Notes de lecture

La Sélection
Kiera Class.
Robert Laffont, "R", 2012

3 siècles sont passés ... Les états-Unis ont sombré dans l'oubli mais Illéa, une monarchie de huit castes est née sur leurs ruines. Pourtant, un jeu de téléréalité pourrait bien changer la donne. En effet, le prince Maxon doit se marier. Un tirage au sort est organisé dans tout le royaume afin de sélectionner trente-cinq jeunes filles qui iront au palais pour faire la connaissance du prince et essayer de conquérir son coeur sous l'oeil attentif des caméras. C'est pour certaines l'occasion de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. Pourtant pour America Singer, cette nouvelle relève plutôt du cauchemar. Cela signifie pour elle quitter sa famille mais aussi mettre fin à une histoire d'amour avec un jeune homme d'une caste inférieur, Aspen.

America se retrouve malgré elle sélectionnée parmi les trente-cinq candidates et catapultée au palais. America y arrive désabusée et le coeur en miettes. Lors de leur première entrevue, elle propose donc un marché au prince Maxon : n'être qu'amis, oublier le jeu de séduction pour devenir sa confidente. Cependant, une relation privilégiée finit par se nouer entre les deux jeunes gens. Mais ce fragile équilibre va être mis à mal lorsque d'Aspen débarque au palais en tant que soldat de la garde royale du prince Maxon.

Nous ne sommes pas ici dans un livre qui révolutionnera le genre ... Les ingrédients choisis, nous les connaissons : une dystopie, un triangle amoureux, une bonne copine et une peste prête à tout ... Néanmoins, on se fait facilement happer par les aventures d'America. La collection "R", lancée en début d'année par les éditions Robert Laffont, donne le ton dès la couverture : "trente-cinq candidates, une couronne, la compétition de leur vie".

La Sélection brosse le portrait impitoyable d'un monde où la liberté est très relative, où on ne choisit ainsi pas sa profession et où, souvent, on est condamné à épouser quelqu'un du même groupe social que soi.

Ce roman a beaucoup de qualités : des personnages attachants, à la personnalité bien marquée, un triangle amoureux des plus savoureux, et un potentiel énorme. Pourtant, on déplore tout de même quelques détails. On aurait aimé une dystopie plus dessinée, des concurrentes plus jalouses et plus méchantes, car l'ambiance de la compétition, où les enjeux sont énormes, reste tout de même bon enfant, et la téléréalité plus mise en avant. Malgré ces légers défauts, La Sélection est bon roman et ma seule déception est d'avoir mis le nez dans cette nouvelle trilogie car rien ne le laissait penser ... alors à suivre !

Laetitia Dubuis.

Lire au lycée professionnel, n°69 (11/2012)

Lire au lycée professionnel - La Sélection