Notes de lecture

Quelqu'un
Christine Nöstlinger ; illustrations de Janosch.
Éditions La Joie de lire, 2011

À force de voir passer ce vagabond sans nom, ni prénom, les gens l'ont appelé Quelqu'un. Sa vie, ce sont les chemins en bord de mer, les arbres en fleurs, l'herbe odorante, les siestes pleines de rêves, l'errance sous le soleil sans but ni destination précise. Quelqu'un n'a rien mais il trouve toujours quelque chose à offrir aux enfants qu'ils rencontrent : une plume d'oiseau, un caillou, une fleur de pissenlit, une vieille racine, un os... Les yeux de Quelqu'un sont grands ouverts sur le monde qui l'entoure comme s'il était le seul à le voir vraiment.

Un jour, il tombe malade et trouve refuge chez une femme ronde comme une citrouille. Elle prend soin de lui. Ils tombent amoureux mais Quelqu'un ne peut s'empêcher de partir et de revenir, toujours et toujours. Un enfant est né mais cela ne le retient pas d'avantage. Sa femme, loin d'être triste comprend que "son" Quelqu'un reviendra toujours.

Le texte dense et poétique de Christine Nöstlinger est d'une grande profondeur. L'oeuvre de cette autrichienne née en 1936 a été couronnée par de nombreux prix (Hans Christian Andersen en 1984 et Astrid Lindgren en 2003). Les dessins de Janosch, faussement naïfs sont très expressifs. Celui-ci, l'un des plus grands illustrateurs allemands, né en 1931 a reçu également de nombreuses distinctions et a publié plus de 150 ouvrages traduits dans le monde entier.

Cet album est un hymne à l'amour, au respect de l'autre et à sa différence, à la tolérance, à l'indulgence et à la compréhension mutuelle. Une très belle fable pour les petits et les grands.

Niveau : de 7 à 77 ans

Brigitte Bonhomme.

Lire au lycée professionnel, n°66 (11/2011)

Lire au lycée professionnel - Quelqu'un