Sommaires des numéros 51 à 49

L'Economie politique n° 51été 2011 Léon Walras : un hétérodoxe rejeté

 

Editorial

Léon Walras : un hétérodoxe rejeté

  • A la fin du XIXe siècle, le débat économique est dominé dans notre pays par ce que l'on appelle l'" école française ". On la présentera en détail ci-après, mais contentons-nous pour l'instant de rappeler que les économistes qui en font partie constituent la référence de l'analyse économique de l'époque, tant par leurs théories que par leurs positions institutionnelles. Considéré, avec le Britannique Stanley Jevons et l'Autrichien Carl Menger, comme l'un des pères fondateurs de la théorie économique dominante d'aujourd'hui, Léon Walras est alors considéré comme un hétérodoxe par rapport aux can (…)
    Acheter le document
  • Le socialisme de Léon Walras (Jean-pierre POTIER)
    Le socialisme de Léon Walras (Jean-pierre POTIER)
    Si Léon Walras se distingue des économistes français de son époque par la méthode, en utilisant l'outil des mathématiques, il s'oppose également à eux sur le fond1. Loin du libéralisme prôné par ses collègues, il souhaite proposer une synthèse entre le socialisme et le libéralisme, et entre l'individualisme et le communisme. Il prétend désigner sa théorie sous le nom de " socialisme synthétique ou de synthétisme " [Walras, 1896a, p. 206]. En 1909, le jour de la cérémonie de son " Jubilé cinquantenaire d'économiste " à l'université de Lausanne, Walras déclare être finalement parvenu à construir (…)
    Acheter le document
  • Autobiographie (Marie esprit léon WALRAS)
    Autobiographie (Marie esprit léon WALRAS)
    Je suis né le 16 décembre 1834, d'Antoine-Auguste Walras (de Montpellier) et de Louise Aline de Sainte-Beuve (d'Evreux), à Evreux, département de l'Eure, France1. Mes premières années se sont passées à Paris (1836-1839), à Lille (1839-1840) et à Caen (1840-1850).
    Acheter le document

Autres articles

L'Economie politique n° 50printemps 2011 Malaise chez les économistes français

 

Editorial

Malaise chez les économistes français

  • Une des caractéristiques de notre société est d'avoir laissé l'économique envahir l'espace public et politique. Et, de fait, les questions économiques dominent très largement l'actualité politique et sociale. Or, la manière dont ces questions se formulent, les réponses qu'on y apporte, les thèmes qui traversent le débat public sont directement liés à des questions de recherche, des débats théoriques entre économistes. Leurs représentations et leurs préconisations ont, par le passé, transformé très profondément le réel et le transforment aujourd'hui encore. La façon dont on " fabrique " les éco (…)
    Acheter le document
  • On considèrera comme acquis, ici, que les errements de la pensée économique depuis une trentaine d'années sont pour partie responsables de la crise économique actuelle, pour passer directement à la question posée par Paul Krugman [2009] : " Pourquoi les économistes [pas tous, certes] se sont-ils trompés à ce point ? " Il existe, en gros, trois sortes de raisons invoquées en guise de réponse. On les passera en revue, pour défendre l'idée que ces raisons recouvrent largement une autre explication, plus structurelle, de cet " itinéraire de l'égarement "1. Pour une large part, la transformation de (…)
    Acheter le document
  • Fédérer les sciences sociales (Pascal COMBEMALE)
    Fédérer les sciences sociales (Pascal COMBEMALE)
    J'appartiens à une génération pour laquelle la question de l'unité des sciences sociales ne se posait pas. Dominaient alors le marxisme, le structuralisme, l'école des Annales. Cela ne signifie pas que nous étions tous marxistes ou structuralistes ; au contraire, parce que baignés dans un marxisme ou un structuralisme trop souvent dogmatiques et figés, nous tentions de les dépasser, par exemple pour penser l'articulation entre structure et histoire, entre le système et l'acteur, entre logiques de reproduction et mouvements sociaux, etc. Tentatives de dépassement que l'on voit bien à l'oeuvre c (…)
    Acheter le document
  • Les interrogations, critiques et appels effectués depuis une dizaine d'années par des étudiants en économie de tous horizons sont étonnamment similaires. Ils traduisent l'expression d'un ennui profond, d'une absence de réflexivité, d'enseignements conçus comme un recueil de modèles et de techniques, issus d'un corpus théorique dont la domination académique sert à justifier la standardisation des formations.
    Acheter le document
  • L'économie en tant que discipline académique a ceci de particulier qu'elle est composée de courants d'analyse irréductibles les uns aux autres. Les a priori, les représentations de l'économie et de son fonctionnement divergent entre économistes. Comme l'écrit Claude Mouchot [2004, p. 87], " l'économie ne sera jamais une science normale, au sens de Thomas Kuhn ". Certes, certains économistes préfèrent ignorer ce fait pour donner l'image d'une science bâtie sur une " boîte à outils " présentée comme universelle, commune à l'ensemble des chercheurs. Mais il est possible de réfuter cette présentat (…)
    Acheter le document
  • Il en est des discours sur l'égalité comme des roses : le printemps de leur épanouissement est la période électorale, avec, parfois, des phases de remontée. Hélas, il en est souvent de même aussi de leur durée de vie : et rose, elle a vécu ce que vivent les roses, l'espace d'un matin.
    Acheter le document

La recherche sur le développement en débat

  • La question posée, " la recherche en économie sert-elle le développement ? ", n'est évidemment pas neutre. Elle repose sur une certaine vision utilitariste de la recherche qui, en soi, mérite examen. Elle suggère aussi que la réponse pourrait être au mieux mitigée, faisant écho à l'intervention de Robert Zoellick, président de la Banque mondiale, à Georgetown University en septembre 2010, lors de laquelle il pose une question similaire et y répond de façon plutôt critique : " Il est utile de se demander : où est-ce que l'économie du développement nous a conduits ? Nous sert-elle correctement ? (…)
    Acheter le document
  • Pour les chercheurs qui s'y consacrent, se demander si la recherche sur le développement peut contribuer au développement pourrait ressembler à un blasphème. Pourquoi donc feraient-ils de la recherche si ce n'est pour contribuer au développement économique ? Mais le scepticisme sur l'influence de la recherche sur l'action politique, en général, et le regard critique porté sur la recherche sur le développement, en particulier, nous obligent néanmoins à ne pas éluder cette question plutôt inconfortable. Il faut d'autant moins tarder à nous y attaquer que le plus gros de ces recherches (jusqu'à c (…)
    Acheter le document
  • Mettre les économistes au service du développement (Henri-bernard SOLIGNAC-LECOMTE)
    Mettre les économistes au service du développement (Henri-bernard SOLIGNAC-LECOMTE)
    Pour que la recherche en économie serve le développement, elle doit accompagner la transformation en profondeur - politique, sociale, économique - des sociétés, en aidant les citoyens, les décideurs politiques, les investisseurs, les consommateurs, etc., à la comprendre, afin d'éclairer leur action. Comprendre et expliquer le développement, c'est donc aborder des phénomènes historiques complexes et par nature conflictuels.
    Acheter le document

L'Economie politique n° 49hiver 2011 Sud : être pauvre et comment s'en sortir

 

Editorial

Sud : être pauvre et comment s'en sortir

Autres articles

  • Anthropologie de la crise (Thierry PECH)
    Anthropologie de la crise (Thierry PECH)
    Entretien avec Maurice Godelier (anthropologue, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS))
    Acheter le document
  • Les classes moyennes sont-elles, en France, une espèce en voie de disparition ? Depuis une dizaine d'années, le bruit court de leur mort prochaine, et les livres ne manquent pas qui prononcent leur oraison funèbre. En réalité, leur acte de décès a été dressé à maintes reprises depuis deux cents ans : au milieu du XIXe siècle déjà, elles sont déclarées condamnées par Marx ; dans les années 1930 encore, sous les effets de la crise, on annonce leur naufrage. Naturellement, les mêmes mots ne désignent pas les mêmes réalités à chaque époque, mais toujours il s'agit d'attirer l'attention sur le mala (…)
    Acheter le document
  • La résurgence des notions de biens collectifs et/ou publics est sans aucun doute due à la perte de légitimité des catégories marchandes, censées résumer la totalité des modes de coordination des sociétés capitalistes modernes. En effet, depuis la métaphore de la main invisible d'Adam Smith jusqu'à la capacité des marchés financiers à allouer les capitaux et les ressources de la meilleure façon possible dans le monde, en passant par l'équilibre général sur tous les marchés des biens et services affirmé par le modèle de Walras, la théorie économique dominante a forgé peu à peu le dogme de l'effi (…)
    Acheter le document