Dossier - (En)quête d'identités : du moi aux autres

À la guerre comme à la guerre : dessins et souvenirs d'enfance
Tomi Ungerer.
L'École des Loisirs, 2002

Dans cette courte autobiographie, Tomi Ungerer raconte ses souvenirs d'enfance en Alsace, entre 1940 et 1945. Il y montre comment ces années de guerre ont marqué à jamais sa personnalité. Aujourd'hui artiste aux talents multiples, citoyen du monde, militant pour la paix, auteur de dessins et d'affiches satiriques (Black power White power, 1967), écrivain pour les adultes, il est aussi l'auteur de grands classiques irrévérencieux de la littérature jeunesse : Les Trois Brigands, Le Géant de Zeralda, Pas de baiser pour Maman...

Il a 9 ans quand, en 1940, l'occupant allemand entreprend la "nazification" de l'Alsace dont les habitants ont vu plusieurs fois leur culture bousculée au gré de l'histoire et des guerres successives. Orphelin de père très tôt, gamin débrouillard et rebelle, il est à bonne école avec une maman protectrice à l'esprit libre et fervente patriote. Il vit cette période de guerre un peu comme des grandes vacances, car sa région natale vient d'être annexée au troisième Reich et devient pour lui un incroyable terrain d'expériences et de... bêtises qui vont forger son caractère, le faire grandir. Dès la première page de son livre, il écrit : "Je suis un produit de cette époque. Il ne suffit pas de naître avec des dons, encore faut-il à la semence un terrain fertile et bien cultivé. J'ai eu la chance de tomber sur un potager culturellement bien entretenu". Grâce à l'habileté et la vivacité de sa mère, sa famille et lui-même seront plutôt épargnés durant la guerre. Cependant, il tient à le préciser, aucun n'a à rougir de leur comportement. De nombreux épisodes, cocasses, de désobéissance civile ou d'actes de résistance, en témoignent, comme le salut hitlérien ("Heil Hitler") détourné par la fratrie en "ein Liter " (un litre) !, ou comme leur fidélité, très risquée, au français, langue alors interdite en Alsace.

Dans ce récit d'enfance, Tomi Ungerer livre un point de vue rare sur l'occupation en Alsace. Il évoque, bien sûr, les rafles de juifs alsaciens, mais il raconte aussi le drame des "malgré-nous", le peu d'empressement des Alsaciens à collaborer, et surtout, à travers sa propre expérience, la brutalité parfois de la Libération et de l'après libération vécues comme de nouveaux bouleversements identitaires.

Mots-clés : Autobiographie, seconde guerre mondiale, Alsace, enfance, souvenirs, famille / À conseiller en classe de 3e

Lire au collège, n°96 (05/2014)

Lire au collège - À la guerre comme à la guerre