Notes de lecture

Silence
Benoit Severac.
Éditions Syros, 2011

Jules est un garçon comme les autres. Ses parents sont responsables et compréhensifs, sa petite soeur lui casse les pieds, il espère concrétiser avec sa petite amie Camille, ses copains sont sérieux. Il n'a pas de mauvaises relations. Il ne se drogue pas, ne boit pas et ne fume même pas. C'est un adolescent tout à fait banal et il n'a rien d'un "un cas social" comme ils disent. Et pourtant, sa vie bascule, il devra affronter police et dealer.

"Jules se réveille à l'hôpital. Il ne se rappelle plus, il est terrassé par de violents maux de tête et des vertiges. Il n'entend plus et n'entendra plus jamais. à ses parents et à la police, il affirmera ne se souvenir de rien."

Pourtant lorsqu'il se retrouve seul, il se repasse le film de la soirée.

Au départ, un petit mensonge avec son meilleur ami. Chacun passe la nuit chez l'autre, la seule façon qu'ils ont trouvée pour aller à la vogue. Là-bas, ils rejoignent Camille et une copine. Tout se déroule bien jusqu'aux auto-tamponneuses où ils se frottent à trois autres adolescents. Quelques manèges plus tard, c'est le traquenard puis la bagarre et Jules n'est pas un héros. Il fuit avec Camille, Alf affronte seul les loubards et c'est Farid qui ira le chercher. Après la fête foraine, ils sont invités à une rave mais Camille ne le regarde plus. Aussi, quand on lui propose de prendre de l'ecstasy, il voit l'occasion de reconquérir la belle et de briller devant les deux héros. Pour s'assurer tous les honneurs, ce garçon modèle achète et avale deux comprimés.

Trou noir : ses copains l'ont retrouvé sans connaissance près des enceintes, il passe plusieurs jours dans le coma.

Benoît Séverac présente le casse-tête d'un adolescent qui ne veut pas trahir ses amis alors qu'il est harcelé par la police. Il y évoque également la marginalisation d'un jeune respectable qui devient infréquentable à cause de la drogue. La situation tourne au cauchemar lorsque s'y ajoute la problématique du handicap.

Heureusement, les faux amis seront démasqués, les méchants arrêtés grâce à un cheval de Troie "High Tech". Les services rendus bien malgré lui à la justice permettront à Jules d'intégrer une école spécialisée proche de son domicile et d'éviter l'exil au fin fond des Pyrénées.

La fin peut paraître un peu conventionnelle mais elle est amenée avec délicatesse et on retiendra surtout de ce court récit les dialogues intérieurs de Jules qui reprennent des problématiques adolescents : la fidélité en amitié, comment épater une fille, mener sa vie sans ses parents ... De plus, le thème du handicap est traité comme un parcours initiatique.

Silence se lit avec une grande facilité, il établit une proximité avec le lecteur qui rappelle les "histoires vécues" chères à beaucoup de jeunes mais sans le côté sordide et misérabiliste de la plupart d'entre elles. Ce récit ouvre la discussion sur de nombreux thèmes et peut être lu par tous les publics du lycée professionnel. S'il fallait un dernier argument pour vous convaincre, ce "petit" polar de 150 pages participe aux prix des Incorruptibles.

Sophie Lugari.

Lire au lycée professionnel, n°69 (11/2012)

Lire au lycée professionnel - Silence