Dossier : Ecrire avec un écrivain

Un carnet de voyage intitulé "Le héros dans le désert"

Caroline Morel,
Christiane Podymski.

"Le héros dans le désert", est le thème choisi par Caroline Morel, professeur de lettres-histoire au lycée du bâtiment de Bron, pour l'atelier d'écriture organisé avec les 12 élèves de la classe de 1ère Bac Pro Energétique pendant l'année 2002/2003. Les autres personnes intervenant dans ce projet sont le professeur d'arts appliqués, deux intervenants de la médiathèque de Bron, un illustrateur, Vincent et un écrivain, Alix Clémence.
La mise en route du projet et sa réalisation supposent l'accord de financements. Ceux-ci proviennent de 3 sources : le rectorat, tout d'abord, avec une subvention de 600 m, la médiathèque de Bron qui a apporté 150 m grâce à un financement spécial, et le lycée qui, par le biais du budget réservé aux arts plastiques, a participé à hauteur de 400 euros.

Origines du projet

Ecrire représente pour les élèves une activité redoutée, qui les met en situation d'échec, faute de pouvoir exprimer facilement leurs sensibilité et leur imaginaire. L'atelier d'écriture a pour objectif de permettre à chacun de dépasser ses blocages face à l'écriture et, avec l'aide des différents intervenants, de découvrir ses propres capacités d'expression et choisir le mot juste.

Le choix du sujet, inspiré des Ethiopiques d'Hugo Pratt, permet une grande liberté. Chaque élève pouvant avoir son interprétation de la notion de désert (désert au sens géographique du terme ou désert "intérieur"), il est mieux à même de s'impliquer dans le projet et de réaliser un carnet de voyage vraiment personnel.

L'absence d'évaluation, l'aide bienveillante des intervenants adultes, le professionnalisme de l'écrivain sont autant de moyens susceptibles de redonner confiance aux élèves, de les réconcilier avec l'écrit, de valoriser leur travail, voire de leur permettre de s'amuser et de prendre plaisir à écrire...

La phase de préparation

Les professeurs de lettres-histoire et d'arts appliqués consacrent 4 séances au thème du désert pendant les mois de novembre et décembre. Les interventions de la médiathèque (10 dont 2 avant la venue de l'écrivain, 6 autres en sa présence, plus 2 séances à la médiathèque même, donc tout au long de l'année) et la sortie au Festival du carnet de voyage de Clermont-Ferrand permettent de rassembler une documentation importante pour enrichir et illustrer le thème.

L'atelier d'écriture

6 séances de 2 heures sont consacrés à l'atelier d'écriture proprement dit. Les élèves sont disposés un par table. Des objets évoquant le désert et le voyage sont disposés sur une table (sable, calebasse, pierres, corail, étoile de mer). Un appareil diffuse une musique douce (Erik Satie, musiques du désert, chants tsiganes...). Les élèves travaillent individuellement et sont guidés par l'écrivain dans leur recherche. L'aide est individualisée et même la confidentialité est possible.

Chaque élève doit réaliser son propre carnet de voyage, incluant un texte à la première personne sur le sujet : "le héros dans le désert" inspiré par les Ethiopiques d'Hugo Pratt. L'élève interprète la consigne du désert à sa guise, soit à la lettre, soit avec un désert métaphorique (par exemple la solitude intérieure). C'est l'objet des séances préparatoires en cours de français.

Les élèves écoutent l'intervenant en début de séance. Ils jettent leur première idée sur le papier sous la forme d'un canevas. L'écrivain les oriente par des questions puis demande de développer tel ou tel point. En cas de panne de page blanche, il reçoit les élèves derrière un petit bureau dit le confessionnal placé en dehors des autres tables. Il discute longuement avec chaque élève de ses choix et des idées.

Entre deux séances, le travail commencé à l'école se poursuit de façon autonome. Les élèves doivent rédiger au propre leur production et l'envoyer par e-mail à l'écrivain, qui l'annote. La séance suivante reprend à partir de ce travail.

Chaque élève progresse à son rythme et de grandes disparités s'observent durant l'ensemble des séances. Les autres intervenants présents passent aussi près des élèves pour répondre à leurs demandes (idée, mot, nuance, tournure, registre de langue, cohérence temporelle et événementielle).

Les écrits terminés sont intégrés au carnet au voyage avec les images, photos et autres documents choisis.

Les productions

D'un format de 21 x 21 cm, le carnet de voyage est réalisé sur papier Canson 180g. Il a une couverture cartonnée et les pages sont reliées par 2 anneaux. Il est manuscrit et illustré (à l'aide de dessins, photos, collages ou écrits très courts). Les carnets de voyages terminés sont exposés à la médiathèque de Bron et une lecture publique a lieu en présence des parents, du chef d'établissement et de quelques invités (personnels du lycée, représentants de "Lire à Bron").

L'apport de l'écrivain

L'intervention d'un écrivain pour l'encadrement du travail d'écriture permet de situer cette tâche dans un contexte différent du contexte scolaire où écrire est une activité contraignante et sanctionnée. Il est un professionnel et, à ce titre, les élèves lui reconnaissent un savoir-faire qui lui permet d'intervenir dans leurs productions personnelles et de formuler conseils mais aussi exigences pour que leurs démarches aboutissent. Il peut se permettre d'insister sur la nécessité d'écrire pour être lu et compris, puisque son métier en dépend. Par ailleurs, l'écrivain est une personne extérieure, qui n'aura pas un contact suivi avec les élèves. Cet aspect éphémère de la relation peut rendre plus facile l'approche de l'intime.

Article : Le point de vue de l'écrivain

Lire au lycée professionnel, n°44, page 28 (03/2004)

Lire au lycée professionnel - Un carnet de voyage intitulé "Le héros dans le désert"