Dossier - "Entrée en théâtre(s) : répertoire contemporain et jeune public"

Dix coups de coeur pour dix pièces de théâtre

Françoise Silvestre, professeur-documentaliste au collège Marcel Chêne (38530)

Les auteurs d'études1 sur le théâtre pour la jeunesse soulignent la vitalité et la qualité de l'édition dans ce domaine, même si cela ne se voit pas beaucoup dans les librairies où les rayons consacrés à cette littérature sont très pauvres, sauf dans quelques lieux spécialisés. Tous saluent également la diversité des thèmes abordés qui balaient les problématiques de la société contemporaine.

"Ressentir le texte dans ses aspects ludiques et le partager à plusieurs est très porteur. Et chaque pièce est une nouvelle surprise et une nouvelle réflexion qui s'engage."

Annie Janicot

Voici dix suggestions de lecture illustrant, nous l'espérons, cette diversité.

Actes Sud-Papiers, collection "Heyoka jeunesse"

Ces petits livres à la première de couverture colorée et au texte illustré abordent toutes sortes de thèmes en revisitant souvent les contes. Les auteurs de cette collection écrivent bien souvent indifféremment pour la littérature générale et pour les jeunes lecteurs : Jean-Claude Grumberg, Jean-Claude Carrière, Wajdi Mouawad, Joël Jouanneau...

Comment faire un choix entre Cendrillon de Joël Pommerat, illustré par Roxane Lumeret (2012), Le Petit Chaperon Uf de Jean-Claude Grumberg, illustré par Benjamain Bachelier (2005), ou encore le très poétique L'Ombre amoureuse d'Olivier Balazuc, illustré par Piero Macola (2010) ? Optons pour une plongée dans l'imaginaire enfantin, les jeux et les bêtises avec le titre suivant.

Jojo le récidiviste / Joseph Danan, illustrations Éric Veillé, 2007
Mots-clés : imaginaire enfantin, bêtises, jeu
Joseph Danan imagine une succession de tableaux, on pourrait presque dire "Installations", au cours desquelles Jojo, un gamin incorrigible, avec l'aide de ses copains ou de la petite Delphine, détourne des objets, invente des situations incroyables, singent les adultes. Chaque tableau s'achève par une gifle donnée avec de plus en plus d'insistance par la mère de Jojo qui ne supporte plus de voir l'aspirateur démonté pour se transformer en instruments de musique d'un orchestre imaginaire, fruits et légumes écrasés pour symboliser des accusés ayant subi un interrogatoire poussé... Mais parfois le jeu dérape, devient dangereux, le rire se fait grinçant, Jojo n'est plus drôle du tout... Un regard lucide et très tendre sur l'enfance, sur la difficulté de grandir. Une pièce où il y a beaucoup à mimer et peu à dire, pour faire rire et réfléchir petits et grands.

L'École des Loisirs, collection "Théâtre"

S'arrêter un instant sur l'avant-propos du catalogue de la collection, rédigé par Brigitte Smadja qui en est la directrice.

À cause de la cheminée / Guillaume Le Touze, 1996
Mots-clés : secret de famille, adolescence
Mona et Tito, respectivement 9 et 13 ans, jouent sur une plage désertée par les touristes. C'est la fin des vacances d'été et, dans cette famille peu conventionnelle, apparemment heureuse et soudée, ce sont les enfants qui s'inquiètent de savoir quand on va fermer la maison pour rentrer et acheter les fournitures scolaires. C'est alors qu'un inconnu, une valise à la main, se présente : il parle un très mauvais français et il est à la recherche d'une femme qu'il a aimée et qui habitait cette maison face à la mer. Les enfants vont peu à peu découvrir l'identité de ce visiteur inattendu. Le décor de la maison de famille, l'été finissant, les tensions perceptibles entre les différents personnages, la présence d'un grand-père dont on devine les blessures passées, les adolescents qui aspirent à sortir de ce cercle familial un peu étouffant, tous ces éléments installent une atmosphère mélancolique soulignée par la musique évoquée ou jouée par les uns et les autres. C'est un texte émouvant sur les secrets de famille, dont le message principal est tout entier contenu dans une réplique de Mona à ses parents : "Commencez par vous occuper de votre bonheur, nous nous chargerons du nôtre". Les dialogues pétillants sont très plaisants à dire, à lire. En classe, le travail autour de ce texte peut se faire en collaboration lettres/éducation musicale, car le thème de la musique (Chopin, Purcell) et surtout de la voix y sont très présents. Tout niveaux.

Frigomonde / Karin Serres, 2010
Mots-clés : protection de l'environnement, solidarité
Le Frigomonde est constitué de plaques de glace qui fondent peu à peu. Sur ces plaques des tribus de toutes sortes tentent de s'imposer dans un espace de plus en plus restreint. Chaque tribu a son identité avec un comportement particulier, une langue qui lui est propre. La tribu des Ouétu-Chulaq fonctionne par duo ou unité familiale. Ils entrent en communication avec toujours les mêmes questions-réponses : "Ouétu ?", "Chulaq !". Ils ont tendance à mettre des "q" à la fin de chaque mot : "Toute la cliq est laq ?". Les Kélélé se déplacent en file indienne. Ils sont méfiants, agressifs, égoïstes... Krill est le seul être isolé. Tous sont irrésistibles lorsqu'ils échangent des répliques. Ils sont terriblement humains et fragiles dans cet environnement hostile. On imagine bien des groupes d'élèves prenant un immense plaisir à inventer d'autres tribus pour ce zoo burlesque, avec leur mode de communication, leurs tics, selon les besoins de la classe... C'est une fable réjouissante qui aborde avec humour mais gravité les thèmes du développement durable et de la solidarité entre êtres vivants sur la même planète. À lire, à exploiter sans attendre avec des classes de tout niveaux.

Mon frère, ma princesse / Catherine Zambon, 2012
Mots-clés : tolérance, préjugés, identité sexuelle, violence
Un texte bouleversant, déjà cité dans le précédent numéro de Lire au collège. Alyan souffre d'être un garçon. "La nature elle s'est trompée... elle a mis dessus moi des morceaux qui ne sont pas à moi", explique-t-il. Pendant que sa mère se désespère, son père, trop accaparé par son travail, ne voit pas la détresse de son petit garçon. Sa grand-mère gênée, renonce à sortir avec ce petit garçon qui s'obstine à s'habiller en fille. À l'école, Nina qui essaie de défendre son petit frère, ne parvient plus à contenir son agressivité face aux moqueries des autres enfants. Un jour, après une violente altercation, elle est victime de représailles. Battue, humiliée, elle disparait. Cet incident va être à l'origine d'une prise de conscience collective et d'un mouvement de soutien inattendu envers Alyan.
L'appel à la tolérance de Catherine Zambon est porté par la personnalité de ce garçon de 5 ans, très déterminé qui agit comme un révélateur, en mettant mal à l'aise tous ceux qui éprouvent un mal être dans une société où le conformisme domine. Le langage, l'humour y tiennent une place particulière. La forme théâtrale permet d'aller très loin dans le vécu de l'enfant. Elle permet des raccourcis poétiques plongeant le spectateur dans son intimité, son imaginaire, ses jeux, ses angoisses. Enfin, malgré une fin heureuse, ce livre n'est pas un plaidoyer naïf pour la différence avec une vision simpliste. Alyan sait bien quels combats l'attendent, lui qui veut devenir une fleur déclinée au masculin : "Moi, quand je serai grande, je ferai pétunia... Ça va prendre du temps, je crois de devenir pétunia".

Gallimard, collection "Folio junior Théâtre"

"Lire, jouer, mettre en scène"

Les Parapluies mouillés / Martine Delerm, 2006
Mots-clés : théâtre, imagination, bonheur, émotion
Un conflit gigantesque a anéanti la société telle que nous la connaissons. Les rescapés du cataclysme vivent dans un théâtre désaffecté. Les membres de cette communauté égalitaire "d'après société" sont habillés de gris, ils sont vaccinés régulièrement pour ne plus avoir d'envies, de rêves, de besoins afin de limiter les rivalités entre humains. Les livres, le théâtre, la réflexion sont strictement interdits. Un contrôleur vérifie que tout fonctionne dans cette vie sans couleurs, sans chagrins, sans joies, sans musique. C'est alors qu'arrive l'ingénue Agnès. Petit à petit, elle va tout chambouler, réveiller les désirs et sortir ce triste lieu de son silence... Dans ce magnifique hommage au théâtre, lieu d'émotions et de réflexion par excellence, les personnages se nomment Ondine, Madeleine, Antigone, Arlequin, Peter. On y retrouve également les commères de Shakespeare... Martine Delerm a enrichi son texte d'un petit carnet de mise en scène avec des conseils pratiques, des informations brèves sur les pièces et les auteurs cités dans cette oeuvre se présentant comme du théâtre dans le théâtre.

Lansman, collection "Printemps théâtral"

Coup de coeur pour Lansman, un éditeur belge spécialisé dans l'édition de pièces de théâtre contemporain. Voici ce qu'on peut lire sur le site de l'éditeur à propos de ses collections pour la jeunesse : "Des pièces en format poche spécialement mises en livre pour qu'elles favorisent le plaisir de lire, le théâtre en classe et à la maison, pour des jeunes du primaire et du secondaire...". Parmi un grand choix de textes courts, Christine Vigne, professeur de lettres au collège Marcel Chêne à Pontcharra, à l'origine d'une option théâtre en classes de 4e et 3e, a sélectionné deux textes qu'elle fait travailler à ses élèves.

Circus Mundi / Thierry Simon, dans La Scène aux ados, volume 8, 2011
Mots-clés : parodie, émission de télévision, médias
C'est une joyeuse parodie de la télévision et la construction de la pièce est vraiment originale et ludique : des bribes d'émissions, telles qu'on peut les rencontrer sur nos chaînes mettent en scène des personnages hauts en couleur : des présentatrices potiches, des héros aussi stéréotypés que ceux des Feux de l'amour, bien sûr nommés Michaël et Samantha, un premier ministre qui a l'art de la formule, des présentateurs sportifs caricaturaux. Mais l'originalité ne réside pas dans cette galerie de personnages. Les sketches s'imbriquent les uns dans les autres et se répondent, tissant des fils et construisant un jeu de piste très drôle pour le spectateur.

Les Héros / Régis Duqué, dans La Scène aux ados, volume 5, 2009
Mots-clés : humour, héroïsme, image de soi
Qu'est-ce qu'un super héros dans un monde où chacun éprouve des peurs et des doutes ? Les personnages de cette pièce décident tous d'en devenir un et de changer leur vie. Mais l'habit ne fait pas le moine et chacun va découvrir que la vie de superhéros n'est pas toujours palpitante en même temps qu'on ne va pas toujours contre sa nature. La pièce est drôle, rythmée, et les personnages sont tour à tour attachants et ridicules. Le texte, lui aussi, oscille entre envolées poétiques et répliques humoristiques.

L'Arche, collection "Théâtre jeunesse"

Au catalogue de cette maison d'édition qui a plus de 60 ans, à côté de textes de réflexion exigeants, une collection de théâtre pour la jeunesse avec des textes qui innovent, interrogent, dérangent...

Albatros / Fabrice Melquiot, 2002
Mots-clés : enfant maltraité, solitude, société en détresse, bonheur
Tite Pièce a 10 ans, le front tout cabossé car "elle met un coup de tête dans le mur" chaque fois qu'elle est triste. Ses jambes sont pleines de plaies, de bosses, car sa mère alcoolique la frappe. Très souvent, au lieu d'aller à l'école, elle s'installe sur un escalier où elle retrouve son copain Casper. Pour lui aussi, la vie est dure. Il est également "amoché", mais chez lui, c'est son père qui cogne. Tous deux rêvent d'un ailleurs en observant les grosses voitures qui manoeuvrent au carrefour ainsi que les gens qui en descendent. Lorsque la pièce démarre, les deux enfants dialoguent sur leurs marches, mais semblent ne jamais se répondre. L'explication est donnée à la fin de la pièce, à moins que le prénom du jeune garçon soit un indice ?
Au cours de rêves où réalisme et onirisme se mêlent, chacun des enfants part en quête de réponses à ses questions. Qu'est-ce que le bonheur ? Y a-t-il des élus pour cela ou faut-il y mettre du sien ou un peu "d'huile coude" pour l'atteindre ? C'est ainsi que Tite Pièce et Casper rencontrent des personnages hauts en couleurs. Pour la première, un jogger très poilu et très malheureux, "L'homme qui court" ; pour le second, un génie, le "Génie de l'Huile de Coude", pour lequel rien n'est facile, et un SDF généreux, "L'homme qui n'a plus rien". Tite Pièce parviendra à ouvrir les yeux du jogger après un échange cocasse, quant à Casper, il trouvera la bonne réponse à la mission confiée par le Génie de l'Huile de Coude. Dans ce récit fantastique, pas plus violent que certains contes traditionnels, réalité brutale (les blessures des enfants) et poésie (l'image de l'albatros qui peut être grotesque ou magnifique comme la mère de Tite pièce) font bon ménage. Humour et tragique également. C'est une pièce de théâtre d'une incroyable inventivité pour parler sans détour et sans pathos d'une société qui sombre et dans laquelle les enfants sont particulièrement exposés. Mais, surtout, n'allez pas croire que vous en ressortirez le moral dans les chaussettes : savourez le choeur des grenouilles qui vibre au rythme des émotions des enfants ! Et suivez les conseils du Génie de l'Huile de Coude !
Fabrice Melquiot est le premier auteur de textes pour la jeunesse à avoir été mis en scène au Studio théâtre de la Comédie Française (Bouli Miro, 2004).

Syros, collection "Théâtre à jouer"

La caRtastrophe ! / Grégoire Kocjan, 2011
Mots-clés : humour, jeu de carte, révolte
Une petite pièce de théâtre réjouissante, sans prétention pour passer un bon moment avec les plus jeunes. Tous les élèves d'une classe y trouveront un rôle à jouer. L'auteur indique au début du texte : "CaRtastrophe ! se déroule durant une partie de poker entre deux amis. Chaque carte à jouer est un personnage à part entière de la pièce. Les deux joueurs sont assis par terre autour d'une petite table basse... En fond de scène, se trouvent les cartes comédiennes, côte à côte, elles forment la pioche". Le groupe pioche accompagne en grandeur nature les gestes des joueurs lorsque ceux-ci battent ou coupent le paquet de cartes, ce qui va d'emblée donner le ton de la pièce. Par la suite chaque carte a son propre rôle à jouer au cours du jeu (rejetée, piochée, cachée par l'un des joueurs, tricheur). Cette fois-ci les cartes sont révoltées, rien ne leur va et c'est la cacophonie : la mise de départ, trop modeste est insultante, le roi de coeur a perdu sa femme, le joker s'ennuie seul dans sa boîte et les dames en ont assez de la dictature des rois... Lors de la mise en scène, le plus difficile sans doute sera de régler le ballet précis des cartes qui vont et viennent du jeu à la pioche ou au talon.

Éditions Théâtrales, collection "Jeunesse"

Des langages, des histoires, des délires, cent façons de raconter le monde. Des textes à lire, à dire, à écouter, à jouer.

Le Bruit des os qui craquent / Suzanne Lebeau, 2008
Mots-clés : guerre civile, enfant soldat, République démocratique du Congo
Devant une commission d'enquête, une infirmière raconte l'histoire d'Elikia Mandoke, enfant soldat en République démocratique du Congo, enlevée à l'âge de 10 ans par un groupe de rebelles (le M 23). Au bout de trois ans, Elikia s'enfuit en compagnie de Joseph, 8 ans, qu'elle parvient à sauver. C'est un texte d'une grande force en phase avec l'actualité. Mais c'est aussi un texte engagé, un appel à l'intervention d'organismes internationaux pour protéger et soigner les enfants traumatisés par des conflits inter-ethniques dans lesquels ils ont pris part, malgré eux, et qui sont parfois devenus plus cruels que les adultes qui les encadrent. Ces enfants, sont-ils victimes ou coupables ? La pièce de théâtre se déroule sur deux plans. D'une part, le point de vue de la société et de la justice avec les moments de réflexion, l'audience, les questions des membres de la commission, les réponses de l'infirmière et ses lectures à voix haute d'extraits du journal intime d'Elikia, encadrés, d'autre part, par des moments d'actions, le vécu des enfants avec l'enlèvement d'Elikia, sa rencontre avec Joseph, puis leur fuite. Ce procédé narratif permet au lecteur ou au spectateur de disposer d'éléments complets pour nourrir sa réflexion. Une oeuvre à voir, à étudier à partir de la classe de 3e. Sa lecture peut être complétée par l'article de Ghislain Poissonnier, "Enfants soldats : lutter contre les idées reçues", du 26/12/2012, sur le site de la Société JOL Press Editions :
http://www.jolpress.com/blog/ghislain-poissonnier-enfants-soldats-thomas-lubanga-charles-taylor-cour-penale-internationale-tribunal-sierra-leone-815985.html
Par ailleurs, la collection en ligne "Pièces (dé)montée" éditée par le Scérén a consacré, en 2008, un numéro à la pièce de Suzanne Lebeau. Il est à consulter à l'adresse suivante :
http://crdp.ac-paris.fr/piece-demontee/piece/index.php?id=le-bruit-des-os-qui-craquent

Vents d'Ouest, collection "Commedia"

Roméo et Juliette / William Shakespeare, mise en scène Hélène Marcé, dessins David Amorin, traduction F.V. Hugo, 2010
Mots-clés : amour impossible
Un coup de coeur également pour cette collection qui propose des grands classiques du théâtre en bande dessinée, en version intégrale "à la virgule près".
Présenter du théâtre en bande dessinée n'est pas très courant, de plus, dans cette collection, l'action racontée en images, est suivie du texte intégral qui permet ainsi au lecteur de faire des va-et-vient constants entre les dessins et les répliques présentées de manière classique. Sur ce même principe, il est possible de redécouvrir les pièces les plus connues de Molière (L'Avare, Les Fourberies de Scapin, Le Médecin malgré lui...), mais également, La Farce du Cuvier et Roméo et Juliette. "Commedia" met ainsi à la portée de tous le texte de Shakespeare, mis en scène au fil des planches de David Amorin. Ses dessins en noir et blanc laissent place à l'émotion, à l'imaginaire. Son trait épuré, immédiatement lisible, convient bien à l'univers du théâtre. Quelques détails actuels, un décor intemporel donnent un grand coup de fraîcheur à cette histoire d'amour tragique qui touche toujours les adolescents d'aujourd'hui.


(1) Par exemple Marie Bernanoce, À la découverte de cent et une pièces : répertoire critique du théâtre contemporain pour la jeunesse, Éditions Théâtrales, 2006, ou Annie Janicot, "Les textes du théâtre contemporain pour la jeunesse", Les actes de lecture, n° 102, juin 2008, p. 61-80.

Lire au collège, n°93 (05/2013)

Lire au collège - Dix coups de coeur pour dix pièces de théâtre