Actualité du livre

Notes de lecture ("Lire au collège, numéro 96")

Romans

500 000 Euros d'argent de poche
Rémi Stéfani.
"Heure Noire", Rageot, 2013

Aurélien habite de façon très fortuite sur les lieux d'un crime : après le meurtre d'un comptable, le jeune garçon retrouve par hasard une sacoche contenant un demi-million d'euros en petites coupures. Que faire de ce magot ? Le garder ? Le rendre ? Le laisser ? Témoin des frustrations de la vie de ses parents, des gens extrêmement modestes qui rêvent leur vie plutôt que l'inverse, Aurélien ne pense pas aux conséquences...

Raconté à la première personne, ce polar nous prend au jeu du "Et vous, que feriez-vous ?", dans un récit qui mêle à la fois le regard d'un garçon sur le monde de l'argent, le goût du rêve, le souci d'échapper à une vie austère, sans jamais échapper à la réalité d'une France moyenne d'aujourd'hui. Le danger revêt de nombreuses formes...

Mots-clés : 1re personne, Lorraine, argent, adolescence, polar / À conseiller dès la 5e

Bernard Mainger.

Action ou vérité
Annika Thor.
Casterman, 2014

Ce livre n'est pas une vraie nouveauté puisqu'en 2000, il sortait sous le titre Le Jeu de la vérité, mais cette nouvelle édition reste d'une actualité poignante dans son traitement du désarroi des adolescents qui veulent être aimés et s'y prennent parfois de façon plus que maladroite.

Nora est a priori bien dans sa peau mais ne vit que pour plaire à sa meilleure amie Sabina. Or au retour des vacances, Sabina se rapproche de cette pimbêche de Fanny. Karin, elle, est très seule, plutôt moche et toujours tellement mal attifée qu'elle n'attire pas franchement les regards. Elle est en grande demande d'attention pourtant et Nora pourrait bien se mordre les doigts de se servir de cette gentille fille pour peaufiner sa vengeance amicale...

Un roman court et incisif, entrecoupé d'extraits du carnet intime de Nora qui permettent de rentrer vraiment dans la psychologie des personnages, tout en gardant un style direct et simple : "Quand je pense à ce qui est arrivé après, je regrette presque d'avoir marqué ces buts. Finalement, on se fiche de savoir qui a gagné un match de foot. Il y a des choses plus importantes dans la vie que de savoir marquer des buts".

Mots-clés : amitié, adolescence, harcèlement

Carole Lepelletier.

Un amour de geek
Luc Blanvillain.
"Planète filles", Le livre de poche, 2013

"Les parents ne comprenaient rien aux univers virtuels. Ils s'inquiétaient, c'était normal. On ne pouvait pas leur en vouloir. Le premier pithécantruc qui s'était mis debout, en moins trois milliards avant Jésus-Christ, avait dû inquiéter aussi beaucoup ses congénères, vautrés dans leur bonne boue grasse. À lui aussi, on avait dû dire qu'il allait 'perdre le contact avec le réel', qu'il dépérirait, si près du ciel, qu'il finirait par devenir dépendant aux nuages, addict à l'infini. Grâce à Thomas, la famille Poupinel avait poussé la porte du futur."

Thomas est un geek, un vrai, un qui s'assume et puis un jour, Esther... Une copine de sa petite soeur, véritable coup de coeur de Thomas, qui lui dit le trouver sympathique mais qui exige de le voir lâcher son ordinateur en échange de temps passé avec elle. Et Thomas, pourtant à la fois hacker reconnu et chef d'une guilde dans un jeu en ligne, va devoir essayer de rester éloigné des écrans quelques temps s'il veut pouvoir avoir la chance d'une vraie rencontre. Le problème, c'est que ses amis sur les réseaux risquent, eux, de le trouver aux abonnés absents et de ne pas comprendre ses choix, alors que le milieu d'Esther, qui fait de la voltige équestre, reste très éloigné des passions de son chevalier. Comment réussir à tout concilier ? Peut-on vraiment écrire une histoire à deux mains si on est trop différents ?

Ce roman écrit dans un style très enlevé et drôle permet d'aborder le problème d'addiction sous un jour plus constructif que ce que l'on lit habituellement. Certes, les copains de Thomas ont une vie nocturne quelque peu agitée mais le héros garde tout de même les pieds sur terre et on se rend compte en le découvrant que ses heures sur l'ordinateur lui ont permis de développer des talents certains, qui ont une vraie valeur sociale dans la vie "réelle". Un roman à laisser traîner par nos élèves sous les yeux de leurs parents sceptiques... tout en gardant ouvert leur esprit critique pour ne pas que les heures de jeu sur Internet ne les prive trop d'un quotidien qui file vite !

Mots-clés : geek, nolife

Carole Lepelletier.

L'Année du Tigre
Alison Lloyd.
"Castor poche romans", Flammarion, 2013

Dans la Chine des Han du IIe siècle vit Hu et sa famille. Ils ont à peine de quoi vivre et donnent parfois des spectacles pour arrondir les fins de mois. Un jour, un bataillon arrive dans leur ville Beicheng. À cette occasion, un banquet est organisé par le préfet Ding. Hu, sa soeur Mei et son père Li San sont donc conviés au palais pour donner un spectacle. Le commandant du bataillon de l'armée impériale, Zheng, annonce alors l'organisation d'une grande compétition de tir ouvert à tous et doté d'un prix prestigieux. Un matin, Li San est réquisitionné pour participer au chantier de la Grande muraille de Chine. Pour Hu, son seul espoir est désormais de remporter le concours de tir pour assurer la subsistance de la famille. Ren, le fils du commandant Zheng, promet à Hu de lui fournir un vrai arc en échange de cours de tir. Ren rêve de gagner pour briller aux yeux de son père. Pratiquement tous les après-midi, les deux garçons se retrouvent donc pour s'entraîner. Le jour du concours, Hu et Ren rivalisent d'adresse pour se qualifier pour le second tour du tournoi. Mais la compétition est annulée : une flèche a touché un espion Barbare, une invasion se prépare.

Ce roman plonge le lecteur dans la Chine ancienne, une époque peu présente dans la littérature de jeunesse. La construction de la Grande muraille, symbole de la Chine, la menace des Barbares, les différentes classes sociales : c'est un tableau des Han du IIe siècle que dresse l'auteur. Bien que tout les oppose, Hu et Ren vont s'allier pour remporter le concours de tir. Et dans l'adversité, leur accord de principe se transformera en véritable amitié. D'ailleurs, le roman est découpé en chapitres courts où Hu et Ren prennent alternativement la parole. Des précisions historiques, des notes de bas de page, ainsi qu'une page consacrée à la prononciation des noms chinois complètent ce roman d'apprentissage où les péripéties se succèdent. Un bon moment de lecture réservé toutefois aux bons lecteurs. À noter les illustrations en noir et blanc de Sébastien Mourrain.

Mots-clés : Chine ancienne, amitié, vie quotidienne / Niveau 5e

Natacha Commis.

Le Cahier de Leïla : de l'Algérie à Billancourt
Valentine Goby et Ronan Badel.
"Français d'ailleurs", Autrement, 2014

Nous sommes en 1963 : Leïla, née en Algérie, rejoint avec le reste de sa famille son père, installé quelques temps plus tôt dans la région parisienne. Arrachée à ses montagnes de Kabylie, Leïla, avide de connaissances et de liberté, confie, dans l'absence totale d'intimité qu'impose un appartement partagé par onze personnes, ses pensées dans un cahier, un beau cahier qui gardera les traces de sa nouvelle vie.

À l'aide d'un très riche dossier pédagogique, les auteurs approchent un sujet sensible, l'immigration algérienne en France, ce qui permet de créer des ponts entre français, histoire et éducation civique. On peut même aller jusqu'à l'économie avec la description de l'usine Renault de Billancourt, le paquebot, qui absorbe les ouvriers durant les Trente Glorieuses.

Un livre très émouvant, pour approcher une question d'actualité avec les élèves.

Mots-clés : Algérie, journal intime, immigration / À conseiller dès la 4e

Bernard Mainger.

Coeurs brisés, têtes coupées
Robyn Schneider.
Gallimard Jeunesse, 2013

Ezra Faulkner, 17 ans, est un jeune garçon qui a tout pour lui, ce qui lui vaut le privilège de faire partie de la clique branchée du lycée d'Eastwood, en Californie. Jusqu'au jour où sa vie bascule après un accident de voiture. L'avenir sportif de ce talentueux tennisman est compromis par une blessure grave à la jambe. Il marche avec une canne et se sent handicapé. Ses anciens amis se détournent de lui, devenu un "loser". À moins que ce ne soit lui qui, inconsciemment, soit à l'origine de cette prise de distance...

En tombant de son Olympe, Ezra va côtoyer d'autres personnes : renouer avec d'anciens amis, et rencontrer Cassidy Thorpe, une jeune fille qui dénote dans son paysage habituel. Ezra compose au départ avec cette nouvelle donne, puis se détache peu à peu du milieu dans lequel il avait évolué jusque-là. Quelques événements vont l'aider à prendre conscience de celui qu'il est vraiment.

Mélange d'humour et de gravité, ce roman est le récit émouvant d'un nouveau départ. Il montre que les petits et grands drames de la vie ont cela de positif qu'ils sont l'occasion de prises de conscience, et parfois de changements salvateurs. On suit avec délectation les pérégrinations amoureuses d'Ezra et Cassidy, dans le cadre bien dépeint des campus américains (avec pom-pom girls, associations étudiantes de tous genres...). L'humour avec lequel l'auteur décrit la complexité des relations entre tous les personnages est également très réjouissant.

Mots-clés : construction de soi, amour, amitié, humour / À partir de la 4e

Delphine Dussert.

Cupidon Power
Luc Blanvillain.
"Médium", L'École des loisirs, 2013

Le héros de ce roman est un super-héros qui découvre son pouvoir par hasard. Il permet aux couples de se former. N'importe quelle fille acceptera de sortir avec n'importe quel garçon si c'est lui, notre héros, qui entreprend les démarches. Bref, il rend les gens amoureux, il est le Cupidon sans flèches des années 2000. Inconvénient : cela ne fonctionne pas pour lui.

Ce roman, assez bref, se lit facilement et on prend plaisir à suivre les aventures de ce jeune héros, qui partage son temps entre la cour d'école et les histoires d'amour (des autres, forcément), ses balades avec son chien et sa meilleure amie (qui a pour lui les yeux de Chimène, mais ça, il ne le voit pas). Ce jeune garçon est surtout un héros du quotidien, anonyme, du fait de ses relations empreintes d'affection et de tendresse avec madame Yvonne, une solitaire vieille dame qui lui offre un café imbuvable et tout son amour. Car il est là le vrai "Cupidon power" : être un jeune garçon soucieux de son entourage, et qui prend soin des personnes âgées, simplement. Une très belle leçon d'humanité est ainsi offerte à tous les lecteurs, avec humour en prime.

Mots-clés : humour, superpouvoir, amour, amitié intergénérationnelle / Dès la 6e

Delphine Barbirati.

Les Derniers jeux de Pompéi
Anne Pouget.
"Poche", Casterman, 2013

Lucius est heureux, et mène une vie paisible, bien qu'animée, dans la petite ville de Pompéi. Certes, il doit travailler dur à la foulonnerie mais l'amicale tendresse d'Alba ensoleille ses journées. Et puis, il y a la tendresse un peu bourrue de son grand frère Beryllus, un peu simplet, et ses innombrables sottises pour illuminer la vie de Lucius.

Cette fois, cependant, Beyllus fait fort à crier sur tous les toits que le dieu des Enfers lui a confié que Pompéi serait prochainement détruite par le Vésuve. La ville entière se moque d'eux. Sans doute un effet du soleil, en cette fin juillet écrasée par la chaleur estivale. Mais moquerie et ridicule ni feront rien : lorsque son frère disparaît, Lucius part sur les routes à sa recherche, prêt à aller jusqu'en Enfers pour le retrouver. Et si cette disparition lui évitait de vivre l'enfer ?

Tout le talent d'historienne d'Anne Pouget se retrouve dans ce roman, dont les détails rendent réels la vie de Lucius et l'histoire antique. Nous crions avec eux dans l'amphithéâtre, nous frissonnons devant la porte des Enfers, nous nous rafraîchissons dans des thermes... La langue est soutenue, enrichie de latinismes, mais aisément compréhensible de tous : "Lucius revint sur ses pas, l'esprit préoccupé. En chemin, il rencontra Claudius, l'un des magistrats de la justice de la cité, emmitouflé dans son épais palium. - Salve ! J'ai appris que tu étais allé chercher ton frère jusqu'aux Champs Brûlants ? Quelle péripétie !".

Mots-clés : antiquité romaine, divertissement et vie quotidienne, Vésuve et Pompéi / Dès la 6e

Delphine Barbirati.

Douze mois pour toi !
Béatrice Rouer.
"La vie", Oskar Éditeur, 2013

"Vite, j'ai ouvert le tiroir 'bijoux cassés'. J'en ai sorti une vieille bague 'coeur' de ma mère, j'ai arraché ce coeur (affreux, doré, écaillé), j'ai attrapé la Super Glue et collé le 'P' à la place. Quel chic ! Je l'ai enfilé à mon petit doigt ; ça me faisait comme une chevalière mais attention, une chevalière des lettres !"

Prudence a 13 ans et une idée de création par minute : des bagues avec les touches d'un vieux clavier d'ordinateur mais aussi une jupe-cravates ou encore un bob "coton à démaquiller" pour son copain Ludo, que le cancer a rendu chauve et qui se plaint que sa casquette le démange. Et quand le moral descend, les amis de Prudence peuvent compter sur son énergie communicative : avec l'aide de la grand-mère du surveillant du collège, ils vont réaliser un calendrier à base de photos de mode pour gagner de l'argent... et de l'argent pour quoi me direz-vous ? Pour offrir à Ludo un ordinateur avant son hospitalisation de plusieurs semaines en chambre stérile. Encore faudra-t-il trouver à qui les vendre, ces calendriers...

Un roman court et plein de tendresse, pour les élèves de 6e et 5e qui peinent à lire un trop long texte mais qui aiment les histoires qui se finissent bien.

Mots-clés : leucémie, amitié

Carole Lepelletier.

Ibrahim, clandestin de 15 ans
Ahmed Kalouaz.
"Société", Oskar Éditeur, 2013

Ibrahim, jeune Saoudien victime de la guerre civile qui frappe son pays, s'enfuit, tout simplement. Avec son oncle Boro, à la fois protecteur, compagnon d'infortune et seul lien avec la vie, le jeune garçon cherche à atteindre l'Angleterre.

Rétrospectivement, Ibrahim se souvient de l'enfer de la traversée, du désert à l'Océan, de la route à la jungle, les baraquements de Calais où les sans-papiers trouvent un semblant de répit avant de tenter l'ultime traversée de la Manche.

Entre la peur, la colère et le chagrin, Ibrahim, tente avant tout de survivre.

Poursuivant son oeuvre, l'auteur de Si j'avais des ailes nous fait entrevoir une réalité encore trop méconnue, celle des enfants pris au piège de l'immigration clandestine.

Mots-clés : clandestinité, sans-papier, Calais, courage / À conseiller dès la 4e

Bernard Mainger.

Loin de la ville en flammes
Michael Morpurgo.
"Folio junior ", Gallimard Jeunesse, 2013

Infirmière dans une maison de retraite, la narratrice a un fils de 9 ans, Karl. Lorsqu'elle doit faire des heures supplémentaires, elle l'emmène sur son lieu de travail. Un jour, elle surprend Karl dans la chambre d'une de ses patientes, Lizzie. Cette dernière raconte qu'il y avait "une éléphante dans son jardin". Intrigué, Karl lui demande de raconter son histoire. Dans l'Allemagne nazie, Elizabeth, son petit frère Karli et sa mère vivent à Dresde. Son père a été mobilisé et se bat sur le front. Pour subvenir aux besoins de la famille, la mère d'Elizabeth travaille dans un zoo. Elle se prend d'affection pour une jeune éléphante orpheline qu'elle baptise Marlène. Lorsqu'il est question d'abattre les animaux en cas de bombardement, elle convainc le directeur du zoo de lui confier l'éléphante. Marlène devient ainsi un membre à part entière de la famille. Une nuit, Dresde est bombardée. Toute la famille s'enfuit accompagnée de Marlène. Ils décident de rejoindre la ferme d'oncle Manfred à la campagne, pour se mettre à l'abri. Après un voyage éprouvant dans l'hiver glacé, la petite troupe arrive à destination. Mais la ferme a été abandonnée. Et ils découvrent stupéfaits un aviateur ennemi endormi dans la grange.

Réédition d'un livre paru en 2010, Loin de la ville en flammes aborde la fin de la seconde guerre mondiale en Allemagne. On assiste à la fuite d'une famille allemande suite aux bombardements de leur ville. En se plaçant du côté des vaincus, Michael Morpurgo livre un récit réaliste de la guerre et d'une famille prise dans la tourmente des évènements. Ce contexte de guerre est contrebalancé par l'histoire surréaliste de l'éléphante qui apporte une touche de légèreté au roman. L'amitié qui lie Marlène aux membres de la famille permet à tous les protagonistes de trouver le courage de continuer d'avancer malgré tout. Une fois de plus, le formidable conteur qu'est Michael Morpurgo prend toute sa mesure.

Mots-clés : guerre mondiale, 1939-1945, Allemagne, famille, relation enfant-animal / Niveau 6e

Natacha Commis.

Marie-Anne fille du Roi - t. 1, Premier bal à Versailles
Anne-Marie Desplat-Duc.
Flammarion, 2013

Anne-Marie Desplat-Duc est une auteure jeunesse connue pour la série Les Colombes du Roi-Soleil qui relate les aventures de quatre jeunes filles élevées à la Maison royale d'éducation de Saint-Cyr. Cette fois-ci, elle plonge le lecteur au coeur même de la Cour en suivant la destinée de Marie-Anne de Bourbon, fille illégitime de Louis XIV.

Depuis sa naissance, Marie-Anne habite au palais Brion avec son frère Louis. Les deux enfants sont élevés par Mme Colbert. Sa mère est Louise de La Vallière, une ancienne maîtresse de Louis XIV. Un jour, Marie-Anne apprend qu'elle est la fille du Roi et qu'elle vivra désormais à la Cour. Le soir du bal donné en son honneur, Marie-Anne est reconnue officiellement par son père le Roi. Elle portera le nom de Mademoiselle de Blois, et son frère hérite du titre d'Amiral de France. Bien que prévenu des dangers d'une vie fastueuse par sa mère, Marie-Anne s'émerveille devant cette Cour de courtisans. Une nouvelle vie commence pour elle, alors que sa mère s'éloigne de plus en plus.

Réédition d'un livre paru en 2009, Premier bal à Versailles est le premier tome d'une série qui en compte cinq. Cette toute jeune fille nous fait découvrir la Cour de Versailles, son étiquette à respecter et les intrigues qui s'y jouent. Bien que très jeune, elle comprend vite la disgrâce de sa mère et en souffre beaucoup. Parallèlement, le roman permet de voir le château de Versailles en construction. Facile à lire, ce récit devrait plaire aux jeunes filles de 6e.

Mots-clés : Louis XIV, Versailles, relation parent-enfant / Niveau 6e

Natacha Commis.

Nos étoiles contraires
John Green. Traduction Catherine Gibert, Nathan, 2013.

Hazel et Gus sont deux ados qui vont tomber amoureux. Une belle histoire d'amour ! Rien de très original, si ce n'est que ces deux-là se sont rencontrés dans un groupe de soutien qui rassemble des jeunes malades du cancer.

La maladie est ici un personnage à part entière, qui détermine les élans et les renoncements de tous les acteurs de cette histoire, en fonction des remissions et rechutes. Elle est le fil qui les relie, les fait se comprendre. Elle est la plus grande part de leur intimité et au coeur de tous les actes de leur vie quotidienne. Mais finalement comme pourrait l'être d'autres contraintes qui façonnent d'autres vies. L'idée de la mort est toujours présente en filigrane, Hazel étant en rémission mais se sachant condamnée. Mais la dimension tragique fait la part belle à l'envie, l'élan, l'optimisme, la réalisation de ses rêves... Autant de choses qui manquent cruellement à beaucoup de personnes qui ont un temps de vie beaucoup plus long !

L'amour de la littérature et le mystère d'un roman qui s'arrête en plein milieu d'une phrase, privant les lecteurs d'une "vraie fin", suscite la curiosité d'Hazel et de Gus et va les entraîner vers des horizons auxquels ils ont su croire. C'est l'autre fil rouge de l'histoire.

En suivant ces personnages, on comprend que l'acceptation de l'idée de la mort permet de mieux vivre, même brièvement : "Tu m'as offert une éternité dans un nombre de jours limité. J'en suis heureuse" avoue Hazel.

Le tout étant traité avec beaucoup de finesse et d'humour, ce qui en fait un livre poignant, mais à la lecture duquel on passe un très bon moment, passant du rire aux larmes.

Mots-clés : cancer, mort, amour, amitié, littérature / À partir de la 4e

Delphine Dussert.

La Nuit des otages
Guy Jimenes.
"Polar", Oskar Éditeur, 2013

À cause d'un banal contrôle raté, la vie de José bascule : c'est l'occasion pour lui de demander à sa famille la raison du silence autour de l'absence de la tante Nieves. Cette dernière, "honte de la famille", est en effet membre de l'ETA, le groupe terroriste basque.

Pour vouloir en savoir plus, au-delà de la rupture familiale, au-delà des engagements politiques, José veut comprendre, tout simplement, ce qui s'est passé dans la vie de sa tante, avant de basculer dans un bain de violence sourde et de non-dits.

Qu'est-ce que le prix à payer pour se construire ? Une fuite éperdue dans l'espace, le temps, les émotions et la politique semble être la réponse.

Mots-clés : polar, ETA, terrorisme, secret de famille / Tous niveaux

Bernard Mainger.

Où es-tu Britannicus ?
Romuald Giulivo.
"Médium", L'École des loisirs, 2013

Romuald Giulivo nous fait vivre les derniers mois de la vie de Britannicus, le demi-frère de l'empereur Néron. Le récit commence le lendemain de la mort de l'empereur Claude, son père. Britannicus est alors un adolescent de presque quatorze ans, malade. Il est maintenant orphelin, sans défense, car 7 ans plus tôt, sa mère Messaline, a été assassinée. Il se sent menacé : maladie ou complot, il sait qu'il lui reste peu de temps à vivre.

La narration, à la première personne, nous emmène au plus près des angoisses de ce jeune garçon isolé au sein d'une famille dont les membres ne cessent de conspirer. Il en résulte un portrait saisissant d'adolescent constamment sur le qui-vive. La seule personne auprès de la laquelle Britannicus trouve un peu de tendresse est, paradoxalement, Néron, violent, bagarreur, qu'il aime et qu'il considère comme un héros, même si ce dernier est plus attiré par les soirées de débauche avec la jeunesse dorée de Rome que par les responsabilités qui l'attendent. Agrippine en effet, a manoeuvré pour que son fils prenne le pouvoir à la place de Britannicus. Mais Néron, conscient que sa mère le manipule, se sent lui aussi très seul. Il se confie volontiers à ce petit frère affectueux avec lequel il partage de nombreux souvenirs d'enfance. Bientôt, sur le conseil de Britannicus, Néron s'affranchit de l'autorité de sa mère et devient un empereur impitoyable. C'est la fin de sa complicité avec Britannicus dont il n'a plus besoin.

Ce ne sont pas les figures ou les événements historiques qui ont intéressé l'auteur, il l'écrit dans sa postface. C'est avant tout le vécu de deux frères à peine sortis de l'enfance (Néron a 16 ans), leurs relations. Face à leurs démêlés familiaux ou sentimentaux, ces jeunes gens nous apparaissent étonnamment modernes, proches. Et l'auteur nous les rend encore plus familiers en semant ici et là des détails anachroniques (pyjama), en les faisant parler de façon très contemporaine : "Putain Nero, secoue-toi, réveille-toi. Personne n'a à te dire ce que tu dois faire ou comment t'habiller. Pas même ta mère. C'est fini, tu n'es plus un gosse. Tu es empereur, bordel de merde, il serait temps que tu percutes". Un très beau roman dont la lecture est à mettre en parallèle avec la tragédie de Racine.

Mots-clés : roman historique, empire romain, pouvoir, relations entre frères / À conseiller à partir de la classe de 3e, aux latinistes, et en seconde

Françoise Silvestre.

Secrets.com
Florence Hinckel.
"romans", Rageot, 2013

"Vous mourez certainement d'envie de savoir quelle et mon idée géniale ! Inutile de vous faire saliver davantage... Attention... Suspense...
Créer un site internet pour y poster des secrets anonymes.
N'est-ce pas que c'est super ? On pourrait parler librement."

Mona a 12 ans et une super bande de copines avec lesquelles elle décide de créer un site où tous les collégiens pourront confier, de manière anonyme ou pas, leurs petits soucis et leurs questions. Se confier est toujours un pari et à l'âge de l'entrée au collège, c'est encore plus difficile de savoir qui respectera notre secret ou pas.

Ce livre est un premier pas léger mais tendre vers le rapport des adolescents d'aujourd'hui au web, et leur notion un peu floue de la sphère intime. Il permet de soulever des questions, de se demander seul ou en groupe si les limites de l'intime ne sont pas trop facilement franchies sur internet. À l'heure où les sites comme "Ask" rencontrent un vrai succès, c'est un petit roman court et dynamique qui permet de capter les élèves dès la 6e.

L'auteure parle de son travail sur : http://florencehinckel.com/

Mots-clés : adolescence, réseaux sociaux, intimité

Carole Lepelletier.

La Souris blanche (mai-août 1944)
Catherine Le Quellenec.
"Les Aventures de l'Histoire !", Oskar Éditeur, 2013

Mai 1944 dans le maquis d'Auvergne. Des hommes attendent ce qu'ils savent être l'un des épisodes clés de leur combat pour la Résistance à l'occupant nazi : l'opération "White mouse". Ils découvriront au dernier moment ce que signifie le nom de cette opération : l'arrivée parmi eux d'une femme, membre des services secrets anglais, qui les aidera à mener leur mission à bien. Pendant deux mois, elle sera à leurs côtés, et chacun risquera sa vie pour leur combat au nom de la liberté.

Ce court roman se lit comme un livre d'aventure et d'espionnage, nous plongeant dans le quotidien des résistants. Une partie documentaire, en fin d'ouvrage, éclaire les lecteurs si besoin, sur le contexte historique, les motivations et l'organisation de ces hommes et femmes de l'ombre.

Mots-clés : seconde guerre mondiale, résistance, Nancy Wake

Delphine Dussert.

Tant pis pour elle
Valérie Dayre et Pierre Leterrier.
"Encrage", La joie de lire, 2014

Une jeune et jolie journaliste se retrouve bloquée dans un petit village perdu, loin de tout, suite à l'annulation de l'interview qu'elle devait réaliser pour sa rédactrice en chef. Le week-end de Toussaint s'annonce raté et ennuyeux, d'autant que son petit ami ne répond pas à ses SMS. Mais d'étranges événements vont se passer dans ce petit village de Montchalin : un loup éventré, une femme assassinée, ou un vampire qui apparaît dans un vieux château, presque une ruine. Et le passé va refaire surface : la jeune journaliste n'est pas étrangère au village, où elle a vécu jusqu'à la mort sordide et brutale de sa soeur ainée.

Ce roman a tout pour plaire : du suspens, des crimes, le passé qui refait surface et qui vient tout brouiller. Les nombreux rebondissements viennent surprendre le lecteur et le rendre captif d'une histoire dont on ne voit pas, jusqu'au dénouement, quelle est la solution. Les fausses pistes (un personnage dont le retard mental désigne comme coupable, un loup ou un vampire dans les brumes de la Toussaint...) jouent avec nos préjugés, alors même que la fin, très morale ("il n'est pas de crime impuni") nous inscrit dans une littérature bien pensante et rassurante.

Mots-clés : polar, crime, justice / Dès la 5e, pour les bons lecteurs

Delphine Barbirati.

Thien An ou la grande traversée : Du Vietnam à Paris XIIIe
Valentine Goby et Ronan Badel.
"Français d'ailleurs", Autrement, 2014

Thien An vit avec son père dans le XIIIe arrondissement de Paris, le quartier qui a accueilli de nombreuses communautés d'Asie. Elles y ont recréé une nouvelle vie, entre le souvenir du pays natal, la douleur des persécutions communistes, et la France, porte ouverte sur la liberté. Thien An se tourne vers le Vietnam, quand on lui demande à l'école de coucher sur le papier l'expérience la plus marquante de son existence. Nous sommes en 1979, et le reste de la famille s'apprête à rejoindre l'Europe.

Les auteurs de la collection Français d'ailleurs parlent cette fois-ci de l'Asie. De l'ancienne Indochine au XIIIe arrondissement, que deviendront ces enfants ? Comment tout reconstruire (famille, traditions, amour de soi) malgré les fantômes du passé. Un dossier permet de mieux apprécier un aspect de la société française peu connue en 2014.

Mots-clés : Vietnam, rédaction, immigration / À conseiller dès la 4e

Bernard Mainger.

Warp - t. 1, L'Assassin malgré lui
Eoin Colfer. Traduction Jean-François Ménard.
Gallimard, 2013

Londres 1898, Riley, 14 ans, doit faire ses preuves en commettant son premier meurtre. Il n'a pas le choix, ce n'est qu'à cette condition que Garrick, son mentor, un illusionniste devenu assassin, lui laissera la vie. Cette épreuve initiatique ne se déroule pas du tout comme l'avait imaginé le redoutable Albert Garrick. En effet, le vieil homme qui dort dans la pièce où tous deux se sont introduits, est vraiment poignardé, mais c'est la poigne de fer de Garrick qui a forcé la main de Riley. Et au moment où la victime expire, le cadavre et l'adolescent qui n'a pas lâché l'arme, se retrouvent brutalement projetés au XXIe siècle dans cette même chambre du crime. Dans cette pièce, Chevron Savano, une jeune agente stagiaire au FBI monte la garde devant un engin étrange entouré d'ordinateurs vieillots. Elle participe à une mission secrète pour le WARP (Witness Anonymous Relocation Programme : Programme de Relocalisation Anonyme de Témoins). Ce programme, basé sur la théorie du "Trou de Ver", permet de voyager dans le temps, pour exfiltrer vers le passé des témoins importants. C'est donc là, dans ce repaire secret du FBI, qu'atterrissent Riley et sa victime, directement en provenance de l'époque victorienne. Ce que ne sait pas encore Chevie, c'est que le mort est l'inventeur de la clé temporelle, exfiltré lui-même depuis plusieurs décennies. Ce que ne savent pas encore ses coéquipiers, c'est qu'ils sont en danger de mort. Car, Garrick, enthousiasmé par la scène à laquelle il a assisté et qu'il a prise pour de la magie, est prêt à tout pour retrouver Riley et le bizarre objet lumineux que sa victime avait dans la main... C'est le départ d'une course poursuite haletante entre le monde d'aujourd'hui et le Londres sordide de Jack l'éventreur.

Dans cette nouvelle série, le lecteur retrouvera l'imagination fertile d'Eoin Colfer et son humour éclectique. Son travail sur la langue, que le traducteur Jean-François Ménard s'est attaché à rendre, est remarquable. Les dialogues, pétillants, utilisent le décalage entre la langue du XIXe de Riley et le parler d'aujourd'hui : "Ne bouge pas ou je te refroidis. Une faible voix s'éleva du nuage orange : J'ai déjà très froid, miss. Parole !". Les clins d'oeil ou références sont nombreux : scientifiques avec la théorie du trou de ver ; littéraires, avec Anthony Horowitz, G.H. Wells ou Dickens, Riley et Garrick ayant de nombreuses similitudes avec Oliver Twist et Fagin ; musicales avec le "Yellow Submarine" des Beatles ; télévisuelles ou filmiques, car on ne peut s'empêcher de penser aux séries télévisées ou aux films de science-fiction des années 70 ou 80 dont les héros étaient dotés d'un matériel, pour l'époque, ultra moderne et qui aujourd'hui, nous fait sourire. Le départ, vers le XIXe siècle, de la fine équipe d'espions de Félix Smart, le chef de Chevie, dans un vacarme métallique et un épais brouillard orange, est un grand moment de lecture !

Bonne chance à Riley dont nous attendons la suite des aventures avec impatience !

Mots-clés : humour, espionnage, voyage dans le temps / À conseiller à partir de la 4e et après

Françoise Silvestre.

Documentaires

L'Afrique à petits pas
Natacha Scheidhauer, Vincent Caut.
"à petits pas", Actes Sud Junior, 2014

En moins de 80 pages, les auteurs de ce petit livre parviennent, comme les autres livres de la collection, à faire le tour de leur sujet de manière très complète, ludique et joyeuse.

Les grandes problématiques de l'Afrique aujourd'hui sont abordées et replacées dans leur contexte géographique, historique, politique, culturel.

Cet ouvrage pourra être lu d'une seule traite par tous les curieux qui ont envie d'en savoir plus sur ce pays et sa complexité, et servir de support à des entrées plus précises sur un certain nombre de sujets présents dans les programmes d'histoire, comme l'esclavage, la colonisation, etc.

Mots-clés : Afrique

Delphine Dussert.

La Chimie verte à petits pas
Émilie Ramel, Caroline Willay.
"à petits pas", Actes Sud Junior, 2014

La chimie est présente partout. La nature elle-même est constituée de produits et réactions chimiques. Pourtant, le terme "chimie" est souvent connoté négativement, associé à des produits artificiels, dangereux, polluants.

La chimie verte entend au contraire réconcilier chimie et écologie, en cherchant des solutions respectant certains principes : ne pas polluer et trouver des solutions pour réduire dans tous les domaines l'impact sur l'environnement ; limiter le gaspillage des ressources ; proposer des alternatives aux produits dangereux...

Ce petit livre fait le tour de la question de façon très accessible, en s'appuyant toujours sur des exemples concrets, en dévoilant les réactions chimiques qui se cachent dans notre vie quotidienne, et en proposant des expériences très simples.

Accessible à tous les collégiens.

Mots-clés : chimie, protection de l'environnement, écologie

Delphine Dussert.

L'Oasis des mots (Les mots arabes dans la langue française)
texte Djilali Djelali, calligraphies Ahmad Dari, maquette Attila Horvart.
"Les mots voyageurs", Éditions Serendib, 2011

Un grand nombre de mots d'origine arabe sont passés dans la langue française, ainsi : café, sucre, chiffre, chimie, nénuphar, artichaut ainsi qu'une centaine d'autres. Ils nous invitent à explorer la longue histoire des échanges économiques et culturels entre le monde arabe et l'Europe.

Idée d'activité d'ouverture à d'autres langues : donner une première liste de mots français empruntés à des langues différentes (pyjama, yaourt/yogourt, igloo, orange, etc.) et une seconde avec nom des langues (hindi, turc, inuit, arabe, etc.). Les élèves doivent associer les langues et les mots d'abord sous forme d'hypothèses puis en s'aidant de dictionnaire historique (sur papier ou en ligne).

À étudier en parallèle : Le cerf-volant de Zhang (Les mots français d'origine chinoise), texte et calligraphies de Ji Dahai, dans la même collection.

Mot clés : étymologie, histoire des mots, calligraphie arabe / Fin de cycle 3-5e

Jean-Charles Berthet.

Petites histoires des expressions de la mythologie
Brigitte Heller et Frédéric Sochard.
"Jeunesse", Flammarion, 2013

Avoir un sosie, jouer les Cassandre, une voix de Stentor... mille et une expressions peuplent la langue française de nos jours sans que l'on en connaisse l'origine. L'auteur s'est concentrée sur le bassin gréco-romain et ses sources les plus évidentes, l'Iliade, l'Odyssée, les contes de l'Antiquité...

Le tour de force de ce recueil est de présenter sous forme de court récit l'origine de quelques trente expressions, agrémentées d'illustrations.

Un incontournable pour les amoureux du langage et ses origines.

Mots-clés : mythologie, dictionnaire, gréco-romain / Tous niveaux

Bernard Mainger.

Sur la piste du soldat inconnu
Sophie Lamoureux.
Actes Sud Junior, 2014

Sous l'Arc de Triomphe, la flamme du souvenir est rallumée près de lui tous les soirs. Le soldat inconnu demeure néanmoins dans l'ombre de ses secrets et mystères. Qui était-il vraiment ? Comment se prénommait-il et d'où venait-il ? Nombreuses sont les questions qui se posent sur l'identité du combattant choisi pour incarner le destin tragique de ces sacrifiés de guerre.

Sur la piste du soldat inconnu nous entraîne tout d'abord dans les prémices de la Grande Guerre. Des hommes de tous âges, de tous horizons et de tous corps de métiers sont mobilisés. L'un d'entre eux est notre soldat inconnu. On imagine dès lors sa réaction, pour découvrir plus largement ce que furent les réactions diverses, ceux partis la fleur-au-fusil, ceux qui déserteront par la suite. À partir d'études statistiques, le livre nous dessine le portrait d'un homme qui devient de plus en plus familier au fil des pages. Près d'un poilu sur dix portait le nom de Jean, peut-être était-ce son cas.

Ce documentaire nous captive, notamment par sa multitude de détails anecdotiques, comme l'uniforme d'origine de couleur rouge qui rendait les soldats trop visibles. S'il a connu les tranchées, on imagine notre soldat "poilu", évoluant dans cet environnement fait de boue et infesté par les rats. On devine sa joie, son réconfort, à la lecture de lettres émises par ses proches.

Le livre se lit aisément, notamment grâce à une présentation très aérée et très bien illustrée. Une page sur deux présente des documents d'archives divers de grande qualité qui permettent une réelle immersion dans le quotidien des soldats : photographies d'époque, livret miliaire, calendrier du Petit Journal de l'année 1916, carte postale de propagande et bien d'autres. Les chiffres donnent le vertige, et font prendre conscience de l'ampleur du conflit. La forme d'enquête que revêt le livre rend le contenu très vivant, et l'on apprécie de découvrir une diversité de figures toutes unies autour d'un même objectif, la Paix.

Mots-clés : Grande Guerre / Programme d'histoire de 3e et LP

Jenny Julien.

Collection "Premiers Castor doc", Flammarion

En primaire à partir de 8 ans.

Chaque livre documentaire propose un tour d'horizon sur un sujet ou une époque. Les chapitres sont courts, aérés et se présentent comme de mini-exposés. Faciles à lire et richement illustrés, les livres sont agrémentés de supports pédagogiques complets (cartes, lexique, jeux, chronologies, informations utiles, index). Dans cette collection, trois documents en lien direct avec le programme d'histoire en cycle 3.

À la découverte des hommes préhistoriques, Clara Delpas et Patricia Chairopoulos, 2013
Mots-clés : préhistoire, vie quotidienne / Cycle 3-6e
Clara Delpas et Patricia Chairopoulos, journalistes scientifiques, partent sur les traces des origines de l'homme. La vie de nos lointains cousins est décrite à travers leur habitat, leur vie en société, leurs croyances.

À la découverte des Gaulois, Emmanuelle Fumet, 2013
Mots-clés : Gaule, vie quotidienne / Cycle 3-6e
Emmanuelle Fumet s'intéresse à "nos ancêtres les Gaulois", un peuple de guerriers, de paysans et d'artisans.

À la découverte des châteaux forts, Cécile Marais, 2013
Mots-clés : Moyen Âge, chevalier, vie quotidienne / Cycle 3-6e
Cécile Marais révèle les secrets d'un château fort, de son architecture à la formation des chevaliers ainsi que le récit d'une bataille contre ces forteresses jugées imprenables.

Natacha Commis

Bande-dessinée

Les Cloches de la Libération
Fabian Grégoire.
"Archimède", L'École des loisirs, 2013

Retrouver leur cloche, celle qui rythme la vie de leur petit village, telle est la mission que se sont donné Pauline et son grand frère.

C'est là un de ces actes héroïques ordinaires qui ont émaillé l'histoire de la seconde guerre mondiale, au même titre que leur mère représentée en train de coudre fenêtre ouverte alors qu'elle écoute Radio Londres non un pyjama, mais un drapeau aux couleurs des américains.

Cette bande dessinée aux planches lumineuses, presque des aquarelles, se lit facilement et permet d'avoir une "tranche de vie", de ces petits riens anecdotiques qui concrétisent l'Histoire. Accompagnée de 8 pages informatives "pour en savoir plus", ces "cloches de la libération" devraient intéresser les élèves de 3e désireux de connaître aussi la "petite histoire".

Mots clés : bande-dessinée, histoire, résistance / Dès la 3e

Delphine Barbirati.

Les Trois chemins
scénario Lewis Trondheim, dessin Sergio Garcia.
"Mille bulles", L'École des loisirs, 2013

Le facétieux Lewis Trondheim, en collaboration avec le dessinateur Sergio Garcia, propose aux jeunes lecteurs de suivre en même temps trois histoires qui vont se rejoindre, trois quêtes farfelues. Un vieil avare, John Mc Mac est en chemin avec son homme à tout faire et souffre-douleur, Robert, pour aller extorquer trois pièces d'or prêtées à un inventeur. Une petite fille, Roselita, doit de toute urgence rencontrer le Maître des nuages, car le nuage à pains qui la nourrit ne lui fournit plus que des pierres ! Enfin, H. Deuzio, un robot prototype qui a peur de rouiller, dérive sur un bateau qu'il ne sait pas arrêter. Il espère que quelqu'un l'aidera.

Au début du livre, sur la première double page, John Mc Mac, Roselita et H. Deuzio, vivent leur aventure parallèlement, bien sagement, le long de trois bandes sans cases. Mais très vite, les trois personnages lorgnent sur ce qui se passe dans le récit du dessus ou du dessous et y mettent leur grain de sel. Dès la deuxième double page, des coudes sur les chemins, des lacets sur la rivière, des trous ou des échelles permettent aux personnages de faire une incursion dans les autres histoires et de lui donner un tour nouveau, parfois involontairement. Tandis que les trois héros mènent leur quête tant bien que mal, des petits personnages secondaires, hilarants, peuplent les berges de la rivière ou les bas-côtés des chemins ajoutant encore à l'aspect déjanté de cette triple aventure. Il est impossible de lire de façon linéaire cette bande dessinée astucieuse et pleine d'humour qui offre de multiples expériences de lecture. Il faut regretter cependant le grand format de l'édition originale (Delcourt, 2000) qui mettait mieux en valeur les noeuds des trois récits. Un autre titre existe, paru précédemment : Les trois chemins sous les mers (L'École des loisirs, 2011).

À noter que Lewis Trondheim fait partie de l'Oubapo (Ouvroir de bandes dessinées Potentielles), un groupe d'auteurs de bandes dessinées qui s'intéresse aux contraintes formelles dans la bande dessinée, comme le fait l'Oulipo en littérature.

Mots-clés : bande dessinée, humour, livre-jeu / À conseiller à partir du CM et au collège

Françoise Silvestre.

Lire au collège, n°96 (05/2014)

Lire au collège - Notes de lecture ("Lire au collège, numéro 96")