Pistes de lecture

La collection Histoire courte, chez Gallimard

Marie Guelpa,
Christine Rivoire.

Cette nouvelle collection propose, comme son nom l'indique, des textes courts destinés à de jeunes lecteurs, comme l'atteste la présentation illustrée du récit. Soucieux de trouver des textes d'une lecture facile qui ne fassent pourtant pas trop bébé, nous avons examiné les premiers titres livrés. Nous en retenons trois à l'attention des plus jeunes (SEGPA et CAP). Les deux premiers sont construits autour d'un thème commun : la mésentente des parents et l'intervention d'un animal pour aider le jeune à aller mieux.

Cool !
Morpurgo, Michaël.
Gallimard (collection "Histoire courte")

Robbie, 10 ans, est dans le coma. Il a été renversé par une voiture en courant derrière son chien. C'est lui qui nous raconte l'histoire du fond de son lit : la vie était vraiment "cool" pour lui jusque là, mais ce n'est pas facile d'être spectateur de sa vie et de ne pas pouvoir communiquer avec ceux qu'on aime ! Il assiste impuissant à la peine de ses parents, au passage de ses meilleurs copains qui se relaient à son chevet. Chacun y met du sien pour stimuler son cerveau, lui redonner envie de vivre et de sortir du coma. Et c'est à Lucky, le chien, que reviendra le dernier mot... Ce bref roman est bien construit. Bien qu'il traite d'un sujet grave, il reste tonique. Il peut plaire aux jeunes lecteurs.

L'été où j'ai perdu mon chien
David, François.
Gallimard (collection "Histoire courte")

Les parents d'Aurélie ne s'entendent plus et Coquine, la chienne que sa mère lui achète, devient un véritable enjeu. Aurélie persuade son père de l'emmener en vacances, la chienne se perd et, pour renouer le dialogue avec sa fille, celui-ci n'a plus qu'une solution : retrouver la bête ! Ce court roman psychologique pourra plaire à de jeunes lectrices.

Rêve de foot
Paul Bakolo Ngoi.
Gallimard (collection "Histoire courte")

C'est une scène courante sur le marché de Kinshasa de voir des commerçants courir après des gamins en criant "au voleur !", mais Bilia n'a pas de chance, il s'enfuit avec quelques fruits sous le bras et un policier se trouvait justement là. Il se retrouve illico presto à la prison pour mineurs de Kitambo avec une quinzaine d'autres gamins enfermés pour avoir volé de quoi se nourrir. Le régime est dur à la prison et, comme dans la rue, c'est le royaume de la débrouille et la loi de la jungle : les plus forts raflent tout, chacun raconte ses exploits mais les plaintes ne sont guère entendues. Malgré tout, l'espoir fait tenir et Bilia a une idée : organiser un match de foot ! Avec l'aide d'un surveillant compréhensif et humain, il constitue une équipe qui affrontera les gamins de l'extérieur. Lors du match, Riccardo, un journaliste de passage qui connait et aime l'Afrique, repère Bilia, le numéro 27. Il apprécie son talent et, moyennant quelques sérieux pourboires, fait sortir de prison le gamin qui croit rêver ! Mais jouer au foot nécessite des renoncements : il faut quitter famille, copains, habitudes de vie. Il faut aussi accepter des contraintes : aller à l'école, se plier à une discipline. Aidé par une solide personnalité et l'affection de Ricardo, Bilia progresse et se prépare à une belle carrière de footballeur.

C'est une histoire un peu magique où la réalité dépasse la fiction, si l'on peut dire ! Il ne faut jamais perdre espoir mais rien n'est simple pour autant. Les difficultés liées au déracinement, au changement de climat, de culture sont finement décrites. Ce beau récit émouvant, écrit sans emphase, permet une lecture linéaire grâce à de courts chapitres aux titres explicites. Il est dédié à tous les enfants des rues de Kinshasa : "L'espoir d'un lendemain meilleur ne doit jamais mourir en vous".

Lire au lycée professionnel, n°46, page 35 (09/2004)

Lire au lycée professionnel - La collection Histoire courte, chez Gallimard