Notes de lecture

La Maison de Soie
Anthony Horowitz.
Hachette, 2011

Londres, 1890. Le riche marchand d'art Edmund Castairs réalise que depuis son retour des États-Unis, il est suivi par un homme qu'il pensait mort. Il demande alors de l'aide au détective Sherlock Holmes. Bientôt, Castairs est victime d'un cambriolage. Mais alors que Sherlock Holmes et son comparse, le Docteur Watson, remontent la piste du voleur, ils mettent le pied dans un véritable panier de crabe. Petit à petit, ils découvrent qu'un scandale risque d'éclabousser toute la société victorienne. Dès lors, ils deviennent les hommes à abattre. Les cadavres se multiplient autour d'eux, tout comme ces étranges rubans de soie blanche.

Les héritiers de Sir Arthur Conan Doyle ont demandé à Anthony Horowitz de faire revivre le célèbre détective. Pari tenu pour cette aventure inédite. L'idée de départ est que cette enquête, consignée par le Docteur Watson, serait restée cachée pendant 100 ans pour éviter que le contenu, trop compromettant, ne soit révélé. De nombreuses références aux précédents romans et nouvelles parsèment l'ouvrage, ce qui donne envie de découvrir l'oeuvre de Doyle. Le professeur Moriarty fait une apparition surprenante et on retrouve aussi le policier Lestrade, personnage récurent des aventures de Sherlock Holmes. Il n'est pas possible pour le lecteur d'anticiper la fin, trop de choses reposent sur l'intuition du célèbre détective.

De part le thème central très sombre et le style d'écriture, ce roman est à réserver à de très bons lecteurs.

Catherine Arnaud.

Lire au lycée professionnel, n°67 (01/2012)

Lire au lycée professionnel - La Maison de Soie