Note de lecture

Le Petit Gibert illustré
Bruno Gibert.
Albin Michel Jeunesse, 2010

Pour parodier le genre rébarbatif et scolaire de l'abécédaire, il y avait déjà le Petit fictionnaire illustré d'Alain Finkielkraut, ou l'adulte Dictionnaire à l'usage de l'élite et des biens nantis de Pierre Desproges. Pour réjouir nos âmes un brin nostalgiques, voici maintenant Le petit Gibert Illustré. Nostalgie car la référence au Petit Larousse est partout, dès le titre et la couverture qui reprend le célèbre pissenlit, dans le classement alphabétique accompagné des indispensables n.m et autres v et adj. Nostalgie également de la présentation très "bibliothèque rouge et or" avec des illustrations en trois couleurs. Passée cette étape, on découvre un "dictionnaire" imaginatif : de vrais mots, des définitions poétiques, issues d'associations d'idées, d'homophonies ("LAVE n.f. Bave d'un volcan"), parfois surréalistes ("VISAGE n.m. Sans le nez, il serait presque aussi plat qu'une main"), venues tout droit du monde de l'enfance ("BOBO. n. m. Grande blessure qu'un bisou guérit.".") où l'absurde côtoie l'insolence ("CACATOES n.m. Perroquet grossier")

La recherche sur la définition s'accompagne d'une création dans l'illustration (du même auteur) : des images mêlant le réel et l'imaginaire (un paon avec une roue, une vraie, en guise de queue, une souris qui se ballade avec une ceinture de dents de lait...) dans un univers qui n'est pas sans rappeler celui de Magritte ou des collages à la Prévert.

L'ensemble nourrit la réflexion sur le langage, et, surtout, donne envie de continuer : continuer à écrire, à jouer avec les mots comme avec les images, s'inventer son propre dictionnaire, seul ou avec toute la classe. Idéal donc pour lancer une écriture sur la définition, la parodie, et, bien sûr, le dictionnaire.

Elsa Debras.

Lire au collège, n°85 (12/2010)

Lire au collège - Le Petit Gibert illustré