Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous !
L'accès au document que vous avez selectionné est payant.
Vous pouvez :
 - acheter l'accès à ce document (1 €)
 - vous abonner à la version numérique de la revue (ce qui inclut un accès gratuit à tous les numéros en ligne)
Auteur : Laurent GUYON
Publication : n° 72
Date : 15/11/2005
Type : Article
Longueur : 2536 mots

Aperçu :

Quel que soit son support (roman, cinéma, illustration, bande dessinée), la science-fiction est encore souvent perçue comme un genre populaire de pur divertissement et de qualité médiocre. Pourtant, des Kubrick ou des Orwell ont largement exploité et démontré ses richesses narratives, la portée de son imaginaire ou la profondeur de ses analyses.
Expression des angoisses les plus modernes ou relecture des mythes anciens (sagas intergalactiques où dominent les valeurs chevaleresques du moyen-âge, transposition de légendes grecques, etc.), épopée ou parodie, les grands thèmes de SF offrent une variété infinie dans leurs différentes déclinaisons et dans leur traitement. Par opposition au merveilleux ou à l'heroic fantasy qui proposent une explication divine ou magique à des événements irrationnels et à l'existence de créatures surnaturelles, au fantastique où domine le sentiment d'étrangeté et l'angoisse et qui laisse souvent les explications en suspens, la science-fiction se donne une apparence rationnelle en ménageant une place privilégiée aux sciences et aux technologies, même si celles-ci ne sont souvent que des prétextes pour ouvrir les portes de l'imaginaire.
La bande dessinée a largement exploité les possibilités qu'offre ce genre, et la production est bien trop vaste pour qu'on propose ici un panorama exhaustif. Nous nous sommes donc volontairement limité à trois grands pôles pour présenter la bande dessinée de science-fiction: les superhéros américains, le manga, le courant européen.