Dossier
Ecriture, réécriture

Nous sommes une espèce asservie au récit.
Pascal Quignard

Faire écrire les élèves... Voilà bien le type d'activité qui pose plus de questions qu'elle n'apporte des réponses, quelle que soit l'étape que l'on considère : création, correction, évaluation. Les nouveaux programmes de CAP, avec la réécriture inscrite dans l'épreuve de français, relancent aujourd'hui interrogations et inquiétudes. Notre dossier propose deux approches : celle d'Emilie Racine, qui s'apparente au témoignage, est la tentative de mettre en oeuvre une conception personnelle, donc originale, de l'écriture et de son enseignement. C'est autour de l'écriture poétique, prenant appui sur des textes de Ponge, qu'elle analyse ses propres consignes et les travaux des élèves. Quant à Cécile Gravellier, en tant que membre du groupe-expert Lettres pour les programmes de CAP, elle insiste sur le fait que les nouvelles modalités de l'examen modifient notre point de vue sur l'évaluation et certaines de nos pratiques, mais peuvent entraîner aussi des bouleversements dans les représentations des élèves sur la correction et sur l'utilité de retravailler un texte. C'est pourquoi, dans cette première année de mise en place des nouveaux programmes de CAP, elle propose de construire avec les élèves une "méthodologie de la réécriture", pour que ces nouvelles pratiques ne soient pas source de difficultés supplémentaires, mais favorisent plutôt de nouveaux apprentissages. Ecriture et réécriture, deux pans indissociables du chantier toujours ouvert à qui veut "faire écrire" les élèves.

Article : Réflexion autour du travail d'écriture

Séquence pédagogique : Enseigner la réécriture

Lire au lycée professionnel, n°46, page 2 (09/2004)

Lire au lycée professionnel - Ecriture, réécriture