Sommaires des numéros 57 à 55

L'Economie politique n° 57hiver 2013 Quelles réformes bancaires pour la France ?

 

Editorial

Quelles réformes bancaires pour la France ?

  • Faut-il séparer les banques ? (Christian CHAVAGNEUX)
    Faut-il séparer les banques ? (Christian CHAVAGNEUX)
    Entretien avec Laurence Scialom (professeure à l'université Paris Ouest Nanterre-La Défense, coresponsable du master 2 "Banque, monnaie, marchés", EconomiX (université Paris Ouest)) , Jézabel Couppey-Soubeyran (responsable du master "Contrôle des risques bancaires, sécurité financière, conformité" à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, conseillère scientifique au Conseil d'analyse économique,)
    Acheter le document
  • Avant d'apporter des éléments d'éclairage à la question posée dans le titre, rappelons au préalable pourquoi il convient de séparer les activités de marché des activités de dépôt et de crédit. Cette séparation bancaire ne s'impose pas pour des raisons de morale, mais bien pour des raisons de logique économique2. Laissons parler pour ce faire Pierre-Noël Giraud, professeur d'économie à Mines ParisTech et à l'université Paris-Dauphine, qui a clairement exposé les caractéristiques de la finance de marché dans son ouvrage Le Commerce des promesses. Petit traité sur la finance moderne (Paris, Seuil (…)
    Acheter le document
  • De nombreux travaux ont déjà été consacrés à l'analyse des causes proches ou lointaines de la crise financière ; d'autres, plus nombreux encore, suivront. Mais quels que soient les diagnostics, quelles que soient les origines réelles ou supposées de cette crise, il est incontestable que les insuffisances de la régulation bancaire ont joué un rôle important dans son déclenchement et dans l'ampleur qu'elle a prise. Ce n'est pas seulement que cette régulation n'a pas su s'adapter aux transformations qu'a connues le système financier depuis la fin des années 1990, c'est en fait qu'elle était grave (…)
    Acheter le document
  • Lorsqu'une crise financière perdure depuis cinq ans et entraîne dans son sillage une crise économique majeure aux effets dévastateurs sur la croissance et l'emploi, il est légitime de se poser une question : aurait-on pu, sinon éviter, du moins limiter ce séisme par une meilleure régulation et un contrôle plus élaboré du système financier ?
    Acheter le document

Autres articles

L'Economie politique n° 56automne 2012 Chine : une croissance à bout de souffle

 

Editorial

Chine : une croissance à bout de souffle

Autres articles

  • Notion, concept, paradigme social..., la définition sociologique de la pauvreté et ses contours indécis sont l'un des premiers indices du manque de clarté dans la désignation et la compréhension de ce phénomène. La pauvreté a pourtant interpellé le sociologue de tout temps, comme le montre la multiplication des représentations : le pauvre en tant qu'altérité, l'étranger ; la figure du vagabond et la mendicité ; la mythification médiévale de la figure du pauvre et le discours biblique ; la pauvreté de masse dans le monde naissant du prolétariat ; l'indigence et ses représentations changeantes à (…)
    Acheter le document
  • Le 23 juin 1981 au matin, quand Edmond Hervé prend ses fonctions de ministre délégué à l'Energie du 2e gouvernement Mauroy1, il débarque, au 101, rue de Grenelle, dans un ministère désert. Les bureaux du ministre précédent et de son cabinet ont été entièrement vidés. Le ministre a cependant l'avantage d'arriver avec un programme très structuré, intitulé "Energie : l'autre politique", élaboré durant la campagne électorale par un groupe de militants rassemblés autour de Paul Quilès, et très influencé par la CFDT et par la gauche décentralisatrice et écologiste. Il constitue rapidement son cabine (…)
    Acheter le document

L'Economie politique n° 55été 2012 Quelle théorie économique d'après-crise ?

 

Editorial

Quelle théorie économique d'après-crise ?

  • Entretien avec François Bourguignon (directeur de la Paris School of Economics (PSE))
    Acheter le document
  • " Aucune crise n'éclate comme un coup de tonnerre par un temps calme. "
    Clément Juglar [1889, p. 4]

    Acheter le document
  • Repenser la dette (Jared BERNSTEIN)
    Repenser la dette (Jared BERNSTEIN)
    La crainte nationale et la mécompréhension que nous avons de la dette, des déficits et des emprunts ne sont pas illogiques, étant donné leur rôle dans la Grande Récession qui continue d'étouffer notre économie1. Mais une telle confusion est aussi terriblement destructrice. Elle a contribué à nous mener dans la récession, et elle nous empêche de nous en sortir.
    Acheter le document
  • Au XVIIIe siècle, les analyses de la pauvreté et des inégalités mélangent des arguments qui relèvent indistinctement de la morale, de la philosophie politique, de l'ordre public ou de la charité ; dit autrement, la pauvreté n'est pas une question essentiellement économique1. Des auteurs comme Bernard Mandeville (La Fable des abeilles, 1714), Jean-Jacques Rousseau (Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes, 1755) et, d'une manière générale, tous ceux qui prennent part à la querelle sur le luxe empruntent leurs arguments à différents registres, sans exclusive.
    Acheter le document
  • Après les décisions du sommet européen de Bruxelles du 27 octobre 2011 pour le sauvetage de l'euro, le Président français a appelé à la convergence des politiques budgétaires et fiscales1. Toutefois, les causes de la crise ne sauraient être expliquées par les seules divergences existantes dans certaines politiques spécifiques, mais aussi par les différences de structures et de cultures politiques et économiques des pays européens. L'harmonisation des politiques ne viendra pas à bout de ces disparités, trop profondément enracinées dans l'histoire des Etats d'Europe et des économies européennes. (…)
    Acheter le document
  • La restructuration de la dette grecque, au printemps dernier, a rappelé à nouveau combien l'insolvabilité d'un Etat souverain est une expérience récurrente, mais toujours difficile à traiter. Réduire la dette d'un royaume ou d'une république, ou simplement la rééchelonner du court vers le long terme, a été de tout temps une opération compliquée, imprévisible, impliquant in fine des coûts massifs pour toutes les parties concernées. C'est donc un constat inverse à celui qui prévaut pour les faillites privées, à l'intérieur des frontières nationales, qui suivent des procédures très banalisées, pr (…)
    Acheter le document
  • La communauté internationale est habituée à traiter avec les Etats (souverains) sans Etat (sans institutions étatiques)1. Elle a même accepté la création, le 9 juillet 2011, d'un nouvel Etat (le Soudan du Sud) à partir de l'un de ces Etats qualifiés depuis longtemps de défaillants. Moins classique est la situation symétrique d'Etat sans l'Etat, dans laquelle les institutions étatiques sont pour une bonne part en place sans que pour autant il n'y ait d'Etat souverain. C'est le cas de la Palestine, où il y a désormais plus d'" Etat " (au sens, donc, des institutions étatiques) que dans bien des (…)
    Acheter le document

Lectures