Notes de lecture

Waterloo Necropolis
Mary Hooper.
Éditions Les grandes personnes, 2011

Dans un Londres brumeux de la fin du XIXe siècle, deux soeurs orphelines, Grace et Lily Parkes, survivent en vendant du cresson dans la rue. Grace, violée par un inconnu, met au monde un enfant mort-né, à qui elle offre une sépulture décente en le glissant dans le cercueil de Susannah Solent, enterrée ce jour au cimetière de Brockwood. C'est à bord de l'express ferroviaire Necropolis, en partance de la gare de Waterloo, qu'on accède à ce nouveau cimetière situé en banlieue londonienne.

Là-bas Grace fait deux rencontres qui s'avèreront déterminantes par la suite : James Solent, qui lui promet son aide si elle se retrouve dans le besoin, et madame Unwin, qui lui propose de l'embaucher comme pleureuse lors des enterrements. Grace, qui ne veut pas quitter Lily - simple d'esprit - refuse cette deuxième proposition.

Mais vient le jour où le cresson ne se vend plus et où les deux jeunes filles sont obligés de quitter leur misérable logement. Grace se voit donc contrainte d'accepter l'offre des Unwin. Le couple, peu scrupuleux d'entrepreneurs de pompes funèbres, ainsi que leur cousin Sylvester Unwin, magouilleur et arriviste, vont alors mettre en place un sombre complot visant à spolier Grace et Lily : en effet, les deux hommes ont découvert dans le Times une annonce de recherche active d'une jeune héritière, qui n'est autre que Lily...

Au-delà de l'intrigue même du récit, l'intérêt de ce roman réside dans la description très réaliste du Londres victorien : les quartiers pauvres, la condition des jeunes femmes, les inégalités criantes dans la population, ou encore ce surprenant commerce de la mort, à une époque où l'espérance de vie n'atteignait pas des sommets...

S'inspirant de faits réels (la ligne Waterloo Necropolis ayant fonctionné de 1854 à 1941), Mary Hooper nous offre une histoire captivante, à la fois réaliste et romanesque, tout en dénonçant les conditions de vie sordides des Londoniens des quartiers pauvres. Comme précédemment avec La Messagère de l'au-delà ou La Maison du magicien, l'auteure anglaise restitue avec talent l'atmosphère historique dans laquelle évoluent ses héroïnes.

Virginie Chavant.

Lire au lycée professionnel, n°66 (11/2011)

Lire au lycée professionnel - Waterloo Necropolis