Notes de lecture

La petite reine de Byzance
J. Esther Singer.
Plon, 2007

Nous retrouvons Aliaza, esclave d'un vizir en mission secrète (voir Le jeu des rois, Plon 2007), à la cour du puissant empereur Charlemagne à Aix-la-Chapelle. Elle s'acclimate assez bien mais se languit d'Arieh, retenu captif par l'impératrice Irène de Byzance. Elle non plus n'est pas en sécurité. Même si l'empereur l'aime bien, il la marie de force à un quinquagénaire libidineux qui trépasse juste avant de consommer sa nuit de noces. Lumière faite sur ce décès, elle échappe au châtiment et désire rencontrer son vrai père qui n'est pas Charlemagne comme elle le croyait, mais un de ses vassaux, un prince saxon. Une simple étape pour elle avant de gagner Byzance où l'impératrice, réputée pour sa cruauté, ne tarde pas à la prendre en otage. Ce second volume de " L'élue du harem " est plus brutal que le premier. L'auteur ne lésine pas sur les scènes de violences, mêmes fugaces. Aliaza gagne en habileté et en ruse mais la fastueuse Byzance n'en devient pas moins une nouvelle prison, au même titre que son harem originel. On caracole avec frénésie à la suite de notre surprenante espionne. On revisite avec elle le IXe siècle. Cependant, n'y aurait-il pas une petite erreur cachée au détour d'un chapitre ? Nous sommes en 802 et l'on évoque Venise pour le charme de ses palais... un peu précoce, non ? (cycle central-3e)

Robert Roussillon.

Lire au collège, n°81, page 39 (11/2008)

Lire au collège - La petite reine de Byzance