Dossier : Musiques

Le hip-hop dans le texte

Comment aborder des textes de rap en classe

Bertrand Quennoy. Dessins : Pierre Casalegno.

Le CD se cale dans le lecteur, puis le beat répétitif du hip-hop met en place sur de grosses basses lourdement assénées. La classe s'agite, mais après quelques rires d'étonnement, le silence se fait. Chacun écoute les lyrics - autrement dit ces paroles brutes, mordantes et teintées d'argot.
L'idée d'utiliser les textes de rap comme support du cours est séduisante... ou au contraire redoutable car il peut sembler trop familier aux élèves, et bien loin de la culture classique de l'enseignant !
Les professeurs de français se sont déjà emparé de cette écriture nouvelle pour travailler l'écrit et même l'oral. Mais que faire de ces textes qui inondent les oreilles des élèves sur des radios telles que Skyrock par exemple ; ou que faire des clips diffusés sur les nombreuses chaînes musicales de la TNT ou des bouquets satellite ?
Depuis l'explosion du rap français dans les années 1990, autour des groupes NTM et IAM ou du plus politiquement correct MC Solaar, le genre est devenu très populaire notamment chez les jeunes. Le rap français est devenu une frange si importante de l'industrie musicale en France qu'elle fait aujourd'hui partie intégrante de la culture populaire. Aux enseignants de décrypter et d'analyser ces chansons loin des clichés et des stéréotypes véhiculés par ce genre musical.

Pourquoi utiliser le rap en classe ?

La (re)motivation

Evidement, l'annonce de l'étude d'une chanson de rap en classe soulève toujours l'enthousiasme des élèves. La motivation qu'une telle séquence implique, même chez les enfants les plus en difficulté, est indéniable.

Une telle utilisation permet un échange très fructueux entre le maître et les élèves. Ceux-ci peuvent nous apprendre beaucoup : sur du vocabulaire, sur des sentiments ou des réalités qu'ils vivent. L'enseignant se met alors naturellement en situation de partage, ce qui est très enrichissant et motivant.

Une dimension civique

Cet art est aujourd'hui un produit de consommation, encore plus chez les jeunes : il faut donc s'attarder sur ce médium. Quand le groupe Sniper s'écrie La France est une garce et on s'est fait trahir (La France) ou Disiz la Peste Un frère tombe sous les balles d'un d'ses semblables/Sans blague, en bas, on a plus besoin de plus personne (Nos pires ennemis), il convient de décrypter les paroles et de leur donner un sens qui échappe souvent aux élèves. L'utilisation du rap français permet ainsi de développer leur esprit critique et leur connaissance de la société et de ses contradictions.

Quel rap utiliser ?

L'histoire du hip-hop commence à la fin des années 1970 dans les "block-parties", ces fêtes de quartiers organisées dans les rues des ghettos de New York. On prend alors le micro pour scander de façon rapide et saccadée quelques paroles, sur fond de bloucles rythmiques de soul et de funk, qui soutiennent les danseurs. Naissent de véritables chansons qui décrivent la vie quotidienne dans ces quartiers dégradés, pour devenir un véritable genre musical. Au milieu des années 1980, le rap devient audible en France en étant diffusé par les nouvelles radios libres, et même visible à la télévision, notamment avec l'émission H.I.P. H.O.P. présentée par Sidney sur TF1.

Depuis son succès, il y a une dizaine d'années, il faut s'y retrouver parmi les différents types de rap. On laissera de côté le rap un peu trop variété de Doc Gynéco ou celui " bling bling ", individualiste, machiste et plein de clichés, autour de l'argent avec ses clips imaginés autour de voitures vombrissantes et de filles dénudées. Le rap hardcore, violent et ultra revendicatif, véhicule beaucoup de haine, mais peut permettre de comprendre la détresse ou les revendications d'une partie de la jeunesse. C'est celui des groupes NTM ou Assassin, avec leurs propos hostiles envers la police ou les institutions.

Il s'oppose au rap conscient qui raconte la banlieue, le sexisme, le racisme, l'esclavage moderne, ou les inégalités : un tableau sans concessions de la société française. On utilisera plutôt ce genre devant les élèves.

Enfin, le slam, popularisé par Grand Corps Malade, avec ses paroles plus compréhensibles, moins ponctuées de mots d'argot, avec son flow plus lent : c'est le plus rassurant à utiliser en classe. Les mots, logiquement déclamés sans accompagenement musical, se transforment en véritables poésies contemporaines et se rapprochent des grands textes étudiés à l'école. Le lien entre écriture soignée et performance orale présente un excellent support du cours de français.

Quelques thèmes développés dans les chansons

Le français, l'éducation musicale comme l'histoire, la géographie et l'éducation civique permettent d'éclairer ces chansons. Mais la vitalité du rap français permet d'imaginer d'innombrables propositions de travaux en classe, pas seulement dans ces disciplines. Voici donc les quelques grandes thématiques qu'on retrouve dans le hip-hop : la liste n'est pas exhaustive, mais veut montrer la richesse des thèmes qui peuvent être abordés en classe.

L'immigration

On retrouve souvent l'allusion à l'immigration maghrébine. Barak dans Mémoires d'immigrés reprend les témoignages, extraits du fameux documentaire de Yamina Benguigui, d'anciens ouvriers spécialisés venus en France pendant les Trentes Glorieuses. Le groupe 113 décrit avec humour les relations France-Maghreb à travers Tontons du bled : les voitures surchargées qui retournent au bled et le sentiment amer de se trouver étranger, partagé entre deux pays, deux mondes.

Abdel Malik, dans Gibraltar, pousse un cri au nom de ces clandestins prêts à tout pour passer le détroit et gagner l'eldorado tant rêvé.

Les banlieues

Les rappeurs résument et abordent sans concession les problèmes des banlieues françaises. Même si les situations et les descriptions sont souvent caricaturales, on peut trouver de nombreux textes décrivant les "cités" : ces grandes barres d'immeubles à la périphérie des grandes villes françaises, qui ne sont que béton, avec leurs nuisances quotidiennes, la délinquance et leurs trafics en tout genre, où les populations issues de l'immigration et les plus pauvres se sont progressivement retrouvées parquées. Alors que la jeunesse se sent abandonnée à son sort par l'Etat, elle brûle des voitures, et même beaucoup plus lors des émeutes urbaines d'octobre 2005. S'associent parfaitement à ce constat les deux membres de NTM dans Qui paiera les dégâts, IAM dans Petit frère ou Sniper dans La France.

Au contraire, dans St Denis (voir l'article de Denis Sestier dans ce numéro), le slameur Grand Corps Malade décrit à merveille l'organisation de la banlieue et son attachement à ses quartiers hauts en couleurs.

La liberté d'expression

A cause de leurs propos parfois violents ou haineux, certains groupes ont eu affaire avec les autorités.

A cause du titre Sacrifices de poulets (sur la compilation qui accompagne la sortie du film La Haine de Mathieu Kassovitz), le groupe Ministère A.M.E.R. fut condamné en 1995 pour provocation et incitation à la violence. Les rappeurs flirtent toujours avec les limites de la liberté d'expression : de telles affaires peuvent constituer d'excellents supports pour les cours d'éducation civique ou de français. Ou se situent les limites de la liberté d'expression ? Quand doit-on considérer qu'un propos devient violent ou injurieux ?

En 2003, une association d'extrême droite s'en prenait à plusieurs textes des membres de Sniper qui incitaient " à la haine contre les policiers et la France ". Le tribunal de Lille rejetait cette demande en invoquant le "caractère volontairement provocateur du genre et du langage utilisé par les rappeurs". Plus près de nous, en septembre 2008, l'Etat décide de se pourvoir une nouvelle fois en cassation, après la relaxe d'Hamé, membre du groupe La Rumeur, opposé au ministère de l'Intérieur après des propos très durs à l'encontre de cette institution.

Quelle démarche adopter en classe ?

L'écoute d'une chanson peut paraitre difficile et fastidieuse à des oreilles peu habituées à ce déluge de mots. Il faut donc nécessairement avoir recours aux textes écrits.

L'analyse du vocabulaire et des expressions peut s'avérer intéressante. Elle est de toute façon nécessaire pour bien comprendre la chanson. On peut d'ailleurs se demander si le rap américain est utilisable au collège, tant les textes regorgent de mots d'argots ou de renvois à des personnages ou situations typiques du pays. Aborder les textes du rappeur de Detroit Eminem, très populaire depuis la fin des années 1990, relève du casse-tête, même pour les professeurs d'anglais.

L'étude ne saurait se passer d'autres documents pour une mise en perspective et pour ne pas tomber dans l'univers très codifié et parfois rigide du hip-hop.

Du texte à l'image

On peut aussi utiliser le clip comme moyen d'aller plus loin. Le rapport texte-image peut y être analysé, d'autant que ces clips réunissent toute l'imagerie du du hip-hop : le disc jockey qui pose ses disques en arrière-plan, pendant que le MC rappe, et que les danseurs font du break dancing sur fond de graffitis. La mise en scène est plus ou moins travaillée selon les moyens et la notoriété des groupes. La trame et les décors peuvent parfois se montrer très intéressants à analyser. Les paysages dégradés sont ainsi très bien montrés dans le ghetto de l'Américain Akon.

Bibliographie

  • David O'Neill, Explicit Lyrics : toute la culture rap ou presque, Paris, Les éditeurs libres, 2007
    Pour mieux comprendre l'esprit du rap français et décrypter les " lyrics " : les paroles des chansons.
  • Jeff Chang, Can't Stop Won't Stop : Une histoire de la génération hip-hop, Paris, Allia, 2006
    Le livre le plus complet sur l'histoire du hip-hop.

Webographie

Quelques sites sur le rap français qui permettent de trouver des notices sur les artistes, des vidéos, des paroles.

http://www.rap-francais.com/
http://www.rap2k.com/
http://www.rap2france.com/
http://www.lavi2rue.com/

La plupart des sites de partage de vidéos (youtube, dailymotion) proposent les clips de ces chansons.

==> Quelques exemples d'utilisation du rap en classe

En musique
Une séquence complète autour du rap
http://mes.cours.de.musique.free.fr/4emes/rap/rap.htm

En français
Utilisation du rap en FLE
http://www.ph-ludwigsburg.de/html/2b-frnz-s-01/overmannbaf4/

En histoire-géographie
Les relations France-Maghreb à travers Tontons du bled du groupe 113
http://www.histoire-geo.org/page/index.php?cat=324

Lire au collège, n°81, page 11 (11/2008)

Lire au collège - Le hip-hop dans le texte