Dossier : l'éducation aux médias (I)

Ne ratons pas l'éducation aux nouveaux médias

Daniel Salles,
Olivier Dufaut.

L'école n'a pas réussi à mettre en place une éducation à la télévision à cause du manque de moyens, de l'insuffisance de la formation, de la lourdeur des programmes, du manque de reconnaissance de l'institution mais aussi de la résistance de certains enseignants qui ne juraient que par la culture livresque, nous rappelle Evelyne Hey, dans un article intitulé La Télévision et les professeurs 1.

Elle conclut son article de manière optimiste en pariant que les TICE vont réussir à l'école car ce sont des outils de connaissance active.

Mais les pratiques des professeurs et des élèves restent éloignées : "En matière d'utilisation des technologies, l'écart générationnel entre les élèves et les enseignants (et les adultes en général) est important : il porte autant sur les usages que sur les perceptions que se font les uns et les autres des TIC. Les adultes ont majoritairement de l'outil informatique une perception beaucoup plus utilitaire et souvent ancrée dans une réalité professionnelle. Les adolescents entretiennent avec l'objet-ordinateur une relation de complicité et de bienveillance qui découle de leurs usages principalement tournés vers des activités ludiques ou de communication. Cette distance générationnelle à propos des technologies se traduit de part et d'autre par des jugements, des divergences, des incompréhensions et parfois des conflits. 2" Nous nous proposons dans cet article de faire le point sur l'éducation aux médias en général et aux nouveaux médias en particulier

Pourquoi est-il nécessaire d'éduquer aux médias ?

Non seulement il y a nécessité, mais il y a urgence d'éduquer aux médias, insiste le sénateur David Assouline dans son rapport sur Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés : "Alors que les jeunes jouissent d'une réelle liberté grâce à leur maîtrise des nouvelles technologies, l'absence frappante de la famille et de l'école les laisse abandonnés, sans repères, dans un monde multimédiatique omniprésent. A cet égard, les autorités ont donc un rôle d'émancipation à jouer afin de libérer les jeunes en leur donnant un regard critique et distancié sur leurs pratiques.3"

Selon une enquête internationale sur la santé des élèves de 11 à 15 ans en France 4, le temps moyen passé devant un écran (télévision, ordinateur, jeux vidéo) chez les 11-15 ans est de 5,5 heures par jour, il est plus élevé chez les 13-15 ans et chez les garçons. Regarder la télévision est l'activité sédentaire la plus fréquente : un jeune sur deux la regarde plus de deux heures par jour, plus souvent à 13-15 ans et chez les garçons. A 15 ans, les filles passent en moyenne cinq heures par jour devant un écran (télévision, ordinateur, jeux vidéo) contre six heures et vingt-trois minutes pour les garçons.

Il est parfois difficile pour les jeunes comme pour les adultes de se retrouver dans un espace médiatique saturé de concepts et de définitions souvent non maîtrisés par ceux qui les emploient (société médiatique, société de l'information ou société de l'image sont devenues des expressions valises).

Depuis la généralisation d'Internet née voici plus de 15 ans, les temps ont bien changé... et l'évolution est permanente. Il y a profusion de nouveaux médias : presse en ligne (avec ou sans équivalent sur papier), presse gratuite (imprimée et on line), blogs, Twitter, réseaux sociaux, webradios et web TV, nouvelle jeunesse des médias alternatifs (webzines, alterzines)...

De plus, les segmentations et frontières entre médias s'estompent. Ainsi, les sites web des grandes chaînes de télévision proposent des informations à l'instar des sites web des grands titres de la presse imprimée. Souvenons-nous qu'à l'apparition des premiers sites de presse en ligne gratuits, les entreprises de presse audiovisuelle ou papier évoquaient la concurrence de l'Internet. Aujourd'hui, aucun grand média ne se passe d'un site web (le plus souvent gratuit à la consultation) sur lequel on navigue et trouve de l'information journalistique écrite, des images fixes, des vidéos, un flot de dépêches d'agence de presse... Les médias se complètent, s'interpénètrent, se nourrissent (ou se combattent) les uns les autres.

Il est alors parfois difficile à l'élève comme à l'enseignant de bien identifier le médium, de cerner ses spécificités et caractéristiques propres ainsi que de comprendre les messages émis. Et ce d'autant plus qu'il y a profusion d'informations.

Il faut alors que l'élève sache appréhender les différentes sources et, pour ne pas s'y noyer, apprenne à trier les informations dans leur flot continu (voire leur flou). Précisons aussi qu'elles sont diffusées, échangées, contredites, confrontées de plus en plus rapidement. Le citoyen en devenir qu'est l'élève devra, par exemple, apprendre à distinguer ce qui relève du journalisme du reste de ce que l'on peut lire sur le web (blogs et commentaires de blogs notamment).

L'un des enjeux de l'éducation aux médias reste lié à l'information journalistique. A l'heure où les journalistes semblent en pleine crise existentielle et surtout professionnelle, il convient de rappeler que derrière les écrits informationnels, il y a des métiers : ceux du journalisme, justement, divers et variés. Ainsi toute rencontre entre une classe et un professionnel de l'information sera bénéfique à un projet média.

L'éducation aux médias et les institutions

L'UNESCO, notamment dans la Déclaration de Grünwald sur l'éducation aux médias (1982) et dans les douze recommandations pour l'éducation aux médias de l'Agenda de Paris (2007), a souligné son importance primordiale :

" Pourquoi donc l'éducation aux médias ?

  • parce que nous vivons dans un monde où les médias sont omniprésents et qu'il faut prendre en compte leur importance accrue dans la vie sociale, en particulier pour les jeunes ;
  • parce que plutôt que de condamner ou de louer le pouvoir des médias, mieux vaut reconnaître qu'ils constituent un élément important de la culture contemporaine et peuvent favoriser la participation active des citoyens dans la société ;
  • parce que l'écart qui sépare encore trop souvent les systèmes éducatifs et le monde qui nous entoure nuit à la préItemtion des jeunes générations à leur future vie d'adulte5."

L'Europe a pris récemment une série de mesures : le Parlement européen a demandé au Conseil et à la Commission "de concevoir et de mettre en oeuvre des programmes d'éducation aux médias visant à promouvoir une citoyenneté active et responsable en Europe", la nouvelle directive sur les services de médias audiovisuels (SMAV) a instauré l'obligation pour la Commission de rendre compte des niveaux d'éducation aux médias dans tous les États membres. C'est ainsi que le bilan de la Semaine de la presse et des médias dans l'école constituera une partie de l'évaluation des pratiques d'éducation aux médias imposée par l'article 26 de la nouvelle directive européenne sur les Services de médias audiovisuels sans frontières (votée par le Parlement européen le 29 novembre 2007).

En France, le socle commun de connaissances et de compétences, le programme des actions éducatives (B.O. n° 24 du 12 juin 2008) et les nouveaux programmes de l'école primaire (B.O. hors-série n° 3 du 19 juin 2008) placent désormais l'éducation aux médias en tant que telle parmi les missions fondamentales officiellement assignées à l'École. Dans la récente circulaire sur la Semaine de la presse et des médias dans l'école, le ministre de l'Éducation nationale précise cette mission : "Le développement et la multiplication des médias d'information et de communication de masse rendent indispensable, et urgente, la formation des élèves à ces outils. Ce qui se joue ici, c'est d'abord la possibilité pour l'École de poursuivre ses missions traditionnelles d'instruction et d'éducation tout en restant ouverte sur le monde qui l'entoure. Mais c'est aussi sa capacité à s'approprier et à intégrer, en puisant dans son environnement immédiat, tout ce qui contribue à la formation de base des enfants et des adolescents qui lui sont confiés." [...]

"Il est indispensable que les élèves apprennent à analyser, à hiérarchiser et à vérifier les informations qui leur parviennent, car c'est ainsi que l'information complète le savoir transmis par l'École. C'est à ce prix que les élèves pourront se forger les convictions personnelles et les jugements éclairés qui feront d'eux les citoyens libres de demain.

Éveiller les consciences et former des esprits libres, voilà un beau projet éducatif !" 6

La presse, l'information, l'image et les médias ont leur place dans les textes officiels et notamment dans les programmes. Elle y est même de plus en plus affirmée 7. Pensons à la place de la lecture de l'image en français.

Notons aussi les capacités fixées par le socle commun des connaissances et des compétences (en l'occurrence sociales et civiques) Elles insistent sur le fait que "les élèves devront être capables de jugement et d'esprit critique". Cela suppose entre autres pour l'élève : "être éduqué aux médias et avoir conscience de leur place et de leur influence dans la société ; savoir évaluer la part de subjectivité ou de partialité d'un discours, d'un récit ou d'un reportage ; savoir distinguer virtuel et réel ; savoir construire son opinion personnelle et pouvoir la remettre en question, la nuancer". 8

Rappelons aussi qu'en mars 2007 a été publié au Journal officiel un décret réaffirmant le rôle du CLEMI 9. C'est le Centre de liaison de l'enseignement et des médias d'information qui est chargé de l'éducation aux médias dans l'ensemble du système éducatif. "Il a pour mission de promouvoir, tant au plan national que dans les académies, notamment par des actions de formation, l'utilisation pluraliste des moyens d'information dans l'enseignement afin de favoriser une meilleure compréhension par les élèves du monde qui les entoure tout en développant leur sens critique".

La réalité du terrain

Dans leur rapport sur l'éducation aux médias 10, les inspecteurs Catherine Becchetti-Bizot et Alain Brunet insistent sur les difficultés de l'éducation aux médias sur le terrain : "Il est vrai qu'au niveau du discours officiel, l'importance de l'éducation aux médias, dans la perspective de la formation du futur citoyen, a été soulignée à maintes reprises depuis la circulaire de René Haby en 1976 et la Déclaration de Grünwald en 1982 ; mais sur le terrain, dans les établissements scolaires, peu nombreux sont ceux qui en mesurent les enjeux et savent dire exactement qui en est responsable et dans quels lieux, à quels moments et selon quelles modalités celle-ci doit se réaliser. Les facteurs de résistance et les freins structurels sont nombreux. La mise en place d'un enseignement cohérent et structuré, capable d'afficher ses objectifs immédiats et ses finalités à plus long terme - et pouvant, de cette façon, être généralisé -, n'a pas encore été faite. Les enseignants qui s'impliquent dans ces démarches, que ce soit par conviction eu égard aux valeurs qu'ils ont à transmettre comme à la discipline qu'ils enseignent, ou qu'ils soient mus par une forme d'engagement citoyen, ont du mal à défendre la pertinence de ce travail, comme à le faire reconnaître et valider."

Texte associé : Les 12 propositions du rapport de l'Inspection générale sur l'éducation au média

Pour développer l'éducation aux médias, ils proposent une série de douze mesures (voir encadré) qui ont du mal à se mettre en place. Mais certaines académies et notamment l'académie de Bordeaux commencent à les expérimenter 11.

Une note d'information du ministère de novembre 2008 fait le point sur l'implication des enseignants dans l'éducation aux médias à l'occasion de la Semaine de la presse. On relèvera quelques points :

La presse écrite est de très loin le média privilégié (par près de 90% des enseignants), suivi d'Internet (principal second choix) puis de la télévision, avec pour matériaux, dans l'ordre décroissant : coupures de presse, sites web de médias et journaux télévisés.

La quatrième et la seconde sont bien les niveaux de classe où prédomine l'éducation aux médias.

Les acteurs qui s'impliquent dans l'éducation aux médias le font en toute conscience de la nécessité de transmettre des valeurs de liberté et de citoyenneté. Ils le font dans des conditions peu propices en termes de mobilisation, et restent fortement demandeurs d'aide, de support et de conseils utiles, ce qui témoigne de l'attachement qu'ils portent à cette activité.

Puisse ce premier numéro en ligne de Lire au collège leur permettre d'évoluer dans leurs pratiques et les aider à réussir l'éducation aux nouveaux médias !

Olivier Dufaut est professeur documentaliste et coordonnateur du CLEMI pour le département de la Drôme. Daniel Salles est professeur de lettres et coordonnateur académique du CLEMI pour l'académie de Grenoble : il est par ailleurs l'architecte du présent numéro de notre revue.

    Pour aller plus loin

  • Éduquer aux médias ça s'apprend, Actes du colloque national, IUFM d'Auvergne, 6 et 7 décembre 2007, Les cahiers du Credam, n°6.
  • Sylvie Octobre, Pratiques culturelles chez les jeunes et institutions de transmission : un choc de cultures ?, Culture prospectives 2009-1
  • http:www2.culture.gouv.fr/culture/deps/2008/pdf/Cprospective09-1.pdf

(1) Dossiers de l'ingénierie éducative, "L'innovation pédagogique", n° 63-64, octobre-décembre 2008
http://www.cndp.fr/archivage/valid/137356/137356-17646-22916.pdf

(2) Christine Dioni, L'acculturation numérique des adolescents : un défi pour la profession enseignante ?
http://isdm.univ-tln.fr/PDF/isdm29/DIONI.pdf

(3) http://www.senat.fr/rap/r08-046/r08-0461.pdf.
Voir également Les jeunes et les médias, au-delà d'un enjeu d'éducation, un enjeu de société majeur http://www.collectifciem.org/spip.php?article65

(4) http://www.inpes.sante.fr/70000/dp/08/dp080902.pdf.
Voir également Une étude sur les jeunes et les médias en Belgique http://www.oivo-crioc.org/files/fr/4083fr.pdf ou L'ado techno sapiens

(5) http://www.offremedia.com/DocTelech/Newsletter/Adotechnosapiens.pdf
ou Lettre de veille de l'INRP
http://www.inrp.fr/vst/LettreVST/pdf/juin2006.pdf

(6) Synthèse des travaux: http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/Synthese_fr.pdf
http://www.education.gouv.fr/cid22517/menl0800762c.html

(7) http://www.clemi.org/fr/l-eam-dans-les-programmes/

(8) Voir page 20 de la brochure téléchargeable :
http://media.education.gouv.fr/file/51/3/3513.pdf

(9) Décret no 2007-474 du 28 mars 2007 modifiant le décret no 93-718 du 25 mars 1993 relatif au centre de liaison de l'enseignement et des moyens d'information et le décret no 2002-548 du 19 avril 2002 relatif au Centre national de documentation pédagogique et aux centres régionaux de documentation pédagogique. Journal officiel de la République française, 30 mars 2007.

(10) L'éducation aux médias. Enjeux, état des lieux et perspectives. Rapport n°2007-083 d'août 2007.
http://www.pressealecole.fr/IMG/pdf/rapport_inspection_generale.pdf

(11) http://www.ac-bordeaux.fr/fileadmin/Fichiers/Pedagogie/CLEMI/projet-AEM_2008-2010.pdf

Lire au collège, n°82 (05/2009)

Lire au collège - Ne ratons pas l'éducation aux nouveaux médias