Notes de lecture

La journée d'un journaliste américain en 2889
Monsieur Guerse.
6 pieds sous terre, 2009

Nous sommes ici dans la droite ligne de notre dossier "Education aux médias", mais le lecteur voudra bien se reporter également dans le présent numéro à la rubrique "Littérature classique" où Michel Leroux traite du texte original de Jules et Michel Verne.

Donner à lire ou à relire les grands classiques de la science-fiction grâce à la bande-dessinée : tel est le parti-pris de l'éditeur de cette bande dessinée Et c'est par le texte de Michel Verne que commence la collection "Science-fiction pour tous", avec Monsieur Guerse comme dessinateur. Levons tout de suite l'ambiguïté sur le nom de l'auteur : si l'on en croit le dossier pédagogique qui accompagne la bande-dessinée, l'auteur véritable de ce célèbre roman serait Michel Verne, fils de Jules, qui pour s'assurer une plus grande audience, l'aurait publié au nom de son père - celui-ci en ayant assuré la traduction par la suite. Voilà pour la paternité de l'ouvrage original. Son histoire est simple : on suit la journée de M. Bennett, directeur du Earth Herald, journal à très grand "tirage", transmis par ligne "téléphotique" (image+son) à ses millions d'abonnés. C'est une plongée dans un groupe de presse façon Ruppert Murdoch des années 2880. On découvre ainsi les prouesses techniques imaginées par ce magnat de la presse, son influence sur le monde politique, judiciaire et économique. On rentre très facilement dans cette bande-dessinée en noir et blanc. Ainsi, un des atouts majeurs pour encourager les jeunes lecteurs à plonger dans cette histoire est l'humour : des relations conjugales tendues de Bennett aux hémorroïdes du président, le ton est au second degré, à la démesure. La démesure c'est aussi et surtout celle du personnage, de ses ambitions. Pourtant il y a là une troublante actualité dans cette description d'un groupe de presse omnipotent. Autre composant d'un possible succès : la simplification et l'adaptation d'un texte de la fin du XIXe au vocabulaire et au rythme actuel. Le texte original commence par une longue description du contexte de l'an 2889. Ici Monsieur Guerse distille les informations au fil des images et des pages. Par exemple, certains éléments de compréhension sont donnés dans les articles lus par les reporters. De même, il ne s'encombre pas des termes techniques inventés par Michel Verne : le téléphote n'est jamais cité, bien qu'il entre en scène dès la première page - les amoureux du roman pourront le déplorer. Toujours est-il que le but semble atteint : la bande-dessinée est accessible, très agréable à lire, et le second degré que les élèves auraient eu du mal à discerner chez Verne est ici évident. De même, le dessin est agréable, soigné, les décors riches. On retrouve dans ces éléments comme dans les personnages, les ingrédients d'un récit fantasmé au XIXe .

Cette bande dessinée est donc une adaptation de qualité d'un grand classique de la science-fiction, genre littéraire au programme des classes de 4ème. Le dossier pédagogique accompagnant la bande dessinée sera certainement peu lu par les élèves, mais constitue un éclairage intéressant pour les enseignants sur la genèse du texte, sa paternité et son ancrage dans l'histoire des découvertes. Il est toutefois gênant qu'un ouvrage visant les plus jeunes comporte un nombre important de fautes d'orthographe. (4e)

Perrine Devevey.

Lire au collège, n°83 (03/2010)

Lire au collège - La journée d'un journaliste américain en 2889