Notes de lecture

Cette nuit, Soledad
Hubert Ben Kemoun.
Éditions Rageot, octobre 2010

Comme chaque semaine, Soledad, une collégienne, se rend chez Françoise Camplong. Cette vieille dame de 83 ans attend avec impatience ces moments où Soledad lui fait la lecture. Ce jour-là, Soledad arrive en retard à cause de son rendez-vous raté avec Arto. Florence essaie de lui remonter le moral lorsqu'un inconnu pénètre dans la maison. Son objectif : une toile de grande valeur accrochée au salon. Il prend les deux femmes en otage. Mais le braquage tourne mal : le tableau est scellé au mur, Arto intervient et Dimitri, un jeune en rupture avec sa famille, observe tout ce petit monde sans jamais se décider.

Hubert Ben Kemoun vit dans la région nantaise. Il aime tous les genres littéraires, des romans aux pièces de théâtre. Il écrit aussi bien pour les grands que pour les petits, à ce jour plus d'une centaine de livres de littérature de jeunesse. Cette nuit, Soledad est son dernier roman policier.

Une des particularités de ce livre réside dans les titres des chapitres. Sous forme de questions, avec des verbes qui s'opposent : "rester ou sortir ?" ; "attendre ou s'enfuir ?...". Ce sont les questions que se posent les protagonistes du roman, notamment Dimitri qui hésite entre le droit chemin et le mauvais. Du côté du voleur, Ludovic, le choix est déjà fait. Quant à Arto, on apprendra un peu plus loin qu'il est le frère de Ludovic, il choisira le bon côté en tentant de sauver Soledad. Dans ce huis clos, les personnages hésitent, se confrontent, s'affrontent. Quant à Soledad, victime d'un homme qui la séquestre et la menace, elle lutte contre sa peur et découvre que les apparences sont parfois trompeuses. L'intrigue se suit avec plaisir et on a hâte de connaître la fin, même si on devine très vite le lien qui unit Arto au voleur.

Natacha Commis.

Lire au lycée professionnel, n°64 (02/2011)

Lire au lycée professionnel - Cette nuit, Soledad