Dossier
Le développement peut-il être durable ?

Jean De Beir, maître de conférences en science économique à l'université d'Évry-Val-d'Essonne (91)

Les incidences de l'activité économique sur les équilibres naturels de la planète sont de plus en plus fortes. La dimension environnementale est entrée récemment et progressivement dans le champ de la théorie économique.
Le concept du développement durable peut être élaboré selon différentes approches théoriques non sans conséquences sur sa mise en application. Il est ainsi indispensable d'entrevoir les différentes dimensions du développement durable et l'ensemble des enjeux qu'il englobe.

L'activité économique a progressivement transformé la nature. Jusqu'à la période néolithique, les activités de chasse et de cueillette sont dominantes et ont un impact négligeable sur les milieux naturels. Avec la révolution néolithique1, la sédentarisation et le développement de l'agriculture modifient les milieux, mais la production reste soumise à certaines contraintes naturelles. Depuis lors, les activités de production et de consommation ont constamment transformé les milieux mais, avec la première révolution industrielle, l'urbanisation et l'utilisation croissante des ressources ont marqué le début d'un processus de modification de certains équilibres naturels. Les rejets liquides, gazeux et solides ont d'abord provoqué des nuisances locales. Cependant, avec la deuxième révolution industrielle et l'élévation des produits intérieurs bruts, des nuisances transfrontalières sont apparues progressivement, s'ajoutant ainsi aux premières.

Les déséquilibres naturels et sociaux ainsi induits par un mode de développement à caractère productiviste ont entraîné une prise de conscience des limites de la croissance dès le début des années 1970. Le rapport Meadows (1972), traduit en français sous le titre Halte à la croissance ? (Fayard, 1978), va alors prôner la "croissance zéro" ; s'il s'est en partie trompé sur certaines prévisions, il n'en reste pas moins vrai que les travaux du Club de Rome ont eu le mérite de soulever des questions sur le rapport entre l'activité économique et l'espace fini de la planète Terre. La nécessité de la poursuite de l'accroissement du produit pour satisfaire la demande des besoins au niveau mondial et le constat des dégâts des excès d'un mode de production et de consommation ont progressivement permis d'entrevoir une démarche conciliant les objectifs sociaux, de niveau de vie et d'environnement. Ainsi, le rapport Brundtland (1987), établi à la demande de l'Organisation des Nations unies, définit le développement durable comme celui qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ; il repose sur les dimensions économique, environnementale et sociale. L'acuité de la question du développement durable reflète les inquiétudes devant des risques environnementaux à caractère grave et irréversible, les problèmes de la famine et de la sécheresse en Afrique et les tensions croissantes d'ordre géostratégique autour de la question pétrolière.

Le sens et le contenu à donner au développement durable ne font pas l'unanimité parmi les des économistes ; cela peut avoir une portée réelle dans la recherche de sa mise en oeuvre. Il implique une certaine complexité dans son analyse et dans sa réalisation, à travers les enjeux économiques, sociaux et politiques qu'il englobe. Ce dossier présente la notion de développement durable en mettant en perspective les dimensions analytiques de ce concept en regard des enjeux qu'il sous-tend.

Développement durable et principes économiques

Guillaume Girmens tente de confronter cette définition aux principes fondamentaux de l'économie. Le problème du développement durable n'en est plus un si l'on a pleinement confiance dans le marché et le progrès technique ; dans le cas contraire, l'action publique se justifie et doit alors assurer la prise en compte de l'existence d'externalités et des ressources communes.

Article : Développement durable et principes économiques

Ressources naturelles et croissance durable

L'activité économique utilise les ressources naturelles, qu'elles soient appropriées ou libres, et modifie la qualité de l'environnement. Ainsi, dans l'analyse du développement durable, la question de la gestion des ressources naturelles est bien sûr incontournable. Katheline Schubert rappelle que l'objectif du développement durable a remplacé celui de la croissance zéro prôné par le Club de Rome. Si la croissance est perçue comme nécessaire, elle doit cependant s'accompagner du respect de l'environnement et du progrès social. L'auteur se demande si la recherche de cette croissance durable est un objectif réalisable, ou bien si les contraintes posées par la nature à l'activité économique entraînent inéluctablement le déclin et l'arrêt de cette dernière. Pour ce faire, elle examine les éléments de réponse fournis par la littérature économique concernant les ressources naturelles renouvelables et non renouvelables et la qualité de l'environnement.

Article : Ressources naturelles et croissance durable

Les leviers d'action de l'État pour un développement durable

Si la confiance dans le marché et le progrès technique est incertaine, alors l'État doit jouer un rôle majeur pour permettre et inciter les différents acteurs économiques à prendre conscience des enjeux du développement durable sur l'environnement, et donc sur le bien-être des générations futures. Dans cette perspective, Alain Ayong Le Kama présente les leviers de l'action structurelle et conjoncturelle de l'État en faveur du développement durable, en faisant apparaître un bilan plutôt mitigé des politiques menées jusqu'à présent. Son analyse débouche sur une réflexion sur un usage plus efficace des outils disponibles en matière de politique environnementale.

Article : Les leviers d'action de l'État pour un développement durable

Commerce international et environnement

Les cadres nationaux ne suffisent pas pour mener à bien ces objectifs de la politique en faveur du développement durable. Mouez Fodha analyse les liens complexes qui existent entre le commerce international et l'environnement et montre les difficultés de l'intégration des objectifs environnementaux dans les accords internationaux.

Article : Commerce international et environnement

Les stratégies de développement durable des entreprises

Dans un contexte où les politiques de l'environnement sont renforcées par des prises de conscience des opinions publiques, les firmes affichent le développement durable comme étant une composante incontournable de leur stratégie. Mireille Chiroleu-Assouline nous éclaire ainsi sur les raisons de cette tendance et sur les interprétations que l'on peut en donner.

Article : Les stratégies de développement durable des entreprises

Politique des déchets et développement durable

Le dernier article analyse une dimension concrète du développement durable à travers la question des déchets, facteurs de coûts externes. La mise en place d'outils réglementaires et économiques doit permettre d'aboutir à une gestion des déchets conforme aux objectifs du développement durable. Il apparaît que le recyclage peut participer pleinement à la dématérialisation de l'économie et donc au développement durable.

Article : Politique des déchets et développement durable


(1) Il couvre la période comprise entre - 10 000 et - 3 000 ans avant J.C.

Idées, n°144, page 4 (06/2006)

IDEES - Le développement peut-il être durable ?