Dossier : l'Histoire des arts

Le nouvel enseignement d'histoire des arts : vers une culture commune

Catherine Biaggi, IA-IPR d'Histoire et de Géographie. Pilote du groupe de travail sur l'Histoire des Arts, Académie de Grenoble

L'histoire des arts peut être abordée par la place considérable que cet enseignement occupe désormais tout au long du cursus scolaire de l'élève. Elle présente la double originalité d'être obligatoire de l'école primaire au lycée et d'être dispensée de façon interdisciplinaire et transversale et selon un statut qui peut être celui d'enseignement obligatoire ou d'enseignement optionnel.

La réflexion sur la place de cet enseignement ne peut donc faire l'économie d'une mise en perspective historique liminaire.

D'un enseignement optionnel de qualité...

Il débute officiellement en 1993 avec la création d'un enseignement d'histoire des arts au lycée, suite à une volonté de proposer aux élèves une ouverture artistique et culturelle complémentaire pour les filières L. Dès l'origine, quelques grands principes sont posés : l'histoire des arts n'est pas une discipline adossée à l'université avec un concours de recrutement mais un enseignement dispensé en équipes interdisciplinaires dont les pivots peuvent être les enseignants d'histoire, d'arts plastiques ou d'éducation musicale, de lettres et de philosophie ; les projets varient donc en fonction des équipes qui sont amenées à repenser leurs pratiques, et les expérimentations sont de plus en plus nombreuses (au point qu'une certification en histoire de l'art sera créée pour valider le travail effectué). Le cadre formel de l'enseignement est donné par le B.O. n°1 du 2 janvier 1997 et les nouveaux programmes des options du lycée en 20101. Il s'agit d'un enseignement évalué au bac qui s'appuie de façon classique sur un programme rendu cohérent sur les trois années du cursus notamment par une trame chronologique évolutive de la seconde à la terminale et proposant des objets d'étude précis pour l'année de terminale. L'histoire des arts s'appuie sur des ressources (patrimoine architectural, muséal) et s'ouvre aux grands mouvements ou figures de l'art comme en témoignent les questions de spécialité. La rencontre avec les oeuvres et les artistes est explicitement demandée et oblige à une posture pédagogique nouvelle (partenariat avec les institutions artistiques et culturelles, projet et rencontres avec des artistes, importance des sorties pédagogiques ou de spectacles)2.

... à une généralisation de l'École, au collège et au lycée

Une série de décisions, prises au plus haut niveau de l'État, marque les étapes de la construction de ce nouvel enseignement pour tous, qu'il faut bien relier à une volonté politique de renouveler la notion d'éducation artistique.

"Avec cette notion, se structure le modèle d'une éducation complète, alliant l'histoire des arts, la rencontre avec les oeuvres et les artistes et l'apprentissage d'une pratique artistique. Ce modèle exprime aussi une ambition nouvelle : dépasser la rencontre ponctuelle et une offre encore inégale, pour proposer à chaque élève, tout au long de sa scolarité, un parcours construit, progressif, cohérent."3

C'est dans ce contexte qu'il s'agit de replacer la généralisation de l'enseignement de l'histoire des arts, qui s'organise en trois temps forts :

  • Le BO n°19 du 8 mai 2008, sur l'Éducation artistique et culturelle annonce l'histoire des arts dans les programmes, de l'école primaire au lycée ainsi qu'une épreuve obligatoire créée au DNB session 2010. L'offre de formation et de ressources pédagogiques devra être déployée par la mobilisation des grands établissements culturels et écoles d'arts et d'architecture, un grand portail interministériel de l'éducation artistique et culturelle, l'intégration du volet artistique et culturel dans les Projets d'établissements ;
  • la place de l'histoire des arts dans le socle commun de connaissances et de compétences et l'introduction dans les nouveaux programmes des disciplines d'une ouverture à l'histoire des arts en 20084 ;
  • le texte définissant l' "organisation de l'histoire des arts à l'École au Collège et au Lycée"5. Désormais, l'enseignement de l'histoire des arts est obligatoire pour tous les élèves de l'école primaire, du collège et du lycée (voies générale, technologique et professionnelle).

Le préambule de ce texte est essentiel et définit les finalités :

"L'enseignement de l'histoire des arts est un enseignement de culture partagée. Il concerne tous les élèves. Il est porté par tous les enseignants. Il convoque tous les arts. Son objectif est de donner à chacun une conscience commune : celle d'appartenir à l'histoire des cultures et des civilisations, à l'histoire du monde. Il ne s'agit donc pas ici de proposer un regard de spécialiste sur une question précise d'histoire de l'art mais des regards croisés sur toutes les formes d'art qui fondent aujourd'hui une culture commune. Cette histoire du monde s'inscrit dans des traces indiscutables : les oeuvres d'art de l'humanité. L'enseignement de l'histoire des arts est là pour en donner les clés, en révéler le sens, la beauté, la diversité et l'universalité."

L'universalité, le partage culturel, la convocation de tous les arts, l'appartenance à l'histoire du monde, toutes ces propositions sont enthousiasmantes, car elles fixent comme principe d'éducation l'appartenance à une culture commune.

Ce texte marque la création d'un nouvel enseignement, qui sans alourdir les horaires des élèves et les contenus disciplinaires, colore les disciplines d'histoire des arts, invite par le jeu des passerelles aux croisements disciplinaires et ouvre l'établissement sur les ressources extérieures via les partenaires.

Les idées maîtresses du texte

Il ne s'agit donc pas de créer une nouvelle discipline d' "histoire de l'art", ni de proposer un regard de spécialiste sur une question précise d'histoire de l'art mais bien de mettre en place une "histoire des arts", offrant des regards croisés sur toutes les formes d'art qui fondent aujourd'hui une culture commune.

Cet enseignement a pour objectif d'offrir à tous les élèves des occasions de découvrir directement et personnellement des oeuvres de référence relevant de différents domaines artistiques, de différentes époques et civilisations ; il leur donne la capacité de poser sur ces oeuvres, grâce à la familiarité acquise avec elles, un regard plus averti et plus sensible, la possibilité d'acquérir ainsi une culture personnelle à valeur universelle et les moyens de s'informer sur les métiers liés aux domaines des arts et de la culture.

Toutes les disciplines sont concernées, mais plus particulièrement les enseignements artistiques et l'histoire. On s'appuie sur les périodes historiques étudiées en cours d'histoire à chacun des niveaux du cursus scolaire. Les oeuvres étudiées appartiennent à six grands domaines artistiques :

  • Arts de l'espace : architecture, arts des jardins ;
  • Arts du langage : littérature (récit, poésie) ;
  • Arts du quotidien : design, objets d'art ;
  • Arts du son : musique (instrumentale, vocale) ;
  • Arts du spectacle vivant : théâtre, danse, cirque, marionnettes ;
  • Arts du visuel : arts plastiques, cinéma, photographie.

Il s'agit d'oeuvres d'art patrimoniales et contemporaines, savantes et populaires, nationales et internationales. Elles sont choisies à partir d'une liste de référence pour l'école primaire et des listes de thématiques pour le collège et le lycée. Cet enseignement trouve des prolongements dans l'établissement, avec les dispositifs complémentaires qui y sont organisés (par exemple, résidences d'artistes, classes à PAC, ....) et s'insère dans le volet artistique et culturel du projet d'établissement. L'enseignement de l'histoire des arts implique, avec l'aide des partenaires concernés, la fréquentation des lieux de création, de conservation et de diffusion de l'art et de la culture, relevant notamment du patrimoine de proximité.

Un projet interdisciplinaire peut ainsi être organisé (visite de musée d'art ou d'exposition). La contribution des disciplines engagées dans de tels projets se fait sur la base des méthodes d'enseignement de chacune d'elle. à la fin de la classe de troisième, et au regard d'oeuvres d'art clairement identifiées, les élèves sont capables de connaître quelques-unes des conditions matérielles, techniques, économiques et idéologiques qui ont participé à leur commande et à leur réalisation. Ils doivent également pouvoir les situer dans leur contexte historique et culturel, comme éventuellement établir des corrélations pertinentes avec d'autres formes d'expressions artistiques. à travers la fréquentation régulière d'oeuvres et de lieux artistiques, de documents (revues, catalogues, Internet) les élèves auront appris à exprimer leurs émotions et à émettre un jugement argumenté.

Cet enseignement n'a pas pour but de former des spécialistes de tel ou tel domaine ou courant artistique. Il s'agit de former des spectateurs avertis, face aux oeuvres du patrimoine artistique et culturel de l'humanité mais aussi face aux différentes formes que les arts développent et continuent de créer notamment grâce à de nouveaux supports technologiques. L'histoire des arts a pour objectif de proposer des clés de lecture, de compréhension du monde actuel à travers toutes les formes d'art existantes et en devenir. Elle a aussi pour objectif de confronter les jeunes directement aux oeuvres par la fréquentation des musées, des centres d'art et des salles de spectacles. Il s'agit de tisser des liens interdisciplinaires à partir d'un objet artistique ou culturel qui permettent de comprendre que la création a un double moteur ; héritière d'une histoire, elle est aussi capable de s'en émanciper et d'innover en créant de nouvelles formes, en proposant de nouvelles lectures du monde. Cette culture commune qui traverse les disciplines est souvent totalement ignorée des élèves et remplacée par une vision parcellaire et non discriminante proposée dans les médias. Ainsi de la culture télévisuelle ou de l'Internet qui est souvent absorbée sans aucune mise à distance, sans aucune contextualisation, sans critique mais dans une telle abondance qu'elle ne laisse plus de place à la constitution d'une culture réflexive. C'est un enseignement fondé sur une approche pluridisciplinaire des oeuvres d'art qui permet aux élèves de maîtriser les repères historiques et culturels indispensables pour comprendre les oeuvres et d'enrichir leur pratique artistique.

Un bref retour sur l'expérimentation de l'enseignement de l'histoire des arts au collège

Au collège, cet enseignement est porté en premier lieu par les disciplines relevant des humanités, mais d'autres disciplines s'y sont adjointes, dont l'EPS par exemple, à travers la danse. Globalement, les établissements font part de l'adhésion des élèves à cet enseignement.

Quelques freins doivent être levés, de manière progressive

  • Aider les professeurs à identifier dans leurs programmes disciplinaires des entrées possibles, des pistes didactiques, des fils directeurs sûrs et cohérents.
  • Rassurer les professeurs, qui face à ce nouvel enseignement, font part de leur inquiétude, invoquant l'absence de formation initiale. Les académies répondent à ce besoin légitime par des offres de formation, portant à la fois sur des contenus, faisant appel à des universitaires historiens de l'art, et sur une mise en oeuvre pédagogique dans les classes, favorisant le travail en équipe, le croisement de savoirs et de savoir-faire, en lien avec des structures culturelles ou artistiques. Car la réponse à ces craintes réside forcément dans la conduite partagée de cet enseignement. Les professeurs doivent s'ancrer sur leurs spécificités disciplinaires pour l'approche des oeuvres, sans se substituer aux professeurs des disciplines artistiques. Il va de soi que les oeuvres doivent être choisies de manière concertée, en amont de l'année puis de manière régulière.
  • Accompagner la mise en oeuvre des partenariats, à tous les niveaux. Cet enseignement doit se situer dans le cadre de projet d'équipes interdisciplinaires ouvertes à des partenariats avec les "institutions artistiques et culturelles de l'État". Ces propositions de partenariat ne sont pas sans soulever des questions sur la pratique pédagogique des enseignants, sur la place dévolue aux intervenants extérieurs, et notamment sur la place centrale que doit avoir le professeur ou l'équipe pédagogique qui doit rester maître de son projet et de l'enseignement. Le rôle des professeurs relais dans les structures artistiques et culturelles est essentiel, à l'interface de la structure et des établissements scolaires.

Des atouts à faire jouer

Dans les établissements, des éléments facilitateurs ont bien été identifiés par les équipes comme des conditions de réussite de l'enseignement de l'histoire des arts ; on peut citer le travail collaboratif interdisciplinaire (choix des thèmes, choix des oeuvres et définition de critères d'évaluation transmis aux élèves) adossé à des habitudes de travail en équipe ; ou encore le caractère facilitant (indispensable ?) d'un "référent Histoire des arts", coordonnateur pour l'établissement voire de coordonnateurs par niveaux. Enfin, un temps est nécessaire pour la concertation et l'harmonisation des pratiques, notamment autour de la mise au point d'un cahier d'histoire des arts dans l'établissement, numérique ou portfolio.

Un grand nombre de collèges ont souhaité expérimenter dès cette année, l'épreuve d'histoire des arts au Brevet pour les élèves volontaires. Là aussi les expériences furent riches et diverses à partir desquelles quelques recommandations peuvent être formulées :

  • Définir et publier les critères de l'évaluation à hauteur de chaque établissement, liés explicitement aux compétences du socle.
  • Laisser la liberté aux élèves de choisir les oeuvres selon leurs goûts, au sein de la thématique retenue.
  • Dans la perspective de la généralisation prévue pour 2011, privilégier les soutenances collectives d'élèves, plutôt par groupe de trois, sur des thématiques travaillées pendant l'année. Il faudra s'appuyer sur l'acquis des IDD ou des travaux croisés, sur la capacité à évaluer individuellement les élèves dans le cadre de soutenances collectives.

L'histoire des arts apparaît d'ores et déjà comme une expérience riche au plan disciplinaire, propre à renouveler certaines approches, mais également comme un laboratoire de la pluridisciplinarité, de mise en oeuvre des compétences et de pratiques nouvelles d'évaluation de connaissances et des compétences, en cohérence avec le socle commun.


(1) BO spécial n°4 du 29 avril 2010. Programmes d'arts en classe de Seconde. Enseignement facultatif.
BO n°9 du 4 mars 2010. Programmes limitatifs des enseignements artistiques du cycle terminal.

(2) Dans l'enseignement optionnel, histoire des arts et pratique artistique sont conjointes alors qu'elles peuvent être disjointes dans la généralisation de cet enseignement. Voir à ce sujet l'article "Histoire des arts et action culturelle" de Guy Cherqui dans ce numéro. (NDLR)

(3) Rapport d'E. Gross aux ministres de l'Éducation nationale et de la Culture et de la communication. 26 décembre 2007.

(4) BO n° 6 du 28 août 2008 : nouveaux programmes de collège.

(5) Encart au BO n° 32 du 28 août 2008.

Lire au collège, n°85 (12/2010)

Lire au collège - Le nouvel enseignement d'histoire des arts : vers une culture commune