Note de lecture

Lettre à mon ravisseur
Lucy Christopher.
Gallimard, 2010. (Scripto)

Lucy Christopher a grandi en Australie et a toujours été fascinée par le bush, terre sauvage où enfant elle adorait camper. Dans son second roman, cette terre aride et rouge joue un rôle essentiel.

Gemma, une anglaise de seize ans, est kidnappée à l'aéroport de Bangkok. Ty, un jeune homme séduisant de vingt-quatre ans lui offre un café et Gemma se retrouve dans une maison perdue dans un désert, seule au milieu de nulle part. Après la terreur et les tentatives de fuite avortées, Gemma comprend que sa seule chance est de nouer des relations avec son ravisseur. Les motifs de ce dernier sont obscurs : pourquoi elle et pas une autre ? Pour combien de temps ? Ty lui révèle qu'il la connaît depuis ses dix ans et qu'il a toujours gardé un oeil sur elle. Le prenant pour un fou, Gemma se rend compte que Ty veut la sauver du monde moderne et c'est pour cela qu'il l'a emmenée sur ses terres.

C'est une longue lettre qu'adresse Gemma à son ravisseur. Lettre confession où elle raconte tout ce qui s'est passé depuis la rencontre à l'aéroport jusqu'au dénouement final. Le lecteur passe par toutes les émotions que ressent Gemma, la peur, la révolte, la résignation mais aussi les questionnements, le désir qu'elle ressent pour Ty. C'est un roman coup de poing où la tension et l'angoisse sont palpables. Mais c'est surtout un roman passionnant qu'on ne lâche pas jusqu'à la dernière page. Le désert est omniprésent : la chaleur, le sable à perte de vue. Pour Gemma, c'est d'abord un obstacle à sa fuite. Mais Ty lui fait découvrir sa beauté, ses couleurs. Comme Gemma, qui finalement aura du mal à quitter Ty, le lecteur quitte à regret ce roman. À partir de la 3e.

Natacha Commis.

Lire au collège, n°85 (12/2010)

Lire au collège - Lettre à mon ravisseur