Correspondance

Vous écrivez à une personne connue...

Lettres d'élèves de lycée professionnel

Marie-Cécile Guernier

"Vous écrivez à une personne connue de tous, réelle ou fictive, de l'époque de votre choix. Vous devez utiliser au moins une fois chacun des 10 mots suivants : kyrielle, beauté, encore, voyage, quelqu'un, flamme, nuance, oiseau, utopie, inspirer. Vous pouvez signer de votre nom, d'un pseudonyme, ou du nom d'une autre personne, réelle ou fictive, en rapport avec le destinataire".

Ce concours lancé en septembre 2000 par l'IUFM de Lyon a recueilli un certain succès auprès des lycées professionnels : nous avons reçu 39 lettres provenant de diverses origines. On note le soin apporté à la présentation, probablement parce que ce travail a été réalisé en partie en classe ; mais on sait par ailleurs que de nombreux travaux scolaires ne recueillent pas tant d'application. Tapuscrites ou manuscrites, illustrées pour certaines, les lettres sont soignées, ce qui suggère qu'elles ont été recopiées. Cette qualité formelle est à la mesure de la qualité rédactionnelle.

Les destinataires réels sont plus nombreux que les destinataires fictionnels : 30 pour 9. Parmi cette trentaine, les expéditeurs sont majoritairement les élèves eux-mêmes et on n'y compte que 7 paires reconstruites (Charles Lefon à Napoléon, Marc Antoine à César, Joseph Meister à Pasteur, The Wailers à Bob Marley, Jacky Chan à Bruce Lee, George Sand à Chopin, son fils à Martin Luther King) ainsi que 3 paires où les expéditeurs sont fictifs : un étudiant en cinéma à Louis de Funès, une étudiante en littérature à Charles Perrault, la vache folle à José Bové. Ainsi, il apparait que les élèves ne sont pas trop entrés dans le jeu de la fiction, ce qui me semble correspondre à ce que l'on sait de leurs centres d'intérêt : la musique, les histoires vraies en littérature. Le corpus recueilli sera examiné sous deux catégories : correspondants réels et correspondants fictifs.

Correspondants réels

Artistes

Les artistes contemporains dominent. Trois lettres constituent des paires possibles : The Wailers et Bob Marley, Jacky Chan et Bruce Lee, George Sand et Chopin. Dans quatre lettres, l'expéditeur est inventé : un étudiant en cinéma, une étudiante en littérature et deux amies ; cependant ces expéditeurs sont plutôt proches des élèves eux-mêmes et presque assimilables. Dans les deux lettres à Claude Monet signées chacune "une amie", aucun indice ne permet d'identifier qui elle pourrait être ; la mention d'une exposition est particulièrement ambigüe, mais on comprend que ces élèves se sont rendues à une exposition parisienne. D'où l'hypothèse que, sous cette signature, ce sont peut-être bien les élèves elles-mêmes qui écrivent. Quant aux dix autres lettres, elles sont explicitement écrites par les élèves (dont l'un signe d'un surnom). Ainsi ont-elles majoritairement des expéditeurs réels. On peut donc les considérer comme des messages authentiques, qu'il est possible de prendre pratiquement au pied de la lettre.

DestinataireExpéditeur
Bob MarleyCyrille
Jean
Aurélie
The Wailers (le groupe de Bob Marley)
Serge GainsbourgMaxime et Jérémy
Aurélien
ColucheJean-François
Jarod's
Claude MonetTon amie
Ton amie
Kurt CobainArnaud
Louis de Funès"étudiant en cinématographie"
JamelHana
Jim CarreyKarine
Bruce LeeJacky Chan
Charles PerraultMarie-Emmanuelle étudiante en littérature
ChopinGeorge Sand

On voit par là aussi la place importante qu'occupent les arts, et plus particulièrement la musique, dans la vie des élèves. A la lecture de ces témoignages, on mesure à quel point il est regrettable qu'ils n'aient pas une plus grande place dans les lycées professionnels (où on ne dispense pas même d'enseignement musical). En général, ces lettres aux artistes ont pour propos principal de dire son admiration pour les talents du destinataire : musical, artistique, comique, pictural ou littéraire. Ainsi Cyrille qualifie la musique de Bob Marley de "merveilleuse", et Aurélie, dans une lettre illustrée en fond par le portrait de Gainsbourg, affirme : "Tu n'étais pas aimé de tous, mais pour moi tu resteras un monument de la chanson française, en tant qu'auteur, compositeur et interprète". Hana dit de Jamel que sa "beauté est inexprimable". Les lettres à Monet évoquent son art : "J'ai apprécié la kyrielle de nuances de bleu quand tu as représenté la mer". Même quand l'expéditeur n'est pas l'élève, c'est encore l'admiration qui s'exprime, comme dans la lettre de Sand à Chopin : "A mes yeux tu es le seul compositeur au jeu de mains unique révélant une technique souple et forte à enfanter des coins de paradis mélodieux où il fait bon s'y perdre". Les élèves expriment les émotions suscitées par ces rencontres esthétiques. Pour Jean, le reggae de Bob Marley "donne de la joie et un sentiment de chaleur".

La musique semble constituer pour ces adolescents un moyen de dépasser leur mal être. Arnaud dit à Kurt Cobain : "Ta musique est apparue dans ma vie au moment où j'avais du mal à vivre et à comprendre l'existence humaine. Ces paroles incompréhensibles pour quelqu'un qui les survole expriment en fait, diverses choses : malvivre, problème de société, voire des passages de ta propre vie. La musique autour de tes paroles [...] nous entraine dans un voyage à travers le malvivre de l'adolescence". Quant à Aurélie, elle appelle Bob Marley "ma vie", parce que : "Tout d'abord à mes yeux tu es la seule beauté humaine, tu m'offres la joie et tu me donnes l'envie de vivre car sans toi je sais que certains jours j'aurais commis de grosses bêtises. Lorsque j'ai le moral à zéro, j'ai envie de faire un voyage pour toujours, bien sûr c'est celui de te retrouver là-haut au Paradis, mais à cetinstant même j'entends ta voix me dire : "Pense à ceux qui t'aiment sur cette terre et on aura le temps de se revoir. Ce jour-là, on rattrapera les années qui nous ont séparés" ".

De là nait l'envie de pratiquer l'art de celui que l'on admire. Marie-Emmanuelle annonce à Charles Perrault : "J'ai pris goût à la littérature en lisant vos récits et j'ai voulu moi aussi écrire un roman où règne l'utopie". et Hana à Jamel : " Je tenais à te dire que j'ai regardé ta cassette "Jamel en scène" et que j'ai beaucoup ri. Quelquefois je m'inspire de tes sketchs pour faire rire mes amis ".

Cependant cette admiration ne se borne pas au domaine artistique, et les élèves insistent particulièrement sur l'engagement politique ou social de leur idole, liant ainsi valeur artistique et valeur morale. Cyrille écrit à Bob Marley : "Lorsque j'écoute tes refrains cela me rappelle un peu le combat que tu as dû mener toute ta vie à cause de ta couleur de peau". Les Restos du coeur de Coluche inspirent la solidarité. Jean-François conclut sa lettre ainsi : "Comme toi, j'aide les personnes en difficulté, je leur rends service et je trouve que c'est une bonne action. Mais pour moi ton projet reste une utopie car il y a tant de choses à faire dans ce pays". Quant à Jarod's  : "Mais ne te fais pas de soucis, nous continuerons le chemin que tu as tracé". Ces personnalités deviennent des modèles, quand ce n'est pas le parcours professionnel de l'artiste lui-même qui montre la voie : "Comme ça m'a fait plaisir de t'entendre dire que ta mère fait ses courses à Lidl, cela nous montre que quelqu'un peut partir du bas de l'échelle et arriver en haut en y mettant tout son coeur". (Hana à Jamel)

Malgré son talent musical que certains disent apprécier, Gainsbourg est l'objet de quelques réserves : "Pourquoi reniais-tu tes souches israélites ?", "Comment as-tu fait pour séduire de jolies femmes ?", "Te sachant gravement malade, pourquoi continuer tes excès d'alcool et de tabac ?", "Pourquoi provoquer de cette façon ? Etait-ce ta seule façon d'exister ?". Les expéditeurs rappellent l'épisode du billet de 500 francs brûlé lors d'une émission de télévision. C'est une excentricité pour Aurélie alors que Maxime et Jeremy sont plus sévères : "Peut-être gagnais-tu trop facilement ta vie ? Tu savais bien, surtout à une heure de grande écoute que tout le monde regardait la télévision et que beaucoup auraient aimé avoir ces 500 francs. Tout cela a choqué un certain nombre de personnes, en particulier les chômeurs. Est-ce de la provocation ou de l'inconscience ?" Sans tomber dans un angélisme béat, ces messages livrent une image plutôt optimiste de ces élèves, qui cherchent dans les propos et la vie des artistes des valeurs positives.

Sportifs

DestinataireExpéditeur
Fabien BarthezCédric
ZizouNicolas
Mickaël JordanMickaël
Olivier JacquesUn fan
Valentino ( motard)Coralie

Seulement cinq lettres à des sportifs : les artistes l'emportent donc. On pouvait s'attendre au contraire... L'admiration se dit avec emphase et abondance de qualificatifs. Un fan d'Olivier Jacques lui écrit : "La moto que j'ai préférée, c'était ta Yamaha ; elle était d'une beauté époustouflante". Mickaël ne craint ni l'hyperbole ni le lyrisme pour qualifier Michael Jackson et son geste sportif : "Tu es quelqu'un d'extraordinaire, le meilleur joueur de basket de tous les temps.[...]

Ce jour-là tu as effectué une kyrielle de smashes aériens de toute beauté. J'avais l'impression que tu t'envolais comme un oiseau pour aller marquer. Ton sens du spectacle, ta technique unique au shoot, tes attaques fulgurantes et inspirées ont donné une nouvelle dimension à ce sport, réveillant la flamme de millions de joueurs de basket".

Cher Monsieur Fabien Barthez
Suite à la fondation de l'association "Voyage en enfance", qui a pour but d'organiser des sorties pour des enfants trisomiques nous vous demandons de parrainer celle-ci .
Nous vous avons choisi suite à votre kyrielle de victoires notamment la Coupe du monde en 1998, l'Euro 2000 et les championnats de France en 1993, 1997 et 2000. C'est pour cette raison que nous vous demandons de devenir le parrain de cette association afin d'ajouter une autre victoire à votre palmarès.
Nous pensons que l'image que vous avez fait naitre dans le coeur de nombreux sportifs ou autres lors de vos victorieux matchs avec l'équipe de France, pourrait aider les enfants à sourire mais aussi à voyager. Votre mission au sein de l'association serait donner un peu de votre temps, de suggérer des horizons à visiter, mais aussi de jouer avec les enfants.

Quant à Coralie, quand elle écrit à Valentino (motard), c'est carrément de la passion : "Je n'ai jamais connu quelqu'un comme toi avec autant de courage et de force d'esprit qui m'inspirent joie et bonheur. Ta beauté véritable avive les flammes de mon coeur qui est si malheureux sans toi. Si seulement je pouvais voyager à tes côtés ! Si seulement je pouvais te toucher, te caresser, t'embrasser... "

Les discours relèvent de l'exceptionnel, ce qui n'empêche pas le désir d'imitation, l'attrait des palmes de la victoire paraissant bien motivant : "Avant je n'aimais pas trop la moto, mais tu m'as inspiré et je suis devenu motard. Tu as déjà à ton palmarès une kyrielle de trophées et j'aimerais pourvoir en obtenir autant que toi, car maintenant, moi aussi je pratique la moto en compétition" (un fan à Olivier Jacques).

Comme pour les artistes, ces lettres ne s'en tiennent pas à louer l'exploit sportif, elles signalent l'engagement envers les autres. Nicolas écrit à Zizou : "J'admire ce que tu fais en tant que footballeur mais surtout pour ton combat contre la maladie. Tu es quelqu'un qui se donne à fond dans tout ce que tu entreprends. [...] En espérant que les générations futures soient inspirées par ta générosité, ta bravoure et ton talent". Cédric n'hésite pas à écrire à Barthez pour lui demander de parrainer une association qu'il veut créer. La lettre se distingue par sa qualité rédactionnelle et sa stratégie argumentative : elle mentionne les vertus personnelles du sportif, le désignant comme l'homme dont on a besoin, sans tomber dans l'obséquiosité. On souhaiterait que cette missive soit réelle (peut-être l'est-elle...) ainsi que le projet dont Cédric se fait un porte-parole tout à fait convaincant.

Personnalités politiques

DestinataireExpéditeur
José BovéGérard
La vache folle
Martin Luther KingSon fils
Président de la RépubliqueSébastien

L'altruisme caractérise ces lettres. Le fils de Martin Luther King écrit à son père : "Tu as su par la grâce de tes paroles sur la paix, la tolérance, l'intégrité, le pardon et l'amour de son prochain bercer mes oreilles d'enfant et m'initier à la sagesse. [...] Je voudrais te remercier d'avoir réalisé ton rêve, ton utopie qui nous permet à nous, Hommes de couleur de vivre dans un monde plus juste".

Par ailleurs, deux élèves défendent l'écologie. L'un d'eux a imaginé la lettre écrite à José Bové par une vache folle. Le récit mêle les tonalités : dramatique pour évoquer l'épidémie, nostalgique du temps où les vaches mangeaient de l'herbe, suppliante pour finir. Ainsi humanisée, la vache touche le lecteur et la lettre est plus convaincante qu'une diatribe raisonneuse.

Le paradis des animaux le mardi 30 janvier 2001

Cher Monsieur Bové

Moi je suis une vache devenue folle. Je vais vous expliquer comment cela est arrivé. Vous savez, avant, j'étais une vache, très belle, d'une beauté incroyable. Une vache qui mangeait de l'herbe.

Un jour, mon éleveur se mit à me donner quelque chose d'un goût dégoûtant, appelé farine animale. [...]

Monsieur Bové, je vous serai reconnaissante d'aider mes amies les vaches. Inspirez-vous de ma lettre pour qu'elles ne mangent plus de cochonneries, mais l'herbe verte des prés. S'il vous plait, parlez-en à quelqu'un.

Encore, merci d'avance.
La Vache Folle

Cette lettre évoque Boris Vian et condamne la guerre. Elle fait preuve de virulence et, accusatrice, révèle une certaine représentation des élèves : les hommes politiques seraient responsables de tous les maux de la terre et indifférents au sort de leurs concitoyens. Il s'agit d'interpeller la fonction plutôt que l'homme lui-même, donc l'inverse de ce que l'on a vu pour les artistes et les sportifs. Justice, tolérance, respect de la nature et paix : les thématiques sont identiques à celles des lettres aux artistes, mais la tendance est à désigner des responsables, voire à demander des comptes.

Monsieur le Président de la République

Je vous écris cette lettre pour vous parler d'une chose terrible qui m'est arrivée, mais je ne pense pas que ceci puisse vous intéresser.

Ce week-end, j'ai appris que mon père est décédé d'une tumeur au cerveau et je pense que ce ne serait pas arrivé s'il n'avait pas fait vos satanées guerre du Golfe et de Yougoslavie. Si je ne me retenais pas, ce ne serait pas une lettre mais une kyrielle d'injures que je vous enverrais.

Maintenant je voudrais vous dire que je vous en veux mais je crains que ma détresse ne vous atteigne pas.[...]

Sébastien

Personnalités historiques et inventeurs

DestinataireExpéditeur
PasteurJoseph Meister (premier enfant à
avoir bénéficié du vaccin contre
la rage)
Enzo FerrariLudovic

Deux lettres à des inventeurs : c'est peu de la part d'élèves dont la formation est essentiellement technique.

DestinataireExpéditeur
Jules CésarMarc Antoine
NapoléonCharles Lefon, général du
gouvernement français

Deux lettres reconstituant deux paires réelles : les personnages historiques inspirent peu. On est un peu étonné que soient convoquées ces deux personnalités appartenant à des époques plutôt éloignées et, qui plus est, absentes des programmes d'histoire des lycées professionnels.

Cette recomposition implique la justesse historique. Par exemple Marc Antoine prévient César d'un complot. Le ton est juste jusque dans la vanité pour rappeler ses propres exploits : "Quand j'étais officier de cavalerie, j'ai combattu en Palestine et en Egypte sans qu'on daigne me voir alors que je me battais tel un lion dans une arène. Puis quand je suis parti en Gaule combattre sous ton commandement, parmi six légions tu m'as remarqué, et j'ai combattu à tes côtés pendant toute ta campagne dans ce pays". La lettre donne l'illusion de l'authenticité par cette formule qui sonne antique : "Que le messager qui t'apporte cette lettre ait la rapidité et la fidélité de l'oiseau !"

En revanche la lettre à Napoléon ne déjoue pas les pièges du faux vrai. Le 18 février 1798, Bonaparte n'est pas encore Napoléon, comme l'appelle le rédacteur. De plus, le ton parait trop assuré quand l'expéditeur propose au général victorieux de mener campagne en Egypte : "En effet, il est impératif de vous annoncer qu'il faut partir à la bataille ; et qu'il vous faut quelqu'un pour diriger et commander vos troupes. Ainsi je serais honoré de vous accompagner en tant que général de guerre pour cette bataille". Ainsi bien plus que des erreurs historiques, ce sont des erreurs énonciatives que le rédacteur commet : le point de vue qu'il fait adopter à l'expéditeur ne convient pas.

Correspondants fictifs

Lettres d'amour

DestinataireExpéditeur
TristanIseult
RoméoJuliette
TarzanJane
Mon princeLa petite sirène
FenêtreVolets

Le lyrisme s'exprime sans retenue et sert à déclarer la passion. L'image de la flamme, induite par la consigne, est fréquente pour désigner l'amour. Ainsi Juliette promet à Roméo : "La flamme de mon coeur ne s'éteindra jamais, même si mes parents me forcent à épouser quelqu'un d'autre que vous".

Comme dans toute histoire d'amour, une séparation forcée met les amants à l'épreuve et motive la lettre. "Toi et la beauté de la jungle me manquent terriblement. Il faut garder l'utopie que mon père se rétablisse vite pour que nous puissions nous retrouver". (Jane à Tarzan). Les serments, stéréotypes de la correspondance amoureuse, se retrouvent sous la plume de Juliette : "Mon amour continuera à vivre au travers de mon âme pour toi, mon seul et unique amant. Nous nous retrouverons sûrement là-haut, au Paradis des Amoureux malheureux. Adieu !"

Le modèle du genre est certainement la lettre qu'Iseult aurait pu écrire à Tristan. On y trouve dans l'ordre les trois moments de la lettre d'amour : la déclaration, le motif de la lettre et le serment d'écrire pour ne pas oublier.

Tristan

Les flammes qui brillent dans tes yeux sont les reflets de ton coeur.
Ta beauté est resplendissante.
Sur le tableau qui est devant moi, un oiseau est posé dans ta chevelure nuancée.
Je t'aime passionnément, ô mon Tristan !
Le voyage que tu vas entreprendre t'emportera loin de moi... Ecris-moi et inspire-toi des paysages que tu découvriras avec tes hommes d'équipage.
J'espère que quelqu'un te donnera mes lettres qui enflammeront ton coeur, Tristan...
J'ignore encore la date de ton retour, mais tu me manques déjà !
Notre amour, je le sais, n'est qu'une utopie. Mais je t'enverrai une kyrielle de lettres pour te prouver combien il est grand !

Iseult

Une lettre apparait complètement décalée dans ce corpus : celle des volets à la fenêtre qu'ils protègent. Apparemment la consigne n'est pas respectée, et pourtant l'auteur trouve une solution en personnifiant des objets.

Fenêtre

Je vous écris Madame pour vous déclarer ma flamme. Derrière votre transparence nous pouvons scruter la beauté du paysage tant nuancé par ces kyrielles d'oiseaux.

Vous inspirez gaieté et bien-être, pour moi tout cela reste utopie.

Moi, Volet, je renferme le monde où règnent obscurité et désarroi.

Je n'ai jamais connu quelqu'un qui réussisse à faire voyager le monde à travers différents mondes...

Volets

Lettres à caractère spirituel

DestinataireExpéditeur
EspritCorps
DieuNadia
SatanTa fidèle diablesse
EveCharlène, Maurine, Emilie, Cynthia

La lettre adressée à Eve traite du désir, de la tentation et de la punition.

Un triste jour, l'ange déchu, Satan, s'est transformé en serpent et vous a murmuré de belles paroles. Vous l'avez cru car vous le trouviez gentil. Il vous a proposé une pomme d'une beauté et d'un goût incomparables en vous faisant croire qu'elle vous donnerait les pouvoirs de Dieu. Vous l'avez croquée alors que Dieu, votre Créateur vous l'avait interdit. Et Dieu vous a rejetés en vous ouvrant les portes des flammes de l'Enfer.

Le jeu entre réel et fictif

L'exercice proposé à l'occasion de ce concours montre la capacité des élèves à écrire. Leurs propos sont sérieux et concernent les questions sociales, politiques, philosophiques qui préoccupent les jeunes, mais pas seulement eux. Quand on leur en laisse le loisir, ils ont des messages à délivrer, des débats à soulever. Par ailleurs, on a remarqué qu'ils savent à peu près manipuler genres et types textuels : les lettres d'amour répondent au canon du genre ; les argumentations sont convaincantes ; récits et portraits viennent à propos étayer l'expression de l'admiration ou de la réprobation.

L'intérêt de la consigne a donc consisté dans la contrainte de créer une paire épistolaire, réelle ou fictive, que l'élève soit l'épistolier ou qu'il emprunte la plume de quelqu'un. L'analyse révèle les personnalités ou les personnages qui peuplent l'univers mental des élèves ainsi que leurs sujets de préoccupation. On observe aussi comment ils parviennent à gérer le jeu subtil qui s'instaure entre le réel et le fictif.

Celui-ci a parfois posé des problèmes énonciatifs, en particulier dans le cas de la reconstitution des paires possibles, situation délicate dans la mesure où il a fallu imaginer ce que l'expéditeur aurait pu dire au destinataire. L'erreur la plus flagrante concerne la lettre à Bob Marley, supposée écrite par The Wailers, le groupe de musiciens qui accompagnaient le chanteur. Malgré la signature au pluriel, l'élève rédige au singulier : "De ta kyrielle de chansons, je m'inspire pour t'écrire. Te rappelles-tu la beauté des plages et des criques où nous allions nous promener avant ton départ ? " Cette première personne semble indiquer soit que l'élève écrit en son nom propre soit qu'il parvient difficilement à utiliser un scripteur collectif.

On retrouve également des difficultés quand l'élève s'adresse en personne à une personne authentique, mais décédée. En effet, la lettre suppose une lecture du destinataire. Or la consigne suggère ces lettres écrites non pour le destinataire déclaré, mais pour les lecteurs réels que sont les professeurs ou les organisateurs du concours. Ainsi, l'amie qui écrit à Claude Monet conclut par un paradoxe révélateur de cette difficulté énonciative : "Je viens de me rendre compte que t'envoyer cette lettre relèverait d'une utopie car tu es mort depuis des années. Mais je tiens à te dire quand même que j'ai apprécié l'exposition qui s'est tenue à Paris sur ta vie". Le jeu qui consiste à inventer une lettre que des personnes réelles (encore vivantes ou mortes) auraient pu écrire tisse donc entre le réel et le fictif une complexité que les élèves ne parviennent pas toujours à résoudre. En cela cette situation d'écriture est didactiquement très riche, dans la mesure où elle permet de poser une question essentielle : que construit l'acte d'écrire ?

Cet article est extrait d'un ouvrage édité par les Presses Universitaires de Lyon et l'IUFM à paraitre en 2005 : La correspondance dans tous ses états (titre provisoire). Il proposera des études littéraires sur l'épistolaire au théâtre, dans la poésie et dans le roman ainsi que des études didactiques (travaux d'écritures de correspondances et travaux en histoire).

Tout l'article est illustré par les travaux des élèves. Merci à eux !

Lire au lycée professionnel, n°43, page 17 (09/2003)

Lire au lycée professionnel - Vous écrivez à une personne connue...