Sommaires des numéros 58 à 56

L'Economie politique n° 58printemps 2013 Mais qui sont les économistes ?

 

Editorial

Mais qui sont les économistes ?

  • S'il est un domaine qui a été épargné par la crise... c'est celui de l'enseignement de l'économie ! Alors qu'il fait depuis maintenant plus de dix ans l'objet de critiques récurrentes - après le mouvement des étudiants contre l'"autisme en économie" du début des années 2000 -, les trois premières années d'études d'économie à l'université continuent de proposer des enseignements majoritairement orientés vers l'acquisition de techniques laissant peu de place à la compréhension du monde économique contemporain. La crise, qui a pourtant largement bousculé les résultats de l'approche économique dom (…)
    Acheter le document
  • Lorsque j'ai soutenu ma thèse de doctorat en décembre 1996 sur l'univers professionnel des économistes français [Lebaron, 1996], il existait très peu de travaux en langue française relevant en totalité ou en partie de ce domaine. L'ouvrage de Jean-Yves Caro [1983], qui faisait figure d'exception, relevait d'une sociologie encore assez programmatique du champ scientifique de l'économie, centrée sur la domination de la théorie de l'équilibre général et les effets de ce que l'auteur appela un peu plus tard l'"attraction formaliste". Les analyses de Bruno Théret et Bruno Jobert [1994] avaient pris (…)
    Acheter le document
  • La crise écologique, peut-être de manière encore plus aiguë que la crise financière, a révélé les failles de la science économique : son incapacité à décrire la réalité, à intégrer le caractère limité des ressources naturelles et à protéger ce qui n'est ni monnayable ni commercialisable1. Ce constat n'est pas nouveau : la discipline économique a toujours entretenu des rapports ambigus avec la nature. Ainsi, les physiocrates, un des premiers courants de l'économie politique, souvent considérés comme très attachés à la nature, l'instrumentalisèrent en partie pour justifier un ordre social favora (…)
    Acheter le document
  • Même si la crise a redonné à l'analyse économique de Keynes un regain d'intérêt dans les milieux économiques1, celle-ci demeure, aux yeux des libéraux, l'archétype de la ringardise et des propositions à fuir. Le titre du dernier livre de Jean-Marc Daniel, chroniqueur au Monde, mais aussi directeur de la revue d'orientation plutôt libérale Sociétal, est un bel exemple de cette détestation : Ricardo, reviens ! Ils sont restés keynésiens2. On pourrait citer aussi l'ineffable Pascal Salin, toujours à l'aise dans la provocation éhontée, qui, dans son dernier livre3, prétend que : "On ne trouvera ri (…)
    Acheter le document

Autres articles

Lectures

L'Economie politique n° 57hiver 2013 Quelles réformes bancaires pour la France ?

 

Editorial

Quelles réformes bancaires pour la France ?

  • Faut-il séparer les banques ? (Christian CHAVAGNEUX)
    Faut-il séparer les banques ? (Christian CHAVAGNEUX)
    Entretien avec Laurence Scialom (professeure à l'université Paris Ouest Nanterre-La Défense, coresponsable du master 2 "Banque, monnaie, marchés", EconomiX (université Paris Ouest)) , Jézabel Couppey-Soubeyran (responsable du master "Contrôle des risques bancaires, sécurité financière, conformité" à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, conseillère scientifique au Conseil d'analyse économique,)
    Acheter le document
  • Avant d'apporter des éléments d'éclairage à la question posée dans le titre, rappelons au préalable pourquoi il convient de séparer les activités de marché des activités de dépôt et de crédit. Cette séparation bancaire ne s'impose pas pour des raisons de morale, mais bien pour des raisons de logique économique2. Laissons parler pour ce faire Pierre-Noël Giraud, professeur d'économie à Mines ParisTech et à l'université Paris-Dauphine, qui a clairement exposé les caractéristiques de la finance de marché dans son ouvrage Le Commerce des promesses. Petit traité sur la finance moderne (Paris, Seuil (…)
    Acheter le document
  • De nombreux travaux ont déjà été consacrés à l'analyse des causes proches ou lointaines de la crise financière ; d'autres, plus nombreux encore, suivront. Mais quels que soient les diagnostics, quelles que soient les origines réelles ou supposées de cette crise, il est incontestable que les insuffisances de la régulation bancaire ont joué un rôle important dans son déclenchement et dans l'ampleur qu'elle a prise. Ce n'est pas seulement que cette régulation n'a pas su s'adapter aux transformations qu'a connues le système financier depuis la fin des années 1990, c'est en fait qu'elle était grave (…)
    Acheter le document
  • Lorsqu'une crise financière perdure depuis cinq ans et entraîne dans son sillage une crise économique majeure aux effets dévastateurs sur la croissance et l'emploi, il est légitime de se poser une question : aurait-on pu, sinon éviter, du moins limiter ce séisme par une meilleure régulation et un contrôle plus élaboré du système financier ?
    Acheter le document

Autres articles

L'Economie politique n° 56automne 2012 Chine : une croissance à bout de souffle

 

Editorial

Chine : une croissance à bout de souffle

Autres articles

  • Notion, concept, paradigme social..., la définition sociologique de la pauvreté et ses contours indécis sont l'un des premiers indices du manque de clarté dans la désignation et la compréhension de ce phénomène. La pauvreté a pourtant interpellé le sociologue de tout temps, comme le montre la multiplication des représentations : le pauvre en tant qu'altérité, l'étranger ; la figure du vagabond et la mendicité ; la mythification médiévale de la figure du pauvre et le discours biblique ; la pauvreté de masse dans le monde naissant du prolétariat ; l'indigence et ses représentations changeantes à (…)
    Acheter le document
  • Le 23 juin 1981 au matin, quand Edmond Hervé prend ses fonctions de ministre délégué à l'Energie du 2e gouvernement Mauroy1, il débarque, au 101, rue de Grenelle, dans un ministère désert. Les bureaux du ministre précédent et de son cabinet ont été entièrement vidés. Le ministre a cependant l'avantage d'arriver avec un programme très structuré, intitulé "Energie : l'autre politique", élaboré durant la campagne électorale par un groupe de militants rassemblés autour de Paul Quilès, et très influencé par la CFDT et par la gauche décentralisatrice et écologiste. Il constitue rapidement son cabine (…)
    Acheter le document