Pistes de lecture

Sarcelles Dakar
Sané Insa.
Sarbacane, 2007. (Exprim).

Insa Sané est slameur, comédien et membre du groupe de hip-hop 3K2N. Sarcelles-Dakar est son premier roman.

Ce roman violent, rapide, entrecoupé de pauses poétiques slamées, où le souffle de l'harmatan - ce vent africain porteur d'une culture ancestrale - vient diffuser à intervalles réguliers son message de paix, est une plongée dans le quotidien de Djiraël, jeune noir d'une cité de Sarcelles. Ce récit est l'histoire d'une réconciliation entre un fils et son père, entre la France et l'Afrique, entre le stress de la rue et la lenteur du conte et des traditions. Dans la première partie nous suivons Djiraël dans sa banlieue parisienne où il zone entre drague et drogue, sèche les cours et a du mal à donner un sens à sa vie. Puis bon gré, mal gré, c'est le départ pour le Sénégal, avec sa famille, pour les funérailles de son père, mais surtout pour renaitre à la vie : peu à peu il se laisse imprégner par le rythme des coutumes, se laisse accueillir par les membres de la communauté et se rend disponible à toute la magie de sa terre natale. A travers les rituels il découvre d'autres valeurs, d'autres repères. Il comprend mieux son père et le pourquoi de cette incompréhension entre eux. Il voit différemment sa vie de petit " francenabé ", faisant le parallèle entre la France, où tout est rationnalisé, où la rue ne fait de cadeau à personne, et l'Afrique où l'esprit des morts parle aux vivants, ce qui perpétue le lien entre les générations. Une autre image de l'amour s'impose aussi à lui. Après avoir fanfaronné et collectionné les filles, il accepte de " laisser tomber son costume de tombeur au placard ". Sa relation avec sa petite amie se transforme du tout au tout, de même que sa vision du monde, il envisage les choses avec beaucoup plus de clairvoyance et de sérénité.

Ce roman est facile à lire malgré quelques longueurs, notamment lorsque Kadiom le sage messager conte son histoire. Il est tonique, rythmé par de courts chapitres qui s'allongent lorsque le héros est au Sénégal. L'évolution du personnage, grâce à ce qu'il a appris en Afrique, est spectaculaire. Les jeunes peuvent être très sensible à ce message. Par contre le dernier chapitre en forme d'épilogue est assez pessimiste. Si Djiraël a changé, la cité, elle, n'évolue pas : c'est " la merde " encore et toujours...

Christine Rivoire.

Lire au lycée professionnel, n°53, page 36 (03/2007)

Lire au lycée professionnel - Sarcelles Dakar