Pistes de lecture

Kafka sur le rivage
Haruki Murakami.
Belfond, 2006. 624 p. et 10/18, 2007. 637 p. pour l'édition de poche

Kafka Tamura, jeune garçon de 15 ans, s'enfuit de sa maison à Tokyo. Il espère échapper à une malédiction que lui a révélé son père avec lequel il n'entretient pas de relations affectives. Kafka s'est préparé à ce départ depuis longtemps, il en parle avec une sorte de compagnon imaginaire, Corbeau. C'est donc avec détermination et courage qu'il s'éloigne et entame une nouvelle vie qu'il devine pleine d'imprévus et de difficultés.

Par ailleurs, Nakata, vieil homme qui a perdu ses facultés intellectuelles à la suite d'un coma étrange à l'âge de 8 ans, est lui aussi contraint de s'éloigner de son lieu de vie. Il abandonne une vie rangée et bien organisée où il se rendait utile en retrouvant les chats perdus. C'est avec Hoshimo, un routier qui le prend en stop, qu'il entame son périple et accomplira sa mission.

Ces deux personnages vivent une vaste odyssée où ils rencontrent des amis, des amours, des compagnons de passage, où apparaissent une prostituée férue d'Hegel, des sardines et des maquereaux qui tombent du ciel, un affreux personnage qui construit une flûte avec des âmes, et bien d'autres acteurs surprenants.

Il n'y a pas de frontière entre le réel et l'imaginaire. Les deux mondes s'adossent l'un à l'autre et le lecteur les accepte sans avoir besoin de légitimer quoi que ce soit. " Nous sommes à la frontière des mondes et nous parlons un langage commun ".

Il s'agit d'un roman initiatique, où les passages s'ouvrent et se referment, où l'on entrevoit des vérités, où la quête n'est jamais achevée, où les relations sont celles de la transmission.. Nous avons tous quelque chose à transmettre et à apprendre. La vie se construit, l'amour se découvre, la mort arrive parce qu'elle le doit, ni avant, ni après.

Murakami nous entraine dans ce périple avec finesse, s'appuyant parfois sur la tragédie grecque et d'autres fois sur les légendes japonaises. L'auteur étudie avec brio les tourments de l'âme humaine et ouvre avec les mots la porte d'entrée qui lie le monde matériel au monde spirituel. C'est un roman qui mêle habilement la réflexion philosophique, la poésie et la psychanalyse.

Jamais ennuyeux, plein de suspens, on peut lire et relire ce roman avec enthousiasme et avidité. Le roman achevé nous n'avons pas toutes les clés pour comprendre certains liens, certaines métaphores mais c'est cette interrogation insatisfaite qui nous fait retourner dans le livre à la recherche de certains passages que nous croyons avoir mal lu et qui pourraient peut être nous éclairer.

C'est une aventure littéraire, humaine et sensible que peu de livres peuvent nous procurer. Nous restons longtemps dans le monde de Kafka sur le rivage avec le désir de partager et de discuter de nos émotions et nos interrogations.

Walkyria Velado.

Lire au lycée professionnel, n°63 (02/2011)

Lire au lycée professionnel - Kafka sur le rivage