Dossier : l'éducation aux médias (I)

De la "une" imprimée à la page d'accueil du site Internet

Daniel Salles,
Olivier Dufaut.

La comparaison de unes de quotidiens est une activité souvent pratiquée par les enseignants 1, notamment à l'occasion de la Semaine de la presse et des médias dans l'école, car elle permet d'ouvrir les élèves sur l'actualité et le monde, de leur faire découvrir la diversité et la pluralité des médias, de développer leur esprit critique et leur jugement. Comprendre les fonctions et l'organisation d'une une fait d'ailleurs partie du programme de français de la classe de quatrième 2.

En partenariat avec Courrier international et le CRDP de l'académie de Versailles, le CLEMI a proposé à tous les inscrits à la 20e Semaine en cette année 2009 un cédérom 3 qui présente 100 unes de quotidiens de 26 pays de l'Union européenne datées du 1er octobre 2008 et quelques fiches pédagogiques.

Pour cette raison, nous nous contenterons de rappeler rapidement les fonctions de la une : "La une annonce donc le contenu du journal et la hiérarchie de l'information. Entrée principale dans le journal, elle en présente le menu, la charpente, pour que le lecteur puisse immédiatement aller vers l'article qui l'intéresse. Elle témoigne des choix des journalistes qui hiérarchisent le contenu du journal et expose de manière privilégiée sa vision du monde 4"

Ce travail d'analyse des fonctions de la une peut être mis en perspective par une exposition au CDI de reproductions de unes historiques. On peut en effet aujourd'hui trouver et commander de nombreuses reproductions de journaux anciens sur Internet ou utiliser les ouvrages qui reproduisent des unes de journaux du passé (Libération, Le Monde, le supplément du 20 000ème numéro de France Soir de janvier 2009 et pour la région Rhône-Alpes, Le Dauphiné libéré). Louis Guéry a également rassemblé beaucoup d'exemples dans son livre Visages de la presse 5.

Cette exposition permet de faire prendre conscience aux élèves que la mise en page des unes a évolué au cours du temps en liaison avec le développement économique et technique de la presse mais aussi en fonction de critères sociaux et culturels. Les premiers journaux comme La Gazette de Renaudot par exemple ressemblaient beaucoup aux pages d'un livre dont ils avaient le format, la typographie et la mise en page.

La typographie n'évoluera que très lentement, on ne trouve que très rarement des illustrations, les informations ne sont pas hiérarchisées et les titres sont extrêmement rares jusqu'à la fin du XIXe siècle. Seule innovation à noter, la création à la une de certains journaux, et ce dès le début du XIXe siècle, d'un espace horizontal "feuilleton" ou "rez-de-chaussée" réservé à l'annonce des spectacles ainsi qu'à la critique littéraire. Mise en page qui casse la verticalité des colonnes et marque une rupture avec l'ordre du livre.

Avec le formidable développement de la presse écrite à partir de la fin du XIXe siècle, la mise en page va hiérarchiser les informations, et on passe de l'ordre linéaire à un traitement de l'espace. On joue avec les blancs, on aère la typographie. Les titres, qui se développent en taille et en nombre de mots, occupent plusieurs colonnes et permettent en effet de mettre en valeur l'importance de l'événement, de construire visiblement la nouvelle. La titraille (ensemble composé d'un surtitre, titre, sous-titre, voire d'un chapeau) apparaît. On augmente le nombre d'illustrations (dessins puis photos) pour attirer le lecteur.

A partir de 1932, Paris-Soir va révolutionner la presse en accordant une part très importante à la photographie : plus de 50 % de la surface de la une et souvent la totalité de la dernière page. Le voir va l'emporter sur le lire et le journal multiplier son tirage par 30 en huit ans ! Raymond Manevy a su rompre la monotonie de la mise en page verticale au profit de la mise en page horizontale avec des titres et des photos sur plusieurs colonnes.

Après 1945, on assiste au développement de la une-affiche, page mosaïque où les articles disparaissent au profit de longues titrailles et où la composition ne respecte plus les équilibres. À partir de 1970, le développement de la photocomposition va imposer les grilles de mise en page et les chartes graphiques. Les maquettes-gabarits sont plus rigides et prédéterminées dans un logiciel. L'information est mieux hiérarchisée. Le passage à l'impression offset va permettre la couleur à la une. Les logos se développent pour renforcer l'image du journal.

Les formats évoluent également et aujourd'hui, de plus en plus de journaux passent à des formats réduits.

Le développement de la presse en ligne

Traditionnellement, on désigne par presse les journaux et magazines imprimés sur support imprimé. La presse en ligne (ou on line) sous-entend une dématérialisation : le support papier imprimé n'est désormais plus le seul porteur de l'écrit journalistique destiné à être lu. La presse en ligne est donc la presse (gratuite et/ou payante) que l'on peut lire sur le web 6.

Les enjeux de la presse en ligne sont nombreux : économiques et financiers (baisse des coûts, évolution de la publicité, déport des dépenses, abonnement vs gratuité), géopolitiques (offre de presse sans frontières, liberté de la presse et cyberdissidents), professionnels (évolution des métiers et des écrits), techniques et technologiques (dématérialisation), culturels et donc pédagogiques et éducatifs (lecture et écriture, temporalités nouvelles, recherche et tri des informations)....

Face à la concurrence, les entreprises de presse sur support papier ont été obligées d'évoluer vers de nouvelles approches médiatiques 7. Au milieu des années 1990 apparaissent les premiers sites de presse en ligne sur la toile. Dès 1996 et 1997, les principaux titres de la presse quotidienne français ont une édition en ligne. La très grande majorité a un équivalent papier et propose en ligne... la numérisation de l'intégralité du journal papier. Outre le fait que la lecture de la version papier sur écran ne présente aucun intérêt, elle est alors surtout rendue difficile (connexions lentes, lisibilité, aridité typographique...). Avoir son journal en ligne permet avant tout aux grands titres de presse français d'être dans le coup, de ne pas passer à côté de la nouvelle mode qu'est le Net.

Ce n'est que vers 2004 et 2005 que les sites deviendront réellement performants pour relayer rapidement (instantanément ?) une information, tant dans la quantité (articles et nombre de pages plus nombreux et conséquents) que dans la diversité : les articles ne sont plus seulement accompagnés de photos mais de graphiques, cartes, diagrammes, animations diverses et, peu à peu, de sons et d'images. La profusion et la diversité de contenus sur un site web pose alors problème à l'internaute novice en terme de presse en ligne, même si on en reste à l'étude de la page d'accueil. Les sites de presse en ligne sont de plus en plus chargés et touffus : comment alors se repérer rapidement et efficacement dans le flot d'informations ?

Aujourd'hui les quotidiens français et la presse hebdomadaire ont pratiquement tous enrichi leur offre papier d'un site web complémentaire du titre principal. Cette offre de presse est alors dite bimédia et s'apparente plus à un portail qu'aux simples numérisations de l'imprimé du début des années 1990. Dans la région Rhône-Alpes, Le Dauphiné Libéré s'est même lancé dans une aventure trimédia avec GreNews : un journal télévisé en ligne et un imprimé hebdomadaire gratuit en plus du titre de PQR 8.

La presse en ligne se divise en deux catégories : celle s'inscrivant dans une offre bi (voire tri) médias et celle que l'on trouve uniquement en ligne (médias dits citoyens). Il faut en tenir compte avant d'envisager des activités pédagogiques.

Les objectifs -à doser selon le niveau- sont alors les suivants : appréhender l'offre de presse en ligne dans sa diversité (titres, périodicités, lignes éditoriales, mise en forme...) ; chercher des informations et effectuer des choix en tant que lecteur (et futur citoyen) ; connaître le vocabulaire spécifique de cette presse numérique et ses principales caractéristiques (forme, fond, sources...) ; distinguer cette presse en ligne de la presse papier (tant dans la forme que dans le fond) ; engager une réflexion autour des notions importantes (actualité, information, déontologie, lectorat...).

Les spécificités de la page d'accueil des journaux en ligne

Quand on veut rapprocher la presse papier de la presse en ligne, il faut pouvoir comparer ce qui est comparable. L'équivalent en ligne de la une papier était, au début de l'aventure de la presse on line la une en ligne. Elle est de plus en plus rare. Depuis l'avènement du web 2.0, la page d'accueil du site d'information est la vitrine et la porte d'entrée dans le journal sur écran. Il existe entre la une papier et la home page des points communs mais aussi des différences flagrantes, tant dans la forme (c'est une évidence) que dans les fonctions. Il arrive aussi que certains sites proposent un portail. Sa particularité est d'offrir un accès à un plus large éventail de données et de services. Toutefois, malgré les différences de plus en plus fortes entre la presse papier et celle en ligne, bien souvent l'expression A la une (ou La une ou En une ou encore une) est conservée sur le web.

Dans un journal papier, la une est une page au format arrêté, délimité, stable même si plusieurs variantes sont prévues. Dans la lecture sur écran, il convient de distinguer principalement deux types de pages. La page qui nous apparaît telle qu'à l'écran, sans que l'on ait besoin de la faire défiler à l'aide d'une souris, est la page écran. Le lecteur est alors tributaire de la taille de l'écran, de sa qualité... La page dite numérique ou électronique va, quant à elle, bien au delà de l'écran : c'est la page dans sa totalité. Il faut la faire défiler avec une souris pour avoir accès à la totalité des informations. Autant dire qu'il n'y a aucune comparaison possible en termes de volume d'information. La une imprimée est stable, délimitée par le format et les bords physiques de la page d'imprimerie ; la une numérique peut se dérouler à l'infini (ou presque). Si l'on souhaite imprimer une page d'accueil d'un site web d'information, mieux vaut considérablement alimenter en papier son imprimante!

Une autre caractéristique importante tient en un mot : l'interactivité. Le lecteur peut instantanément réagir à un écrit journalistique en postant un commentaire à la suite de l'article lu. Certains sites ont des modérateurs, d'autres non. Malgré le rôle important tenu par les personnes spécialement chargées de la modération, les dérapages des internautes sont fréquents (insultes, ton agressif, diffamation, rumeurs, propos racistes, homophobes ou sexistes...). Ainsi le citoyen internaute devient-il auteur : les commentaires d'articles (et par extension les blogs, sites et pages web) ont remplacé les radios libres, tracts, fanzines... L'intrusion du citoyen dans la production éditoriale, facilitée par les avancées techniques du web 2.0, questionne en permanence ceux qui ont la responsabilité d'informer. La gestion des commentaires est alors vitale.

Une grille de comparaison peut être établie selon le niveau des élèves. Un des freins à l'analyse étant la mise à jour fréquente sur les sites de presse en ligne (difficile de comparer le mouvant avec le fixe), il faudra être particulièrement vigilants, modestes et progressifs dans la comparaison : commencer par les invariants formels et petit à petit en venir au texte et à l'image 9. Par exemple, sur un site de presse on line, les publicités sont mouvantes. L'activité qui consiste à relever la proportion de publicités dans la publication papier et de lister les produits vantés pour cerner le lectorat peut s'avérer difficile à réaliser sur écran.

La presse écrite est aujourd'hui en crise et on nous annonce la fin prochaine des journaux papier. Nous pouvons déjà constater dans la mise en forme des unes que la presse papier n'est plus transcendante et peut s'inspirer de la presse en ligne en ce qui concerne la mise en page. Le Figaro et Libération en sont des exemples flagrants : on a régulièrement l'impression que la une est imprimée d'après une page-écran. Les liens entre les deux supports fréquemment mentionnés, sont en général à sens unique. On lit parfois " article complet disponible en ligne ; N'hésitez pas à consulter notre site web ; Dossier spécial sur le site du journal", rarement l'inverse. Imagine-t-on un jour lire : "Pensez à acheter notre édition papier !" ?

Cependant, alors que tout va très vite - et même de plus en plus vite- sur le web, alors qu'une information est chassée par une autre parfois en un temps record et que les pages d'accueil des journaux en ligne évoluent plusieurs fois par jour, la matérialité et la stabilité du support de l'édition papier constituent des avantages certains.


(1) "Durant l'année en cours, lorsqu'ils ont fait travailler les élèves sur le traitement de l'actualité, les enseignants leur ont fait le plus souvent étudier la une de journaux (60 à 70%) et le traitement d'un événement (51 à 61 %)" Note d'information 08/31,
http://media.education.gouv.fr/file/2008/71/9/NI0831_38719.pdf

(2) "On s'initie à la lecture de la une de quelques grands quotidiens nationaux", Documents d'accompagnement du cycle central, 1997, p.95.

(3) La version web est téléchargeable sur cette page :
http://www.crdp.ac-creteil.fr/animation/une

(4) Daniel Salles, Images de presse, collection1,2,3...Séquences !, CRDP de l'académie de Grenoble, 2006, p.91.

(5) Louis Guéry, Visages de la presse. Présentation des journaux des origines à nos jours, Victoires éditions, 2006.

(6) Pour une analyse plus approfondie, voir Olivier Dufaut, "La presse en mutation", L'École des lettres collèges n°9, 2007-2008. Consulter également Khaled Zouari, La presse en ligne : vers un nouveau média ?,
http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2007/Zouari/index.php

(7) Le site Internet archive (http://www.archive.org/web/web.php) et son logiciel intégré way back machine (que l'on pourrait traduire par "machine à remonter le temps") permet de bien appréhender les évolutions des sites de presse en ligne

(8) http://www.grenews.com/

(9) Quatre exemples de fiches en ligne :
www.crdp.ac-grenoble.fr/clemi/file/sequence_pressecritetlectronique.pdf
http://documentaliste.ac-rouen.fr/rue_doc/spip.php?article24&debut_article_actuel=15
http://www.e-media.ch/dyn/bin/1117-1652-1-fiche20_comparer_papier_internet.pdf
www.citedoc.net/spip/IMG/docpresse_papier_electronique_2nde_Epaillard.doc

Lire au collège, n°82 (05/2009)

Lire au collège - De la "une" imprimée à la page d'accueil du site Internet