédilection sont l'heroïc-fantasy (70,5 %), la guerre (47 %) et l'univers adolescent (39,6 %). Une différence notable entre filles et garçons apparait dans la hiérarchisation des thèmes : l'héroïc-fantasy arrive en tête pour tous, mais chez les filles c'est l'univers adolescent qui vient en deuxième position (67 %), suivi de l'amour (62,5 %), alors que chez les garçons, on trouve la guerre (52,3 %) puis le sport (31,2 %).

La lecture de mangas conduit les lecteurs à s'intéresser à d'autres supports : les films d'animation (65,8 %), puis les jeux vidéos (55,7 %), les sites internet (44,3 %) et le dessin (41,6 %).

Génération manga

Le manga livre est apparu en France en 1990 avec Akira (Glénat). Il s'est réellement développé avec l'arrivée de Dragon ball Z (Glénat) en 1993. Nos élèves sont nés entre 1984 et 1990 (en comptant large). En moyenne, ils sont de la génération qui a connu le manga quand ils étaient en âge de lire et d'acheter des livres (environ 10-12 ans). Ils ont également connu la privatisation de TF1 et la modification du paysage audiovisuel français. L'arrivée du club Dorothée (1987) domine pendant dix ans le secteur des émissions pour la jeunesse. Elle a diffusé largement les mangas en France à travers les dessins animés (Dragon ball : 1988 ; Les Chevaliers du zodiaque : 1988). Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/TF1

Quel portrait-type pourrait-on dresser du lecteur de manga ?

Il y a autant de filles que de garçons. C'est une grosse différence par rapport à la BD franco-belge ou les comics américains. Cela s'explique sans doute par le fait qu'il y a du manga pour filles et du manga pour garçons. En ce qui concerne l'âge, le plus gros de ma clientèle est entre 15 et 25 ans. Cela ne veut pas dire qu'on ne commence pas à lire plus jeune... Cette tranche d'âge correspond en gros aux lycéens et aux étudiants. En collège ils lisent déjà, mais ils ont moins de facilité à se rendre en ville dans une librairie, moins de liberté, moins de moyens. Mais je constate aussi un élargissement vers le haut... Les gens d'âge mûr savent maintenant qu'il y a une production qui peut leur convenir, donc ils viennent. Nicolas, libraire spécialisé en manga

Cela nous apporte un début d'explication au fait que plus de la moitié de nos lecteurs regardent des films d'animation et jouent aux jeux vidéo. Rappelons que pour 80 %, ils apprécient les mangas pour leur graphisme. Ils se retrouvent autour d'une culture commune où l'image fixe ou animée et le graphisme tiennent une place importante. Ils ont grandi avec ces repères et ces codes culturels. La moitié des lecteurs échangent leurs livres entre amis, on peut supposer qu'ils discutent des films vus et qu'ils partagent leur pratique des jeux vidéo. Jusqu'où va ce sentiment d'appartenance culturelle ? Notre enquête ne permet pas de le dire...

Et dans les CDI ?

Les structures éducatives ont-elles suivi ? On observe : des documentalistes qui souhaitent s'intéresser au sujet, mais qui se trouvent démunis ; des CDI qui ne pourront suivre la cadence de parution des longues séries prisées par les élèves et qui auront toujours un temps de retard pour suivre le phénomène ; des ouvrages qui attirent de manière incontestable au CDI un public qu'il ne faut pas négliger. Il ne semble pas que les professeurs de lettres se soient emparés de ce genre littéraire. Encore tout un univers à découvrir !

Nous remercions sincèrement toutes les personnes qui ont répondu au questionnaire et qui l'ont proposé à leurs élèves et à leurs collègues.

Lire au lycée professionnel, n°50, page 2 (03/2006)

Lire au lycée professionnel - Les élèves de LP lisent-ils des mangas ?