Sommaire du numéro 34

L'Economie politique n° 34printemps 2007 La gauche face à la mondialisation

 

  • La gauche face au capitalisme (Dominique STRAUSS-KAHN)
    La gauche face au capitalisme (Dominique STRAUSS-KAHN)

    Ce texte est une version raccourcie et mise à jour de l'article " Pour l'égalité réelle. Eléments pour un réformisme radical ", Les Note de la Fondation Jean-Jaurès, n°41, juillet 2004.

    Acheter le document
  • Longtemps, les choses ont ete simples. il y avait les pays dominants et les pays dominés. Les premiers asservissaient, colonisaient les seconds. C'est-à-dire que les premiers traitaient les habitants des seconds non en citoyens mais en sujets privés de droits politiques, et ils exploitaient à leur profit les richesses de leurs territoires. Etre de gauche signifiait d'abord, dans les pays dominés, conquérir la citoyenneté à travers l'indépendance politique, puis se battre contre le " néo-colonialisme ", pour la récupération de leurs richesses naturelles. Dans les pays dominants comme la France, (…)
    Acheter le document
  • Depuis vingt ans, les gouvernements successifs ont échoué à définir une stratégie cohérente pour la France dans la mondialisation. Le résultat est là, inquiétant : un tissu économique affaibli ; un salariat en miettes ; un secteur public déstabilisé. La situation de l'emploi reste très dégradée. Une partie des entreprises s'est internationalisée à marche forcée. D'autres se délocalisent. Salariés et syndicats sont en position de faiblesse. Le besoin d'une nouvelle politique économique et sociale dans une économie mondialisée est manifeste. L'objectif d'un nouveau plein-emploi se doit d'être au coeur d'une stratégie affrontant les défis d'une nouvelle division internationale du travail.

    Acheter le document
  • Dans un monde ou l'emploi de qualité continue d'être une " ressource " rare, chaque pays s'efforce d'attirer ou de retenir les firmes, les innovateurs ou les travailleurs très qualifiés. Cette réalité ne doit cependant pas en occulter une autre : dans le domaine social, la mondialisation ne prive pas les pays de marges de manoeuvre qui, pour s'être sans doute réduites depuis deux ou trois décennies, n'en restent pas moins conséquentes. C'est ce que le texte qui suit voudrait illustrer à partir de l'exemple de la protection sociale. Celle-ci, pensons-nous, sans être " à bout de souffle ", est c (…)
    Acheter le document
  • Un autre monde, une autre Europe, une autre France, d'autres villes et d'autres campagnes sont possibles, mais aussi de nouvelles façons de faire de la politique sont possibles ! Autrement dit, cette conviction forte qui fonde les progrès du mouvement altermondialiste, depuis le tournant du millénaire, s'affirme à tous les niveaux de l'action collective. Car il ne s'agit plus d'entendre la politique comme relevant du seul champ des décisions de l'Etat, ni même de celui de l'ensemble des institutions politiques, internationales ou décentralisées. La politique, c'est tout autant, sans hiérarchie, le domaine de l'ensemble de nos actions collectives, qu'elles soient sociales, économiques, culturelles ou écologiques...

    Acheter le document
  • Construire un monde écologique et solidaire (Dominique PLIHON, Jean-Marie HARRIBEY, Geneviève AZAM)
    Construire un monde écologique et solidaire (Dominique PLIHON, Jean-Marie HARRIBEY, Geneviève AZAM)
    La crise écologique est désormais reconnue comme crise profonde mettant en jeu l'équilibre des sociétés. C'est une crise globale qui engage le devenir de l'humanité et la possibilité d'une vie humaine et sociale sur la planète. Le dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) considère comme quasiment certaine l'hypothèse d'un réchauffement climatique qui ne serait pas dû seulement à des cycles naturels mais également à des causes humaines. Cette crise reste pourtant souvent invoquée comme menace anonyme, voire comme une punition qui exigerait une mob (…)
    Acheter le document
  • Quelles valeurs et quelle strategie pour la gauche face à la mondialisation ? La question est au coeur des débats menés par les partis, les associations et les mouvements altermondialistes. Elle est aussi un thème de discussions " scientifiques " relevant de champs disciplinaires hétérogènes, où se confrontent des diagnostics parfois contradictoires. La mondialisation est en outre une idée diffusée par les médias et que les gouvernements mobilisent pour justifier leurs choix économiques. Le terme même de mondialisation, et plus encore de globalisation, est parfois considéré comme l'emblème tro (…)
    Acheter le document
  • Jamais Jaures, comme d'ailleurs aucun de ses contemporains, n'a parlé de " mondialisation " ou de " globalisation ". On se gardera donc d'appliquer à son action l'idée que le monde d'avant 1914 puisse être dénommé " notre première mondialisation "2. En revanche, il est clair que, tarnais et français, pétri de culture classique et d'humanisme européen, élu d'un peuple singulier et leader d'une vraie Internationale, il fut un de ceux qui ont voulu, fût-ce en rêve ou sans avoir jamais eu le loisir de passer à l'acte, donner une dimension mondiale à leur réflexion et à leur combat. Non qu'il ait b (…)
    Acheter le document
  • Ne pas se tromper de diagnostic " : tel est le titre de la note de Denis Clerc dans L'Economie politique (n°31) au sujet de mon livre Emploi : éloge de la stabilité. L'Etat social contre la flexicurité (Fayard/Mille et Une Nuits). Elle porte sur le fond, ce dont je me réjouis compte tenu du libelle publié auparavant dans Alternatives Economiques1.

    Acheter le document
  • La reponse de Christophe Ramaux appelle de ma part quelques réactions sur les points de désaccord qui m'apparaissent les plus importants.

    Acheter le document