Sommaire du numéro 3

L'Economie politique n° 3été 1999 Retraites.

 

Dossier - La troisième voie : une utopie pour la gauche

  • Comment esquisser un bilan du blairisme deux ans après le triomphe électoral du New Labour le 1er mai 1997? Question plus complexe qu'elle n'en a l'air, à cause des fortes préventions à l'égard de Tony Blair - dans la gauche française bien entendu, mais tout autant outre-Manche - et de l'ambition même de sa démarche politique. Quelqu'un qui prétend redéfinir tous les paramètres du politique et rendre obsolètes tous les clivages traditionnels, bref, esquisser une troisième voie novatrice pour le XXIe siècle, ne peut être évalué simplement par sa popularité dans les sondages. Tony Blair a-t-il r (…)
    Acheter le document
  • L'arrivée au pouvoir d'un gouvernement travailliste en 1997, pour la première fois depuis 1979, représente une rupture radicale dans la vie politique britannique. Cependant, deux ans plus tard, d'importantes continuités apparaissent avec les précédents gouvernements conservateurs, notamment dans la réforme de l'Etat providence, en matière de régulation de l'emploi et plus généralement dans la politique du gouvernement.
    Acheter le document

Dossier - Allégement de la dette des pays pauvres : un marché de dupes

  • Il a fallu le prochain changement de millénaire pour que les problèmes d'endettement des pays à faible revenu (PFR) trouvent une place sur le devant de la scène. Ces dernières années, l'actualité a plutôt retenu les crises d'endettement spectaculaires des pays émergents comme le Mexique, l'Asie du Sud-Est ou la Russie. Les pays à faible revenu n'avaient pas droit à tant de considération : ils n'ont pas accès aux marchés internationaux des capitaux. Ils ne mettent pas en péril le système financier international. Leur financement, largement constitué de dons, ne mobilise que des sommes réduites. (…)
    Acheter le document
  • La question de la dette des pays pauvres s'est imposée, en l'espace de quelques années, parmi les dossiers importants de la politique internationale. On le doit en priorité aux Eglises, aux organisations non gouvernementales (ONG) et aux individus qui, confrontés aux conséquences de la dette sur les pays les plus pauvres, ont demandé à la communauté internationale de traiter cette question avec le sérieux et l'urgence qu'elle mérite. Leurs efforts sont une réponse cinglante aux cyniques qui nous disent que la compassion humaine et l'idéalisme politique sont absents de ce monde.
    Acheter le document