La Banque centrale européenne

La Banque centrale européenne (BCE) a été créée le 1er juin 1998, conformément aux termes du traité de Maastricht. C'est une institution supranationale (une instance fédérale au niveau de l'Union) dont le siège est à Francfort. Le traité de Maastricht fournissait le cadre institutionnel pour la BCE en lui conférant l'indépendance politique vis-à-vis des gouvernements des pays membres et des autorités politiques communautaires. Il décrivait aussi l'organisation de la BCE, les décisions de politique monétaire étant prises par le Conseil des gouverneurs ("Governing Council") composé des gouverneurs des banques centrales nationales, des membres de l'UEM et des six membres nommés du Directoire ("Board").

Le traité de Maastricht décrivait également les missions de la BCE, en lui assignant comme objectif principal le "maintien de la stabilité des prix". Toutefois, le traité ne définissait pas la stabilité des prix en termes opérationnels, et cette définition était donc du ressort de la BCE elle-même.

Le travail de la BCE commença donc par la présentation, en octobre 1998, de sa stratégie de politique monétaire, basée sur une définition de la stabilité des prix et une approche à deux "piliers" pour l'analyse des décisions portant sur la fixation des taux d'intérêt directeurs. La définition retenue pour la stabilité des prix correspondait à "une croissance annuelle de l'Indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) de la zone euro inférieure à 2 %, à moyen terme". L'approche à deux piliers comprenait une valeur de référence pour la croissance de l'agrégat monétaire M3 (premier pilier d'inspiration monétariste et héritage de la Bundesbank) et une évaluation large des pressions inflationnistes s'appuyant sur un ensemble d'indicateurs macroéconomiques (second pilier).

La BCE a décidé de réviser sa stratégie de politique monétaire en mai 2003 en annonçant une clarification de sa définition de la stabilité des prix, visant à la rendre plus symétrique : "un taux de croissance annuel de l'IPCH inférieur mais proche de 2 %, à moyen terme". La volonté affichée de maintenir l'inflation à un niveau proche de la borne supérieure de sa définition de la stabilité des prix témoignait clairement de l'engagement de la BCE à préserver une marge suffisante pour se prémunir contre le risque d'une déflation dans certains pays. La BCE a également annoncé un basculement des deux piliers, rebaptisés "analyse économique" (ex-second pilier) et "analyse monétaire" (ex-premier pilier).

Idées, n°148, page 19 (06/2007)

IDEES - La Banque centrale européenne