Lectures

Sociologie de la famille contemporaine
François de Singly.
Paris, Armand Colin, 2007, coll. " 128 ", 3e édition refondue,128 pages
ISBN : 2200352837

La famille change, les ouvrages de synthèse sur la famille aussi ! Lorsque l'on compare la première édition de ce " 128 ", écrit par François de Singly en 1993, à cette nouvelle édition entièrement refondue, on mesure à la fois les évolutions les plus récentes de la famille mais aussi la fécondité de la recherche dans ce domaine.

François de Singly poursuit ici son travail de décryptage des mutations de la famille en les inscrivant dans le cadre plus général de la seconde étape de la modernité et en soulignant les tensions qui traversent cette famille moderne.

Dans son cours de sociologie de la famille professé à Bordeaux en 1892, Émile Durkheim est le premier grand sociologue à inscrire les mutations de la famille dans le processus de modernité. La famille conjugale qui émerge à la fin du XIXe siècle est relationnelle (les relations entre ses membres priment sur " les liens qui dérivaient des choses "), individualiste (indépendance et autonomie des individus) et privée/publique (" L'État est devenu un facteur de la vie domestique ").

Lors de cette première étape de la modernité, les tensions individualistes qui auraient pu déstabiliser la famille étaient endiguées par la pérennité du mariage (Durkheim a été un farouche opposant au projet de divorce par consentement mutuel) et le primat accordé aux relations avec les enfants par rapport aux relations entre les conjoints. Cette famille conjugale reposait enfin sur une stricte séparation des rôles : fonction instrumentale pour l'homme (breadwinner) et fonction expressive pour la femme (care dealer).

À partir des années 1960, ce modèle familial connaît de profondes transformations. Les sociologues et les démographes se sont tout d'abord centrés sur l'évolution des formes de la famille, concluant à l'émergence d'une " famille incertaine " (Louis Roussel).

Mais c'est au niveau de ses fonctions que les changements sont les plus profonds, ces évolutions marquant une seconde étape dans le processus de modernité (seconde modernité pour Ulrich Beck, modernité avancée pour Antony Giddens ou " famille moderne 2 " pour François de Singly).

La volonté d'autonomie et d'indépendance des individus conduit à un rejet du modèle conjugal traditionnel. Non seulement les femmes refusent aujourd'hui la division des rôles qui les cantonnaient au foyer mais encore, au sein du couple, les attentes sont renforcées : le divorce ne traduit pas un rejet de la vie en couple mais des exigences plus grandes dans la vie à deux.

Cet exemple du divorce montre bien que la " famille moderne 2 " est parcourue par de nombreuses tensions qu'analyse François de Singly dans le reste de son ouvrage.

Tension, tout d'abord, entre personnalisation et socialisation. L'identité personnelle est une identité sociale, et la fonction de socialisation de la famille, si elle a changé de nature, demeure néanmoins essentielle.

Tension, ensuite, entre privatisation et normalisation. Comme le soulignait déjà Durkheim, par la loi ou par ses politiques sociales, l'Etat participe à la production des normes familiales.

Tension, encore, entre fragilité et ancrage. Si le divorce fragilise la famille, la parenté est toujours une " ressource pour la construction de soi ".

Tension, toujours, entre reproduction sociale et construction de l'identité personnelle. Pour les familles, l'héritage (économique, culturel, social ou symbolique) est perçu comme un lien intergénérationnel fort, mais il s'oppose à l'idéal méritocratique républicain.

Tension, enfin, entre construction d'un monde commun et processus d'individualisation. François de Singly rejette ici le modèle de la relation pure développé par Giddens en considérant, avec Berger et Kellner, que la vie à deux implique une véritable construction sociale de la réalité.

Comme nous prévient François de Singly dans son introduction, on ne trouve aucune définition de la famille dans cet ouvrage de synthèse sur la famille. Mais pas de doute sur le fait qu'avec ce petit livre on comprend mieux les transformations contemporaines de la famille voire les relations au sein de sa propre famille.

Gilles Martin, professeur de SES au lycée Lakanal de Sceaux (92).

Idées, n°152, page 75 (06/2008)

IDEES - Sociologie de la famille contemporaine