Dossier : Matières à lire - Lire dans toutes les disciplines

Voyage en "Familles"

Exploiter un album photographique avec des ENAF

Marie-Louise Fuchs, professeure agrégée de lettres, enseignante de FLS, Collège Edmond Rostand, la Ravoire (73)

En décembre 1995, Uwe Ommer quitte Paris pour faire le Tour du monde. Au cours de son voyage, il rencontre des gens merveilleux, dans des endroits étonnants, et leur demande de poser avec leur famille au grand complet, pour lui. Quelques années plus tard, toutes ces photos sont publiées dans un livre magnifique : Mille familles (Taschen 2000). Sophie Furlaud, journaliste et Pierre Verboud, professeur de collège, en font une version pour les plus jeunes, Familles du monde entier, aux éditions Seuil Jeunesse. Dans cette version junior, 49 pays sont ainsi évoqués à travers une photo de famille : de l'Afghanistan au Vietnam, en passant par l'Australie, la Côte d'Ivoire, Haiti, le Népal, le Pakistan, le voyage nous emmène sur tous les continents à la rencontre des familles et de leur lieu de vie.

L'idée nous est alors venue de partir de cet album cosmopolite pour créer des activités de lecture, d'écriture et d'oral pour des Élèves Nouvellement arrivés en France (ENAF), de niveau A2.

Présentations

L'ouvrage se présente sous la forme d'un album de grand format (30 x 30 cm) qui comporte, au début, un planisphère permettant de localiser les pays d'origine des familles présentées et à la fin, l'index alphabétique des pays traversés.

A l'intérieur, chaque étape du voyage est organisée sur une double-page : à droite une photo pleine page d'une famille qui a posé en se mettant littéralement en scène, souvent en costume traditionnel, dans un cadre de son choix. La page de gauche est riche d'informations : le portrait, le prénom et l'âge d'un enfant qui figure sur la photo de famille, une sorte de lettre de l'enfant aux lecteurs, une carte très simple permettant de situer le pays dans le continent, et diverses informations d'ordre géographique sur le pays : capitale, population, langues, monnaie, climat etc. Enfin une photo montre un aspect authentique ou touristique du pays : un paysage, un monument, une scène de la vie quotidienne ...

Présenter sa famille, présenter son pays

Présenter sa famille est nécessairement une des premières thématiques abordées avec un ENAF qui construit ses débuts dans la langue (accès au niveau A1). Les superbes photos se prêtent remarquablement à des activités de langue sur ce thème. Mais à travers le thème de la famille, cet album est une formidable invitation au voyage, à la rencontre du monde et de ses habitants. Les différences matérielles observées alimenteront une réflexion sur les modes de vie, le niveau de vie, le modèle familial, etc, mais feront aussi apparaître bien des points communs, en particulier la valeur universelle de la cellule familiale.

Après la famille, juste après, savoir parler de leur pays d'origine est sans conteste un des objectifs les plus motivants pour les jeunes étrangers qui arrivent en France. La plupart des enseignants de FLS inscrivent ce projet dans leurs activités d'expression. C'est un thème de travail très riche sur le plan de la langue et des connaissances que cette activité mobilise, travail facile à adapter au niveau des élèves, qui se prête bien aux activités de groupe, qui invite à la lecture de types de documents très divers et demande une recherche documentaire sur tous les documents-sources disponibles.

Il peut surtout aboutir à une véritable tâche complexe qui va mobiliser - outre les éléments de langue française - les connaissances générales, les stratégies, les savoirs disciplinaires construits en langue d'origine. C'est aussi la culture familiale dans sa spécificité qui peut être sollicitée et valorisée.

L'utilisation de cet album en amont du projet va permettre, avant de lancer les élèves dans un travail de recherche, d'écriture et de présentation, de s'appuyer sur des exemples de textes, de recueillir des idées, et surtout de mettre en place des outils linguistiques qui permettront aux ENAF de mener ensuite la tâche avec plus d'autonomie, et à leur enseignant de moins leur tenir la main.

Activités

Première séance : découvrir le livre.

D'abord, feuilleter le livre collectivement. Son format confortable et la qualité des photos pleine page permettent facilement de rassembler un groupe d'une douzaine d'élèves autour du livre. On sollicitera les commentaires libres devant les photos, éventuellement en cachant la page de gauche où se trouve le texte :

"Il y a des gens de tous les pays, ils sont pas habillés comme nous, parfois il y a seulement trois ou quatre personnes dans la famille, mais il y a aussi des familles très nombreuses ..."

On peut faire deviner le pays d'origine ou le continent d'origine des familles photographiées, faire énoncer les indices qui permettent de deviner : costume, couleur de peau, arrière-plan et cadre naturel, type d'habitation, etc.

La trace de ces premières réactions peut être utile dans la suite du travail ; il est utile de les prendre en note ou de les enregistrer.

Le professeur photocopie pour chacun la table des matières qui comporte les 50 noms des pays visités, classés dans l'ordre alphabétique, sans déterminant.

Un court travail (ou un rappel) à propos du déterminant associé aux noms de pays peut ainsi être mené à partir de cette liste, en donnant quelques exemples comme :

"Le journaliste a visité le Bénin, la Birmanie, l'Afghanistan, les États Unis ..." mais également :

"Le photographe est allé au Bénin, en Birmanie, en Afghanistan, aux États Unis ..."

Deuxième séance : organiser démocratiquement le travail.

Toujours à partir de la table des matières, il est possible de créer une situation de communication authentique dans le groupe en organisant un vote pour déterminer quels sont les pays que les élèves souhaitent visiter et étudier .

Avant le vote, quelques règles simples ont été définies collectivement à partir des questions posées par les élèves, par exemple : "Est-ce qu'on a le droit de voter pour son propre pays d'origine s'il figure dans la liste ? Est-ce qu'on a le droit de voter pour la France ? Est-ce qu'on peut citer plusieurs pays par continent ? la Russie, ou la Turquie, on les compte en Europe ou en Asie ? Est-ce qu'on peut citer un pays qu'on connaît déjà ou qu'on a déjà visité ? Est-ce que la prof a le droit de voter aussi ?"

Les élèves notent alors les cinq pays qu'ils souhaitent étudier et, selon leur niveau de langue, ils justifient leur choix : ce moment est très intéressant pour l'enseignant car il le renseigne sur les représentations des uns et des autres à propos de certains pays.

Dans cet ordre d'idées, on peut prendre aussi quelques instants pour questionner les élèves sur les raisons pour lesquelles ils n'ont pas choisi tel ou tel pays.

Le dépouillement du vote permet de continuer le travail oralement. En donnant des amorces de phrases, on obtient facilement des énoncés comme : "J'ai d'abord choisi ... parce que .... ; en 2e position je voudrais étudier ... parce que ..."

Au fur et à mesure que les élèves s'expriment, l'un d'entre eux note les résultats dans un tableau à double entrée : Prénom des élèves / cinq pays choisis.

La classe entière récapitule ensuite les résultats et obtient la liste des cinq pays dont on étudiera les pages.

Variantes :
  • Bien sûr, le professeur peut aussi choisir lui-même les pages qu'il veut aborder, en fonction des contenus culturels et linguistiques des documents.
  • Si le groupe semble intéressé par l'actualité - peut-être pour de grands adolescents - le choix pourra se faire parmi les pays largement évoqués dans l'actualité des derniers mois, pour diverses raisons : Afghanistan, Mali, Haïti, Côte d'Ivoire ... Malheureusement la Tunisie ne figure pas dans l'album en version jeunesse.
  • On peut aussi faire un parcours uniquement dans les pays européens, si on veut en montrer la diversité à des élèves venus d'autres continents.
  • Il est encore possible de permettre à chaque élève de travailler sur les pages de son choix, en autonomie, à partir d'un questionnaire standard, pour faire ensuite une présentation orale de son "voyage".

Troisième séance et suivantes : en voyage !

Quel que soit le pays choisi, le premier contact se fait par les illustrations, le support visuel permettant d'introduire le lexique sans ambiguïté.

On peut éventuellement commencer par la carte, en mobilisant ou introduisant le lexique géographique élémentaire : pays, continent, hémisphère, capitale. Les quatre points cardinaux sont nécessaires pour situer le pays sur la carte du continent.

Décrire la photo principale mobilise évidemment le vocabulaire de la famille au sens large. Mais on peut opportunément continuer par la description physique, les vêtements, et faire justifier telle ou telle tenue par des hypothèses sur le climat. On attirera l'attention sur les coiffures, les éléments de parure et bijoux. Les regards, les expressions du visage, les attitudes devant l'objectif du photographe méritent aussi des commentaires.

Chaque famille ayant soigneusement choisi le cadre dans lequel elle est photographiée, il est aussi important de donner le lexique pour la description du cadre, de nommer les objets qui accompagnent les personnages, objets symboliques ou témoignage de leur niveau de vie. Ces éléments matériels permettent de faire des hypothèses sur les activités professionnelles, les activités de loisir, le statut social de la famille.

Ce travail oral est l'occasion de mettre en place le lexique qui sera réutilisé dans la suite du travail, quand on abordera le texte, et contribuera à en alléger la part d'inconnu pour en faciliter l'accès. On mettra à disposition les dictionnaires illustrés, les dictionnaires bilingues, des dictionnaires en ligne et papier.

Les textes sont relativement simples sur le plan syntaxique. Leur richesse - et leur difficulté - réside dans l'aspect référentiel et dans le lexique : la quantité d'informations sur le monde qu'ils apportent peut en rendre l'étude difficile, d'où l'importance de la préparation lexicale avec la photo. On choisira d'utiliser ces textes en compréhension de l'écrit, pour une recherche d'informations dans un document complexe. On adoptera pour chaque texte une ou des entrées différentes, en fonction de son contenu.

Parmi les thèmes et pistes de travail possibles :

- Constituer une "carte d'identité de la famille" : qui sont les adultes de la photo ? (parfois plusieurs générations, plusieurs épouses pour le chef de famille, et des enfants de plusieurs mamans ...). Combien d'enfants y a-t-il dans la famille ? Qui est le narrateur du texte ? Où se situe le narrateur dans la fratrie, et sur la photo ?

  • Quelle est la profession ou l'activité principale des adultes, en particulier des femmes ?
  • Quelles sont les activités des enfants ? Vont-ils à l'école ? Travaillent-ils ?
  • Qu'apprend-on sur la vie quotidienne de la famille : la nourriture, les moyens de déplacement, les loisirs des uns et des autres ...
  • Quelles sont les langues parlées en famille et à l'extérieur ?
  • Qu'apprend-on sur le lieu de vie : situation précise dans le pays, climat, type de paysage évoqué, plantes et arbres typiques mentionnés, animaux emblématiques.
  • Habitudes et rythme de vie, coutumes.
  • Qu'apprend-on sur l'histoire du pays ? (De nombreux textes mentionnent les premiers habitants du pays, et les occupants qui s'y sont succédé.)
  • Certains textes évoquent aussi des croyances, des légendes, des mythes ...
  • Quels sont les souhaits ou projets exprimés, suggérés par l'enfant-narrateur ?

NB : Il ne faut pas nécessairement chercher à "épuiser" le sens de chaque texte, on peut limiter la recherche à deux ou trois éléments pour le premier texte étudié, puis augmenter les thèmes abordés au fur et à mesure de l'avancée de la séquence pour favoriser le réemploi du lexique.

La recherche d'informations dans les textes mobilise plusieurs domaines de la langue :

  • Le lexique est très largement enrichi et manipulé, et en particulier le lexique des disciplines non linguistiques : histoire, géographie, SVT, environnement ...

L'association de supports visuels explicites avec plusieurs types de documents-texte (une sorte de lettre à la première personne, des informations géographiques sous forme de fiche) facilite la mise en place de lexique propre à chaque discipline.

  • Chaque texte peut être l'occasion de focaliser sur un point de langage récurrent : par exemple l'expression d'un souhait, d'un projet : "J'espère rentrer un jour ...", "J'ai hâte de ...", "Je ne vais pas toujours attendre, je veux devenir ..., je souhaite que ......." "j'ai des rêves plein la tête : peindre un jour un grand tableau" ; "un jour, moi aussi je choisirai ..."
  • On en profitera pour observer la progression thématique et les pronoms personnels ; exemple p.76, "Je vis du côté de Bidinpi ... on nous appelle le peuple de la forêt .... Nous passons le plus clair de notre temps à chasser".

Les suites possibles sont d'une grande variété, à des niveaux de langue différents :

  • Activités innombrables de comparaison à partir des éléments d'information qui accompagnent chaque photo.
  • Fiches ou panneaux de synthèse sur : les climats, les animaux, la végétation et les paysages, l'habitat, les moyens de déplacement, la nourriture ...
  • Description d'autres paysages pour le réemploi du lexique.
  • Recherche ou lecture d'autres points de vue sur les pays, en particulier les pays sous les feux de l'actualité.
  • Synthèse et discussion sur les différents modèles de cellule familiale.
  • Mise en perspective des premières réactions, souvent stéréotypées : la lecture du texte a-t-elle fait évoluer le point de vue ?
  • Recherches complémentaires sur les droits de l'enfant, le travail des enfants, la situation des femmes ...

Et comme tâche finale pour cette séquence :

  • Écrire un texte du même type, à partir d'une photo de famille apportée par chaque élève.
  • Et si la photo de famille n'existe pas, ou ne convient pas, alors il faut l'imaginer : qui pourrait s'y trouver ? dans quelle tenue vestimentaire ? à quelle place ? avec quels objets ? dans quel cadre ?
  • Rechercher et présenter des informations sur le pays d'origine pour finalement
  • Construire la double page qui présentera le pays d'origine (ou un autre ... !)

S'il est naturel de mettre en avant pour les ENAF les objectifs linguistiques, cet ouvrage permet aussi d'agir sur le culturel, l'interculturel, l'éducation civique et sociale. Le voyage dans cet album magnifique constitue une formidable ouverture à la géographie et aux cultures du monde. Il sera nécessaire d'en faire la synthèse, en faisant observer les différences, certes, mais aussi en faisant émerger les points communs, les valeurs universelles de toute société humaine.

Lire au collège, n°86 (02/2011)

Lire au collège - Voyage en "Familles"