Dossier - "Entrée en théâtre(s) : répertoire contemporain et jeune public"

Prodiges à l'opéra : un projet en collaboration avec l'opéra de Reims

Laure Bergougnan, professeure agrégée d'éducation musicale, service éducatif de l'Opéra de Reims

L'opéra n'est pas familier aux élèves et au premier abord pourrait même sembler étranger à leur univers. Mais, une fois franchie la barrière, la majesté des lieux, sa puissance magique et incantatoire suscitent étonnement, curiosité, attrait. Chacun, selon sa personnalité, y trouve en effet de quoi satisfaire une attente : l'un apprécie la musique, le chant, le jeu des acteurs, un autre s'intéresse à l'architecture, à la mise en scène, aux aspects techniques ou aux costumes, aux métiers d'art, tous rêvent de voir l'envers du décor, de percer le mystère des coulisses.

Depuis cinq ans déjà, l'Éducation nationale et l'Opéra de Reims proposent, à travers différents Projets Artistiques Globalisés, de favoriser la connaissance d'un espace aussi riche en ouvertures artistiques et culturelles. Pour l'année 2012-2013, le projet "prodiges à l'opéra" implique près de deux cents élèves répartis en huit classes de quatre collèges situés à Reims et ses alentours :

  • collège Paulette Billa de Tinqueux avec deux classes SEGPA et une classe de 5e ;
  • collège Trois Fontaines de Reims avec une classe de 6e ;
  • collège Pierre Souverville de Pontfaverger avec deux classes de 6e ;
  • collège Saint Remi de Reims, établissement porteur des finances1, avec deux classes de 6e.

L'ensemble du public scolaire engagé, d'une grande mixité sociale, témoigne de la volonté de l'Opéra de Reims d'ouvrir ses portes aux enfants dont le parcours scolaire parfois chaotique ou le milieu social peu porteur ne favorisent pas toujours une ouverture artistique. L'Éducation nationale et l'Opéra de Reims tentent donc de fonctionner "de concert" animés par ce même désir de "démocratiser" l'accès à la culture.

Le projet d'ensemble s'appuie sur l'opéra romantique allemand d'Engelbert Humperdinck, Hänsel et Gretel, que les élèves ont pu voir en novembre 2012 et propose une réflexion transdisciplinaire autour du conte en s'appuyant sur la thématique d'histoire des arts : "arts, créations, cultures" et plus précisément sur "l'oeuvre d'art, la création et les traditions (populaires, régionales) qui nourrissent l'inspiration artistique". Le conte, s'il trouve ses origines dans des mythes et des légendes aux motifs universels, reste longtemps ancré dans la tradition orale avant de devenir, sous l'impulsion de Charles Perrault, un véritable genre littéraire.

Par quel(s) prodige(s) passe-t-il de l'écrit à la scène ? Telle est la problématique à laquelle chaque enseignant, dans la discipline qui lui est propre : lettres, éducation musicale, allemand, arts plastiques, documentation, SVT, hygiène alimentaire, bâtiment... tentera de répondre. Cette interrogation nous mène au coeur de la création artistique et propose aux élèves de démonter une à une les pièces d'un puzzle nommé "opéra" pour en percer ses mystères.

La variété des matières impliquées englobe et dépasse le domaine des enseignements artistiques proprement dits ainsi que les champs artistiques explorés : arts des sons, arts visuels mais aussi arts de la table, arts de l'objet (technique, décoration) - sans souci de hiérarchie puisqu'il s'agit de les croiser. Ce projet constitue donc un puissant levier pour l'enseignement de l'histoire des arts. Par les correspondances qu'il établit avec tous les arts, il constitue une sorte de synthèse : l'opéra, ici celui d'Hänsel et Gretel d'Engelbert Humperdick, paraît parfaitement adapté à cette ambition qui, autour d'une même problématique commune aux quatre établissements, doit permettre de créer des liens et d'instaurer un dialogue fluide entre les arts.

Cette réflexion commune, située au croisement de regards disciplinaires n'a pas, en revanche, empêché une démarche personnelle de chaque établissement, chacun proposant une thématique ciblée.

  • "Promenons-nous dans les bois", collège Trois Fontaines. Le titre fait référence à la présence de chants populaires dans le conte comme dans l'opéra mais surtout au lieu dans lequel se déroule l'action : la forêt, cette forêt lointaine où l'on n'entend pas le coucou... mais les ricanements d'une sorcière. Événements surnaturels et fantastiques sont au rendez-vous.
  • "Meurtre aux gâteaux"(5e) et "Le conte est bon"(classes segpa), collège Paulette Billa. Qui n'a pas un jour rêvé de déguster une porte en pain d'épice ou une fenêtre en bonbons de cette maison-gâteau ? Les élèves du collège Paulette Billa ont souhaité satisfaire ce désir... Ils ont réalisé, dans le cadre de leur enseignement "hygiène alimentaire", une recette de pain d'épices (comme la maison de la sorcière dans le conte d'Hänsel et Gretel de l'opéra d'Humperdinck). Puis ils se sont transformés en "apprentis pâtissiers" en proposant une dégustation de ces petits pains conçus par leurs soins à l'ensemble des élèves participant au PAG ainsi qu'aux professeurs.
  • "Engelbert Humperdinck au pays des merveilles", collège Saint Rémi. Le dossier propose une réflexion sur le merveilleux, axe fort et central du conte mais aussi de l'opéra où les "prodiges" abondent...

Les interventions artistiques proposées, à hauteur de dix heures par classe, ne visent pas à spécialiser les élèves dans un domaine artistique précis mais les invitent plutôt à découvrir le panel des différents arts liés au spectacle ainsi que les métiers qui s'y rattachent. La diversité de ces interventions illustre bien le large champ d'action transversal de l'opéra à la croisée des arts. Il forme un pôle de ressources artistiques et pédagogiques irremplaçable, mosaïque de compétences et de savoir-faire mis totalement à la disposition des élèves.

Les mystères de la voix

Cet atelier, sous la direction d'une chanteuse lyrique, expose, dans un premier temps, les spécificités du chant lyrique à travers des exemples musicaux en "live" dans la classe. Une activité chorale est ensuite proposée et aborde l'apprentissage d'un extrait de l'opéra auquel les élèves ont assisté.

L'art du maquillage à l'opéra : du suggestif à la transfiguration...

Une maquilleuse spécialisée dans le spectacle vivant (théâtre et opéra) présente son métier, son parcours et sa formation avant d'effectuer des démonstrations sur des élèves volontaires pour expliquer les différences entre le maquillage pratiqué à la télévision pour les films et celui du spectacle vivant. Les élèves sont ensuite invités à manier crèmes, fars à paupières, blush, mascara, fond de teint afin d'infliger à leur voisin ou voisine un vieillissement, une blessure de guerre...

Les hommes de l'ombre

Les techniciens de l'opéra - éclairagistes, régisseurs, peintres, accessoiristes - expliquent aux élèves la spécificité de leurs métiers technico-artistiques liés au spectacle vivant. Ils leur montrent tout le fonctionnement technique lié à la machinerie et au plateau. L'envers du décor révèle alors ses secrets.

Répétition commentée

Les élèves assistent à une répétition commentée par Mme Mora, responsable du service jeune public à l'Opéra de Reims. Cette séance a pour objectif d'appréhender et d'éclairer le travail quotidien des artistes dans la préparation des spectacles et de mettre en lumière leurs fonctions : chanteurs, metteurs en scène, chefs de chant... chacun formant un maillon indispensable dans la création d'une oeuvre.

L'Opéra de Reims "un lieu, une histoire"

Sa visite permet d'aborder différents sujets. L'opéra de Reims, haut lieu d'expression de l'art de la ferronnerie tel qu'il se développa sous l'influence des Arts Décoratifs. Zoom sur les coulisses : fosse d'orchestre, loges... Visite de l'atelier de construction de décors. Fonctionnement et objectifs d'une structure culturelle. Bilan sur les différents métiers liés à l'Opéra.

Les projets artistiques globalisés conçus conjointement par l'Éducation nationale et l'Opéra de Reims, permettent de faire tomber les barrières "psychologiques" et les préjugés autour d'un art trop souvent considéré comme inaccessible et réservé à une élite. Par l'importance qu'ils accordent à l'histoire des arts, par la mise en place d'activités transdisciplinaires créant une synergie par la concertation entre différents partenaires éducatifs, les projets artistiques globalisés - celui de l'année scolaire 2012-2013 "prodiges à l'opéra" comme les précédents - ont pour ambition de favoriser la réussite scolaire des élèves plaçant l'éducation artistique comme moteur essentiel.

Le succès de tels projets trouve sa source dans l'engagement sans faille de tous les financeurs et partenaires : DAAC du Rectorat de Reims, DRAC de Champagne-Ardenne, Conseil Général de la Marne.


(1) Cet établissement reçoit l'argent du Conseil Général et de l'Éducation nationale pour financer bus et billetterie. Il lui incombe ensuite de payer les factures des différents établissements pour l'ensemble des classes impliquées dans le projet.

Lire au collège, n°93 (05/2013)

Lire au collège - Prodiges à l'opéra : un projet en collaboration avec l'opéra de Reims