Lectures

Monnaie, banque et marchés financiers
Frederic Mishkin.
7e éd., Paris, Pearson Education France, 2004, 891 p., ISBN : 2-7440-7032-7

Ce livre est une représentation d'ensemble de l'économie financière. Commençant par les notions les plus élémentaires, il introduit progressivement les théories et mécanismes relatifs aux marchés financiers et à la politique monétaire, y compris dans un cadre international. Une partie est également consacrée aux institutions financières et bancaires. La dernière partie fait le lien entre économie financière et économie réelle.

L'économie monétaire est un domaine particulièrement compliqué et attirant de l'économie. Ce manuel traite l'ensemble des questions monétaires et financières, la dimension internationale n'étant pas oubliée. Il se donne pour but d'en donner une présentation aussi complète que possible, appuyée systématiquement sur les modèles théoriques disponibles, tout en restant aussi simple que possible. Dans l'ensemble, cet objectif ambitieux est atteint. Bien sûr, on pourra critiquer cette simplicité, regretter que la vision marxiste de la monnaie comme rapport social ne soit jamais vue ou que les auteurs glissent rapidement sur certaines difficultés. Par exemple, si taux longs et inflation évoluent de concert, peut-on vraiment en déduire confirmation de l'effet Fisher, en vertu duquel le taux d'intérêt réagirait à l'inflation anticipée ? Mais il paraît difficile de faire autrement (pour avoir vainement tenté pendant des années de faire comprendre à des élèves de première ES ce qu'était la monnaie, l'auteur de la présente fiche peut en témoigner).

La macroéconomie monétaire est présentée à partir de IS-LM et de AS-AD, modèles confrontés aux faits disponibles pour des conclusions nuancées. Il aurait certes été intéressant de présenter le modèle IS-MP de Taylor et D. Romer, mais une comparaison systématique des propositions du "modèle traditionnel", des nouveaux classiques et des nouveaux keynésiens permet de se faire une idée aussi claire que possible de l'état des débats théoriques.

Plusieurs éditeurs adaptent désormais les manuels d'économie américains les plus vendus et reconnus au marché français. Pearson, éditeur du Financial times, a désormais une branche française active sur ce créneau. Ce manuel a les qualités typiques des ouvrages américains : il ne présuppose aucune connaissance particulière et commence par définir de façon simple toutes les notions importantes ; la formalisation mathématique est réduite au minimum ; chaque chapitre est conclu par un rapide résumé et des questions et exercices (essentiellement des questions, dans le cas présent) ; les illustrations concrètes utilisant la presse viennent en insert pour faciliter la compréhension ou appliquer les notions vues. Il faut ajouter qu'un gros travail d'adaptation au contexte français a été mené par trois universitaires.

Par ailleurs, l'auteur fait preuve d'une grande précision et d'un grand souci pédagogique. C'est par exemple la première fois que nous voyons un encadré expliquant vraiment comment copier des données sur Internet dans un tableur pour les transformer et les grapher. Autre exemple : le débat relatif à l'efficience des marchés financiers est mené sans aucun recours aux mathématiques (il est vrai qu'on atteint vite dans ce domaine un degré de complexité élevé) et, pourtant, de façon détaillée et construite.

La principale critique que l'on pourrait émettre concerne le traitement des crises financières et bancaires, réduit à quelques pages. La définition de la finance comme activité permettant le transfert des capacités de financement vers les besoins de financement est révélatrice de cette orientation. La compréhension pourrait être améliorée en définissant la finance comme activité permettant de transférer des risques. Les termes "spéculation", "risque systémique" ou "bulle" ne sont même pas présents dans l'index.

Au-delà de cette critique, on tient là un très bon ouvrage, abordable à plusieurs niveaux, complet et pédagogique sans faire l'impasse sur les questions théoriques. Destiné aux étudiants de second cycle, facilement abordable à ce niveau, il pourra être utilisé avec profit par les enseignants.

Arnaud Parienty, professeur de SES au lycée Paul-Lapie de Courbevoie (92).

Idées, n°141, page 77 (09/2005)

IDEES - Monnaie, banque et marchés financiers